Petit précis de chinoiseries

Je m’y mets enfin, ça y est : mon premier article sur la Chine, ce gros morceau qui risque de m’occuper quelque temps sur le blog ! Il y a quatre mois je prenais mon premier vol TRES long courrier seule, en direction de Pékin, puis de Canton où je devais retrouver Jéromine du blog l’archivoyageuse. On partait pour un mois, un mois en sac à dos avec un itinéraire à peu près prévu – bien obligées pour obtenir le Visa – mais avec de gros moments de flou. On s’était organisé un grand tour de Chine et avec le recul je vois bien qu’on n’avait pas du tout compris combien la Chine est vaste, et combien il y a de choses à voir. Au début du séjour j’ai cru que j’allais accomplir un vrai voyage d’écrivain-voyageur, prête à faire un récit détaillé et objectif de mes découvertes, un véritable mémoire anthropologique de la Chine moderne.

Comme de bien entendu, je n’ai pas écrit grand-chose, juste assez pour vous évoquer pêle-mêle les quelques détails qui m’ont étonnée, voire fascinée dans ce voyage passionnant.

p1040115p1040529

  • Etre femme en Chine 

Etant nous-même de sexe féminin nous avons rencontré nombre de nos pairs que ce soit dans les auberges – chambres pour filles -, dans les trains, dans les rues, dans les lieux touristiques et on a pu noter des points importants – à ne pas généraliser bien sûr – concernant la femme en Chine.

  • LA mode chinoise c’est un peu la mode de la jeune fille sage mais coquette. Des fanfreluches, de la dentelle, des robes bouffantes dans les tons pastel, des petites fleurs partout. Timides, réservées et somme toutes un peu niaises, les chinoises nous ont paru charmantes malgré leurs minauderies. Quand elles nous parlaient, elles ne pouvaient pas s’empêcher de pouffer bêtement à chaque phrase en s’excusant de leur faible niveau d’anglais,  pourtant  meilleur que celui de bien des français. Le look jeune fille en fleurs on s’y est très vite adaptées et au bout d’une semaine toutes ces jolies robes me semblaient le « must have » de ma nouvelle garde-robe. On s’adapte vite au goût des autres, mais pas à leurs manières.
  • Après quarante ans la femme chinoise change radicalement de style pour adopter un look que nous connaissons bien mais que nous ne nous attendions pas à retrouver de façon si banale en Chine : celui des prostituées chinoises de Belleville. Jupes moulantes, collants ET chaussures à talons. D’où vient ce mauvais goût soudain ? Impossible de le dire mais c’était une véritable mode.
  • Un style en toutes circonstances: dans le métro ou dans une randonnée à travers  les rizières IL FAUT garder ses chaussures à talon et ses beaux vêtements. Alors que nous étions, suantes, vêtues de Quechua – même pas dernier cri – à grimpouiller dans les rizières, l’amusement et l’incompréhension se mêlaient en regardant les vêtements de ville impeccables de nos homologues chinoises.
p1030911
Cette tenue de randonneuse n’est pas la norme ici. Où sont nos talons et nos robes d’été?

p1030905

 Etre homme en Chine :

  • Porter les sacs des filles : les couples sont nombreux en Chine, on en voit partout, enfin surtout en ville, et on a noté un élément singulier : les hommes portent toujours le sac à main des filles, peu importe qu’il s’agisse d’un sac à dos rose à paillettes ou d’un banal sac en cuir, ou plus classiques des sacs de cartes, c’est l’homme qui porte.
  • L’homme fume. Jamais la femme
  • Il est commun que les hommes remontent leurs t-shirt jusqu’à la poitrine. On en trouve partout en ville.
  • Les hommes n’hésitent pas à nous prendre en photo sans notre consentement, quitte à faire comme s’ils prenaient un selfie. Les filles ont plus tendance à nous le demander. Mais nous sommes régulièrement la cible de photos prises avec des gens qu’on ne connait pas et à qui on ne parle même pas.
p1030801
Canton – aux abords du métro
img-20160622-wa0011
Nous ne connaissons pas ces gens

La rue

  • Ici tout le monde roule en scooter, il y a des voies réservées et c’est un vrai spectacle que de voir les scoots démarrer de concert lorsque le feu rouge passe au vert sur les grandes avenues. Prévoyants, il vaut mieux à la saison des pluies, la plupart ont une ombrelle ou un parapluie intégré, d’autres n’ont qu’une housse imperméable qui couvre le scooter et le passager.
  • La ceinture de sécurité n’est jamais obligatoire, il n’y avait que nous pour la mettre.
  • Pour conduire les chaussées droite et gauche de la route sont rarement séparées. Pour passer, l’astuce c’est de klaxonner plus fort que les autres.
  • D’ailleurs les hommes utilisent bien plus le klaxon que les femmes, en toute situation, simplement pour faire savoir qu’ils existent.
  • La rue est occupée toute la journée : par des échoppes, par des jeunes qui discutent, par des vieux qui jouent aux cartes ou au majong. On retrouve des cartes un peu partout dans les rues.
  • Les gens aiment flâner et rester à ne rien faire. Qu’on soit à Canton ou dans une petite ville de province, beaucoup sont assis sur les trottoirs ou devant leur magasin et regardent la vie se dérouler.

p1040014

p1030950
Millième repas de nouilles au goût poulet

Et encore :

  • Les bébés ne portent pas de couches : leurs bodys sont ouverts devant et derrière. Dans le train que nous avons pris pour Kunming, la jeune maman à nos côtés faisait faire son bébé par terre avant de nettoyer.
  • Il existe ici beaucoup de métiers qui ne serviraient à rien en France : héler le bus, regarder passer le train, etc… bon nombre de Chinois semblent paresser alors qu’ils effectuent un travail au nom de l’Etat. Un moyen pour que chaque citoyen chinois se sente utile ?
  • Les chinois sont en forme, et ils font du sport. Tous les soirs vous avez le choix entre gymnastique en promenade – des couples se baladent et s’arrêtent de temps à autre pour faire des étirements -, ou danse: sur chaque grande place des chorégraphies sont organisées. On en a testé plusieurs, si seulement on pouvait importer ça en France, ça coûte tout de même moins qu’un abonnement en salle de sport.
  • Très ingénieux, dans tous les trains vous trouverez de l’eau bouillante pour boire votre thé ou manger des nouilles chinoises. Ce qui permet de se sustenter durant les longs trajets.
p1040506
Membres de l’ethnie Naxi qui participent aux danses sur la place de Lijiang

p1040616p1030755

Je n’ai cessé durant un mois d’observer avec étonnement la vie qui se déroulait sous mes yeux. Qu’il s’agisse de la campagne, des petites villes ou des mégalopoles, on s’aperçoit qu’on ne connait rien sur la Chine et si beaucoup de clichés s’avèrent vrais, la Chine c’est beaucoup plus que ça. Dans mon carnet de notes le mot qui revient le plus souvent est sans doute « passionnant » : l’histoiredu pays, son fonctionnement, et surtout les Chinois eux-mêmes à la fois insupportables et adorables, tout est une découverte ici. La Chine ne m’avait jamais attirée, l’occasion se présentant j’y suis allée et je suis déjà en train d’imaginer mon prochain voyage tant ça m’a plu. J’aurais encore des dizaines de petites remarques à faire sur ce pays mais je préfère m’y attarder dans des prochains articles avec moult photos et récits de voyage…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s