Interview d’expat – Caroline chez les Pictes

Je suis très heureuse de vous présenter mon deuxième épisode des “interview d’expats”! J’ai un peu traîné, moi qui pensais en publier un par mois MAIS je me rattraperai très vite. Promis. Aujourd’hui c’est ma très bonne copine Caroline qui s’est prêtée au jeu de l’interview.

Quand j’ai rencontré Caro elle me parlait déjà d’Ecosse, il faut dire qu’elle avait vécu un an déjà au Pays de Galles donc les paysages pluvieux et très verts avec des châteaux ça la connaissait. Puis elle a réussi à partir et en quelques semaines elle était tout à fait installée. Alors presque trois ans après: qu’est ce que c’est d’être expat en Ecosse?

Salut Caro, qu’est ce que tu fais en Ecosse ? 

Je suis en Ecosse depuis Aout 2014, d’abord à Glasgow pour mes études et après à Edimbourg depuis Aout 2015, pour le travail.

Où vis-tu ?

Dans la capitale écossaise Edimbourg. Cela a été un rêve de plusieurs années de venir vivre en Ecosse et spécialement à Edimbourg. Beaucoup de personnes (Français et Ecossais) me demandent « pourquoi l’Ecosse ? », et c’est toujours difficile de faire comprendre que l’ambiance du pays et le mode de vie ici me correspondent plus qu’à Paris.

IMG_0254
Edimbourg et sa pierre noire
DSC_5497
Glasgow – Université “Harry Potter”. Une ville jeune, une ambiance de fête et une culture alternative.

Quelles différences notables avec la France ?

Une fois passée la barrière de la langue (surtout des accents !), on se rend compte qu’il n’y  a pas tellement de différences dans la vie quotidienne. Les soucis et les envies ne sont pas si différents que ceux des Français – Français et Ecossais ont tous les mêmes sujets de conversation autour de la table au repas de Noel par exemple

Pour une différence plus marquante peut-être : le système scolaire. De la primaire à l’université, les Ecossais ont essayé de se concentrer sur l’inclusion : les classes sont très mixtes (niveaux de vie, capacités..) et la différence de l’autre est –en surface- acceptée.

Sinon, s’il y a quelque de chose de bien britannique,  c’est le « politiquement correct ». Les Ecossais (sobres) ont une telle maîtrise d’eux-mêmes : pas de disputes dans les files d’attentes, pas de bousculades dans les transports en commun, pas un mot plus haut que l’autre, excuse me sir, please, may I help ?  (Par contre, à la nuit tombée, à la sortie du pub et l’alcool aidant, certains deviennent WILD.)

DSC_5951
Oban – le port de départ pour les Hébrides
eilean
Eilean Donan Castle – Le plus célèbre des châteaux creepy d’Ecosse

As-tu rencontré des difficultés lors de ton arrivée/ton installation ?

Pas spécialement de difficultés liées à l’Ecosse: pour l’instant, pas besoin de visa ou même de permis de travail. Mais on rencontre les difficultés de base que les expats connaissent tous : ouvrir un compte en banque, trouver un logement…

Ah si, il y a eu une difficulté spécial « Edimbourg » : trouver un logement au mois d’août. A cause du festival, les loyers flambent juste pour le mois et une grande partie des appartements est louée à des touristes venus pour le festival (ne parlons pas des hôtels et auberges de jeunesse).

Si vous cherchez un appart à Edimbourg, essayez plutôt en mai-juin ou il faudra casser la tirelire.

Y a-t-il des choses qui te manquent de la France ?

Une bonne boulangerie.

IMG_0193
Edimbourg – Princes street la rue principale de New Town
DSC_5715
Edimbourg – Victoria street entre New Town et Old Town

Quelles habitudes as-tu prises ici ?

Je suis en général plus zen en Ecosse – dans les transports, sur la route… dès que j’arrive à Paris, j’ai la tension qui monte d’un coup !

Qu’as-tu visité dans le pays/la région

J’ai vu Edimbourg en long en large en travers, et je suis sûre qu’il y a encore beaucoup à voir ! Mais mon souvenir préféré c’est la fois où j’ai loué une voiture pour monter dans les Highlands, les lochs, les montagnes (que les Ecossais appellent « Ben »), les vues à couper le souffle.

Pentlands
Les Pentlands – Des minis montagnes à quelques minutes d’Edimbourg, de quoi randonner le dimanche en pleine nature
fb_img_1489085028156.jpg
A chaque saison l’Ecosse prend des couleurs différentes et un nouveau paysage s’offre à vous
DSC_5992
Pas très loin de Glasgow se trouve Glencoe et les three sisters – un incontournable de l’Ecosse.

