“Au nord c’était les corons…” – Weekend dans le bassin minier

Comme je vous le disais dans un précédent article sur mes envies de voyage, j’avais une envie grosse comme ça et qui grandissait de plus en plus d’aller voir le bassin minier français. Depuis que j’ai étudié rapidement en licence d’histoire de l’art le patrimoine industriel j’étais super intriguée par tout ce patrimoine inconnu, et en particulier par le bassin minier qui, en plus de posséder des « monuments » superbes, avait des villes datant du Moyen-âge qui promettaient un beau voyage. Les vacances de Pâques et un grand soleil m’ont motivée pour barrer de ma travel liste cette destination et je suis partie 3 jours sur les routes du Pas de Calais entre Arras, Lens et Douai.

J’ai tellement aimé ce week-end que je n’ai pas réussi à faire un article plus court, trop de choses à vous dire, et encore je suis loin d’avoir tout dit!

Un pays de tours d’extraction et de terrils

Si comme moi vous n’avez jamais mis les pieds dans le nord (à part à Lille), les terrils et les chevalements sont des choses bien abstraites pour vous. Petit point vocabulaire et histoire pour poser l’ambiance.

Les chevalements :

Ce sont ces grandes tours la plupart du temps en fer forgé qui marquaient l’entrée des fosses dans lesquelles descendaient les mineurs. Si à la fin de l’exploitation des mines on trouvait des ascenseurs dans ces tours, pendant très longtemps les mineurs sont descendus dans de grands chaudrons, tout serrés, un peu comme dans la ligne 13. Sauf que là on pouvait descendre à plus de 400m de profondeur, bien en dessous du niveau d’un fleuve. 

 

 

Il y avait 150 chevalements dans le bassin minier du Nord Pas de Calais, 21 sont encore debout aujourd’hui. On voit très vite qu’ils sont tous différents. Pourquoi ? Parce qu’à chaque fosse appartient un quartier fait de corons – ces maisons toutes pareilles – ou de cités ouvrières et ces tours sont le symbole du quartier, ce qui fait leur identité. Alors on ne lésine pas pour avoir une tour plus belle que celle du voisin, on y ajoute des ornements, des toitures particulières, et ces chevalements sont de véritables œuvres architecturales représentatives d’un style et d’une époque donnée.

Les terrils :

Ce sont ces montagnes artificielles toutes noires que l’on peut voir jaillir ici et là dans tout le bassin minier. Ils apparaissent en 1850 et sont la trace extérieure de ce qui s’est passé en sous-sol : ils sont constitués de résidus de charbon, c’est à dire de toute la matière impropre à l’exploitation, qu’on ramenait des mines. Le charbon était en effet remonté à la surface pour que des petites mains – des femmes et des enfants – trient le bon charbon du mauvais. Le mauvais était entassé à côté des fosses, remonté par des wagons.

Quand les terrils devenaient trop lourds ils s’affaissaient, c’est pourquoi on s’est mis à entasser de plus en plus de manière horizontale pour mieux répartir la charge. On a récemment perçu l’importance patrimoniale des terrils comme monuments de mémoire mais aussi leur intérêt écologique.

DSC04318
Terril 74 de la base 11/19 de Loos en Gohelle

FUN FACT : les terrils parce qu’ils sont formés de résidus de charbon donc très noirs attirent d’avantage le soleil ce qui crée un micro-écosystème, On s’est aperçu qu’on trouvait sur les terrils des fleurs d’Afrique du sud et des espèces animales inconnues de la région.

Mais retournons à nos découvertes !

Les mines c’était le point central de ma visite ici. On ne peut de toute évidence pas tout voir alors on s’est contenté de deux visites principales : la base du 11/19 à Loos en Gohelle, près de Lens, pour y monter sur le terril ; puis la centre historique minier de Lewarde près de Douai.

DSC04328
Deux périodes de l’histoire des mines et deux chevalements distincts: en fer forgé au XIXe et en béton armé depuis 1950

La base 11/19 de Loos en Gohelle

Les deux terrils jumeaux qui se dressent derrière Lens sont visibles d’un peu partout dans ce paysage plat, et ils sont pour le moins impressionnants. J’ai adoré conduire dans les cités ouvrières avec au bout de la rue ces montagnes qui s’agrandissaient.

Il n’y pas grand- chose à faire à part monter sur ces terrils à la base du 11/19 parce que si le site a été totalement conservé, avec ces deux chevalements du XIXe et post guerre mondiale, c’est parce qu’il abrite aujourd’hui des entreprises liées au numérique. L’idée étant de redynamiser la région qui connaît encore un très fort taux de chômage.

DSC04323

DSC04334
Un système de rails et de wagonnets amenait les déchets de charbon en haut des terrils

Ce jour là il faisait peut-être un peu trop chaud pour monter un terril, mais on l’a quand même fait. Je vous épargne ma tête rougeaude en arrivant au sommet, il faut dire que la montée n’est pas si facile. Les terrils font facilement 200m de haut et la dernière montée est ultra raide. Tout le long du chemin on croise des gens qui viennent faire leur footing, leur cyclisme ou d’autres qui montent et descendent à toute allure, s’entraînant pour un trail.

DSC04319
Vue sur la campagne environnante depuis le terril 74a. On voit au fond des terrils en plateaux
DSC04327
Les fosses 1 et 3 de Liévin avec leurs chevalements

A l’arrivée au sommet, c’est un paysage que je n’ai pas du tout l’habitude de voir et qui surprend : ce pays est totalement plat et on voit par ci par là d’autres terrils et d’autres tours qui sillonnent le paysage. Ça ne donne qu’une petite idée de ce que ça devait être il y a 50 ans. Si vous regardez la série peaky blinders, on y parle souvent du « pays noir », on comprend aisément pourquoi quand on contemple le bassin du haut de ces terrils.

DSC04423

Centre historique minier de Lewarde

Seconde étape : le centre minier de Lewarde. Ici vous aurez toutes les infos sur la vie de mineur de l’ouverture de la première mine, vers 1720 – oui c’est très tôt – jusqu’à la fermeture totale des mines en 1990. La visite vous mène dans les souterrains de la mine où le guide explique et montre le fonctionnement de celle-ci, vous pouvez ensuite vous balader dans les halls d’exposition et dans les autres bâtiments du site.

Vous pouvez également entendre le témoignage d’anciens mineurs en direct (même s’il commence à ne plus en rester beaucoup). Le site a été rénové pour la visite et il est vraiment très beau ! C’était à ce site là que je pensais en allant visiter le nord. Une belle architecture en brique, de vieilles machines d’acier et les deux chevalements qui nous guident de loin.

DSC04396DSC04419

DSC04383
Le carreau de la mine: là où on choisissait les mineurs le matin, ceux qui ne descendaient pas “restaient sur le carreau”  (on en apprend des choses!)

Si vous avez le temps, l’envie ou seulement que vous préferez un autre site , celui de Wallers-Arenberg, plus près de Valenciennes est extrêmement bien conservé et pour cause : c’est ici qu’a été tourné le film Germinal de claude Berri (avec Depardieu et Renaud). Avec ses trois chevalements le site est très impressionnant même de très loin. On est arrivé trop tard pour pouvoir s’y promener mais des visites sont organisées avec d’anciens mineurs, également figurants du film ; le site a d’ailleurs été associé à l’industrie du cinéma et, outre de nombreux tournages, elle accueille des associations ou des entreprises liées au cinéma.

DSC04440
Les 3 chevalements de Wallers Arenberg. Le plus petit est visible dans le film Germinal.
DSC04442
L’Estaminet c’est le bar où se retrouvent les mineurs, mais aussi le lieu du synidcalisme. Toute une politique du loisir a été faite pour éviter que les mineurs n’aillent trop à l’estaminet.

Les villes du Nord

Avant d’être connu pour sa houille, le bassin minier était connu pour ses villes drapières qui s’inscrivaient dans une région marchande entre Lyon et Amsterdam : c’est pour ça que beaucoup ont conservé des beffrois et des centre villes typiques des Flandres, même si un grand nombre ont été détruits par les bombardements des deux guerres.

DSC04282
La place des héros

Arras

Notre point de chute : la superbe ville d’Arras. En fait Arras n’est pas vraiment située dans le bassin minier, elle en est la limite et on voit vite que la ville est plutôt bourgeoise et n’a pas hérité de la même culture que Lens ou Valenciennes. Je savais que la ville serait belle avec sa grande place qui rappelle les places belges et autant le dire : j’ai trouvé la place des héros d’Arras plus belle que les grandes places de Lille ou de Bruxelles ! Un ensemble architectural d’une harmonie rare qui s’étend sur deux places, un beffroi magnifique qui s’illumine à la nuit tombée. Il est aussi agréable de se promener à Arras de nuit que de jour, et pour cela je suis bien contente d’avoir choisi cette ville comme base pour rayonner.

DSC04261

DSC04263

DSC04275
Grand’place d’Arras

Nous n’avons pas visité les musées et églises d’Arras, ce sera pour une prochaine fois, on avait juste envie de se balader en ville, de prendre une bonne bière sur la place centrale ou de chercher un bon restaurant (que nous avons trouvé), Seul bémol : j’ai trouvé la ville assez chère, on était très proche des prix parisiens.

DSC04278DSC04267

Notre airbnb était parfait avec vue d’un coté sur les jardins ouvriers, de l’autre sur le beffroi au loin. Dans un quartier calme et à 5minutes du centre ville. Et surtout il n’était pas difficile de se garer. Point important quand on vient en voiture !

Restaurant Carpe Diem: 8bis rue des petites Vieziers –>cuisine traditionnelle et oiginale en même temps, super bon, patron vraiment sympa!

DSC04363

Douai

Surprise de ce voyage : l’architecture de Douai. Si Arras est la capitale de l’Artois, Douai est l’ancienne capitale des Flandres, la ville qui accueillait le parlement de la région. Je savais déjà que le beffroi avait été classé au patrimoine de l’Unesco – ce qui vaut dejà une visite – mais je ne m’attendais pas à ce style flamand tout en brique qui s’étend le long de la rivière, la Scarpe, et donne des allures de Venise à la ville. Certes la ville est très petite mais elle constituait une étape parfaite pour y déjeuner le midi et faire une rapide promenade. C’était aussi l’occasion de goûter les spécialités culinaires du coin, même si je ne mange pas de fromage je me suis forcée à tenter le maroilles pour ne pas mourir bête.

*Douai est au cœur du bassin minier et pas loin du site de Lewarde.

DSC04352

DSC04340
Un vieux pont comme on en voit souvent aux Pays-Bas
DSC04356
Ancien parlement des Flandres, aujourd’hui cour de justice

Lens 

Autant vous le dire, je n’ai pas trouvé de charme particulier au centre ville de Lens. Nous y passions essentiellement pour voir le Louvre-Lens qui vaut le détour, notamment parce qu’il y avait une exposition sur l’art iranien du XIXe siècle et que je suis passionnée par l’Iran. (Mais aucun rapport avec le thème du voyage). En revanche j’ai été sacrément émue par les cités ouvrières qui se déploient tout autour de la ville, plus particulièrement dans la ville voisine de Liévin où deux chevalements subsistent toujours.

DSC04322
La base 11/19, la ville de Lens et ses citès minières et d’autres terrils en fond. Ils sont encore 200 dans la région.
20180420_1508301060461464.jpg
La grande salle du Louvre-Lens: sur la droite une frise permet de situer chronologiquement les oeuvres.

Pour la petite histoire, le chevalement qui se trouve sur l’actuel parking du Carrefour indiquait l’entrée de la fosse 3, c’est dans cette fosse que le célèbre joueur de foot Kopa a travaillé avant de se faire repérer puis de jouer au Real Madrid. Cette anecdote a son importance car elle témoigne du lien fort qui existe entre le bassin minier et le foot. Le stade de Lens est d’ailleurs visible de partout aux alentours et a été construit par les mineurs. Si l’occasion se présente je pense que c’est une expérience incroyable d’aller voir un match du RC Lens à domicile et d’entendre le stade chanter leur hymne : les corons.

