Chine – Echappée dans le Guangxi

Passer par le Guangxi n’est pas la route la plus rapide pour se rendre au Yunnan, province qui constituait le cœur de notre voyage, nous savions que, si les trois heures à bord d’un TGV ultra moderne pour rejoindre Guilin seraient « easy », le trajet qui allait nous conduire dans le Yunnan par la suite serait notre première vraie rencontre avec la Chine (Aka, 20h de train sur des couchettes « dures » dont je reparlerai). Alors pourquoi passer 4 jours dans le Guangxi ? Pour la bonne et simple raison qu’il se trouve dans cette province deux des plus beaux paysages que possède la Chine : les rizières de Longji ET les fabuleux pics karstiques de Yangshuo.

li7

  • Guilin

On a donc posé nos valises pour quatre jours à Guilin, ville agréable où il n’y a pas grand-chose à faire mais idéalement placée pour visiter toute la région. Ce qu’on a aimé à Guilin c’était d’abord l’auberge de jeunesse dont on a fait notre maison : globalement en Chine toutes les auberges sont sympas mais celle-ci avec son gros canapé rouge nous a particulièrement conquises.

Même si l’intérêt de Guilin réside en son emplacement il y a tout de même de quoi faire quelques balades et visites pas loin de la ville : nous nous sommes contentées d’aller faire les tour des lacs – avec vue sur les pics karstiques – et surtout avec deux pagodes qui donnent un charme bien chinois à l’ensemble. Pour ceux qui souhaiteraient faire plus de choses – mais je rappelle que toute visite en Chine coûte cher – beaucoup nous ont conseillé la grotte de la flûte de roseau dans les environs de Guilin ; ou encore la colline en trompe d’éléphant et le musée de l’héritage des princes Jingjiang dans Guilin même.

li6

 

  • Yangshuo

Impossible de ne pas connaître les fameux pains de sucre de Yangshuo, ce paysage terrestre qui ressemble à quelque chose près à la baie d’Halong au Vietnam. Impossible de ne pas les avoir déjà vus puisque c’est ce paysage qui figure le plus souvent sur les estampes chinoises, et que l’on trouve sur les billets de 20 yuans.

On aperçoit déjà les pics depuis le train qui nous emmène à Guilin, mais c’est en prenant un bus depuis Guilin pour aller à Yangshuo qu’on peut vraiment se balader dans cette superbe région. Malheureusement nous n’avons pas pu apprécier Yangshuo à sa juste valeur : le bus nous dépose en plein milieu d’une ville-musée, ultra touristique, remplie de boutiques pour touristes … au bout il y a la rivière Li, et une vue splendide, bien que voilée sur les fameux pains de sucre.

li3

C’est beau, certes…mais il fait aussi très chaud : on retrouve les 38 degrés de Canton, on sue comme pas possible, on étouffe. Et tout ce monde, c’est insupportable ! Nous n’avons qu’une après-midi pour profiter du lieu alors nous louons un vélo – trop peur de louer un scooter – mais sans véritable plan on n’ose  aller bien loin. Notre erreur ? Avoir pensé que Yangshuo se visitait vite et ressemblait à un lieu magique et paisible. Magique il l’est, mais paisible pas du tout.

li2li1

Mon conseil : Yangshuo vaut sans nul doute le détour, mais pour s’imprégner véritablement du lieu la meilleure chose à faire et de prendre un taxi pour dormir quelques jours dans un village aux alentours de la ville, si possible plutôt vers la rivière Yulong. De là vous pourrez emprunter vélo ou scooter, ou bien remonter la rivière en radeau…si vous n’y êtes pas durant la saison des pluies qui rend impossible la navigation sur Li et Yulong.