Quels prochains voyages/découvertes sont prévus ?

Pour les prochains voyages en terre écossaise, j’aimerais beaucoup aller dans les Shetlands pour le festival viking Up Helly Aa, (dernière semaine de janvier) peut-être l’année prochaine ? Mais mon prochain voyage est un peu plus « exotique », je pars au Brésil : Rio, les chutes d’Iguaçu ..

Ce que tu conseillerais de faire/voir absolument en Ecosse et à Edimbourg ?

3 jours à Edimbourg – les visites guidées de nuits dans les ruelles sombres de la ville sont un must + une nuit à Glasgow pour faire l’expérience des bars et des concerts, et une semaine minimum en voiture dans les Highlands pour en prendre plein des mirettes. Les plus courageux peuvent planter leur tente et camper. Je conseillerais de visiter une île, Skye ou la plus petite et belle Arran. C’est très beau et on prend un bon bol d’air pur.

arran 2
Vacances  en automne pour découvrir l’île d’Arran trop méconnue

Des endroits où sortir ?

Faire la fête ? Glasgow ! des bars très sympas à tous les coins de rue, dans le West end surtout. A ne pas rater : participer à un ceillidh. Danses écossaises, et whisky pour vous réchauffer.

10750356_10152877127079430_9086088100772287629_o
Pub dans le West End à Glasgow.  Ici le pub est une institution!

Quelle est la super découverte de ton nouveau pays qui n’existe pas ailleurs ?

La culture du pub, aller dans un bar, se rechauffer, voir ses amis, boire un verre.

Est-il facile de rencontrer des gens ?

Super facile, surtout avec l’accent français . Allez dans un pub, même le plus reculé et vous vous retrouverez toujours à discuter avec un local. Mes amis écossais, je les ai rencontrés sur le pas de ma porte (histoire vraie) car c’étaient les voisins !

caro
Arthur’s seat – le sommet d’Edimbourg, une ascension pas si facile sur une falaise sauvage qui donne une vue sur tout Edimbourg… et sur la mer du Nord.
IMG_0295
Edimbourg et les Paintlands au loin – Vue depuis le Museum of Scotland

Et une autre expatriation ?

Je pense repartir à un moment mais j’espère que l’Ecosse restera mon point de chute final.

Ressent-on une identité écossaise très forte ? Est-ce qu’on parle beaucoup du Brexit ?

Oui, venez à Edimbourg pendant les 6 nations pour voir ! Dans les mois qui ont suivi le Brexit, oui. Certains Ecossais sont même venus me voir pour s’excuser du vote de certains de leurs compatriotes (quand on parle de politesse..). Les choses sont un peu retombées depuis septembre, on est un peu dans le noir et l’incertitude.

arran1
Alors il pleut tout le temps en Ecosse?

Justine et le PVT en Australie

Pour lancer ma nouvelle rubrique d’interview d’expats – idée piquée du blog de Mathilde (eh oui encore!) – j’ai fait appel à ma Justine, une amie élève du barreau de Paris qui a pris une année de césure pour vivre sous le grand air australien. Travailler, voyager, galérer un peu : comment ça se passe concrètement une année de PVT en Australie? Justine a accepté de répondre à mes quelques questions et devinez quoi…ça donne sacrément envie de partir!

Qu’est ce que tu es allée faire en Australie?

J’ai décidé de partir une année à l’autre bout du monde, en Australie, afin d’apprendre l’anglais. Mais le projet linguistique s’est vite transformé en roadtrip ! J’ai voyagé la moitié de mon séjour, et travaillé en tant que jeune fille au pair dans une famille australienne l’autre moitié.

Où vivais-tu?

J’ai vécu à Brisbane, dans l’état du Queensland. C’est la 3ème plus grosse ville d’Australie mais c’est une ville à taille humaine assez isolée. Le climat subtropical assure une météo idéale, avec un hiver dont les températures oscillent entre 15 et 20 degrés. Cet hiver très doux a été un argument déterminant dans le choix de mon lieu d’établissement, outre le coût de la vie nettement moins élevé qu’ailleurs.

Il est assez facile de dénicher une chambre en colocation sur du court terme, mais les prix sont plus élevés que sur le long terme. La grande flexibilité de ce type de location se paye, il suffit de payer un « bond », une sorte de caution, et c’est tout ! En revanche, tout est basé sur la confiance, il n’y a aucune trace écrite sur les locations « short term » , il faut donc être prudent.