DSC04448
Les corons devant le site de Wallers-Arenberg

Les corons

Tout au long de notre périple nous avons croisé des corons et des cités ouvrières qui sont sortis de terre dans l’ombre des immenses terrils. Si vous avez vu Billy Eliott ça vous rappellera forcement quelque chose. Il y a une certaine beauté dans ces cités, symboles de tout une culture et de tout un mode de vie. Elles ont souvent été réalisées par des architectes auxquels faisaient appel les compagnies minières : le but était de montrer pourquoi SA cité était la meilleure, la plus hygiénique, la plus agréable pour vivre.

 

 

DSC04250
Jolies maison d’Arras

Les corons sont ce qui m’a le plus ému dans tout ce voyage, ça vous prend au ventre, parce qu’il ne s’agit pas d’un mode de vie qui a disparu il y a bien longtemps, c’était presque hier et on s’aperçoit qu’on n’y connaissait rien, que ce passé minier a longtemps été quelque chose dont on ne parlait pas, qu’on n’a pas eu autant de considération qu’ils le méritaient pour ces hommes et pour ces familles alors qu’on leur doit tant.

DSC04309
La cité 9 de Lens, jute à côté du Louvre-Lens: un bon exemple d’organisation hiérarchique des cités ouvrières. Le terril 74a en fond.
DSC04306
Cité 9 – Eglise Saint-Théodore: inspirée des maisons scandinaves mais la brique remplace le bois. Edifiée par l’architecte Louis-Marie Cordonnier qui a réalisé de nombreuses cités ouvrières.

J’ai appris que la plupart des droits économiques et sociaux qui font désormais partie de notre constitution ont été acquis suite à des grèves et des revendications des mineurs. Zola s’est d’ailleurs inspiré d’une grève réelle, celle des mineurs d’Anzin en 1884, pour écrire son roman Germinal; il est lui même descendu dans la mine – roman naturaliste oblige – et on peut toujours voir le terril renard dont il parle dans le livre. Cette grève a permis de mettre en place la loi Waldeck-Rousseau autorisant les syndicats.

DSC04286

Le bassin de la première guerre et le carnage de la bataille d’Arras

Dernière thématique imprévue de ce week-end : les lieux de mémoire de la grande guerre. Vous saviez que s’était déroulée en 1917 une importante bataille à Arras ? Non ? Et bien moi non plus !

20180429_1649271033494082.jpg

La carrière Wellington

C’est pourtant la première chose qu’on a  visité à Arras. Notre logement se trouvait pas loin d’un lieu appelé « la carrière Wellington » et comme mon copain adore descendre sous terre, c’était l’occasion d’en apprendre un peu plus sur cette fameuse bataille.

Si on ne connait rien à cet épisode de la guerre c’est qu’Arras a été confiée durant 2 ans au commandement britannique et que cette bataille devait se dérouler en même temps que la bataille du Chemin des Dames (là normalement vous en avez entendu parlé) pour prendre les allemands en tenaille. Je vous passe les détails de la statégie, le résultat c’est que les britanniques ont réussi leur mission, ils ont fait recuer les allemands de 12km au prix de…250 000 morts.

Voilà.

DSC04252
L’une des sorties pour donner l’assaut. Les écritures en noire datent de la 1ère Guerre Mondiale.

Les souterrains d’Aras ont été creusés par les tunneliers néo-zélandais pour créer tout un réseau qui permettrait d’arriver derrière les lignes ennemies. Une semaine avant l’assaut 24 000 soldats sont restés terrés dans les souterrains. On y voit aujourd’hui les traces de leur passage, et ces traces donnent souvent envie de pleurer.

Ce qui était le plus surprenant c’était que nous étions les seuls Français lors de cette visite : des Britanniques, des Canadiens ou encore des membres de l’armée néo-zélandaises etaient présents et on sentait l’ambiance de recueillement, de pèlerinage que revêtait cette visite. Nous avions honte de ne rien en savoir alors qu’elle s’est déroulée chez nous.

DSC04305
Jolis trous d’obus qui forment un paysage vallonné; il faut imaginer que le 9 avril 1917 il neigeait et cette belle herbe verte était un mélange de boue et de gel.
DSC04300
La zone neutre entre les camps français et allemand séparés de 20m par de grands trous d’obus.

Le mémorial de Vimy

Plusieurs lieux de mémoire étant accessibles entre Arras et Lens, nous avons décidé de nous rendre au mémorial canadien de Vimy qui rend hommage aux 66 000 morts canadiens. La crête de Vimy a été reprise par les Canadiens lors de cette fameuse bataille et on comprend pourquoi : d’en haut on a vu sur toute la région. Le terrain est jalonné de trous d’obus recouverts d’une belle herbe bien verte. Je ne veux même pas pensé à ce  qui se trouve sous cette belle forêt où la nature a repris ses droits. Reste que ce terrain n’est pas accessible aux marcheurs, il a été impossible de déminer. Autre particularité, ce lieu a été cédé au Canada, vous vous retrouvez donc en terre canadienne et la visite est assurée par des Québécois! Ici aussi nous avons croisé une majorité de touristes Américains ou de Canadiens.

DSC04291
Symbole du passage vers la vie éternelle. Ce monument massif est sincèrement émouvant.

Je ne m’étais jamais intéressée à la première guerre mondiale parce qu’on nous bassine trop avec ça au lycée, mais ces lieux de mémoire m’ont  touché et je réfléchis déjà à un pochain weekend ou juste une journée pour aller visiter Verdun, la Somme ou encore me rendre sur cette zone morte, non déminée, encore pleine de tranchées dont j’ai vu récemment un thread sur twitter (je vous mets le lien plus bas.)

Comme vous pouvez le voir ce week-end de découverte a été au delà de mes espérances, il faut dire que nous avons profité d’un temps superbe qui rend toute visite plus agréable. Je ne peux que chaudement recommander à tous les passionnés d’histoire de venir passer quelque jours dans ce coin, il y a tant à apprendre, tant de lieux de mémoire (de la guerre mais aussi des mines). J’ai été sur-stimulée intellectuellement et émotionnellement durant 3 jours, parce que cette histoire est encore récente et on se rend bien compte de tout ce qu’elle a de terrible.

Bref. Allez dans le bassin minier, c’est trop bien !

P.S : je ne suis passée que rapidement à Valenciennes pour prendre l’apéro donc pas de photos de la ville, mais j’ai aussi été agréablement surprise, j’ai trouvé la ville dynamique et je sais qu’il y a de nombreux sites à voir autour.

Liens:

Pour en savoir plus sur cette histoire fascinante: le site de l’Unesco sur le bassin minier

Les corons chantés par les supporters du RC Lens:

La zone rouge française 

La montagne oui, mais depuis son canapé!

Cette année aura été une année très propice à la lecture et j’ai pu découvrir plusieurs pépites qu’il me semble de bon ton de vous présenter en cette période hivernale. La neige sur Paris, les vacances scolaires qui commencent et tout ce blanc sur instagram ça donne envie d’aller à la montagne non? Tant mieux c’est ce que j’ai prévu aujourd’hui! Alors on chausse ses crampons, on s’encorde bien et c’est parti pour une virée dans la Grande Montagne… bien assis dans son canapé avec un plaid et un chocolat chaud.

 

 

 

Premier de Cordée – Roger Frison-Roche ou le maître des romans d’alpinisme

J’ai toujours bien aimé la montagne mais je ne pensais pas qu’on puisse vraiment écrire un roman là-dessus: déjà que regarder mon papa grimper me lasse assez vite alors me coltiner tout un bouquin dessus bof bof. Et puis ma soeur a lu Frison Roche et elle a passé un certain temps à chercher sur internet comment devenir guide de haute montagne. Ma soeur étant plutot du genre à aimer le ski en grande partie pour le café viennois du restau d’altitude, ça m’a intrigué. Je suis allée chercher le livre en bibli et là ce fut la révélation!


Premier de cordée, c’est l’histoire de Pierre Servettaz, fils et petit-fils de guides de Chamonix, parti en course avec son oncle Joseph qui apprend la mort d’un des leurs sur la terrible voie des Drus. Alors qu’il tente de récupérer le corps du mort avec d’autres volontaires il fait une grave chute et souffre à partir de ce moment du vertige, incompatible avec sa vocation de guide de haute montagne.

J’ai été immédiatement happée par le récit de Pierre, depuis la triste révélation de la mort du guide jusqu’à la lutte de Pierre contre sa maladie – oui le vertige est ici considérée comme une maladie. Le roman se divise d’ailleurs en deux parties: la première se situe sur les cimes de la haute montagne, la seconde dans le village et les pâturages de la vallée de Chamonix où on suit Pierre et ses amis dans leur vie quotidienne entre métier de guide et retour à la maison.

Dôme du goûter, Aiguille Verte, Mont-Maudit…Depuis toute petite j’ai été bercée par les noms des montagnes et des massifs alpins aussi poétiques les uns que les autres et c’est avec bonheur qu’on suit ici le récit passionnant des aventures d’ hommes partis à l’assaut de cette majestueuse, mais capricieuse, montagne, à travers la vie de la compagnie des guides de Chamonix qui accueille et guide les premiers touristes aux envies d’alpinisme en ce milieu de XXe siècle. Un roman à la fois haletant, profond et historique que je recommande à tous, et pas seulement aux fans de montagne! C’est sans aucun doute mon GROS coup de coeur de l’année.

Mon conseil: munissez vous d’une carte du massif du Mont-Blanc pour mieux situer les différents lieux du récit, et ça permet d’apprendre la géographie des Alpes, c”est toujours sympa.

20180109_1717551836564131.jpg

L’ascension de Saussure – un bel album pour admirer la montagne

Bibliothécaire jeunesse un jour, bibliothécaire jeunesse toujours! Je ne me voyais pas publier cet article sans y intégrer un ouvrage pour enfants et quel ouvrage!

Il ne s’agit pas d’un album à proprement parler mais presque d’un documentaire sur ce qui peut être considéré comme la première ascension du Mont-Blanc. Une expédition qui est au fondement de l’alpinisme, dirigée par Horace Bénédict de Saussure, géologue et naturaliste du XVIIIe siècle.

 

Le narrateur – que vous découvrirez à la fin de l’album – nous emmène en compagnie de l”expédition sur les pentes du Mont-Blanc, depuis le village de Chamonix jusqu’ au sommet. Au fil des pages on ressent l’atmosphère singulière de la montagne et en particulier des Alpes. Les dessins sont superbes, le choix des couleurs, de la composition de la page, laissent toute sa place à la flore, à la faune et à la montagne elle-même. On reconnait certains lieux comme la Mer de glace, et surtout on prend plaisir à observer chaque petit détail qui compose cette expédition. Un effort particulier est fait sur le matériel emporté, le type de vêtements utilisés, etc.

Loin d’être un récit cet album est avant tout une ode à la montagne qui devrait toucher les enfants – dans mon souvenir j’étais essentiellement sensible aux dessins et à l’atmosphère qui se dégageait d’un livre – et leur offrir une première expérience de la montagne. Et pour les parents qui aiment la montagne: le livre est vraiment trop beau, achetez-le au moins pour vous!

20180109_171938191589410.jpg

Le sommet des dieux – Le génie de Jiro Tanigushi qui nous transporte en Himalaya

J’ai ouvert le 1er tome de ce manga à Noël, période habituelle de lecture de BD intensive, et je suis allée fissa emprunter les quatre suivants en revenant de vacances. Ce manga est assez long, mais une fois que vous serez plongé dedans difficile d’en sortir.

Synopsis: Fukamashi, journaliste japonais, accompagne une expédition japonaise sur l’Everest en tant que reporter. Après l’échec de l’expédition il reste seul à Katmandou où il découvre dans un boui- boui un appareil photo qui aurait appartenu à Mallaury, un alpiniste ayant tenté l’ascension en 1924. Plus étonnant encore, cet appareil photo semble être lié à un autre alpiniste japonais, Habu Joji, disparu il y a plus de dix ans. De Katmandou à Tokyo le héros mène l’enquête sur ce fameux appareil photo et sur l’intrigant personnage de Habu qu’il découvre au fil des tomes.

