Interview d’expatriés – Justine à Saint-Martin

Vous aviez déjà rencontré Justine lors de son PVT en Australie où elle avait découvert une nouvelle vie super épanouissante faite de grands espaces, de vie en van et d’aventure. Mais elle ne s’est pas arrêtée là et après son année à l’autre bout du monde c’est à Saint-Martin qu’elle a posé ses valises. L’île de Saint-Martin, même si elle est française, est si éloignée de la métropole qu’il n’est pas difficile de s’y sentir expatriée, je suis donc très heureuse de pouvoir interviewer à nouveau Justine  pour en savoir plus sur sa vie insulaire entre cyclones et cocotiers!

  1. Bonjour Justine, la dernière fois que tu étais sur le blog tu nous racontais ton merveilleux PVT en Australie, on te retrouve aujourd’hui à Saint-Martin. Qu’est ce que tu es venue faire ici ?

Je suis rentrée de mon séjour en Australie en janvier 2017, sous des températures glaciales. J’ai repris le travail seulement deux jours après mon retour au sein d’une grosse structure parisienne. Je n’ai tout simplement pas supporté ce brusque retour à la réalité, j’ai donc décidé de tout plaquer et de partir tenter ma chance sur les îles françaises.

C’est par hasard, en répondant à des annonces d’emploi, que j’ai déniché une opportunité professionnelle sur l’île de St Martin dont je ne connaissais même pas l’existence !

34385702_10217231139316332_5150776672605175808_n

  1. Qu’est ce qui t’attire particulièrement dans la vie insulaire ? Depuis quand tu es intéressée par l’idée d’aller vivre dans les îles ?

En Australie, j’avais adoré vivre dans des villes côtières : le cadre de vie y était exceptionnel.

Je ne souhaitais pas spécialement vivre sur une île, je voulais juste quitter la France, m’expatrier. Mais comme je suis avocat, je ne peux pas travailler à l’étranger sauf à refaire de longues études. Les îles étaient un bon compromis pour être dépaysée et continuer à exercer mon métier, tout en profitant de la douceur de vie des Caraïbes.

34340330_10217231150316607_673558993519509504_n
Carnaval de Saint-Martin côté français

 

  1. Tu as connu Saint Martin avant et après Irma : quelles sont les différences ? Les difficultés rencontrées par les habitants ?

Il y a clairement un avant et un après Irma, l’île n’est plus la même. Avant, c’était l’île de la fête et du tourisme à outrance. Aujourd’hui l’île est silencieuse, beaucoup de gens ont quitté l’île. Les ouvriers BTP ont remplacé les touristes car l’heure est à la reconstruction et cela prend du temps.

La saison cyclonique a repris, chacun retient son souffle en priant pour que ça ne recommence pas cette année. Pour ma part, je préfère l’île sans les touristes, c’est agréable de pouvoir accéder aux plages qui auparavant étaient toutes privatisées par des hôtels gigantesques. Il est agréable de se promener librement sans afflux de touristes américains.

34344321_10217231163636940_1142591167662129152_n
Les traces d’Irma

Même si l’île est abîmée, en quelque sorte la nature a repris ses droits. Je traverse régulièrement les ruines des hôtels pour accéder aux anciennes plages privatisées avec une certaine satisfaction. Malheureusement je constate que les hôtels sont en cours de reconstruction, à l’identique.

J’ai vécu deux séismes ici, et des études alarment la population sur un risque de tsunami, mais  cela n’empêche pas les investisseurs de construire sur les plages. Money is Money !

  1. Quels sont tes lieux préférés pour sortir à Saint-Martin ?

Le quartier « Grand’Case » est niché dans les montagnes verdoyantes du côté français de l’île. C’est la capitale gastronomique des Caraïbes. La journée, une sorte de torpeur gagne les habitants en raison de la chaleur et du rythme de vie très lent. Le soir, la musique résonne et les restaurants se remplissent.

Du côté hollandais du l’île, l’ambiance est très différente, très « américanisée ». C’est là que se situent la plupart des boîtes de nuit, des casinos et des bars.

  1. Qu’est ce que tu conseillerais de faire absolument en venant à Saint-Martin ?

Je conseillerais de ne surtout pas aller sur les sites touristiques sans charme ni saveur. Désormais, je connais des endroits secrets connus des seuls locaux : la piscine naturelle, des points de vue en haut de montagnes, des petites plages difficiles d’accès, et bien sûr, les petites îles aux alentours pour faire du snorkeling et observer les poissons, raies, tortues…

34558717_10217232953681690_4969440391704084480_n
Sortie en catamaran
  1. Quelles sont les grandes différences avec la vie métropolitaine ? (Il doit y en avoir énormément donc quelles sont les plus frappantes?)

Le rythme de vie est plus lent, la vie beaucoup moins stressante. Les Antillais sont flegmatiques, « à la cool ». C’est très agréable de travailler avec eux, et je réalise désormais à quel point les métropolitains ont tendance à être râleurs : je comprends mieux notre réputation !

Le mode de vie est aussi plus chaleureux : on se tutoie, on passe notre vie en tong, on s’appelle « doudou » et « chérie », les gens t’invitent très facilement chez eux. Il n’y a pas les mêmes barrières qu’en métropole.