Trop fière de ma maison sur roue retapée par mes soins.
Trop fière de ma maison sur roue retapée par mes soins.
13012645_10209782448903727_9192114217344921055_n
S’arrêter dans des lieux tout droit sortis de films.

Quelles difficultés as-tu rencontrées lors de ton arrivée?

En PVT il n’est pas si facile de trouver un emploi : on ne peut travailler que 6 mois d’affilée pour un même employeur. Personnellement, j’ai commencé à chercher un job quelques mois avant l’expiration de mon visa, ce qui m’a beaucoup pénalisée. Il existe aussi une concurrence réelle avec les étudiants qui ont peu de cours à l’université, mis dans  l’obligation de travailler à cause du prix très élevé des frais de scolarité. Enfin, la barrière de la langue est une difficulté supplémentaire.

Le plus facile est d’opter pour un travail de récolte à la  ferme,  mais il est indispensable d’avoir une voiture – la voiture est indispensable dans ce pays –  d’être mobile, et d’avoir conscience de la précarité de ce type de poste. A titre d’exemple, j’ai parcouru 2300km d’une traite, en 3 jours, pour rejoindre une ferme productrice de citrons qui m’avait offert du travail. A mon arrivée, l’exploitant m’a annoncé que le cours du citron avait baissé, et que par conséquent, il me faudrait rester dans les environs en attendant son appel… 15 jours plus tard, toujours rien !

Pour ce qui est de trouver un van il existe un véritable marché pour les backpacker. L’idée consiste à acheter un utilitaire à un entrepreneur et à lui offrir une seconde vie en le transformant en campervan. Personnellement, j’ai acheté un utilitaire affichant 200 000 kms au compteur afin de l’aménager (compter 3000 dollars la vieille camionnette, au moins 1000 dollars d’équipement, et 1000 dollars d’assurance).

On roule, on roule sans s'arrêter dans le désert australien.
On roule, on roule sans s’arrêter dans le désert australien.

Quelles sont les différences notables entre l’Australie et la France?

La bouffe et la culture ! C’est en s’expatriant que l’on réalise la richesse de notre gastronomie et de notre histoire ! Originellement, l’Australie est une terre aborigène. L’histoire de l’Australie est donc essentiellement celle de sa colonisation, qui est relativement récente (18, 19ème siècle). Il n’y a donc pas de beaux châteaux à visiter, mais plutôt des buildings !

Quelles habitudes as-tu prises dans ton pays d’accueil? 

La principale habitude que j’ai prise en Australie est liée au rythme de vie. J’ai appris à vivre à l’heure australienne, c’est-à-dire en fonction du rythme du soleil. Celui-ci se lève entre 5 et 6h du matin, l’on prend vite l’habitude de se lever entre 6h30 et 7h du matin, y compris le weekend. Les australiens sont des lève-tôt, et des couche-tôt, à 22h les rues se vident.

Une année remplie de visites et de découvertes?

J’ai parcouru tout la côte est de l’Australie à bord de mon van, en allant de Cairns (grande barrière de corail, nord du Queensland) à Melbourne, en passant par le désert d’Alice Spring. Je n’ai pas pu visiter la côte ouest, les distances étant trop longues, il aurait fallu une année complète de voyage pour parcourir toute les côtes australienne en van (ce que font d’ailleurs beaucoup de backpacker !) Mais je souhaitais également me poser pour travailler.

La vie au grand air et ses nombreux avantages: le feu de bois au milieu du désert.
La vie au grand air et ses nombreux avantages: le feu de bois au milieu du désert.
Pause photos dans de désert.
Pause photos dans le désert.

Que conseillerais-tu absolument de voir ou faire en Australie?

Incontestablement, le Red Center, autrement dit le désert  d’Alice Spring ! Ce fut une expérience incroyable, le seul fait d’évoquer ce périple m’émeut ! Pour atteindre le désert, il faut d’abord parcourir 2000 km de no man’s land. Une seule route qui s’enfonce aux confins de l’Australie profonde, là où la terre orangée est sèche et rocailleuse. Des milliers de kilomètres de plaines désertiques, avec parfois une ligne de train de marchandises, quelques vaches faméliques.  Les arrêts dans les stations essence sorties de nulle part valent le détour, non pas pour le prix exorbitant du carburant, mais pour l’atmosphère très « far west ». La rencontre de ces gens qui vivent dans le grand outback, à 1000 km d’une ville, est une expérience en elle-même. Le « Territoire du Nord » que l’on traverse est également peuplé en grande partie d’aborigènes, qui vivent dans des réserves interdites aux touristes. Mais l’on en rencontre beaucoup dans les stations essence, qui font office de boutique d’approvisionnement en chips, coca et autre malbouffe. Bon nombre d’aborigènes en raffolent, perdus bien loin de leurs racines et de leur culture ancestrale.