20180109_172053-2146093713.jpg

Je ne sais par quoi commencer pour dire combien ce manga est génial: l’histoire, les dessins, l’ambiance si particulière de la montagne et son appel incessant, tout sonne juste. L’enquête m’a captivée du début à la fin, il faut dire qu’elle s’appuie sur l’un des grands mystères de l’alpinisme: savoir qui a foulé pour la première fois l’Everest, le sommet des Dieux. Cette trame principale permet d’en apprendre beaucoup sur l’histoire de l’alpinisme, des expéditions et de l’emprise britannique sur cette région.

L’histoire secondaire, qui devient vite principale, autour du personnage de Habu est également passionnante car elle permet de comprendre l’attrait et la folie de la montagne. On suit Habu de sommets et sommets, le parcours finalement “typique” d’un alpiniste et, s’identifiant au héros, on est vite rattrapé nous aussi par cette envie de montagne. Même si on est bien content de grimper des cascades de glaces uniquement via le livre, car en vrai ça ne me tenterait pas trop.

20180109_172038229739337.jpg

Ce manga est exceptionnel pour sa précision et sa bonne connaissance de la montagne: les termes, les techniques, les habitudes des alpinistes tout y est extrêmement bien documenté. Mon papa qui, sans être un grand  alpiniste, est tout de même assez connaisseur était épaté par la justesse du ton et de l’histoire. C’est d’ailleurs lui qui m’a conseillé le livre.

Passionnant, haletant – l’oxygène est faible en altitude – et très bien renseigné,  pour moi ce manga est un chef d’oeuvre des récits d’alpinisme!

20171114_120043-1910895782.jpg

Carnets à la Verticale – Carnet de voyage d’un grimpeur/dessinateur

Le dernier mais non le moindre! J’ai recu ce carnet de voyage lors d’un précédent anniversaire. J’aime faire confiance aux gens quand ils m’offrent des carnets de voyage, et j’ai raison puisque je fais à chaque fois de superbes découvertes comme celle-ci. Je vous ai d’ailleurs déjà parlé de cet ouvrage dans mon article sur l’inktober tant cet auteur est une source d’inspiration.

20180109_171700-1557309212.jpg

Je récapitule: Jeremy Collins est un grimpeur et alpiniste très investi dans la protection de l’environnement mais aussi les droits des indiens d’Amérique, et il a rédigé il y a quelques années un carnet de voyage sur quatre de ses ascensions aux quatre coins du monde. Le résultat est un petit bijou d’écriture, de dessins, de photos, bref un carnet de voyage parfait qui fait voyager sur des parois rocheuses où on ne mettra jamais les pieds!

20180109_171654155411527.jpg

Je suis totalement amoureuse de son style de dessin – n’hésitez pas à aller voir son instagram jercollins_com – mais son récit est également passionnant. Il raconte les difficultés de l’homme face à la nature dans ce qu’elle a de plus dangereux et de plus attirant, la perte de confiance, la peur, l’envie d’aller plus loin mais aussi les liens qui se créent entre les hommes qui partagent cette passion. Un immense coup de coeur dont je ne me remets pas!

En espérant que cet article vous aura donné envie de plonger dans la littérature d’alpinisme et de découvrir ce type particulier de littérature d’aventure / de voyage. J’ai grand hâte de pouvoir vous concocter bientôt un nouvel article à thème, si vous avez des idées ou des sujets littéraires dont vous aimeriez parler, n’hésitez pas à m’en faire part!

Interview littéraire – Livia et les livres d’Art jeunesse

Je me suis vite aperçue que je n’étais pas la seule dans mon entourage à nourrir une certaine passion pour la littérature jeunesse. Alors j’ai eu envie d’interroger mes proches pour savoir ce qui leur plaisait dans cette littérature, comment ils en étaient venus à là. Plus généralement j’aime beaucoup interviewer les gens sur leurs passions, leur vie et je compte publier plus souvent ce genre de questionnaire sur la littérature, les expatriations ou plein d’autres choses.

Aujourd’hui je vous laisse avec Livia, ma copine éditrice, avec qui ce fut l’amitié au premier regard, elle a une vision bien particulière de l’édition jeunesse, une vision à laquelle tout le monde ne pense pas…

Depuis quand tiens-tu une collection de livres jeunesses ? Quand t’est venue cette idée ?

Je dirais qu’il y a eu plusieurs étapes. La première fois que je me suis rendue compte que ce type de livres pouvait m’intéresser, j’avais 21 ans. J’étais en stage au Mac/Val, le musée d’art contemporain du Val de Marne. Il y a là un centre de documentation qui présente un panorama de l’art des XXe et XXIe siècle. Les documentalistes y présentaient le travail  de l’artiste Philippe UG, connu notamment pour ses livres animés. J’ai trouvé son travail intéressant et surtout abordable : j’étais étudiante.

P1080519
La collection de Livia

 

 

Quelques mois plus tard, mon père, qui s’intéresse depuis longtemps aux constructivistes et aux suprématistes russes, nous a offert à ma sœur et à moi deux duplicatas de livres d’art jeunesses parus aux éditions MeMo dans la collection « Les Trois Ourses » : Les 2 carrés d’El Lissitzky et Les Animaux à mimer d’Alexandre Rodtchenko. Il m’a également offert Filourdi le dégourdi, conte yiddish illustré par El Lissitzky et édité par Le Sorbier. C’est donc par le biais de l’art moderne et contemporain que j’en suis venue à m’intéresser au livre jeunesse, ou plutôt au livre d’art jeunesse.

P1080465

J’ai ensuite continué à explorer ce secteur en grande partie grâce à mon filleul. Depuis qu’il est enfant, il adore l’origami. Avec ma sœur, on s’est dit qu’il fallait qu’il se rende compte du don qu’il avait et des merveilles qu’il pourrait faire s’il persévérait dans cette voie. Alors pour titiller sa curiosité, nous lui avons offert de magnifiques livres animés. Nourrir sa passion a nourri la mienne. Et en regardant les ouvrages qui pourraient lui plaire, je suis tombée sur des artistes remarquables. J’ai commencé à acheter leurs livres, et c’est comme ça qu’un embryon de collection est né.

P1080536
Abécédaire de Kveta Pacovska – A l’infini

As-tu un auteur favori ? Pourquoi ?

J’aime beaucoup  le travail de Kveta Pacovska. Ça été immédiat. Le premier ouvrage que j’ai acheté est un abécédaire paru aux éditions du Panama : A l’infini. J’adore cet ouvrage. Il commence par une adresse à l’enfant :

« Les lettres : l’architecture du plaisir. Tu peux envisager ce livre de plusieurs façons : soit comme un livre classique, et en tourner les pages, soit comme une sculpture de papier à travers laquelle tu vas te promener.

Tu peux regarder chaque lettre, toucher chaque lettre, considérer chaque lettre de façon formelle ou lire chaque lettre à haute voix.

Chaque lettre a son propre son, sa propre forme et sa propre couleur. Note leurs différences quand tu les prononces, quand tu écoutes le son de ta voix. Voici donc ma ville de papier : amuse-toi bien ! »

P1080549
Kveta Pacovska – Hansel et Grëtel

L’expérience que l’artiste propose au lecteur n’est pas seulement visuelle ; elle est totale : on voit, on touche, on entend. Et on réfléchit à la question du langage, à la représentation du son. L’enfant n’apprend donc pas que les lettres et les chiffres. C’est peut-être récurrent dans les livres de ce type, mais celui-ci se démarque par sa fantaisie et sa diversité. Il recèle de surprises. Et surtout, il est truffé de références visuelles à l’art du XXe siècle. Impossible de ne pas penser à Paul Klee, à Malevitch, aux dadaïstes en le parcourant. Un vrai bonheur pour les yeux et une initiation ludique à l’histoire du regard. J’ai ensuite acheté Après le Pont noir et Couleurs du jour aux éditions Les Grandes Personnes, et une version d’Ansel et Gretel chez minedition.

P1080550

J’ai dernièrement découvert aux Trois Ourses un autre artiste passionnant : Katsumi Komagata, un Japonais. Ses livres sont très poétiques. Je pense par exemple à l’ouvrage a cloud. Dans ce travail tout en blanc, on suit de page en page l’évolution d’un nuage. C’est très simple ; magnifique. Le livre Du Bleu au bleu retrace la vie des petits saumons, de la rivière à la mer. Chaque page est réalisée dans un papier différent, dans la gamme des bleus. J’ai pu admirer d’autres ouvrages de cet artiste à la galerie du Boulevard Voltaire. Ils sont tout aussi beaux.

 

P1080553
Philippe UG – Tout au fond

 

Comment choisis-tu les livres que tu achètes ?

Je fonctionne à l’émotion. Il ne suffit pas que je trouve un ouvrage intéressant pour l’acheter. Il faut qu’il me transporte. L’idée n’est pas d’acheter tous les livres animés pour faire collection. Non, je n’achète que ce qui m’emballe. Je feuillète, je lis. Parfois, souvent même, ça ne donne rien. Je regarde les ouvrages essentiellement en librairie. Pouvoir les toucher, les regarder sous tous les angles, apprécier leur fabrication participe de l’expérience. Je ne suis pas une passionnée. Je ne connais pas grand-chose à l’histoire de l’illustration et ne fais rien pour combler cette lacune. Connaître tous les illustrateurs ne m’intéresse pas. Ce que j’aime, c’est aller en librairie, faire une découverte presque fortuite et ramener mon trésor chez moi.

P1080523
Yusuke Oono – 360° Mont Fuji

 

Quel est ton rapport à l’objet livre ?

Je le feuillète parfois seule mais surtout j’aime le montrer, partager ma découverte. Je le fais avec mes proches, ceux susceptibles d’apprécier le livre autant que moi. Mettre les ouvrages en exposition ne m’intéresse pas car il faut les tenir dans les mains pour vraiment les apprécier.

Les livres que je m’achète ne sont pas forcément ceux que j’offre, et vice-versa. Quand j’offre un ouvrage, je prends beaucoup de temps à le chercher. Et je ne le fais pratiquement qu’avec ma famille. Je dois connaître la personne intimement pour que le cadeau résonne en elle. Le livre est un don que je fais à la personne mais également à notre amitié. Parfois le livre s’impose à moi comme une évidence. Je l’achète alors et j’attends une occasion pour l’offrir.

P1080554

A part les livres jeunesses, as-tu une autre passion livresque ?

En fait, comme je te l’ai dit, je ne collectionne pas les livres jeunesses mais les livres d’art. Le livre jeunesse est un incroyable terrain de jeu pour les artistes. Mais il y en a d’autres : les bandes dessinées par exemple. J’adore ça. J’ai pratiquement appris à lire avec Tintin et Alix. Au collège, ma mère m’a achetée tous les Névé de Dieter et Lepage. Ce n’est plus ce que je préfère aujourd’hui mais qu’est-ce que j’ai pu les aimer. J’aime le travail graphique des dessinateurs mais également le rapport du texte et de l’image ; l’humour aussi.

P1080537

J’ai des BD assez différentes les unes des autres. J’adore Pinocchio de Winshluss paru chez Les Requins Marteaux, moins pour le dessin que pour l’histoire. Cet ouvrage me fait vraiment rire ; j’aime son côté provocateur.

Dans un tout autre style, j’aime la série d’Emmanuel Guibert sur Alan paru à L’Association. Cette fois son propos m’intéresse moins que le traitement de la page. Son travail en noir et blanc est impressionnant dans les deux premiers volumes. Et ensuite, quand il repasse à la couleur dans Martha et Alan, que c’est beau ! Comme un réalisateur qui passerait des films en noir et blanc aux films en couleurs.

P1080547
El Lissitzky – Les deux carrés

Je n’achète pas que des livres. J’ai également quelques lithographies et tableaux. J’ai beaucoup de travaux de ma sœur qui est architecte et plasticienne, mais également des œuvres de plusieurs artistes comme Bernard Jouanne, un extraordinaire peintre qui vit au Vigan, dans le Gard. Les livres jeunesses ne sont donc que la face émergée d’un iceberg formé par mon intérêt pour les arts visuels et la création contemporaine dans toute sa diversité.

P1080463
Libraire du Livre animé. Quand vous poussez la porte c’est un immense atelier empli de livres qui vous attend.

 

As-tu une librairie à conseiller ?

