Bilan 2016 -Une bien chouette année!

Je n’avais pas très envie de faire un « bilan de 2016 » cette année, d’abord parce que je ne voyais pas bien quoi dire, parce que je me demande surtout ce qu’il va se passer l’année prochaine et enfin parce que je fonctionne en années scolaires ou en années d’anniversaires. Mais au moment de faire mon habituelle liste de résolutions je me suis souvenue que cette liste devenait souvent l’objet de culpabilité, de «je vois trop gros et au final je fais rien ». Alors comme quand j’étais en prépa et que j’avais le sentiment de ne pas travailler du tout et de me noyer sous mes plannings, je me suis rappelée qu’il était bon de noter ce qu’on avait fait plutôt que ce qui nous reste à faire. Et en plus ça fait un article facile.

P1020582
En hiver le meilleur remède contre la déprime, le froid et la nuit, ce sont les bains de Baden-Baden et l’atmosphère “Grand Budapest Hôtel” de la ville.
p1020621
Février – Virée en Forêt-Noire. Au programme le Titisee et Freibourg

La chose la plus géniale qui me soit arrivée en 2016, celle qui me rend la plus fière est sans aucun doute d’avoir eu mon permis et de pouvoir ENFIN barrer cette résolution que je notais depuis des années. Je ne sais pas trop pourquoi je ne m’en sentais pas capable, toujours pas vraiment d’ailleurs et pourtant quand je prends le volant les automatismes reviennent vite et c’est vraiment le pied de se dire que je peux prendre la voiture pour aller où je veux…notamment en road trip bien sûr.

p1020889
Mars – 30 000 personnes pour fêter le Carnaval de Strasbourg.

Mais 2016 c’était aussi une découverte plus approfondie de la région des trois frontières : Alsace, Suisse et Allemagne. La visite de villes que je ne connaissais pas du tout mais dont je fais désormais la promo : Wissembourg, Colmar, Freibourg, Baden-Baden, Bâle et surtout la merveilleuse Marburg qui attend encore son article sur le blog.

C’était Strasbourg et la vie quotidienne strasbourgeoise entre les brunchs du dimanche, le passage régulier à la médiathèque le samedi, le cinéma à quelques minutes de chez soi, les terrasses des péniches pleines de monde au moindre rayon de soleil. Passer devant la cathédrale presque tous les jours, tester les nouveaux restaurants qui ouvrent, sortir enfin son vélo pour traverser la ville et rêver devant les montagnes de la Forêt-noire là-bas au loin.

P1030460
Bâle en avril – Découverte de la Suisse allemande et d’une ville culturelle très dynamique.

Enfin, après avoir quitté l’Alsace, il y a eu des voyages plus lointains. Je me suis rendue pour la première fois de ma vie en Asie – la rive asiatique d’Istanbul ne compte pas – dans un pays qui ne m’attirait pas du tout : la Chine. Je n’ai pas encore fini de vous raconter, et de me raconter ce voyage. Le plus long que j’ai fait,  avec un sac à dos et mes pauvres New-Balance qui ne ressemblent plus à rien. Toujours accompagnée de ma fidèle acolyte Jéromine c’était aussi la première fois que je me faisais des « compagnons de voyage » pour partir trekker dans les Gorges du Saut du Tigre. Première fois aussi que je faisais un voyage aussi long seule, et premier visa évidemment.

dsc02450
Mai – dernière visite au fin fond de l’Alsace à Wissembourg. Est-ce encore bien l’Alsace d’ailleurs?
dsc02505
Mai bis – Avec les sistas à Colmar et il ne faisait pas encore super chaud.

Après la Chine j’ai commencé à apprendre l’Italien – presque en totale immersion, en vivant la dolce Vita dans les montagnes des Apennins entre Rome et Naples. Avec l’apprentissage de la langue vient l’envie de vivre en Italie du Sud, même si je sais que ce n’est pas une région facile. Pour le moment l’Italie ce n’est encore que pour les vacances mais si je veux progresser…

p1030657
Début juin – Retomber amoureuse de l’Allemagne dans les rues de Marburg

L’automne était sous le signe de la culture: châteaux de la Loire, beaucoup de musées à Paris et Vienne sous une belle lumière de fin d’octobre.

