Le monde merveilleux de la littérature jeunesse

Il y a six mois je suis devenue par le hasard des choses bibliothécaire jeunesse. Je ne dirais pas que j’ai pénétré dans un monde inconnu, mais j’ai redécouvert plus en profondeur un univers singulier de la littérature et j’en suis tombée amoureuse. J’ai toujours aimé pousser les portes des librairies jeunesse à commencer par la célèbre librairie Chantelivre de l’Ecole des loisirs : un immense magasin rempli de livres pour tous les âges où ma maman aimait nous emmener à deux pas du Bon Marché. J’avais d’ailleurs commencé une petite collection de livre jeunesse à Strasbourg : dans la magnifique librairie de la rue des Juifs j’avais craqué pour « Oh non Georges ! » après l’avoir feuilleté moult fois.

20170928_1428321842279329.jpg
Deux découvertes poétiques: “l’Ourse”, illustrations magnifiques et “Les collectionneurs”, une très bonne idée, une histoire très bien menée.

Alors quand on m’a proposé le poste je me suis dit pourquoi pas. Et j’avais raison parce que la littérature jeunesse c’est canon et ça devrait être bien plus mis en avant – notamment auprès des adultes. Vous trouverez donc à partir de maintenant – et aussi régulièrement que possible – des chroniques de littérature jeunesse, et pour commencer : pourquoi cette passion soudaine pour la littérature jeunesse ?

20171025_1158521842279329.jpg

  1. Parce qu’on a tous commencé par là !

Qu’il s’agisse d’albums, de contes, de documentaire ou de romans il ne s’agit jamais d’une découverte puisque nous avons tous eu entre nos mains des ouvrages de jeunesse. Se replonger dedans c’est avant tout se replonger dans son enfance, l’un des meilleurs moyens de conserver sa part d’enfance peut-être ! Il nous reste toujours l’intonation des phrases de maman ou de papa lorsqu’ils racontaient pour la énième fois la même histoire qu’on aimait tant – « Gargouilligouilla » pour ma part – on se souvient des albums qui nous ont un peu transporté et qu’on aimait regarder encore et encore, et surtout on se souvient des premiers romans dans lesquels on s’est plongé entièrement sans pouvoir en sortir, ceux qui nous ont donné le goût de la lecture. Harry Potter pour ne pas le citer.

Et bien surprise ! S’il y a beaucoup de nouveautés, de bonnes nouveautés, il en va de la jeunesse comme de la littérature adulte : elle a ses grands classiques. D’une génération à l’autre ce sont finalement souvent les mêmes auteurs qui aident les enfants à grandir et à développer leur imagination et on s’aperçoit vite qu’on les connait bien, et qu’on apprécie de les retrouver.

20170914_114143-213056342.jpg
“Moabi” – un ouvrage poétique sur l’écologie et l’homme par le talentueux Mickaël El Fathi
  1. Parce que c’est esthétique et poétique

La littérature jeunesse s’affranchit de certaines règles et se permet une certaine poésie beaucoup plus facilement que la littérature adulte. J’ai l’impression que les enfants sont plus réceptifs à l’association de mots, d’images, d’odeur, de sons, à des métaphores qui nous paraissent pourtant difficiles mais qu’ils intègrent très vite. Les histoires peuvent être douces et belles, expliquer le monde de la façon la plus jolie possible et amoindrir les maux les plus durs.

A côté du texte, souvent travaillé et très fin, il y a les illustrations et je ne vais pas mentir c’est avant tout ça qui m’attire vers tel ou tel livre. A force je finis par connaitre les illustrateurs et j’ai fait de superbes découvertes au point de me mettre moi-même au dessin. On ne peut pas rester six mois à admirer des planches sans avoir envie de se tester à son tour, ça ne fait pas fonctionner que l’imagination des enfants !

20171025_120041-213056342.jpg
“L’Ascension de Saussure” – à mi chemin entre l’album et le documentaire. Voyage au pays du Mont-Blanc.

Les couleurs, les textures, les techniques, autant de choses qui donnent une ambiance si particulière et qui conduisent ces ouvrages enfantins à flirter avec les livres d’arts. Certains sont d’ailleurs de vrais livres d’artistes travaillant sur l’objet livre et on finit par se demander s’il s’agit de livres pour enfants ou pour adultes ! Ces ouvrages coûtent en général un bras et permettent surtout une vraie réflexion sur ce qu’est le livre et ce qu’est l’artiste.