Comme je te le disais plus haut, je ne suis pas une spécialiste. Je ne connais pas énormément de lieux. Néanmoins, il y a quelques librairies que j’apprécie. La première est la boutique du livre animé située au 3 rue Pierre l’Ermite, dans le 18e arrondissement. Tu ne la vois pas de l’extérieur. Il faut sonner, et quand tu pousses la porte… Ils organisent régulièrement des expositions. J’aime bien ce lieu.

P1080519
Librairie personnelle de Livia

Je vais également souvent à la librairie Le Monte-en-L’air, au 71 rue de Ménilmontant, dans le 20e arrondissement. Au fond de la boutique, il y a un espace consacré aux arts graphiques. Il faut fouiller ; on peut trouver des œuvres assez surprenantes. Les Trois Ourses ont une librairie-galerie au 200 Boulevard Voltaire dans le 11e arrondissement. Tous leurs ouvrages sont intéressants. Et puis il y a également les librairies des musées. Elles tendent de plus en plus à développer la partie livre jeunesse.

 

 

Chronique parisienne – Un automne à Paris

Déjà l’époque des calendriers de l’Avent et je n’ai même pas eu le temps de poster sur l’automne à Paris. Il s’agit pourtant de ma période préférée : quand la douceur des premiers jours d’octobre croise les couleurs chatoyantes des arbres qui perdent leurs feuilles. Malgré tout j’ai envie de faire un petit pêle-mêle de ce dernier mois avant de plonger dans la période Noël.

En vivant dans différents quartiers de Paris on se crée de nouveaux QG et en ce moment c’est au Sud du Vème arrondissement que j’ai élu domicile. Entre la bibliothèque spécialisée dans les métiers du Livre et le super cinéma La Clef qui passe toujours les films que j’ai oublié d’aller voir, je passe mon temps au café de la Grande Mosquée. Contre le froid des bâches ont été installées et des convecteurs électriques chauffent agréablement. Le thé n’est pas cher, les gâteaux sont bons et on se croirait presque en vacances. La neige est arrivée et c’est un temps idéal pour profiter du hammam entre copines. Bien sur ce n’est pas un hammam typique, on y trouve surtout des Parisiennes ou des touristes, rien de très dépaysant mais je le recommande chaudement !

20171107_145802174074940.jpg
Depuis la bibliothèque Buffon une nouvelle vue de Paris s’offre à moi. La tour de Jussieu au loin, le jardin des plantes au premier plan.
20171130_1433021356745945.jpg
Fascinée par l’ambiance XIXe siècle qui se dégage de ce jardin et de ses bâtiments. Si on observe bien on voit des crânes de rorquals ou de tyrannosaures depuis les fenêtres.

Vous reprendrez bien un podcast?

J’ai passé l’essentiel de mon temps chez moi, parce qu’avec le temps gris c’est dur de sortir de son plaid, mais j’ai tout de même découvert quelques nouveautés culturelles ce mois-ci, à commencer par un certain nombre de podcasts – facile en période d’hibernation :

  • La fabrique de l’Histoire : Les jeunes filles – La fabrique de l’Histoire c’est cette émission historique sur France culture qui change de thème chaque semaine. Des  historiens ou des thésards se succèdent pour parler d’un sujet en lien avec leurs travaux de recherche. C’est souvent très précis et en tant qu’ancienne étudiante en histoire j’adore. Le thème des jeunes filles s’est avéré forcément un peu féministe mais surtout passionnant : les émissions concernaient les jeunes filles de la campagne au début du XXe, l’éducation sentimentale et sexuelle des jeunes filles au XIXe et les jeunes filles rebelles du XXe. Trois sujets assez variés et qui permettent d’en apprendre beaucoup !
  • La Poudre – émission de Christine Bard – Je n’écoute pas tous les épisodes de La Poudre, mais difficile d’éviter celui de Christine Bard à la fois féministe et professeur d’histoire spécialisée dans l’Histoire des femmes. J’adore quand ce sont des universitaires qui sont reçues par Lauren Bastide parce que les questions de l’animatrice parfois un peu naïve – comme nous toutes – se complètent bien avec les réponses très nuancées et réfléchies des interviewées. Cet épisode est absolument à écouter !
  • La compagnie des auteurs : J.K. Rowling – J’ai découvert cette émission de France culture il y a peu et j’ai envie d’écouter toutes les émissions maintenant. 4 épisodes sur J.K. Rowling et Harry Potter sous toutes ses facettes : la politique, la philosophie, la société. C’est l’occasion de s’interroger sur les littératures du merveilleux et de la fantasy et sur leur apport. Passionnant pour tout ceux issus de la génération Harry Potter.

 

 

 

 

20171130_143443-1505562890.jpg
Avant l’averse de neige le jardin des plantes est désert.

 

 

 

Le cinéma d’automne en berne

Malgré le froid des derniers jours – dernières semaines – je me suis aussi forcée à sortir un peu : je suis retournée au cinéma, même si ça demande une motivation hors du commun, pour ENFIN voir Téhéran Tabou  qui était aussi peu drôle que je le pensais mais fichtrement intéressant. Moins dur j’ai vu La Villa de Robert Guediguian. Sans être wahou j’ai passé un bon moment dans les calanques, il faut aimer le travail de Guédiguian pour apprécier vraiment ce film qui est un peu lent peut-être, et très théâtral. Je le conseille cependant, et comme l’a précisé le réalisateur : il faut aller voir un film dans la première semaine, c’est là que le nombre d’entrées compte pour savoir si le film restera en salles.

 

 

 

20171116_165258-160939469.jpg

La saison des livres, pas celle des musées

Côté musée j’ai été assez molle : j’ai renoncé à l’expo Dior toujours blindée et je me suis reportée sur l’expo Pastels au Petit Palais. Il y avait la queue et beaucoup trop de monde. Le travail des pastels est impressionnant et on se demande toujours comment ces artistes ont pu faire de telles œuvres avec cette technique. Ca donne carrément envie de tenter à son tour. Je n’ai été vraiment subjuguée par aucune œuvre, à part les œuvres symbolistes (Odilon Redon en premier toujours), mais pour ceux qui s’essaient à diverses techniques de dessin, cette expo est très intéressante.

20171201_104448-293187873.jpg

Enfin arrive décembre. Avec la neige la magie de noël est bien présente, on commence à courir dans les magasins et à rédiger des listes pour soi et pour les autres. A s’étonner du thème bizarre des vitrines de noël  cette année – les pigeons ? Vraiment ? Ils n’ont que ça pour représenter Paris ? J’adore acheter des cadeaux, j’adore en recevoir donc cette période me va très bien même si fort mercantiliste, je sais. Mais Noël c’est  l’occasion d’ acheter tout plein de livres pour les autres, et donc de les lire avant de les offrir. Un petit passage au salon du livre jeunesse de Montreuil m’a permis de dépenser tout l’argent que je n’avais pas et de découvrir de nouveaux éditeurs.

 

img_20171020_214246_3071937761189.jpg
Moment créatif au Palais Royal envahi par les étudiants en Art.

 

 

 

Les péchés mignons…

Décembre c’est aussi le moment où je cède à une obsession un peu honteuse : les miss. Je me suis abonnée à miss univers sur instagram et ne cesse de regarder les stories d’Iris Mittenaere. Allez savoir pourquoi, quelque part ça me fait rêver. Même si on ne trouve pas moins féministe comme programme télé, Madame Miss France a dit que c’était la seule émission où les femmes étaient en majorité à une heure de grande écoute, il serait intéressant d’en faire quelque chose et d’en profiter. Affaire à suivre…

Thank you @michael5inco for this amazing dress ❤️ #finalwalk #missuniverse

A post shared by Iris Mittenaere (@irismittenaeremf) on

Rempli de petits riens ce mois de novembre a été finalement assez riche et je suis motivée pour voir plus d’expositions ce mois-ci, il faut dire que la saison va bientôt se terminer. Entre la famille, les sorties et un weekend en Bourgogne le mois de décembre risque d’être bien occupé !

 

Inktober – retour d’expérience

Je n’ai jamais été très douée en dessin. Quand j’étais petite et qu’on faisait de la peinture avec ma cousine, ma grand-mère me félicitait toujours sur mon choix des couleurs. J’en étais très fière mais j’ai vite compris que cette qualité de coloriste montrait surtout que ça péchait pas mal ailleurs – j’ai toujours dépassé dans mes coloriages par exemple. Même si je me suis dès lors tournée vers une autre activité artistique – l’écriture – j’ai toujours eu envie de dessiner et surtout de faire jouer les couleurs !

J’avais regardé de loin l’Inktober 2016, j’avais aimé le concept mais ça ne me concernait pas encore. Cette année ma copine Jéromine – toujours la même – ne m’a pas trop laissé le choix : on le faisait ensemble et on allait jusqu’au bout. 

Spoiler alert: on n’est pas allées jusqu’au bout…

Même si finalement nous n’avons PAS réussi à faire tous les thèmes, cette expérience créative était vraiment enrichissante et ça valait bien un article!

P1080423
Liste des thèmes de l’Inktober 2017 – certains sont bien plus inspirants que d’autres.
  •  Inktober qu’est ce que c’est ?

C’est un challenge de dessin crée en 2009 par Jack Parker. Le principe est simple : faire un dessin à l’encre « Ink » par jour au mois d’octobre. A chaque jour correspond un thème, la liste des thèmes c’est Jake Parker qui la dévoile quelque jours avant le lancement du challenge.

Chacun fait son Inktober comme il le veut : le but est uniquement de se forcer à faire marcher sa créativité et s’entraîner chaque jour au dessin. Certains suivent leurs propres thèmes, d’autres n’utilisent pas que de l’encre mais de la peinture, du pastel, de l’aquarelle, …

P1080428
1er dessin de cette session d’Inktober. Je n’étais pas trop mécontente.

 

Pour ma part, même si j’ai essayé de  tenir le rythme j’ai vite été en retard : il suffit d’avoir un resto avec des copines après le travail pour ne pas avoir le temps de dessiner chez soi. Malgré ma volonté de finir il me reste trois thèmes auxquels je n’ai pas touché : United, Mask et Found. A la fin je les ai faits

dans le désordre – foutu pour foutu autant dessiner ce qui m’inspirait. Enfin je n’ai pas utilisé que de l’encre mais aussi beaucoup d’aquarelle.

Bref chacun fait comme il veut : tenter l’Inktober c’est s’astreindre à sa propre rigueur et l’adapter en fonction de ses envies et de ses capacités.

P1080437
J’avais envie d’un grand voilier avec moult détails, mais pour une fois je suis restée réaliste et je me suis contentée d’un bateau viking.

 

  • Soyons créatifs !

Comme vous le voyez certains thèmes sont très larges, d’autres très abstraits, et d’autres encore pas du tout inspirants, c’est ce qui fait l’une des difficultés de l’Inktober. En essayant de suivre les thèmes on peut parfois éprouver un grand vide, on n’a aucune idée de quoi dessiner.  Et ça fait partie de l’exercice !

On sait très bien aujourd’hui que la contrainte peut libérer la créativité: ne pas avoir d’idée immédiate force à faire travailler son cerveau, son intuition, son observation du monde et permet de trouver des ressources totalement inconnues. Quand je n’avais aucune idée pour le thème du jour je me mettais à regarder partout autour de moi : les gens dans le métro, les livres sur la devanture des librairies, les affiches des abri-bus, …

Surprise ! Les meilleurs idées arrivent souvent quand on n’en a pas.

P1080431
Inspiré de “La leçon” de Mickaêl Escoffier avec des illustrations de Kris Di Giacomo

J’ai souvent beaucoup mieux réussi les dessins qui me venaient d’une idée subite que ceux que j’avais déjà prévus des jours à l’avance. Cette contrainte, et le fait que je trouvais souvent mes idées tard le soir m’ont forcée à réaliser des dessins moins ambitieux et finalement plus rigoureux et concentrés sur des détails.

P1080436
Assez fière de mon grimpeur je l’avoue.

Enfin j’ai développé une astuce, que j’ai vue chez d’autres : j’ai choisi un personnage – dans mon cas il s’agit d’une petite fille avec un ciré jaune – que j’adaptais à chaque thème dès que je manquais cruellement d’idée. Je lui ajoutais des objets, je la plaçais dans différents décors. La réunion de ces deux contraintes – un thème, un personnage – permet à l’esprit de ne pas partir dans toutes les directions et de trouver plus vite l’inspiration.