Enfin le nouvel-an comme tous les deux ans en Ecosse. Cette fois-ci c’était à Edimbourg, j’ai pu admirer le superbe feu d’artifice au-dessus du château, les pieds et les mains glacées, avec une légère hâte de passer le reste de la nuit dans un pub pour me réchauffer.

p1040559
Juillet – Chine. On part en trek en pleine saison des pluies pour toucher l’Himalaya.
P1050179
Août – Naples et Procida et la douceur de vivre à l’Italienne.
P1050374
Août bis – Je découvre la Provence et la jolie ville de Marseille.

Et pour 2017 ?

 Beaucoup d’articles que je n’ai pas encore rédigés, probablement beaucoup de glandouille à la maison. Mais je continue de rêver de sorties, de weekends et de grands voyages. Je me replonge dans des récits de voyage, des carnets de carnettistes. J’ai eu pour noël le superbe Rencontres autour du monde de Stéphanie Ledoux qui me donne envie de me mettre au dessin ET d’aller en Afrique. J’ai envie d’un voyage là où je ne connais rien, et en même temps de découvertes pas loin, en France et à Paris. 

 

wp-1483994624679.jpeg
Septembre – A vélo sur la Loire pour visiter Tour, Chenonceau et Amboise. Conclusion: je ne suis pas une pro du cyclotourisme.
p1050544
Octobre – Schönbrunn coloré de rouge et d’orange pour fêter l’automne. Et le froid.

En ce qui concerne le blog il me reste encore plus de la moitié de la Chine à vous montrer, viendra aussi un article pour un week-end Marburg que j’ai tellement aimée, et un petit aperçu des visites nature à faire dans les environs d’Edimbourg. Sûrement encore plus de chroniques parisiennes mêlant vie quotidienne et vie culturelle, et, comme on voyage très bien aussi depuis son canapé, il y aura des critiques de livres, notamment un article avec des BD prévu pour très bientôt et du cinéma si j’arrive à m’y rendre plus souvent. Enfin, j’arrive à mes 26 ans et je fais le deuil de la gratuité dans les musées. Heureusement je gagne enfin un peu ma vie – pour combien de temps? – et je vais pouvoir continuer à voir les expos à Paris et découvrir des musées inconnus  – j’en ai beaucoup sur ma liste.

wp-1484039909542.jpeg
Décembre – Découverte de Lyon, ville semi italienne. J’ai adoré le vieux Lyon, Croix rousse et le parc de la tête d’Or sous le soleil.

Pour finir: les stats! Parce que j’adore regarder les petits graphiques se modifier: qui vient lire mon blog? D’où le regardez vous? Quels articles sont les plus lus?

En 2016 j’ai rédigé 34 articles, la plupart sur Strasbourg et sa région, et je pensais curieusement en avoir écrit bien plus. Le nombre de visites à plus que doublé en un an et je vous remercie beaucoup beaucoup beaucoup. De 2600 visites on est passé à près de 6000, avec une moyenne de 16 visites par jour, on n’atteint pas le stade des influenceurs mais ça fait tout de même rudement plaisir!

 

wp-1484039219114.jpeg
31 décembre – Edimbourg pour Hogmanay. Du vent, beaucoup de nuit et un superbe feu d’artifice!

 

L’article le plus consulté est encore une fois le parc national du Durmitor au Monténégro, puis l’article sur mes bonnes adresses à Strabourg et enfin le récap de mon boat trip en Grèce il y a quelques années. J’en profite pour vous renvoyer à ce propos au blog de Jéromine, l’archivoyageuse, qui est expat en Grèce depuis septembre dernier et qui vous en parlera bien mieux que moi.

Grosso modo c’est en général pour avoir des infos sur le Monténégro qu’on vient consulter mon blog puisque les articles sont clairement en tête du classement. Le Monténégro est d’ailleurs le deuxième pays qui consulte le plus mon blog – devrais-je faire une traduction en monténégrin?. Figurent également au top 5 des pays qui me lisent la Belgique, la Grèce, le Canada et les Etats-Unis.

Très bonne année 2017 a TUTTI! Et à très vite j’espère (je m’y emploie)

Expatriation en … Alsace

Strasbourg – jour 35

Un peu plus d’un mois que je suis à Strasbourg. Le temps de faire un point. En théorie il ne s’agit pas vraiment d’une expatriation puisque je ne quitte pas ma « patrie », la France, mais s’installer dans une autre région, et encore plus dans une région avec une très très forte identité comme l’Alsace reste dépaysant.