L’arrivée à Alice Spring, la porte d’entrée du Red center, est un moment fort car il marque la fin d’un long périple. Commence alors la grande aventure du désert, ses paysages époustouflants, la chaleur écrasante et les nuées de mouches qui nous poursuivent sans relâche ! Pour les sites les plus touristiques, cela signifie aussi une horde de cars de touristes chinois, tout beaux, tous propres, armés de leur appareil photo.

La terre ocre d'Alice Springs.
La terre ocre d’Uluru, le rocher sacré des Aborigènes.
Au sommet d'Uluru.
Au sommet d’Uluru.

Autre lieu typique incontournable : le nord du Queensland, ce territoire hostile et moite. C’est une ambiance unique, bien loin du cliché du surfeur australien à Sydney. Le climat y est tropical, l’atmosphère est lourde, moite et humide. Un parfait vivarium qu’affectionnent particulièrement les crocodiles et autres espèces dangereuses en tout genre. Il est interdit de se baigner dans la moindre petite creek d’eau, la baignade y est extrêmement dangereuse. Dans un autre genre, les méduses tueuses peuplent les eaux de Cairns pendant la saison des pluie. Charmant.

Là bas, l’Australien, c’est un vrai gars du pays, qui te dit « Hey mate » quand il te voit, assassine l’anglais avec son accent écorché, porte le grand chapeau en paille et la chemise à carreaux. La conversation du coin de rue ? La chasse au crocodile en mer. Rien ne leur fait plus plaisir que de parler des captures de crocodiles (relâchés dans des parcs) avec force  détails pour terroriser le touriste facilement impressionnable.

Cairns, au nord du Queensland. Entre grande barrière de corail et mangroves.
Cap tribulation – la région la plus au nord du Queensland après laquelle il n’existe plus de route bitumée.
12928214_10209566086894812_373650448367325193_n
Le lagon de Cairns: impossible de se baigner dans l’eau à cause de sa mangrove trop dangereuse

Des endroits où sortir ou faire la fête?

Je ne suis pas allée en Australie pour faire la fête, je n’étais pas du tout attirée par les sorties en bar. Je passais mes weekend à parcourir le pays, y compris lorsque j’étais basée à Brisbane. Et puis, en Australie, la vie est chère ! L’alcool est surtaxé, il faut donc avoir les moyens de prendre un verre, c’est quand même un budget !

Une spécialité culinaire ou culturelle que tu as adorée?

Un plat ? Non, sans déconner, on est en Australie. Leur grande fierté nationale, c’est une sorte de pâte à tartiner industrielle  (Vegemite) qui est une spécialité australienne. Immonde.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié le savoir-vivre australien, à tout point de vue. La vie  est agréable, je n’ai pas ressenti le stress et l’agacement généralisé qui existe à Paris. Les gens prennent les transports en commun calmement, ils font sagement la queue pour monter à bord, tout le monde paie son ticket. A la moindre question, l’on s’empresse de vous répondre avec moult détails, et quelques questions personnelles au passage. Autre point très important : le rythme du travail est plus léger qu’en France. Il est impensable de réaliser les horaires des avocats d’un cabinet d’affaire parisien, 18h30/19h c’est un grand maximum pour quitter son travail.

Au Mont Sanders, point culminant des McDonell Rangers.
13077063_10209782444623620_5684775739695091657_n
At the top of the world…ou le “Territoire du nord”.

Est-il facile de rencontrer des gens?

La barrière de la langue est bien évidemment un grand frein pour le contact local. Les étrangers ont tendance à rester ensemble, il est difficile d’approcher les « vrais australiens », qui font leur vie. En revanche, ils sont très ouverts à la discussion et curieux à propos de la France. J’ai été interpellée par une multitude de passants qui s’amusent à balancer tous les mots de français qu’ils connaissent (Madame, merci !). Il est facile d’engager la conversation, qui tourne d’ailleurs facilement vers des sujets politiques.

Que t’a apporté ce voyage?

Un voyage d’une telle ampleur, sur une année entière, laisse forcément des traces profondes. Ce périple se transforme vite en voyage initiatique, presque méditatif. Le fait de se déconnecter entièrement de la civilisation, de  l’environnement quotidien, des influences extérieures, permet de se recentrer sur l’essentiel et de faire une profonde retour sur soi-même. Les rencontres, le fait de découvrir des modes de vie totalement différents sont autant de claques qui remettent en question tous vos acquis culturels, tout ce qu’on vous inculque depuis l’enfance.