 

 

  • Découvrir son style : constater ses points faibles et progresser.

Dessiner chaque jour c’est aussi l’occasion de faire le point, d’observer des similitudes entre ses dessins et de voir ses points faibles et ses points forts.

En comparant mes Inktober avec ceux de Jéromine on s’est aperçues que je voyais toujours les choses en très grand, et elle en bien plus petit. J’occupais l’intégralité de la page pour représenter des scènes, elle en occupait une partie pour présenter un détail. Résultat : mes dessins étaient peut-être plus ambitieux mais moins bien réalisés car je passais peu de temps sur les détails ; les siens étaient parfaits sur le plan de la réalisation mais auraient peut être mérité d’être compris dans une scène plus grande. Ce constat nous permet aujourd’hui de travailler sur ces défauts et d’apprendre de l’autre.

P1080440
2e jour d’inktober – Faisons simple, faisons Moïse qui divise les eaux.
P1080434
Je pensais à ce dessin depuis longtemps (squeak = le bruit des glaces qui se fendent), et je suis finalement assez déçue de mon brise-glace.

J’ai trouvé que c’était aussi le moment de se forcer à dessiner des trucs qu’on n’aime pas ou qu’on n’a jamais fait. J’ai profité de certains thèmes pour apprendre à dessiner l’anatomie humaine et animale – le fait de n’avoir jamais eu de cours de dessins m’embête beaucoup, je ne sais pas du tout par où commencer, comment trouver les proportions, etc. Avec le recul ce sont peut-être mes dessins préférés. J’ai pris des modèles et je me suis appliquée, non pas pour faire un beau dessin, mais pour apprendre.

 

P1080432
Inspiration: une photo d’éléphant trouvée sur google, j’ai décoré à ma façon.

 

Je précise que j’ai presque toujours utilisé des modèles, des inspirations, sauf pour quelques dessins – notamment ceux de ma petite fille en cirée – je m’excuse d’avance si certains modèles ne sont pas cités, c’est que je ne m’en souviens plus.

P1080433
Nature morte. Ce n’est pas ce que je préfère mais c’est un bon moyen d’apprendre l’aquarelle.

 

  • Faire le plein de comptes instagram de dessinateurs

Chaque jour il suffisait de taper le thème et de trouver des milliers de dessins, certains magnifiques : et j’ai profité de ce mois pour découvrir des artistes, ou juste des gens qui aiment dessiner, et renouveler un peu mes abonnements instagram, je vous en présente quelques uns ici.

 

Inktober Day 21: FURIOUS – Grigor Bagrat, an influential land owner from the 2nd Kingdom, discovered that 3 days ago one of his southern sheep ranches was wiped out by hungry trolls. He's required by his insurance to personally travel there to assess the damage in order to make a claim. Which means he's missing the annual tri-kingdom poker tournament. To top it off, rain soaked his favorite pipe and he just can't even right now. #inktober2017 – Inktober shirts are back! Last round to get one then they won't be for sale until next year. Link in the profile⬆️⬆️ #inktober #furious #characterdesign #drawing #sketches #marker #brushpen #comicart #comicartist #inking #drawing #ink #drawingchallenge #pendrawing #sketch #illustration #jakeparker #copic #copicgasenfude #artistsoninstagram #artists #artnews #ink #brushpen #penandink – Pens and paper I'm using + more of my tools: @jakeparkertools

A post shared by Jake Parker (@jakeparker) on

jakeparker

L’instigateur de l’Inktober. Incontournable.

Malashonok_a

Anastasia Malashonok est une artiste biélorusse (je crois) et je suis tombée amoureuse de certaines de ces illustrations. C’est une ambiance particulière, pas vraiment funky, avec des couleurs un peu sombres et des traits simples, presque naïfs. J’adore.

 

Yampiri

Photographe et artiste turc. Ces inktober sont très variés, en noir et blanc et assez inspirants. Le petit plus que je viens de découvrir : Yampiri fait des stories d’aquarelle. Parfait pour la novice que je suis, ce sont de bons entrainements.

 

Natashkina_art

Même si l’Inktober n’est pas fini. Cet (cette) artiste a également utilisé un seul personnage pour chaque thème : un petit escargot adorable et j’avais très hâte de découvrir chaque jour à quoi il allait ressembler.

Raphaelletaschet

tout n’est pas égal dans ce que fait cette illustratrice française, mais certains de ces dessins m’ont beaucoup parlé : notamment cette sorcière courbée tout droit sortie du conte de la sorcière de la rue Mouffetard !

 

Yangsl

Ici encore les thèmes de l’Inktober se sont combinés avec le thème de l’artiste : les animaux. A chaque jour un nouvel animal souvent mignon et toujours très très bien réalisé. Un Inktober à conserver pour apprendre à dessiner les animaux !

Markpoulierart

il s’agit ici de dessins d’architecture, de dessins de voyages, bref tout ce que j’adore. Détaillés comme pas possible, on s’y croirait. Je rêve de pouvoir dessiner comme ça un jour.

sarah_jlt

C’est un monde bizarre mais des idées toujours très originales qui sortent de ces inktober. Mon favoris c’est ce parterre de parapluies qui traverse un passage piétons pour le thème « teeming ».

Day 31: mask #inktober #inktober2017

A post shared by @ lowrinah on

lowrinah

Un monde de manga un peu torturé. Un mélange d’encre et d’aquarelle. Une ambiance à la fois dure et poétique se dégage de ses dessins, on sent une inspiration de Miyazaki.

 

#keepTheGrandWild ✊🏽♥️

A post shared by Jeremy Collins (@jer.collins) on

Jeremy Collins

Pour finir, je ne peux pas m’empêcher de vous partager aussi mon dessinateur préféré: Jérémy Collins, un grimpeur qui croque les paysages des USA avec de l’encre et de l’aquarelle. C’est sans doute lui ma première source d’inspiration. (Le poing par exemple je l’ai pris comme modèle chez lui).

Depuis que l’Inktober est officiellement fini je n’ai pas cessé de dessiner. Je me suis remise surtout à l’aquarelle: le but est d’être capable de dessiner en voyage, donc de dessiner vite et de dessiner beaucoup de choses différentes.

Je ne sais pas encore si je retenterai l’expérience l’année prochaine ou si je m’attaquerai à un autre défi: le NaNoWriMo. Les deux défis se suivent alors ça risque d’être un peu compliqué de faire les deux. J’encourage tous ceux qui auraient envie de tenter ce genre d’expérience, j’ai trouvé ça vraiment réjouissant même si c’était très contraignant, ça fait toujours plaisir de voir qu’on est capable de créer et de produire des choses artistiques!

Week-end dans le Val de Loire

En automne quand j’ai envie de partir j’ai toujours ce gros dilemme pour choisir la destination -oui je sais ma vie est terrible – : profiter des derniers moments d’été dans le sud ou s’imprégner de la super ambiance automnale avec ses magnifiques couleurs et ses soirées au coin du feu.

Les aléas de l’emploi m’ont vite fait oublier les destinations ensoleillées et j’ai donc opté pour la seconde solution avec en prime l’impératif « pas loin et pas longtemps » : la solution de repli qui marche toujours fut donc : LES CHÂTEAUX DE LA LOIRE.

loire 3
Les bords de Loire en fin d’après-midi.
loire2
L’embarcation typique sur la Loire

Belle en toute saison, la région des châteaux de la Loire, inscrite à l’Unesco, est l’un des Must do touristiques en France. Alliant architecture, histoire de l’art et nature, c’était un peu la destination idéale, et comble du bonheur, on a profité des derniers jours de l’été indien avec un thermomètre à 25degrés. What else ?

Cette région est immense, un week-end ne suffit clairement pas pour tout voir : d’abord parce qu’on risque l’indigestion, ensuite parce que la région est très étendue, allant d’Orléans à Nantes à peu près. J’avais décidé de prendre Blois comme base pour rayonner autour, au programme les châteaux de Blois, Chambord et Chaumont-sur-Loire, en particulier parce que c’était la dernière semaine du festival international des jardins qu’on m’avait beaucoup vendu. C’est parti !

P1080196
L’escalier de Blois. Il est pas beau?
  1. Blois – Ville royale et camp de base

On est arrivés à Blois en fin d’après-midi, juste à temps pour visiter le château sous les derniers rayons du soleil. J’étais déjà allée à Blois l’an dernier pour les journées d’histoire dont je vous avais parlé ici. Malheureusement en courant de conférence en conférence je n’avais pas eu le temps de vraiment découvrir la ville. Alors j’étais contente de pouvoir enfin pénétrer dans ce château dont j’ai fait maintes et maintes fois le tour !

Le château de Blois est très bizarre , il est constitué de trois ailes qui reflètent trois époques distinctes : la fin du gothique flamboyant et les constructions de Louis XII, la Renaissance avec la fameuse façade des loges et le superbe escalier à vis de la cour, et l’époque classique.

bloisblois4
Chateau de Blois – Partie “Louis XII”
bloisblois3
Château de Blois – partie classique

On l’oublie souvent mais Blois est un lieu chargé d’histoire, il est devenu château royal quand Louis XII a succédé à son cousin Charles VIII comme roi de France. Et c’est surement ici qu’on voit le mieux le style « Louis XII »,  un style architectural à cheval entre le gothique moyenâgeux et le style Renaissance. Résidence royale pendant près d’un siècle, Blois est surtout connue pour avoir accueilli les Etats-Généraux en 1588, moment où le roi Henri III fait assassiner son rival Henri de Guise.

blois3
La magnifique façade des loges au coucher du soleil. Au loin la cathédrale.

POINT HISTORIQUE – en très succinct.

Henri III est roi de France après les morts successives de ses frères François II et Charles IX (celui de la St-Barthélémy). Il est plus malin que ces derniers et a l’ambition de marquer plus clairement la frontière entre lui, le monarque élu, et les autres nobles, à une période où on ne parle pas encore de monarchie absolue.

bloisblois
La salamandre – Symbole de François 1er.

En même temps ça fait déjà bien une vingtaine d’années que les catholiques et les protestants se tapent dessus : les chefs des catholiques intransigeants – on appelle ça la Ligue –  ce sont les Guise, et surtout leur aîné le duc Henri de Guise. Le roi veut être un super monarque mais il sent bien que les nobles le soutiennent bof bof. Il décide de réunir les Etats-Généraux – oui les même que pour la Révolution parce qu’à cette époque ça se fait encore – et là il frappe fort, il fait une sorte de putsch ou de répression interne : il fait assassiner au sein même du château son ennemi Henri de Guise, ainsi que le frère de celui-ci, et fait arrêter les principaux chefs de la Ligue.

blois2blois

BREF.

Le XVI siècle est une période peu abordée dans les programmes scolaires, ou alors très rapidement, et j’ai découvert l’existence de Louis XII et le détail des guerres de religion en classe prépa. Mais guess what ? C’est passionnant et grâce à ça toute cette région de la Loire résonne différemment puisque c’est ici que TOUT se passe ! Alors je conseille fortement de faire un tour sur wikipédia avant, pendant ou après la visite pour se mettre bien dans l’ambiance.

blois5

Il n’y pas que le Château à voir à Blois. La ville entière est agréable à visiter mais il faut avoir de bonnes cuisses : ça monte et ça descend. Construite sur deux collines, ses jolies rues anciennes montent au château et à la cathédrale dont les jardins offrent une superbe vue sur la Loire. Il faut prendre le temps d’errer et de se perdre un peu dans les rues pour trouver de bons restos et des cafés cosy comme on les aime, et trouver de quel point de vue la façade des loges est la plus belle.

chaumont3

 

  1. Chaumont sur Loire et ses jardins

2ème jour  – 2eme château : on part de bon matin longer la Loire sous la brume en direction d’un château que je veux voir depuis longtemps : Chaumont ou plutôt le festival international des jardins.

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ce jour-là mais la brume était épaisse, presque trop, et donnait une atmosphère très singulière. J’ai cru que c’était quelque chose de normal sur la Loire mais un passage sur instagram m’a fait comprendre qu’il y avait la même chose à Paris, à la seule différence qu’elle s’est rapidement évaporée dans le Loir et Cher.

