Les églises à Florence

Florence, comme toutes les villes d’Italie est peuplée d’églises, de basiliques, de cathédrales, bref de lieux de culte catholique en tout genre ornées de marbre vert, si caractéristique de la ville. Des édifices qu’il est impensable de ne pas visiter.  en trois jours nous avons pu en visiter quatre, un bon score, qui nous ont permis quelques belles découvertes.Voici un petit panorama de ces églises:

1. La basilique Santa Maria de Novella

A côté de la gare centrale, facile à trouvée. Elle ne paie pas de mine comme ça, une façade qui finit par sembler banale à Florence, mais son intérieur regorge de trésor et de fresques médiévales (du XVe)  extrêmement bien conservées.

Celle qui nous a le plus marqué ma soeur et moi fut celle représentant des hommes et des femmes en deux rangés, chacun semblant avoir un instruments ou un emblême particulier, nous n’avons pas réussi à savoir s’il s’agissait d’une personnalisation des métiers, des mois, ou simplement de saints.

This slideshow requires JavaScript.

 

2. La basilique de Santa Croce

Il pleuvait à verse mais plutôt que de nous réfugier dans le sauna de l’hôtel nous sommes allée à deux affronter le mauvais temps pour visiter la basilique…et nous n’avons pas été déçues. L’entrée dans la basilique en soi est déjà très impressionnante: la hauteur du toit de bois qui surplombe la nef en met plein la vue, malheureusement nous n’avons pas pu observé le coeur qui était en rénovation. Il s’avère, qu’en plus d’être une immense basilique, Santa Croce est également le lieu de sépulture de plusieurs grands hommes florentins comme Galilé, Rossini, Dante ou encore le fameux Machiavel. Et il faut bien avouer que ça reste globalement la classe de s’être rendu sur le tombeau de ce cher Nicolas.

Ce qui est le plus impressionnant dans cette basilique ce sont toutes les petites chapelles entièrement peintes qui entourent la nef et les cloîtres avoisinant. Parce que oui, une fois avoir fait le tour de la partie centrale de la basilique on croit en avoir fini mais pas du tout, il y a encore trois ou quatre salles avec de nombreuses fresques, ainsi qu’un musée (que nous n’avons pas payé puisque nous sommes rentrées sans savoir ce que c’était).

This slideshow requires JavaScript.

3. San Miniato Al Monte

C’est finalement celle que j’ai de loin préférée, peut-être est-ce du en grande partie au bonheur ressenti quand après avoir grimpé pendant une demi heure nous sommes enfin parvenu devant la façade qu’on lorgnait depuis tout en bas. Effectivement, comme l’indique son nom San Miniato est En HAUT! Et la montée est un peu rude pour nos petites jambes peu habituées à l’effort. On fait une halte à mi chemin pour admirer l’Arno depuis une terrasse, et pour reprendre des forces avant l’ultime montée. Arrivées en haut, le soleil ne se couche pas encore mais la lumière est sublime: depuis San Miniato Florence s’étend à nos pieds. Le Duomo et le Palazzo Vecchio se distinguent par leur impressionnante stature sur la ville qui prend des teintes rosées. Le Ponte-Vecchio se réflète sur l’Arno à moitié dans l’ombre.

Lorsqu’on entre dans l’église c’est une toute autre surprise qui s’offre à nous: loin des basiliques et cathédrales habituelles, peuplées de christ en croix et d’or, celle ci est des plus simples. Presque démunie. Les seules lumières sont celles des rayons du soleil qui parviennent depuis quelques ouvertures, donnant à la nef un aspect réellement divin. Comme si la grâce allait nous toucher. La crypte est elle aussi décorée de fresques bien entretenues, le tout demeurant merveilleusement simple.

P1020565La lumière divine pénètre dans San Miniato Al-MonteP1020569P1020554

Enfin San Miniato vaut le détour pour la balade bucolique qu’elle offre. Il est possible de faire le tour du mont: on se retrouve alors dans un parc qui fait dos à la ville et devant nous s’étale la Toscane. Quelques villas, des champs d’oliviers. Nous voici en plein dans une fresque du Trecento. Le soleil couchant rend les couleurs chaudes.  Tout est alors parfait. si près de la ville on n’entend pourtant que le bruit des oiseaux, la douceur de la Toscane nous envahit. On pourrait rester ici des heures à contempler cette campagne rêvée.

P1020555Vue de la Toscane

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s