Un exemple: ce couple assez âgé rencontré lors de mon périple vers Alice Spring.  Alors que le van était embourbé, un bonhomme est venu me secourir en courant, armé de sa pelle, et n’a pas hésité à se salir pour m’aider. Non content de ce sauvetage, il m’invite à boire un café dans sa superbe caravane tout confort, avec sa femme. Je découvre que ce vieux couple mène une vie nomade et itinérante, ils voyagent à travers l’Australie pour vendre du matériel de camping, et vivent dans leur caravane. Ils expliquent alors qu’ils perçoivent la vie comme une grande aventure, ils me disent d’oser, de foncer, d’enlever les barrières qui n’existent que dans ma tête. Je me souviendrais toujours de ce geste, mimant avec ses mains l’acte de me retirer de la tête les obstacles mentaux. Ecoute un vieux qui a l’expérience de la vie me disait-il, et sors de ton étau. Cet homme, qui me connaissait à peine, a su m’analyser, prenant soin au passage de me sermonner. Encore un discours qui donne matière à réflexion et qui bouleverse vos conceptions préfabriquées de la vie.

Seule au milieu du désert. Méditer, déconnecter et se retrouver dans l'immensité de la nature.
Seule au milieu du désert. Méditer, déconnecter et se retrouver dans l’immensité de la nature.
Coucher de soleil sur Cairns
Coucher de soleil sur Cairns

Et si tu devais t’expatrier…?

Si je devais m’expatrier, ce serait incontestablement en Australie, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce pays.

Quels conseil pour quelqu’un qui prépare son PVT en Australie?

Inutile de tout préparer et de tout organiser minutieusement, le voyage c’est aussi l’imprévu et l’improvisation. Il convient juste de tracer un itinéraire de base, en prenant soin de regarder les saisons. Il existe différents climats en Australie, notamment une saison des pluies dans le nord du Queensland. Il faut en tenir compte pour dessiner son l’itinéraire,  l’idéal étant de voyager l’été dans le sud de l’Australie pour éviter l’hiver frais, puis de remonter dans le Queensland après la saison des pluies.

Faire quelques repérages pour l’aspect pratique (comment ouvrir un compte bancaire, le téléphone, l’assurance santé, faire un stock de médicaments…), s’informer sur les grandes enseignes bon marché etc.

Enfin s’interroger aussi sur la ville où vous déciderez de vous fixer si vous souhaitez travailler en dehors des fermes : tout dépend alors de vos aspirations. Il y a peu de villes, peu de choix mais il ne faut pas se tromper: si vous vous ennuyez ferme sur la côte ouest assez sauvage et peu habitée, il faut parcourir plusieurs milliers de kilomètres pour rejoindre Sydney.

Un petit tour par GReat Ocean road pour finir cette année en beauté.
Un petit tour par Great Ocean road pour finir cette année en beauté.

15626025_10212063375885476_7019327707370410641_o

Un autre PVT ça te tente?

Si je voulais faire un PVT pour le fun, en dehors de toute contrainte linguistique, je choisirais l’Argentine pour un dépaysement total !Je n’envisagerais pas de m’installer dans un pays que je ne connais pas, mais je serais ouverte à l’idée de refaire une expérience d’une année ailleurs, aux Etats-Unis par exemple. Toutefois il n’y a pas de PVT dans ce pays, qui est donc peut accessible.

On parle beaucoup de la mauvaise réputation des Français en Australie, tu en as ressenti les effets?

En effet, il y a eu quelques mauvaises expériences avec des backpacker, qui dans leur volonté de faire des économies, peuvent avoir tendance à abuser en ne voulant rien payer et faire le « squatteur », mais cela ne concerne pas que les Français. La grande majorité des backpacker qui sillonnent  l’Australie sont de nationalité allemande et française, donc forcément, nous sommes dans le viseur. Nous avons aussi une réputation de grande gueule, car nous avons tendance à être  plus direct que les Australiens qui sont plus précautionneux pour dire le fond de leur pensée. J’ai eu quelques réflexions du type « c’est le french style » à propos d’un désaccord avec un bailleur, mais en dehors de ça je n’ai pas ressenti  d’hostilité spécifiquement anti-française. D’un point de vue plus général, c’est la France en tant que pays qui a une mauvaise image : insécurité, immigration non contrôlée, attentats terroristes, Union européenne totalitaire, voilà ce que j’ai souvent entendu.

Info: pour trouver un logement LE site par excellence est gumtree

Des paysages toujours aussi grandioses.
Des paysages grandioses, partout. c’est ça avant tout l’Australie.