Une demi-journée à Bâle

Le TER serpente entre la Forêt Noire et les Vosges, traversant les villes alsaciennes dont les noms me sont aujourd’hui familiers : Sélestat, Erstein, Colmar, Mulhouse… Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai pris ce TER pour longer le Rhin et parcourir l’Alsace du nord au sud durant ces quelques mois. Aujourd’hui je descendrai au dernier arrêt et après l’Allemagne je vais franchir l’ultime frontière de cette grande région du Rhin supérieur pour aller en Suisse, au-delà même de l’Union Européenne.

A 1h en TER de Strasbourg, et 15 min de Mulhouse, la ville de Bâle se trouve aux portes de l’Alsace et du Bade-Wurtemberg : deuxième grande ville de la Suisse Allemande, elle est surtout connue pour son intense activité culturelle : musée des Beaux-Arts, musée Tingeli – le même que celui qui a fait la fontaine Stravinsky à Paris –diverses fondations d’art contemporain il vous faudra plusieurs jours pour visiter tout Bâle.  La langue allemande, l’architecture rhénane, le grès rouge des églises dévoilent bien que nous sommes dans la même région historique qu’à Strasbourg ou qu’à Freibourg, pourtant dès l’arrivée du train on sent qu’on sort de cette espace européen : la douane est encore active à la sortie de la gare, et il vaut mieux changer ses euros pour des francs suisses.

P1030420

P1030398P1030392

P1030453P1030462

Je n’avais jamais vraiment entendu parler de Bâle avant de voir qu’elle était au bout de ma ligne TER – à part à propos du terrible tremblement de terre que la ville a subi au moyen-âge. Cette ville située au niveau des trois frontières et qui s’étend largement sur les deux rives du Rhin m’a vraiment charmée et après un rapide tour fait après la visite de l’Usine Vitra – article ici – j’ai décidé d’y retourner pour mieux en profiter et faire quelques photos.

Malgré les nombreux musées, fondations et parcours architecturaux de la ville je me suis contentée de flâner dans la vieille ville et sur les quais, le prix des musées étant légèrement prohibitifs – environ 15l’entrée. Je regrette cependant de n’avoir pas été au musée Tingueli, mais celui-ci étant excentré les 2 degrés qu’affichait alors le thermomètre m’ont dissuadée de faire une longue marche pour le trouver. Qu’importe le centre-ville vaut déjà largement le détour et vous occupera une bonne partie de l’après-midi !

P1030430P1030444P1030443

P1030460

Les ruelles, les grandes places, les mignonnes maisons avec leurs fenêtres décorées et de minuscules jardins parfaitement aménagés encouragent à tout photographier. Après être montés à la cathédrale qui offre depuis sa terrasse une superbe vue sur le fleuve et sur la rive orientale avec la Forêt Noire en fond, nous sommes redescendus par un petit escalier jusqu’au fleuve là où se cache un bac : il s’agit d’une barque tirée par un fil qui traverse le Rhin. Cette traversée très étonnante dure quelques minutes et ne coûte pas si cher que ça, c’est encore le meilleur moyen pour parvenir sur l’autre rive où vous attend une balade plus qu’agréable. C’est par cette promenade que j’ai vu pour la première fois Bâle; après avoir errer en voiture dans la ville nouvelle, entre les grandes constructions contemporaines, nous étions arrivées soudainement sur les rives du fleuve avec la majestueuse rive occidentale qui se dressait sur son rocher, les façades s’empilant comme dans tetris avec au sommet la cathédrale. Comment ne pas être séduit ?

P1030476P1030474

P1030432

Outre les musées, Bâle est aussi connue pour son street art; pour l’apercevoir il suffit de s’éloigner un peu des sentiers touristiques, ce que je n’ai pas fait lors de cette deuxième visite, donc point de photo. Mais prenez garde à ne pas trop vous perdre, la ville monte, descend et est bien plus grande qu’elle ne semble, un vrai labyrinthe.

Enfin la grande célébrité de Bâle c’est son carnaval! La région du Rhin supérieur possède depuis longtemps cette tradition carnavalesque, et bien qu’elle se perde au nord du Rhin – même si vous pouvez encore profiter du carnaval de Sélestat encore vivace dans la région – elle demeure bien vivante à Bâle. Pendant trois jours la ville est traversée de cortèges et de musique avant de redevenir la très propre ville Suisse que l’on connaît. Qui a dit que les Suisses ne savaient pas s’amuser ? C’est un moyen de vivre un vrai carnaval sans se rendre à Rio ou La Nouvelle Orléans.

Pour toutes ces raisons je vous conseille chaleureusement un week-end à Bâle ! Seul petit bémol, nous sommes en Suisse et tout est bien plus cher qu’en France ou en Allemagne, il vaut donc mieux prévoir un petit budget.

One thought on “Une demi-journée à Bâle

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s