Interview littéraire – Livia et les livres d’Art jeunesse

Je me suis vite aperçue que je n’étais pas la seule dans mon entourage à nourrir une certaine passion pour la littérature jeunesse. Alors j’ai eu envie d’interroger mes proches pour savoir ce qui leur plaisait dans cette littérature, comment ils en étaient venus à là. Plus généralement j’aime beaucoup interviewer les gens sur leurs passions, leur vie et je compte publier plus souvent ce genre de questionnaire sur la littérature, les expatriations ou plein d’autres choses.

Aujourd’hui je vous laisse avec Livia, ma copine éditrice, avec qui ce fut l’amitié au premier regard, elle a une vision bien particulière de l’édition jeunesse, une vision à laquelle tout le monde ne pense pas…

Depuis quand tiens-tu une collection de livres jeunesses ? Quand t’est venue cette idée ?

Je dirais qu’il y a eu plusieurs étapes. La première fois que je me suis rendue compte que ce type de livres pouvait m’intéresser, j’avais 21 ans. J’étais en stage au Mac/Val, le musée d’art contemporain du Val de Marne. Il y a là un centre de documentation qui présente un panorama de l’art des XXe et XXIe siècle. Les documentalistes y présentaient le travail  de l’artiste Philippe UG, connu notamment pour ses livres animés. J’ai trouvé son travail intéressant et surtout abordable : j’étais étudiante.

P1080519
La collection de Livia

 

 

Quelques mois plus tard, mon père, qui s’intéresse depuis longtemps aux constructivistes et aux suprématistes russes, nous a offert à ma sœur et à moi deux duplicatas de livres d’art jeunesses parus aux éditions MeMo dans la collection « Les Trois Ourses » : Les 2 carrés d’El Lissitzky et Les Animaux à mimer d’Alexandre Rodtchenko. Il m’a également offert Filourdi le dégourdi, conte yiddish illustré par El Lissitzky et édité par Le Sorbier. C’est donc par le biais de l’art moderne et contemporain que j’en suis venue à m’intéresser au livre jeunesse, ou plutôt au livre d’art jeunesse.

P1080465

J’ai ensuite continué à explorer ce secteur en grande partie grâce à mon filleul. Depuis qu’il est enfant, il adore l’origami. Avec ma sœur, on s’est dit qu’il fallait qu’il se rende compte du don qu’il avait et des merveilles qu’il pourrait faire s’il persévérait dans cette voie. Alors pour titiller sa curiosité, nous lui avons offert de magnifiques livres animés. Nourrir sa passion a nourri la mienne. Et en regardant les ouvrages qui pourraient lui plaire, je suis tombée sur des artistes remarquables. J’ai commencé à acheter leurs livres, et c’est comme ça qu’un embryon de collection est né.

P1080536
Abécédaire de Kveta Pacovska – A l’infini

As-tu un auteur favori ? Pourquoi ?

J’aime beaucoup  le travail de Kveta Pacovska. Ça été immédiat. Le premier ouvrage que j’ai acheté est un abécédaire paru aux éditions du Panama : A l’infini. J’adore cet ouvrage. Il commence par une adresse à l’enfant :

« Les lettres : l’architecture du plaisir. Tu peux envisager ce livre de plusieurs façons : soit comme un livre classique, et en tourner les pages, soit comme une sculpture de papier à travers laquelle tu vas te promener.

Tu peux regarder chaque lettre, toucher chaque lettre, considérer chaque lettre de façon formelle ou lire chaque lettre à haute voix.

Chaque lettre a son propre son, sa propre forme et sa propre couleur. Note leurs différences quand tu les prononces, quand tu écoutes le son de ta voix. Voici donc ma ville de papier : amuse-toi bien ! »

P1080549
Kveta Pacovska – Hansel et Grëtel

L’expérience que l’artiste propose au lecteur n’est pas seulement visuelle ; elle est totale : on voit, on touche, on entend. Et on réfléchit à la question du langage, à la représentation du son. L’enfant n’apprend donc pas que les lettres et les chiffres. C’est peut-être récurrent dans les livres de ce type, mais celui-ci se démarque par sa fantaisie et sa diversité. Il recèle de surprises. Et surtout, il est truffé de références visuelles à l’art du XXe siècle. Impossible de ne pas penser à Paul Klee, à Malevitch, aux dadaïstes en le parcourant. Un vrai bonheur pour les yeux et une initiation ludique à l’histoire du regard. J’ai ensuite acheté Après le Pont noir et Couleurs du jour aux éditions Les Grandes Personnes, et une version d’Ansel et Gretel chez minedition.