Loire
L’aubre (10h) sur la Loire
chaumont
Un vrai château de contes de fée, surtout sous cette brume!

Les chateaux de la loire sont connus pour être une destination phare du cyclotourisme, mais c’est aussi très agréable de parcourir la région en voiture – même si moins écolo – et la raison principale ce sont les deux départementales construites de part et d’autre du fleuve sur des digues. On longe la Loire, on voit passer les oiseaux, les pêcheurs, les villages et surtout les châteaux.

20171026_113636569769369.jpg
On voit la brume qui s’éloigne au loin. Et mon doigt sur la photo aussi…

Il faut bien une journée pour voir Chaumont : entre le château, le parc, le festival et une pause bien méritée, c’est un château où il faut prendre son temps.

chaumont4
Le parc de Chaumont et ses couleurs automnales

Château légèrement fantasmé à tendance Walt Disney, j’ai adoré l’allure extérieure du château, un peu moins l’intérieur car je m’attendais à plus de pièces d’époque, c’est-à-dire du XVe ou du XVIe, or presque tout a été refait au XIXe. On se promène plus dans un manoir du style de Downtown Abbey que dans la résidence de Catherine de Médicis. Mais à part cette légère déception ce château est top. Le parc resplendit des couleurs automnales, il est animé par diverses œuvres d’art contemporain sur le thème de la nature – certaines incompréhensibles, d’autres qui se veulent seulement amusantes et ça marche.

chaumont6
LE vallon des brumes. On riait comme des enfants en y descendant.

chaumont7

Mais le clou du spectacle c’était le festival des jardins qui s’achève la première semaine d e Novembre, on tombait donc à pic. Un thème différent mais certains jardins  restent d’année en année. On passe entre les bosquets qui racontent tous une histoire, une ambiance. C’est entre le jardin et l’art contemporain et je dois dire que je suis bien plus sensible quand il s’agit de jeux avec la nature que de toiles abstraites ou d’happenings. Mon « jardin » préféré est sans doute le vallon des brumes : une brume toute créée pour l’occasion, une jolie cascade, un chemin de bois qui permet de s’y promener. C’est très simple et ça marche à fond ! J’ai aussi beaucoup aimé le jardin de sorcière, un jardin aux plantes médicinales décoré comme une maison de sorcière – parfait pour halloween.

chaumont5

Dernière découverte : le self du château, abrité dans une serre avec une grande terrasse à l’abri de quelques arbres. Il faisait si beau et si chaud ce weekend là que je n’imaginais pas manger en intérieur. Très bobo/écolo, ce self est entièrement bio avec couverts biodégradables. On y sert des soupes de curry, des jus de carottes/betteraves/autres légumes auxquels je n’aurais pas pensé. Bref c’était très bon, très bien placé et on aurait pu y passer l’après-midi.

chambord3

  1. Chambord – Palais mystérieux

Le roi des châteaux, celui qu’on ne présente plus, et pourtant celui que je n’avais jamais vu. On – mes parents- m’en avaient dit beaucoup de mal « Mais pourquoi tu vas à Chambord, c’est vide, il y a rien ». Mais j’avais envie de me faire ma propre idée parce qu’il avait l’air tout de même très beau ce château.

chambord

chambord1
Jardins à la française sur fond de plus grand domaine forestier d’Europe

Il s’agit du château le plus à l’est du Val de Loire, donc le plus proche de Paris, donc sur la route. Le temps était moins clément que les deux jours précédents mais j’espérais pouvoir faire de belles photos et me balader un peu dans le parc pour profiter de l’automne à défaut de voir un super château. Et finalement il m’a vraiment emballée ce palais. D’abord parce que de l’extérieur il a franchement de la gueule – l’arrivée à travers les bois est digne d’un film -, ensuite parce qu’il est amusant à visiter. Amusant ? Je m’explique.

chambord4

Construit par François 1er, ce château veut se donner des airs de fin moyen âge, il est donc organisé autour d’un donjon avec 4 tours … et un dédale de couloirs et d’appartements. Aucun intérêt à visiter Chambord selon un itinéraire précis, je n’ai jamais compris où je me trouvais vraiment dans le château mais j’ai adoré fouiner un peu partout et m’y perdre.

2ème amusement : le fameux escalier hélicoidale. Deux personnes peuvent y monter chacune de leur côté sans jamais se croiser – mais on se voit par les petites lucarnes, ce qui est assez rigolo.

chambord9chambord10

Enfin j’ai adoré le mystère qui entoure ce site : personne ne sait bien pourquoi François 1er à construit Chambord ici. Le château est loin de tout, même de la Loire, au milieu des marais et de la forêt. Il s’agit pourtant du second plus grand château de France après Versailles, il a d’ailleurs inspiré le Roi Soleil. Mais surtout François 1er n’a presque pas vécu à Chambord, jamais plus de deux semaines d’affilé, et si ses fils et petits-fils ont poursuivi les travaux d’aménagement, le palais était trop éloigné de la cour pour qu’ils y séjournent vraiment. C’est resté un pavillon de chasse traversé par les courants d’air et tellement grand qu’il était difficile à chauffer.

chambord7
Pose selfie/ blogueuse mode. LE fond n’est pas trop mal.
chambord8
Chambord est surtout l’un des plus gros domaines forestiers d’Europe, avec une faune et une flore préservée.  On y trouve des cerfs, des sangliers, mais aussi des poissons des marais.

Pour cette raison on a longtemps laissé Chambord tel qu’il devait être à l’époque : vide. MAIS la palais a en fait été habité bien plus tard : Louis XIV y a fait quelques séjours et il a servi de lieu de résidence à des princes en exil, des cousins du roi, etc. Aujourd’hui les monuments nationaux ont décidé de réaménager Chambord avec du mobilier du XVIIIe, époque où il a le plus été habité. Le contraste d’aménagement entre ces différentes époques est saisissant.

Mon copain a trouvé que le palais avait tout d’une belle coquille vide. Chef d’œuvre de l’art renaissance la façade extérieur peut paraître un peu too much : des tours de partout, de la dentelle à certains endroits et un massif mur d’enceinte. Je pense que Chambord est tout de même un château à voir justement parce qu’il est si impressionnant et mystérieux.

loire4
En voiture sur la digue.
Loire automne
Promenade matinale à Blois.

Ces deux jours dans la Loire étaient encore mieux que ce que j’avais prévu et j’ai vraiment très hâte de faire un deuxième séjour plus à l’Ouest, à la découverte de châteaux plus anciens : Loches, Amboise, Ussé, et tant d’autres !

 

 

 

 

Le monde merveilleux de la littérature jeunesse

Il y a six mois je suis devenue par le hasard des choses bibliothécaire jeunesse. Je ne dirais pas que j’ai pénétré dans un monde inconnu, mais j’ai redécouvert plus en profondeur un univers singulier de la littérature et j’en suis tombée amoureuse. J’ai toujours aimé pousser les portes des librairies jeunesse à commencer par la célèbre librairie Chantelivre de l’Ecole des loisirs : un immense magasin rempli de livres pour tous les âges où ma maman aimait nous emmener à deux pas du Bon Marché. J’avais d’ailleurs commencé une petite collection de livre jeunesse à Strasbourg : dans la magnifique librairie de la rue des Juifs j’avais craqué pour « Oh non Georges ! » après l’avoir feuilleté moult fois.

20170928_1428321842279329.jpg
Deux découvertes poétiques: “l’Ourse”, illustrations magnifiques et “Les collectionneurs”, une très bonne idée, une histoire très bien menée.

Alors quand on m’a proposé le poste je me suis dit pourquoi pas. Et j’avais raison parce que la littérature jeunesse c’est canon et ça devrait être bien plus mis en avant – notamment auprès des adultes. Vous trouverez donc à partir de maintenant – et aussi régulièrement que possible – des chroniques de littérature jeunesse, et pour commencer : pourquoi cette passion soudaine pour la littérature jeunesse ?

20171025_1158521842279329.jpg

  1. Parce qu’on a tous commencé par là !

Qu’il s’agisse d’albums, de contes, de documentaire ou de romans il ne s’agit jamais d’une découverte puisque nous avons tous eu entre nos mains des ouvrages de jeunesse. Se replonger dedans c’est avant tout se replonger dans son enfance, l’un des meilleurs moyens de conserver sa part d’enfance peut-être ! Il nous reste toujours l’intonation des phrases de maman ou de papa lorsqu’ils racontaient pour la énième fois la même histoire qu’on aimait tant – « Gargouilligouilla » pour ma part – on se souvient des albums qui nous ont un peu transporté et qu’on aimait regarder encore et encore, et surtout on se souvient des premiers romans dans lesquels on s’est plongé entièrement sans pouvoir en sortir, ceux qui nous ont donné le goût de la lecture. Harry Potter pour ne pas le citer.

Et bien surprise ! S’il y a beaucoup de nouveautés, de bonnes nouveautés, il en va de la jeunesse comme de la littérature adulte : elle a ses grands classiques. D’une génération à l’autre ce sont finalement souvent les mêmes auteurs qui aident les enfants à grandir et à développer leur imagination et on s’aperçoit vite qu’on les connait bien, et qu’on apprécie de les retrouver.

20170914_114143-213056342.jpg
“Moabi” – un ouvrage poétique sur l’écologie et l’homme par le talentueux Mickaël El Fathi
  1. Parce que c’est esthétique et poétique

La littérature jeunesse s’affranchit de certaines règles et se permet une certaine poésie beaucoup plus facilement que la littérature adulte. J’ai l’impression que les enfants sont plus réceptifs à l’association de mots, d’images, d’odeur, de sons, à des métaphores qui nous paraissent pourtant difficiles mais qu’ils intègrent très vite. Les histoires peuvent être douces et belles, expliquer le monde de la façon la plus jolie possible et amoindrir les maux les plus durs.

A côté du texte, souvent travaillé et très fin, il y a les illustrations et je ne vais pas mentir c’est avant tout ça qui m’attire vers tel ou tel livre. A force je finis par connaitre les illustrateurs et j’ai fait de superbes découvertes au point de me mettre moi-même au dessin. On ne peut pas rester six mois à admirer des planches sans avoir envie de se tester à son tour, ça ne fait pas fonctionner que l’imagination des enfants !

20171025_120041-213056342.jpg
“L’Ascension de Saussure” – à mi chemin entre l’album et le documentaire. Voyage au pays du Mont-Blanc.

Les couleurs, les textures, les techniques, autant de choses qui donnent une ambiance si particulière et qui conduisent ces ouvrages enfantins à flirter avec les livres d’arts. Certains sont d’ailleurs de vrais livres d’artistes travaillant sur l’objet livre et on finit par se demander s’il s’agit de livres pour enfants ou pour adultes ! Ces ouvrages coûtent en général un bras et permettent surtout une vraie réflexion sur ce qu’est le livre et ce qu’est l’artiste.

20171024_220405-213056342.jpg
Les livres pour enfant voyagent: on reconnait immédiatement le tramway de Lisbonne et on embarque pour une très belle histoire.
  1. Parce que c’est drôle !

Il y a en littérature jeunesse un humour singulier, une touche d’absurde qui me parle beaucoup. Outre les codes habituels du comique que les enfants abordent très tôt, on trouve souvent dans ces ouvrages un humour un peu grinçant, ironique, qui se moque du monde des adultes ou qui le défie. J’aime que les auteurs jeunesse ne s’adressent pas aux enfants comme à des idiots, loin de là puisque c’est souvent l’adulte qui est considéré comme tel. Ça m’est arrivé souvent de franchement rire en découvrant un album : pour n’en citer qu’un j’ai adoré les histoires de Courgette la grenouille.

20170901_135521-314533811.jpg
“Le sorcier vert” sur le photographe Salgado et son projet de reconstruire une forêt: Le très drôle “La mouette à la croustille” pour sensibiliser les enfants à l’écologie quotidienne!
  1. Parce que ça concerne tout le monde.

