La montagne oui, mais depuis son canapé!

Cette année aura été une année très propice à la lecture et j’ai pu découvrir plusieurs pépites qu’il me semble de bon ton de vous présenter en cette période hivernale. La neige sur Paris, les vacances scolaires qui commencent et tout ce blanc sur instagram ça donne envie d’aller à la montagne non? Tant mieux c’est ce que j’ai prévu aujourd’hui! Alors on chausse ses crampons, on s’encorde bien et c’est parti pour une virée dans la Grande Montagne… bien assis dans son canapé avec un plaid et un chocolat chaud.

 

 

 

Premier de Cordée – Roger Frison-Roche ou le maître des romans d’alpinisme

J’ai toujours bien aimé la montagne mais je ne pensais pas qu’on puisse vraiment écrire un roman là-dessus: déjà que regarder mon papa grimper me lasse assez vite alors me coltiner tout un bouquin dessus bof bof. Et puis ma soeur a lu Frison Roche et elle a passé un certain temps à chercher sur internet comment devenir guide de haute montagne. Ma soeur étant plutot du genre à aimer le ski en grande partie pour le café viennois du restau d’altitude, ça m’a intrigué. Je suis allée chercher le livre en bibli et là ce fut la révélation!


Premier de cordée, c’est l’histoire de Pierre Servettaz, fils et petit-fils de guides de Chamonix, parti en course avec son oncle Joseph qui apprend la mort d’un des leurs sur la terrible voie des Drus. Alors qu’il tente de récupérer le corps du mort avec d’autres volontaires il fait une grave chute et souffre à partir de ce moment du vertige, incompatible avec sa vocation de guide de haute montagne.

J’ai été immédiatement happée par le récit de Pierre, depuis la triste révélation de la mort du guide jusqu’à la lutte de Pierre contre sa maladie – oui le vertige est ici considérée comme une maladie. Le roman se divise d’ailleurs en deux parties: la première se situe sur les cimes de la haute montagne, la seconde dans le village et les pâturages de la vallée de Chamonix où on suit Pierre et ses amis dans leur vie quotidienne entre métier de guide et retour à la maison.

Dôme du goûter, Aiguille Verte, Mont-Maudit…Depuis toute petite j’ai été bercée par les noms des montagnes et des massifs alpins aussi poétiques les uns que les autres et c’est avec bonheur qu’on suit ici le récit passionnant des aventures d’ hommes partis à l’assaut de cette majestueuse, mais capricieuse, montagne, à travers la vie de la compagnie des guides de Chamonix qui accueille et guide les premiers touristes aux envies d’alpinisme en ce milieu de XXe siècle. Un roman à la fois haletant, profond et historique que je recommande à tous, et pas seulement aux fans de montagne! C’est sans aucun doute mon GROS coup de coeur de l’année.

Mon conseil: munissez vous d’une carte du massif du Mont-Blanc pour mieux situer les différents lieux du récit, et ça permet d’apprendre la géographie des Alpes, c”est toujours sympa.

20180109_1717551836564131.jpg

L’ascension de Saussure – un bel album pour admirer la montagne

Bibliothécaire jeunesse un jour, bibliothécaire jeunesse toujours! Je ne me voyais pas publier cet article sans y intégrer un ouvrage pour enfants et quel ouvrage!

Il ne s’agit pas d’un album à proprement parler mais presque d’un documentaire sur ce qui peut être considéré comme la première ascension du Mont-Blanc. Une expédition qui est au fondement de l’alpinisme, dirigée par Horace Bénédict de Saussure, géologue et naturaliste du XVIIIe siècle.

 

Le narrateur – que vous découvrirez à la fin de l’album – nous emmène en compagnie de l”expédition sur les pentes du Mont-Blanc, depuis le village de Chamonix jusqu’ au sommet. Au fil des pages on ressent l’atmosphère singulière de la montagne et en particulier des Alpes. Les dessins sont superbes, le choix des couleurs, de la composition de la page, laissent toute sa place à la flore, à la faune et à la montagne elle-même. On reconnait certains lieux comme la Mer de glace, et surtout on prend plaisir à observer chaque petit détail qui compose cette expédition. Un effort particulier est fait sur le matériel emporté, le type de vêtements utilisés, etc.

Loin d’être un récit cet album est avant tout une ode à la montagne qui devrait toucher les enfants – dans mon souvenir j’étais essentiellement sensible aux dessins et à l’atmosphère qui se dégageait d’un livre – et leur offrir une première expérience de la montagne. Et pour les parents qui aiment la montagne: le livre est vraiment trop beau, achetez-le au moins pour vous!