P1080550

J’ai dernièrement découvert aux Trois Ourses un autre artiste passionnant : Katsumi Komagata, un Japonais. Ses livres sont très poétiques. Je pense par exemple à l’ouvrage a cloud. Dans ce travail tout en blanc, on suit de page en page l’évolution d’un nuage. C’est très simple ; magnifique. Le livre Du Bleu au bleu retrace la vie des petits saumons, de la rivière à la mer. Chaque page est réalisée dans un papier différent, dans la gamme des bleus. J’ai pu admirer d’autres ouvrages de cet artiste à la galerie du Boulevard Voltaire. Ils sont tout aussi beaux.

 

P1080553
Philippe UG – Tout au fond

 

Comment choisis-tu les livres que tu achètes ?

Je fonctionne à l’émotion. Il ne suffit pas que je trouve un ouvrage intéressant pour l’acheter. Il faut qu’il me transporte. L’idée n’est pas d’acheter tous les livres animés pour faire collection. Non, je n’achète que ce qui m’emballe. Je feuillète, je lis. Parfois, souvent même, ça ne donne rien. Je regarde les ouvrages essentiellement en librairie. Pouvoir les toucher, les regarder sous tous les angles, apprécier leur fabrication participe de l’expérience. Je ne suis pas une passionnée. Je ne connais pas grand-chose à l’histoire de l’illustration et ne fais rien pour combler cette lacune. Connaître tous les illustrateurs ne m’intéresse pas. Ce que j’aime, c’est aller en librairie, faire une découverte presque fortuite et ramener mon trésor chez moi.

P1080523
Yusuke Oono – 360° Mont Fuji

 

Quel est ton rapport à l’objet livre ?

Je le feuillète parfois seule mais surtout j’aime le montrer, partager ma découverte. Je le fais avec mes proches, ceux susceptibles d’apprécier le livre autant que moi. Mettre les ouvrages en exposition ne m’intéresse pas car il faut les tenir dans les mains pour vraiment les apprécier.

Les livres que je m’achète ne sont pas forcément ceux que j’offre, et vice-versa. Quand j’offre un ouvrage, je prends beaucoup de temps à le chercher. Et je ne le fais pratiquement qu’avec ma famille. Je dois connaître la personne intimement pour que le cadeau résonne en elle. Le livre est un don que je fais à la personne mais également à notre amitié. Parfois le livre s’impose à moi comme une évidence. Je l’achète alors et j’attends une occasion pour l’offrir.

P1080554

A part les livres jeunesses, as-tu une autre passion livresque ?

En fait, comme je te l’ai dit, je ne collectionne pas les livres jeunesses mais les livres d’art. Le livre jeunesse est un incroyable terrain de jeu pour les artistes. Mais il y en a d’autres : les bandes dessinées par exemple. J’adore ça. J’ai pratiquement appris à lire avec Tintin et Alix. Au collège, ma mère m’a achetée tous les Névé de Dieter et Lepage. Ce n’est plus ce que je préfère aujourd’hui mais qu’est-ce que j’ai pu les aimer. J’aime le travail graphique des dessinateurs mais également le rapport du texte et de l’image ; l’humour aussi.

P1080537

J’ai des BD assez différentes les unes des autres. J’adore Pinocchio de Winshluss paru chez Les Requins Marteaux, moins pour le dessin que pour l’histoire. Cet ouvrage me fait vraiment rire ; j’aime son côté provocateur.

Dans un tout autre style, j’aime la série d’Emmanuel Guibert sur Alan paru à L’Association. Cette fois son propos m’intéresse moins que le traitement de la page. Son travail en noir et blanc est impressionnant dans les deux premiers volumes. Et ensuite, quand il repasse à la couleur dans Martha et Alan, que c’est beau ! Comme un réalisateur qui passerait des films en noir et blanc aux films en couleurs.

P1080547
El Lissitzky – Les deux carrés

Je n’achète pas que des livres. J’ai également quelques lithographies et tableaux. J’ai beaucoup de travaux de ma sœur qui est architecte et plasticienne, mais également des œuvres de plusieurs artistes comme Bernard Jouanne, un extraordinaire peintre qui vit au Vigan, dans le Gard. Les livres jeunesses ne sont donc que la face émergée d’un iceberg formé par mon intérêt pour les arts visuels et la création contemporaine dans toute sa diversité.