Des histoires enfantines ? Surement pas ! J’ai été étonnée de voir combien la littérature jeunesse s’attaquait à tous les sujets du plus anodin au plus grave. J’ai acheté de nombreux livres sur le deuil, la séparation, la guerre, l’écologie, et d’autres histoires simplement drôles mais qui touchaient souvent à des sujets bien plus complexes qu’il n’y paraissait. A mon sens il y a toujours plusieurs niveaux de lecture dans ces ouvrages, ils racontent bien souvent des histoires universelles qui touchent à la tolérance, l’amour, le respect, etc. J’adorerai créer un fonds de bibliothèque pour attirer les adultes vers ces albums soit-disant pour enfants mais qui concernent vraiment tout le monde.

20170914_114321-314533811.jpg
Des livres sur des thématiques moins fun: ici “Coton Blues” sur l’esclavage dans le sud des Etats-Unis. Superbes illustrations et belle évocation des croyances vaudous.

5 . Parce qu’on découvre des choses

Il n’y a pas que les enfants qui apprennent et s’ouvrent à des nouvelles choses avec cette littérature. Certains livres sont des véritables invitations au voyage – pour quelqu’un qui comme moi adore les récits de voyages illustrés, c’est une aubaine – New-York, la montagne, Paris, Lisbonne, il y en a pour tous les goûts. Et les documentaires tirent très bien leur épingle du jeu. Le retour ces derniers temps à des illustrations plus vieillottes fonctionne très bien: en feuilletant les encyclopédies animalières, les livres d’histoire ou même des imagiers on a envie d’aller voir plus loin. Les enfants se spécialisent souvent sur un domaine: les dinosaures, les planètes, les animaux de la mer et devinez quoi…ils en savent bien plus que nous à ce propos et on a donc beaucoup à apprendre de ces ouvrages!

20171005_133842-1047072786.jpg
Passion livres pop-up! Ici sur la préhistoire.

Enfin parce qu’on s’évade, on entre dans des mondes merveilleux qu’on avait oubliés depuis longtemps et ça fait franchement du bien !

Nous avons la chance en France d’avoir un monde de l’édition jeunesse très compétent, qui publie régulièrement de très bonnes choses avec d’excellents illustrateurs et autant de supers auteurs. L’offre éditoriale est bien moins importante que dans le secteur adulte mais à mon sens de meilleure qualité : il est en effet très rare qu’il y ait de mauvais livres qui sortent. On peut ne pas en aimer certains, en critiquer d’autres sur leur message, leur rigueur mais il s’agit souvent seulement d’une question de goût.

20171025_120106-1047072786.jpg
Dernière trouvaille “Le voyage d’Osvaldo” – Une mignonne histoire pour affronter ses peurs et vivre de grandes aventures!

Quelques adresses et liens:

Avant de vous faire des articles plus complets sur le sujet et pour aller plus loin je vous conseille vivement un blog superbe qui donne envie: La route des briques jaunes tenu par Vicky et Mathilde. Beaux, épurés, les livres choisis sont variés, originaux et très bien critiqués. Une référence pour les blogs jeunesse.

La librairie chantelivre de l’Ecole des loisirs: 13 rue de Sèvres, Paris, Metro Sèvres-Babylone

Librairie La Bouquinette, 28 rue des Juifs, Strasbourg : les devantures sont faites par des artistes et changent régulièrement. Mieux que les vitrines de Noel des Galeries

*Le dessin de la vignette de l’article est de moi.

Lectures en Italie

A défaut de pouvoir partir en voyage on peut facilement s’évader par la lecture et j’aime autant me plonger dans des romans dont le cadre me permet de m’imaginer des pays lointains que savourer des récits de voyages où j’ai l’impression de faire de vrais road trip sans bouger de mon canapé. Aujourd’hui je dédie un petit article à l’Italie, l’Italie du sud plus exactement. Je n’ai que deux ouvrages à présenter et aucun des deux n’est un roman mais ils m’ont tous les deux touchée, de façon très différente, et je les recommande chaudement! Alors on se sert “un caffè” ou un spritz et c’est parti pour un tour dans le mezzogiorno.

20170823_075122-1479106239.jpg

VIA APPIA

Genre : Récit de voyage / Déclaration d’amour

Thème : Italie du sud

Degré d’appréciation : Je suis à deux doigts de prendre un billet pour Brindisi.

Pour ses vacances d’été Jacques de Saint-Victor, un universitaire français, décide de prendre ses bâtons de marche pour descendre la Via Appia de Rome à Brindisi. Il arpente, d’abord à pied puis en Fiat, la plus vieille route de l’Occident, méditant et observant avec amour l’Italie du Sud.

IMG_20160730_154818674
Arpino – Devant l’église les bannières des “contrada”, les quartiers, de la ville qui vont s’affronter lors de l’annuel “Gonfalone”, une sorte de Palio.

Loin des itinéraires touristiques les plus connus la Via Appia se perd dans les méandres du Lazio, de la Campanie, de la Basilicate et des Pouilles, traversant des villes un peu éloignées de circuits habituels et parfois presque abandonnées; des lieux ravagés par la crise – plus grave dans ces régions qu’en Grèce parait-il – et des sites historiques de toutes époques.

Entre deux dégustations de mozarrella di Buffala et des arrêts fréquents pour un café au bar l’auteur s’interroge sur l’Italie : celle d’avant et celle d’aujourd’hui. Il mêle l’histoire de la grande Rome aux soirées de Berlusconi, les rêveries de Stendhal aux propos de le jeunesse abandonnée de Naples. Entre littérature, gastronomie et histoire il essaie de comprendre et de décrire cette Italie qu’on voit si peu: celle du Mezzogiorno.

IMG_20160724_165315542
Le Mont Cassin et son abbaye qui, du haut de ses 1669m, domine la vallée jusqu’à Caserta.

 

Sans être difficile, l’écriture de ce récit est parfois très érudite ce qui pourrait en rebuter certains. Ayant fait des études d’histoire  les digressions sur l’époque antique ou sur les méfaits du fascisme ne m’ennuient pas, au contraire c’est ce qui apporte un grand intérêt à l’ouvrage. On apprend quelque chose à chaque chapitre et ça donne envie d’aller fouiller un peu plus profondément dans l’histoire de l’Italie.

J’aime les récits de voyage, j’aime encore plus celui-ci parce qu’il me parle.  Terracina, Caserta, Benevento… Les lieux par lesquels passe l’auteur ne me sont pas inconnus bien que loin d’être les villes les plus fréquentées d’Italie, ou les plus belles. Mais grâce à ce récit on constate que la moindre ville, la moindre portion de route en Italie a une histoire millénaire, une vie et que les traditions sont encore bien présentes. Impossible de ne pas avoir l’envie immédiate d’embarquer à bord d’un train, d’une Fiat ou d’un bateau pour arpenter lentement, très lentement cette Italie méconnue, en s’arrêtant partout et nulle part, car quoi de mieux que de boire son cappuccino en observant la dolce vita?

Les montagnes de la Ciocaria qui surveillent la “Casilina” cette route reliant Rome à l’antique Capoue.

Le soleil écrasant du sud, les oliviers, le délicieux goût des tomates mais aussi l’ombre de la crise et les souvenirs du fascisme, au grè de ses pérégrinations Jacques de Saint-Victor décrit avec une immense tendresse ces habitudes, ces façons de penser et de faire si typiquement italiennes. Ça nous parait étrange, parfois suranné mais il n’y a aucun jugement de la part de l’auteur– sauf pour le Calcio, le début de la déchéance d’un peuple nous dit-il  – il y a seulement beaucoup de réflexion et d’amour.

Ce livre est une véritable déclaration de l’auteur à son pays d’adoption, un amour pour l’autre que l’on ne comprend pas toujours, ce qui le rend si attachant.

 

20170804_0756271141161927.jpg

L’OPTICIEN DE LAMPEDUSA


 Genre: reportage

Thème: Les migrants à Lampedusa

Degré d’appréciation: Tout le monde devrait lire ce livre.

C’est une lectrice de la bibliothèque où je travaille qui m’a conseillé fortement ce livre quand elle me l’a rendu. Elle avait l’air émue et un peu retournée. Le soir même je me plongeais dans ce roman issu d’un reportage et j’ai compris l’émoi de la lectrice précédente.

L’opticien de Lampedusa c’est un homme banal qui s’est installé il y a longtemps sur cette petite île paradisiaque au large de la Sicile et de la Tunisie. Certes on entend parler des migrants, mais toutes ces histoires lui paraissent encore lointaines quand il prend la mer avec un groupe d’amis pour profiter de l’après-midi et se retrouve soudainement face à un naufrage. De cette journée qui a fait de lui un “sauveur” débute un long questionnement, une remise en cause de sa vie. Le récit d’une prise de conscience.

Cet opticien existe. Peut-être est-ce pour cela que cet ouvrage est dur et émouvant. L’histoire d’un monsieur tout le monde, un homme simple au caractère très méticuleux qui réalise la tragédie quotidienne se déroulant à quelques pas de lui. Je me suis arrêtée fréquemment pendant cette lecture pour digérer ce qui était dit. Le style à la fois simple et neutre est pourtant puissant : coupable, triste, plein d’espoir et dépité, on ressort plus sensible et plus démuni de cette lecture lourde mais nécessaire.

Pour ce reportage Emma Jane Kirby a été récompensée par le prix Bayeux des correspondants de guerre.

 

 

 

Nauplie et Mycènes – Suite et fin du Péloponnèse

Ouf ! C’en est fini des trajets à rallonge au milieu des plaines sèches de la Grèce. Nos valises sont posées à Nauplie pour deux jours dans un grand appart au pied de la citadelle avec vue sur la ville. Le gros plus c’est qu’il y a la clim, nécessaire quand les températures commencent à atteindre les 40 degrés. Quand on bouge tous les jours en road trip, 2 nuits au même endroit semblent être une éternité. On est même allé en grande surface pour se faire à manger nous-mêmes. Soirée sur le balcon face à la mer. Perfect.

nauplie10

Je n’avais jamais entendu parler de Nauplie avant l’article de Jéromine en début d’année. Je suis tombée amoureuse de ses photos, surtout de la luminosité. Evidemment en plein été les photos ne rendent pas tout à fait pareil mais la ville tient toutes ses promesses : à quelques minutes du celèbre site antique de Mycènes, Nauplie est une ville vénitienne au bord de l’eau et surveillée par deux vieilles forteresses. Un mix parfait.

nauplie8

Nauplie –  Repos dans l’ancienne capitale de la Grèce

C’est surtout au Moyen-Age, lors de la 4e croisade que Nauplie commence à faire parler d’elle. Elle est successivement occupée par les Francs, les Vénitiens et les Ottomans, la forteresse la plus récente la Palamidi est construite par un architecte français pour les Vénitiens. Réputée imprenable elle sera finalement occupée par les Ottomans…l’architecte leur ayant livré les plans. GoT n’invente rien.

nauplie6

nauplie7

C’est assez particulier, après avoir vu des ruines antiques, des monastères chrétiens, des villages montagnards, de se balader dans une ville vénitienne. Un peu comme une suite logique de ce qu’on a pu voir sur Hydra, ici les rues sont étroites, les maisons colorées, les fleurs recouvrent les murs et grimpent les escaliers. Sur la place principale une mosquée témoigne de la présence ottomane et contraste avec le reste de la vieille ville.

nauplie2nauplie4

Il est possible de monter à pied à la forteresse, beaucoup de marches, mais nous atteignons désormais les 45 degrés alors je cède et je vote pour la voiture. La forteresse en elle-même n’est pas passionnante. Elle est grande et certaines parties sont bien conservées, notamment des cellules, très amusant pour les enfants qui se cachent dans les ruines. L’attraction principale c’est la vue que l’on a d’ici : en contrebas s’étire la presqu’île abritant l’Acronauplie, une forteresse plus ancienne, contre laquelle s’appuie la vieille ville. Derrière il y a la mer et le fort Bourdzi qui garde l’entrée du port. Plus loin encore on aperçoit les sites antiques mycéniens d’Argos et de Tirynthe. C’est beau.

nauplie5

A part se balader en ville et manger des glaces – et des souvlakis, toujours des souvlakis – deux activités sont prévues ici : une baignade tout près de la ville et surtout la visite de Mycènes.