20180109_171938191589410.jpg

Le sommet des dieux – Le génie de Jiro Tanigushi qui nous transporte en Himalaya

J’ai ouvert le 1er tome de ce manga à Noël, période habituelle de lecture de BD intensive, et je suis allée fissa emprunter les quatre suivants en revenant de vacances. Ce manga est assez long, mais une fois que vous serez plongé dedans difficile d’en sortir.

Synopsis: Fukamashi, journaliste japonais, accompagne une expédition japonaise sur l’Everest en tant que reporter. Après l’échec de l’expédition il reste seul à Katmandou où il découvre dans un boui- boui un appareil photo qui aurait appartenu à Mallaury, un alpiniste ayant tenté l’ascension en 1924. Plus étonnant encore, cet appareil photo semble être lié à un autre alpiniste japonais, Habu Joji, disparu il y a plus de dix ans. De Katmandou à Tokyo le héros mène l’enquête sur ce fameux appareil photo et sur l’intrigant personnage de Habu qu’il découvre au fil des tomes.

20180109_172053-2146093713.jpg

Je ne sais par quoi commencer pour dire combien ce manga est génial: l’histoire, les dessins, l’ambiance si particulière de la montagne et son appel incessant, tout sonne juste. L’enquête m’a captivée du début à la fin, il faut dire qu’elle s’appuie sur l’un des grands mystères de l’alpinisme: savoir qui a foulé pour la première fois l’Everest, le sommet des Dieux. Cette trame principale permet d’en apprendre beaucoup sur l’histoire de l’alpinisme, des expéditions et de l’emprise britannique sur cette région.

L’histoire secondaire, qui devient vite principale, autour du personnage de Habu est également passionnante car elle permet de comprendre l’attrait et la folie de la montagne. On suit Habu de sommets et sommets, le parcours finalement “typique” d’un alpiniste et, s’identifiant au héros, on est vite rattrapé nous aussi par cette envie de montagne. Même si on est bien content de grimper des cascades de glaces uniquement via le livre, car en vrai ça ne me tenterait pas trop.

20180109_172038229739337.jpg

Ce manga est exceptionnel pour sa précision et sa bonne connaissance de la montagne: les termes, les techniques, les habitudes des alpinistes tout y est extrêmement bien documenté. Mon papa qui, sans être un grand  alpiniste, est tout de même assez connaisseur était épaté par la justesse du ton et de l’histoire. C’est d’ailleurs lui qui m’a conseillé le livre.

Passionnant, haletant – l’oxygène est faible en altitude – et très bien renseigné,  pour moi ce manga est un chef d’oeuvre des récits d’alpinisme!

20171114_120043-1910895782.jpg

Carnets à la Verticale – Carnet de voyage d’un grimpeur/dessinateur

Le dernier mais non le moindre! J’ai recu ce carnet de voyage lors d’un précédent anniversaire. J’aime faire confiance aux gens quand ils m’offrent des carnets de voyage, et j’ai raison puisque je fais à chaque fois de superbes découvertes comme celle-ci. Je vous ai d’ailleurs déjà parlé de cet ouvrage dans mon article sur l’inktober tant cet auteur est une source d’inspiration.

20180109_171700-1557309212.jpg

Je récapitule: Jeremy Collins est un grimpeur et alpiniste très investi dans la protection de l’environnement mais aussi les droits des indiens d’Amérique, et il a rédigé il y a quelques années un carnet de voyage sur quatre de ses ascensions aux quatre coins du monde. Le résultat est un petit bijou d’écriture, de dessins, de photos, bref un carnet de voyage parfait qui fait voyager sur des parois rocheuses où on ne mettra jamais les pieds!

20180109_171654155411527.jpg

Je suis totalement amoureuse de son style de dessin – n’hésitez pas à aller voir son instagram jercollins_com – mais son récit est également passionnant. Il raconte les difficultés de l’homme face à la nature dans ce qu’elle a de plus dangereux et de plus attirant, la perte de confiance, la peur, l’envie d’aller plus loin mais aussi les liens qui se créent entre les hommes qui partagent cette passion. Un immense coup de coeur dont je ne me remets pas!

En espérant que cet article vous aura donné envie de plonger dans la littérature d’alpinisme et de découvrir ce type particulier de littérature d’aventure / de voyage. J’ai grand hâte de pouvoir vous concocter bientôt un nouvel article à thème, si vous avez des idées ou des sujets littéraires dont vous aimeriez parler, n’hésitez pas à m’en faire part!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s