A éviter : la saison des pluies. C’est ce jour- là que nous avons compris ce que pouvait vouloir dire « saison des pluies », après avoir été  trempées en quelques minutes plusieurs fois dans la journée, comme si on nous balançait des seaux d’eau sans pour autant en  être rafraîchies.

li4li5

 

Pour se rendre à Yangshuo : depuis la gare ferroviaire de Guilin on trouve des compagnies touristiques qui vous y emmènent pour 45/50 yuans MAIS au retour nous nous sommes contentées d’arrêter un bus en lui demandant s’il allait à Guilin, et on en a eu pour 25 yuans. ASTUCE : demandez à tous les bus que vous croisez, vous devriez tomber sur le bon bus ce qui vous évitera de payer le fameux prix « des touristes ».

li8

  • Rizières de Longji (prononcer long-zi)

Après le semi-échec de Yanghsuo, pour être sûres de ne pas rater notre escapade dans les rizières on s’inscrit pour une sortie organisée par l’auberge. On a vite compris que les distances étaient si grandes, et les guides si peu précis, qu’on ne peut pas tout organiser seules et ça vaut le coup de se laisser transporter en payant un peu plus cher pour éviter les galères. Nous voici donc dans le bus prêtes à apercevoir dans moins de trois heures nos premières rizières chinoises ! Le cœur  bat, on a hâte d’en avoir plein les yeux et…on n’est pas déçues.

li13

Première étape : le village Yao. Les femmes de l’ethnie du même nom qui sont censées ne couper qu’une fois leurs cheveux au moment du mariage nous font un spectacle, de toute évidence un spectacle pour touristes. Le plus intéressant est peut-être d’observer le comportement et les réactions des touristes chinois Han. Puis vient le moment de manger : nous voici attablées avec six autres personnes,  des Malais et deux Français, Loïc et Magalie, qui font une pause durant leur internat de médecine. C’est l’occasion ou jamais de discuter avec les gens et surtout de goûter toutes sortes  de plats qu’on n’aurait jamais commandé de nous-mêmes au restaurant. On découvre qu’on ADORE le riz/tomates/œuf, un plat qu’on trouve partout, mais aussi les patates caramélisées, les aubergines grillées, etc… Le repas est sans-doute l’un des meilleurs côtés de ces sorties organisées, qu’on renouvellera pour aller voir la grande-Muraille.

li14li15li12

 

Enfin arrive le moment de se rendre aux terrasses. Les terrasses de Longji ne sont pas les plus grandes d’Asie, et peut-être pas les plus belles, mais elles font partie des plus hautes. Le dénivelé entre les premières terrasses et celles se trouvant au sommet est assez important ce qui les rend particulièrement impressionnantes et photogéniques. Nous avons aussi eu la chance de venir à une période où le riz était bien vert et l’eau miroitait encore à la surface des rizières.

Pour y monter deux choix s’offraient à nous : le téléphérique, moyen de locomotion favori des Chinois, et nos pieds. Accompagnées de Loïc et Magalie nous choisissons évidemment de monter par nos propres moyens, surtout que la rando ne fait que 50 minutes, même si ce sont 50 minutes pendant lesquelles on ne cesse de monter. Nous voici donc seuls au milieu des rizières, on croise des Chinois qui y travaillent encore, des femmes de l’ethnie Yao qui tissent. Le chemin est très bien indiqué et vaut vraiment le coup. Les photos vous permettront de juger…

li9

Conseil : la sortie nous a coûté 350 yuans, pour sept heures de trajet (aller et retour), un spectacle touristique dont on aurait pu se passer, et un repas. La formule qui se contentait de nous emmener aux rizières aurait probablement suffit, elle coûtait un peu moins cher. Vous trouverez ces excursions proposées dans toutes les auberges de Guilin, c’est à mon avis la meilleure façon de se rendre dans cet endroit difficilement accessible – c’est en effet à assez haute altitude, il faut supporter les lacets de montagne.

Les pics karstiques puis les rizières, aucun doute nous sommes bien en Chine, et maintenant qu’on s’est un peu accoutumées aux façons de faire du pays nous allons vivre notre première grande expérience chinoise : les vingt heures de train qui nous mèneront au Yunnan,  cœur de notre voyage.

One thought on “Chine – Echappée dans le Guangxi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s