20171024_220405-213056342.jpg
Les livres pour enfant voyagent: on reconnait immédiatement le tramway de Lisbonne et on embarque pour une très belle histoire.
  1. Parce que c’est drôle !

Il y a en littérature jeunesse un humour singulier, une touche d’absurde qui me parle beaucoup. Outre les codes habituels du comique que les enfants abordent très tôt, on trouve souvent dans ces ouvrages un humour un peu grinçant, ironique, qui se moque du monde des adultes ou qui le défie. J’aime que les auteurs jeunesse ne s’adressent pas aux enfants comme à des idiots, loin de là puisque c’est souvent l’adulte qui est considéré comme tel. Ça m’est arrivé souvent de franchement rire en découvrant un album : pour n’en citer qu’un j’ai adoré les histoires de Courgette la grenouille.

20170901_135521-314533811.jpg
“Le sorcier vert” sur le photographe Salgado et son projet de reconstruire une forêt: Le très drôle “La mouette à la croustille” pour sensibiliser les enfants à l’écologie quotidienne!
  1. Parce que ça concerne tout le monde.

Des histoires enfantines ? Surement pas ! J’ai été étonnée de voir combien la littérature jeunesse s’attaquait à tous les sujets du plus anodin au plus grave. J’ai acheté de nombreux livres sur le deuil, la séparation, la guerre, l’écologie, et d’autres histoires simplement drôles mais qui touchaient souvent à des sujets bien plus complexes qu’il n’y paraissait. A mon sens il y a toujours plusieurs niveaux de lecture dans ces ouvrages, ils racontent bien souvent des histoires universelles qui touchent à la tolérance, l’amour, le respect, etc. J’adorerai créer un fonds de bibliothèque pour attirer les adultes vers ces albums soit-disant pour enfants mais qui concernent vraiment tout le monde.

20170914_114321-314533811.jpg
Des livres sur des thématiques moins fun: ici “Coton Blues” sur l’esclavage dans le sud des Etats-Unis. Superbes illustrations et belle évocation des croyances vaudous.

5 . Parce qu’on découvre des choses

Il n’y a pas que les enfants qui apprennent et s’ouvrent à des nouvelles choses avec cette littérature. Certains livres sont des véritables invitations au voyage – pour quelqu’un qui comme moi adore les récits de voyages illustrés, c’est une aubaine – New-York, la montagne, Paris, Lisbonne, il y en a pour tous les goûts. Et les documentaires tirent très bien leur épingle du jeu. Le retour ces derniers temps à des illustrations plus vieillottes fonctionne très bien: en feuilletant les encyclopédies animalières, les livres d’histoire ou même des imagiers on a envie d’aller voir plus loin. Les enfants se spécialisent souvent sur un domaine: les dinosaures, les planètes, les animaux de la mer et devinez quoi…ils en savent bien plus que nous à ce propos et on a donc beaucoup à apprendre de ces ouvrages!

20171005_133842-1047072786.jpg
Passion livres pop-up! Ici sur la préhistoire.

Enfin parce qu’on s’évade, on entre dans des mondes merveilleux qu’on avait oubliés depuis longtemps et ça fait franchement du bien !

Nous avons la chance en France d’avoir un monde de l’édition jeunesse très compétent, qui publie régulièrement de très bonnes choses avec d’excellents illustrateurs et autant de supers auteurs. L’offre éditoriale est bien moins importante que dans le secteur adulte mais à mon sens de meilleure qualité : il est en effet très rare qu’il y ait de mauvais livres qui sortent. On peut ne pas en aimer certains, en critiquer d’autres sur leur message, leur rigueur mais il s’agit souvent seulement d’une question de goût.

20171025_120106-1047072786.jpg
Dernière trouvaille “Le voyage d’Osvaldo” – Une mignonne histoire pour affronter ses peurs et vivre de grandes aventures!

Quelques adresses et liens:

Avant de vous faire des articles plus complets sur le sujet et pour aller plus loin je vous conseille vivement un blog superbe qui donne envie: La route des briques jaunes tenu par Vicky et Mathilde. Beaux, épurés, les livres choisis sont variés, originaux et très bien critiqués. Une référence pour les blogs jeunesse.

La librairie chantelivre de l’Ecole des loisirs: 13 rue de Sèvres, Paris, Metro Sèvres-Babylone

Librairie La Bouquinette, 28 rue des Juifs, Strasbourg : les devantures sont faites par des artistes et changent régulièrement. Mieux que les vitrines de Noel des Galeries

*Le dessin de la vignette de l’article est de moi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s