L’on ressent aussi une grande liberté, il y a beaucoup moins de règles, de normes, de surveillance. Bien sûr, cela laisse la place à beaucoup d’abus et à une certaine anarchie. Parfois, le sentiment d’insécurité est prégnant, non seulement en raison du fort taux de délinquance mais aussi en raison de l’insuffisance des structures de santé.

 

 

  1. Il y a des choses qui te manquent de la France métropolitaine ?

Indéniablement, la culture : elle est inexistante ici !

Mais aussi la diversité des paysages français. Il ne faut pas oublier que l’île est un petit caillou, il faut prendre l’avion pour changer de coin et c’est un sacré budget. En France, il est facile de changer d’air, de se dépayser, de se divertir avec des loisirs très différents.

Les boutiques françaises me manquent aussi, ici il n’y a rien. Un seul supermarché avec de la bouffe industrielle et quelques boutiques de vêtements pour touristes. Je rêve d’un Décathlon ou d’un Biocoop !

34343775_10217231135516237_5982110941850894336_n
Les chèvres qui errent près des piscines naturelles
  1. Tu as visité ou prévu de visiter des pays et des îles alentour ?

Je connais les petites îles voisines accessibles en bateau comme St Barth ou Anguilla. Mais j’aimerais visiter les îles plus lointaines comme la Martinique, la Guadeloupe, les îles Vierges, Cuba etc… toutes les îles des petites Antilles. Mais il faut du temps et du budget, pour l’instant je suis plutôt occupée à trouver un appartement, et après Irma : Dieu que c’est difficile !

  1. Qu’est ce qui a le plus changé dans ta vie depuis que tu es ici ?

Le mode de vie : finis les galères de transport, la grisaille parisienne, la mauvaise humeur et le stress ambiant !

  1. Tu te verrais rester vivre ici longtemps ? Ou changer d’île ? De pays ?

L’île est très petite, je me vois difficilement y rester toute ma vie. Tout est possible, je ne ferme la porte à rien : je me laisse la possibilité d’aller un jour élever des lamas en Patagonie si cela me chante !

Pour l’instant en tout cas, je me vois vivre à St Martin quelques années pour gagner en expérience professionnelle dans un beau cadre de vie.

34335418_10217231158916822_4714906052624121856_n

 

  1. Quelles sont les différences dans la pratique de ton métier ici par rapport à Paris ?

La pratique est totalement différente.

A Paris, je travaillais dans un grand cabinet d’avocats, au sein d’un département ultra spécialisé, les enjeux financiers s’élevaient à plusieurs millions. Ici, je travaille au sein d’un micro-cabinet généraliste qui fait de tout, le contact humain est bien plus prégnant. Le tribunal est minuscule, tout le monde se connait (15 avocats sur l’île contre plusieurs milliers à Paris).

34383478_10217231181397384_3891829072753328128_n

  1. On entend souvent dire qu’il n’est pas facile de rencontrer des gens et de s’intégrer dans les îles : ton avis à toi d’après ton expérience ?

En effet, il est très difficile de recommencer sa vie à zéro en quittant tous ses repères, notamment les amis, la famille, l’entourage.

La solitude, un sentiment de vide, peut vite nous gagner, nous sommes plus vite bouleversés car en cas de problème, la famille est loin. Il faut se recréer une famille de cœur, un entourage, mais cela n’est pas facile.

Il y a une grande différence de culture entre les métropolitains et les locaux, je remarque qu’il n’y a pas vraiment de mixité, chacun reste dans son cercle et c’est bien dommage. Moi-même, je fréquente des métropolitains fraîchement arrivés sur l’île, nous nous retrouvons entre jeunes un peu esseulés.

  1. As-tu l’impression que Saint-Martin est tournée vers d’autres pays plus que vers la France ?

Saint Martin est une île très particulière : elle est internationale et cosmopolite. Le côté hollandais de l’île est très anglo-saxon, tourné vers la culture américaine. Nombre de locaux, y compris français, ne parlent que l’anglais. L’île de Saint Martin reste sous perfusion de la métropole dont elle est entièrement dépendante, mais je ne considère pas être en France sur cette île.

34399602_10217231144316457_6157364745901965312_n
Vue sur la déchetterie côté français : l’écologie est un gros sujet ici
  1. Il y a des différences entre la partie hollandaise et la partie française de l’île ?

La frontière physique n’existe pas mais les deux côtés sont extrêmement différents culturellement parlant.

Le côté français est plus calme, les constructions sont plus modestes et l’ambiance est plus authentique. Côté hollandais, il y a davantage de buildings et de grandes constructions hôtelières.

34303577_10217231154916722_680786637499662336_n
Le fort de Philisburg côté hollandais
  1. Quel serait ton bilan d’une année passée ici ?

Je ne regrette pas mon choix d’avoir quitté ma vie parisienne pour tenter autre chose, mais j’avais sous-estimé les difficultés aussi bien au niveau de l’intégration, que les difficultés inhérentes à Irma. Il faut se battre pour se construire une vie ici : Saint-Martin, ça se mérite ! Mais pour rien au monde je ne souhaiterais rentrer en métropole. Une fois que l’on a goûté à ce mode de vie…

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s