Pour la baignade on repassera : une fausse plage se trouve juste derrière la presqu’île, l’eau est belle et on a une vue imprénable sur le fort Palamède au dessus MAIS la musique façon jet set et les algues émoussent un peu notre envie de nous baigner. Une trempette s’impose vu la chaleur cependant je vous conseillerais de vous éloigner un peu de Nauplie si vous voulez faire une vraie pause plage. Ce sera plus agréable.

mycenes12

Mycènes – rencontre avec Agamemnon

Avant d’aller à Mycènes on décide de se mettre au frais au musée archéologique de Nauplie qui expose essentiellement des œuvres de … l’époque mycénienne. En plus de la clim ce musée nous offre une belle perspective de ce qu’a pu être la civilisation mycénienne. Guess what ? Il n’y a pas que le site de Mycènes dans le coin, et les éperons rocheux qu’on voit depuis notre balcon ne sont pas des villages mais des ruines d’autres cités de la même époque. Hormis cette mise en perspective je découvre des objets de l’époque mycénienne et j’en suis assez fan. Pas cher, ce musée vaut le coup si vous vous apprêtez à écumer les sites archéologiques du coin, je conseille de visiter ensuite en complément le musée archéologique d’Athènes où sont les pièces les plus célèbres – le masque d’Agammemnon par exemple – et les plus belles.

mycenes1mycenes3

Se promener sur le site de Mycènes est une expérience unique. Tous les élements étaient réunis pour que ce soit parfait : le soleil couchant – TOUJOURS visiter les sites grecs à 18h30/19h –, la solitude puisque nous étions absolument seuls, et surtout le je-ne-sais-quoi d’extrêmement émouvant de Mycènes.

Ma maman m’avait prévenu, c’était son site préféré, elle y avait ressenti un petit quelque chose de particulier. En regardant les photos je ne voyais pas bien de quoi elle voulait parler mais une fois devant la porte des Lions la magie opère. On a le souffle un peu coupé et une immense excitation.

mycenes8mycenes5

Mycènes c’est donc LE site de la civilisation mycénienne et le cœur du royaume d’Agammemnon, le même que celui de la guerre de Troie. Quand la mythologie rejoint l’Histoire.  Il y a surtout des ruines, des bâtiments en ruine mais qui rendent bien l’aspect du lieu. On déambule dans une ancienne ville, on distingue les maisons, et on peut même s’enfoncer dans la citerne. Ce que je n’ai pas fait, j’avais trop peur des insectes qui tournoyaient autour de nous.

mycenes6mycenes7

Encore une fois le lieu apporte beaucoup : avec vue sur la vallée et Nauplie au loin, on est pourtant perdu au milieu des montagnes du Péloponnèse avec pour seul bruit le chant d’un berger qui essaie tant bien que mal de ramener ses brebis.

On a du mal a repartir, la lumière est hypnotisante, mais il nous reste encore une chose à voir : le tombeau des Atrides à quelques mètres plus bas. On s’y faufile juste avant la fermeture et là…aucune photo ne rendra justice à ce tombeau, vous n’aurez pas d’autre choix que d’y aller vous-même !

mycenes2mycenes4

Avec regret nous finissons par quitter l’émouvante Mycènes et la belle Nauplie, en route pour la dernière étape du voyage : Athènes et l’Attique.

Week-end en Emilie-Romagne

« Chiacchierare », c’est le terme en italien pour dire « bavarder, jaser ». chiacchierare c’est ce qu’on faisait quand on a raté notre train pour Ravenne, c’est ce qu’on a fait aussi en dévorant notre pizza le soir, et encore en déambulant dans les ruelles de Ferrare.  D’ailleurs cet article aurait dû s’intituler « Chiacchierone e golose (pipelettes et gourmandes) in Emilie-Romagne» parce que c’est encore ce qui résume le mieux ces trois superbes journées de printemps qu’on a passées dans la région de Bologne exactement à mi-chemin entre la Grèce et la France.

Mais on n’a pas fait QUE ça : entre deux pauses on a réussi à faire bien plus que nos 10 000 pas par jour et puisque les lignes ferroviaires nous permettaient de rayonner facilement dans toute la région depuis la principale ville on est parties à la découverte de l’Emilie-Romagne : Bologne, Ravenne et Ferrare, 3 jours pour trois étapes et un week-end que je recommande chaudement.

1.      Prendre son temps à Bologne

J’aime Bologne. D’abord parce que dans mon imaginaire elle évoque les premières universités du monde (avec Oxford, Paris et Montpellier), mais aussi Umberto Eco et d’autres grands savants. Ensuite parce qu’on y parle  un italien que je comprends, et c’est sûrement ici que je conseillerais d’aller pour apprendre un italien parfait (pas chuintant comme dans le sud, pas trop articulé comme dans le nord). Enfin parce que c’est ici qu’on fait les meilleurs Pasta Al Ragù, mon plat préféré depuis que je peux manger des pâtes. Bologne est une ville vraiment sympa, sa particularité est de posséder des kilomètres d’arcades qui remplacent les trottoirs – très pratique s’il pleut – et d’être toute en architecture rouge et ocre. Les couleurs, les odeurs et les bruits de l’Italie nous captent dès qu’on arrive en ville. C’est beau, pas trop grand et si vivant ! On a surtout aimé y flâner en revenant aux mêmes endroits à plusieurs reprises parce qu’on s’y sentait bien.

weekend-emilie-romagne-bologne (3)weekend-emilie-romagne-bologne (6)

 Piazza Magiore

La place centrale dominée par la basilique inachevée de San Petronio  étonne par le contraste entre son marbre rose et blanc et sa partie en pierre encore rouge. Autour de la place se trouvent d’autres édifices médiévaux dont le Palazzo communale (je n’ai toujours pas compris lequel c’était), malheureusement pour nous la fontaine qui est apparemment un peu  coquine était recouverte pour travaux, le gros divertissement de la place restait donc le wifi gratuit dont on pouvait profiter face à ces superbes monuments. Le dernier jour un événement était organisé sur la place : des groupes de participants devaient reconstruire avec des bouts de cartons des portes et des édifices connus de la ville, ils avaient plusieurs heures, sur un fond de Rhianna c’était super sympa de déambuler parmi les groupes et d’observer leur travail d’équipe. La veille on avait assisté à une course de nuit – sans but particulier juste parce que c’est fun nous ont dit les habitants – ça m’a confirmé la coolitude de la ville.

Piazza San Stefano et ses 7 églises

Assurément LE coup de cœur de la ville : ce n’est que le dernier jour que je me suis décidée à enfin pénétrer dans ce complexe architectural médiéval qui vaut franchement le coup (cloitres, églises romanes très épurées et très belles) mais on y est retournées souvent. En passant, en s’arrêtant pour regarder, en s’arrêtant pour dessiner – grande réussite. La place me fait penser un peu à Sienne, mêmes couleurs et même type de bâtiment, mais avec des étudiants de partout et beaucoup moins ce côté ville-musée.

weekend-emilie-romagne-bologne (7)weekend-emilie-romagne-bologne (9)

     

     Les torre – Torre Asinelli

Comme vous l’explique Jéromine dans son super vlog de ce week-end ici, auparavant Bologne était peuplée de tours qui personnifiaient les grandes familles de la ville et servaient de blason. Orgueil oblige chacun voulait une tour plus haute que son voisin et elles avaient  tendance à s’effondrer les unes sur les autres ce qui obligea à limiter à 60m la hauteur de ces tours. Il n’en reste que quelques-unes aujourd’hui et seule la torre asinelli se visite : beaucoup de marches pour une superbe vue sur la ville et les collines au loin. Idéal pour se mettre en jambe ! Juste à côté de la tour se trouve une pizzeria, pas chère du tout et avec moult choix, que je recommande.

     Les universités : Bologne l’estudiantine

L’université c’est la raison d’être de la ville mais depuis le Moyen-âge l’université a bien évidemment changé de place assez souvent. C’est Parsa, un iranien que Jéromine avait hébergé chez elle, qui nous a fait visiter le campus actuel : un campus qui rappelle Tolbiac en plus grand et plus classe aussi. Des fresques murales un peu partout, des banderoles de luttes, et une grande place sur laquelle se trouve la cafet’ et où les jeunes se retrouvent le soir pour discuter (ce qu’on a fait bien évidemment).
J’ai visité la vieille université seule : les couloirs décorés de blasons d’étudiants et de professeurs mènent à deux salles de classe dont la plus intéressante est la salle d’anatomie.

weekend-emilie-romagne-bologne (8)

weekend-emilieromagne-streetartweek-end-emilie-romagne-sreetart

Adresses: 

Ostera dell’Orsa, via Santa Caterina, 51 : excellentes pâtes al ragu, ambiance taverne très sympa et surtout on ne paie pas les couverts et le pain, c’est rare en Italie. (et aussi, c’est pas loin du fameux canal que l’on voit sur plein de photos)

Pizzeria Spacca Napoli, via San Vitale, 45a: ça ne vaut pas les pizzas de Naples bien sûr mais ce sont des très bonnes, et grosses pizza pour pas cher. Lieu de rendez-vous des étudiants.

Cremeria San Stefano, via San Stefano, 70: DES GLACES, l’indispensable en Italie. Celles ci sont très très bonnes et l’avantage c’est qu’il y a peu de monde qui vient dans cette boutique un peut excentrée.

weekend-emilie-romagne-ravenne (4)

 

2.      Ravenne – au royaume des mosaïques

A ma grande honte j’avais déjà entendu parler de Ravenne mais j’étais absolument incapable de savoir où placer la ville sur une carte. Réponse : c’est entre Bologne et Rimini, suffisamment près pour y passer une journée. Et ce serait presque un sacrilège de ne pas le faire. Capitale des mosaïques la ville possède de nombreuses églises et basiliques où on peut admirer des mosaïques MAGNIFIQUES qui ont bien plus de gueule que le style baroque des églises italiennes. Pour visiter la ville le mieux est encore de payer un billet unique (12euros) qui permet de voir les principaux monuments, ça parait cher mais ca vaut le coup !

weekend-emilie-romagne-ravenne (6)

Les mosaïques datent de l’époque paléochrétienne, et je suis très fière de pouvoir placer ce mot dans un article : grosso modo ici c’est la période qui va de la fin de l’Empire romain (où Ravenne a été un temps capitale d’Empire) au début des royaumes barbares. On trouve d’ailleurs le tombeau de Théodoric le roi des Ostrogoths. En gros c’est beau, c’est un art qu’on connait finalement assez peu et on met un 8/10 à cette ville ! Le seul petit bémol c’est qu’en avril commence la période des voyages scolaires pour les italiens, c’était donc blindé de groupes d’élèves, et les élèves ça fait du bruit.

weekend-emilie-tomagne-ravenne

Pour manger: le marché de la piazza del popolo avec des spécialités italiennes de toutes les régions. J’ai – encore- mangé des suppli. J’adore.

weekend-emilie-romagne-ferrare (2)

  1. Ferrare – Flâner en pleine Renaissance

3e jour, 3e destination : Ferrare. On change d’époque et on passe de l’Empire byzantin à la Renaissance, c’est la magie de l’Italie. Ferrare est encore plus près de Bologne et la ville est classée au patrimoine de l’Unesco mais…elle nous a bien moins plu que Ravenne. Peut-être parce que la façade de la cathédrale était en travaux – les échafaudages ça rend rarement bien en photo -, mais peut-être aussi parce qu’on a trouvé la ville un peu morne, pas très vivante comparée aux deux autres villes.

weekend-emilie-romagne-ferrare (5)

Mais c’est toujours très agréable de se promener dans la ville et d’arpenter la plus vieille rue de la ville, la via dell volte, d’un bout à l’autre avant d’admirer la cathédrale qui reste superbe et originale malgré les travaux. Pour ceux qui aiment les visites historiques le Château d’Este – classé lui aussi -, massif et impressionnant est une vrai château fort en plein cœur de la ville. Mais nous on a préféré manger et boire un spritz à côté des douves au café Giori : idéalement bien placé et pas trop cher. Et encore une fois devinez ce qu’on a fait : on a bavardé !

Giori, piazza Savonarola (juste à côté du château, vue sur la cathédrale): petite véranda et terrasse, plats pas chers. Idéal pour une pause midi

weekend-emilie-romagne-ferrare (7)