WP_20151024_001

Il y a ici beaucoup de choses nouvelles. Pour commencer le temps : j’étais déjà venue plusieurs fois à Strasbourg, en été et en hiver, je pensais bien connaître la ville, être prête à endurer le froid de l’hiver et la chaleur de l’été. J’avais juste oublié les autres saisons. J’ai pu me délecter d’un début d’automne magnifique, les arbres très colorés, le soleil qui réchauffe, la lumière dorée, et je découvre depuis peu la fin d’automne un peu gloomy : du brouillard matin, midi, soir.

Après m’être dit que c’était « passager, ça va c’est normal le brouillard fin octobre. » J’ai compris que non, le fog à Strasbourg c’est presque tout le mois de novembre, la ville entière est dans un nuage et il en va de même pour les villages du Bas-Rhin. La faute au Rhin ? Aucune idée, mais le fait est qu’en sortant d’Alsace le brouillard s’évapore et qu’il y a enfin ce grand ciel bleu qui « rayonne sur toute la France » comme nous dit madame Météo. Preuve que Strasbourg c’est pas vraiment la France.

P1010990

Autre découvert: l’identité strasbourgeoise. Je m’attendais au rejet habituel des parisiens, à la forte identité de région, mais j’ai découvert qu’à Strasbourg on était certes alsacien, mais aussi européen. La ville ne cherche pas à rivaliser avec Paris : Paris est capitale de la France, Strasbourg se veut capitale de l’Europe. Sa véritable rivale c’est Bruxelles. Et d’ailleurs on ne parle pas de la mairie de Strasbourg mais de l’Eurométropole. Ce n’est pas pour rien si certains souhaitent appeler la nouvelle région « Eurorégion » , mais personnellement je préfère le nom d’Austrasie…

WP_20151021_010WP_20151021_007

Strasbourg est une grande ville avec banlieue mais… les villages sont à deux pas. Issue de ma banlieue parisienne pour moi un village c’est ce trou paumé au fin fond de l’Essonne ou des Yvelines avec 6000 pauvres habitants. Attention, ici il s’agit d’une ville, et elle est à moins de 10 minutes de Strasbourg, les gens y vivent, certains y travaillent. Et oui, dès qu’on sort de l’agglomération on est dans les vignes, puis dans les Vosges. La nature est à côté et avec elle les randos, les châteaux, et le grand air. Et peut être même un peu de ski cet hiver.

WP_20151104_003Un mois donc et j’en découvre encore beaucoup. Je ne m’habitue pas encore à écouter les vieux passer de l’alsacien au français comme s’il s’agissait d’une même langue, ou à entendre cet accent encore plus abrupt que l’allemand dans les bouches des jeunes – il paraît qu’on l’attrape vite, prévenez-moi si jamais. Je ne m’habitue pas non plus à partager mon espace avec des vélos, partout, tout le temps, même si j’en ai un aussi et que j’ai hâte de m’en servir pour embêter les piétons. Je suis toujours heureuse et étonnée de traverser les vieilles rues aux noms pittoresques – la rue-au-vieux-cochon-de-lait – avec des maisons à colombage et je ne me lasserai jamais de contempler la cathédrale.

WP_20151104_006WP_20151009_010[1]

Ici les gens commandent vraiment des Bretzels chez le boulanger – super et pas cher pour caler une petite faim. Je suis toujours incapable de prononcer certains mots comme « Spaetzle ». Je n’ai pas encore bien compris ce que c’était que les « Stammtischs ». Je n’ai encore jamais lu les DNA, Dernières Nouvelles d’Alsace, mais ça ne saurait tarder. Je trouve ça incroyable d’être en Allemagne en quelques minutes de vélo et d’aller y faire ses courses comme si tout était normal. Je me moque encore d’eux parce qu’ils ne savent pas dire correctement « Krutenau »  et « Broglie » et pourtant j’ai pris l’habitude de faire la même chose.

Mais surtout, surtout : je ne m’habitue pas au fait que mes cheveux se soient mis à boucler sous ce climat.