Sylvain Tesson, la Sibérie et Strasbourg

Je reviens, un peu tardivement avec un article littéraire/personnel : ce mois-ci c’était la première fois que je participais au club de lecture de Mango and Salt, il faut dire que le sujet m’intéressait beaucoup puisque qu’il s’agissait de récits de voyage, donc plutôt le genre de bouquins que je lis en ce moment. Mon choix initial n’était pas du tout Dans les forêts de Sibérie, mais je me disais bien qu’il faudrait que je le lise un jour alors c’était l’occasion. Le synopsis le voici : Sylvain Tesson décide, après de multiples voyages, de tester une nouvelle expérience la vie d’ermite. Il part avec ce qu’il faut pour vivre – des livres et de la vodka – se reposer loin de la société dans une cabane sur le lac Baïkal avec des voisins à 3 jours de marche.   Comme prévu j’ai adoré même si j’ai été dans un premier temps un peu déconcertée. Après avoir lu Nicolas Bouvier et Alexandra David-Neel je ne m’attendais à un récit très travaillé et non à un véritable journal de bord qui semble à peine repris par l’éditeur.

Sylvain Tesson livre durant six mois ses pensées, sans forcément de logique, sans  but précis, il nous raconte le monde qu’il voit, les réflexions qui lui viennent, et qui pourraient bien souvent être les nôtres. Beaucoup de passages ont fait écho à mes propres pensées : des choses triviales d’abord comme le choix des livres à emporter en voyage, même s’il est vrai qu’un long voyage est le meilleur moyen pour se forcer à lire un livre qu’on n’ose pas commencer, je sais aussi, comme il le dit très bien, qu’il est illusoire de penser se cultiver tout le temps, on a besoin de lectures dites « coupables » qui n’impliquent pas une once de réflexion, erreur que j’ai faite à plusieurs reprises. Puis ses observations de la nature, du soleil qui se lève, se couche, de sa lumière, de la neige, des chants des oiseaux, les réflexions du temps qui passe ou qui ne passe plus, du travail de l’homme, des sociétés aliénées, je me suis aperçue que tout ça me parlait car j’avais plus ou moins le sentiment d’avoir moi-même vécu en ermite dans ma petite ville de Strasbourg pendant ces sept derniers mois.

De la Sibérie à Strasbourg certes il y a un monde me direz-vous; Mais en comparant avec la vie que je menais à Paris, et que Sylvain Tesson décrit parfaitement – ce besoin de faire des choses tout le temps, de voir des gens, de bouger, de sortir sans être jamais rassasié -, ma vie en Alsace semble relativement vide. Ici toutes ces sorties et ces rendez-vous me sont impossibles puisqu’à part deux personnes je n’ai su  avec qui sortir. Est-ce pour autant une vie fade ? Que Nenni ! Sans être une ermite j’ai appris ici à vivre seule, seule dans la société. Et j’ai eu aussi du temps pour penser – un peu trop même -, pour réfléchir, pour me cultiver. J’ai pris une carte de bibliothèque, une carte de cinéma et j’ai vu et lu en quelques mois plus que ces trois dernières années. Mais plus que tout j’ai pris le temps, ou plutôt j’ai pris conscience du temps qui pouvait passer ou non. Et de ces week-end seule qui m’effrayaient en début d’année sont devenus des week-end qui passaient à une allure folle tandis que je prenais le temps et surtout le plaisir de m’ennuyer.

Dans les Forêts de Sibérie est une ode à la beauté, à la simplicité de la vie et permet, à travers l’expérience de Sylvain Tesson, de prendre du recul face à la vie que notre société occidentale nous conduit à mener. La vodka remplace le café et les taciturnes Sibériens nous paraissent peu à peu bien sympathiques sous la plume de Tesson, une atmosphère froide et pourtant chaleureuse se dégage de toute cette leçon de vie. On y apprend, ou ré-apprend l’importance des petits gestes qui structurent notre quotidien, la discipline que l’on s’impose à soi-même et qui nous rend vivant. Loin de l’image des ermites chrétiens qui fuient les hommes par mépris et restent sur leur colonne à réfléchir à la vie, Sylvain Tesson est un ermite qui ne souhaite que retrouver l’essentiel. En se confrontant aux réalités physiques de la vie : se nourrir, couper son bois, faire des kilomètres pour trouver à qui parler, il nourrit sa réflexion et sa compréhension du monde. Il perçoit combien l’homme s’adapte vite et  désapprend vite la société, l’ermite retrouve ses marques et se suffit presque à lui-même, si bien que la moindre visite d’autrui devient un véritable chamboulement dans le quotidien. De même que Tesson se plaint de recevoir, j’ai mal vécu mes courts séjours à Paris : l’agitation, les gens à voir alors que je suis habituée à voir une, voire deux personnes par semaine. Même si elle manque, cette vie sociale demande une réadaptation.

J’avais initialement prévu de reprendre ce récit pour annoter toutes les phrases qui m’avaient plu et dont je voulais absolument me souvenir. Mon emprunt de bibliothèque arrivant à échéance je n’ai malheureusement pas pu mais je suis résolue à acheter cet ouvrage pour pouvoir le conseiller et le prêter à tout le monde. Des glaces du lac Baïkal et de ce petit carnet de bord d’un ermite se dégagent un calme et un apaisement bien utile pour qui se sent fatigué de ce monde où tout va si vite.

Dans-les-forêts-de-Sibérie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s