P1080463
Libraire du Livre animé. Quand vous poussez la porte c’est un immense atelier empli de livres qui vous attend.

 

As-tu une librairie à conseiller ?

Comme je te le disais plus haut, je ne suis pas une spécialiste. Je ne connais pas énormément de lieux. Néanmoins, il y a quelques librairies que j’apprécie. La première est la boutique du livre animé située au 3 rue Pierre l’Ermite, dans le 18e arrondissement. Tu ne la vois pas de l’extérieur. Il faut sonner, et quand tu pousses la porte… Ils organisent régulièrement des expositions. J’aime bien ce lieu.

P1080519
Librairie personnelle de Livia

Je vais également souvent à la librairie Le Monte-en-L’air, au 71 rue de Ménilmontant, dans le 20e arrondissement. Au fond de la boutique, il y a un espace consacré aux arts graphiques. Il faut fouiller ; on peut trouver des œuvres assez surprenantes. Les Trois Ourses ont une librairie-galerie au 200 Boulevard Voltaire dans le 11e arrondissement. Tous leurs ouvrages sont intéressants. Et puis il y a également les librairies des musées. Elles tendent de plus en plus à développer la partie livre jeunesse.

 

 

Le monde merveilleux de la littérature jeunesse

Il y a six mois je suis devenue par le hasard des choses bibliothécaire jeunesse. Je ne dirais pas que j’ai pénétré dans un monde inconnu, mais j’ai redécouvert plus en profondeur un univers singulier de la littérature et j’en suis tombée amoureuse. J’ai toujours aimé pousser les portes des librairies jeunesse à commencer par la célèbre librairie Chantelivre de l’Ecole des loisirs : un immense magasin rempli de livres pour tous les âges où ma maman aimait nous emmener à deux pas du Bon Marché. J’avais d’ailleurs commencé une petite collection de livre jeunesse à Strasbourg : dans la magnifique librairie de la rue des Juifs j’avais craqué pour « Oh non Georges ! » après l’avoir feuilleté moult fois.

20170928_1428321842279329.jpg
Deux découvertes poétiques: “l’Ourse”, illustrations magnifiques et “Les collectionneurs”, une très bonne idée, une histoire très bien menée.

Alors quand on m’a proposé le poste je me suis dit pourquoi pas. Et j’avais raison parce que la littérature jeunesse c’est canon et ça devrait être bien plus mis en avant – notamment auprès des adultes. Vous trouverez donc à partir de maintenant – et aussi régulièrement que possible – des chroniques de littérature jeunesse, et pour commencer : pourquoi cette passion soudaine pour la littérature jeunesse ?

20171025_1158521842279329.jpg

  1. Parce qu’on a tous commencé par là !

Qu’il s’agisse d’albums, de contes, de documentaire ou de romans il ne s’agit jamais d’une découverte puisque nous avons tous eu entre nos mains des ouvrages de jeunesse. Se replonger dedans c’est avant tout se replonger dans son enfance, l’un des meilleurs moyens de conserver sa part d’enfance peut-être ! Il nous reste toujours l’intonation des phrases de maman ou de papa lorsqu’ils racontaient pour la énième fois la même histoire qu’on aimait tant – « Gargouilligouilla » pour ma part – on se souvient des albums qui nous ont un peu transporté et qu’on aimait regarder encore et encore, et surtout on se souvient des premiers romans dans lesquels on s’est plongé entièrement sans pouvoir en sortir, ceux qui nous ont donné le goût de la lecture. Harry Potter pour ne pas le citer.

Et bien surprise ! S’il y a beaucoup de nouveautés, de bonnes nouveautés, il en va de la jeunesse comme de la littérature adulte : elle a ses grands classiques. D’une génération à l’autre ce sont finalement souvent les mêmes auteurs qui aident les enfants à grandir et à développer leur imagination et on s’aperçoit vite qu’on les connait bien, et qu’on apprécie de les retrouver.

20170914_114143-213056342.jpg
“Moabi” – un ouvrage poétique sur l’écologie et l’homme par le talentueux Mickaël El Fathi
  1. Parce que c’est esthétique et poétique

La littérature jeunesse s’affranchit de certaines règles et se permet une certaine poésie beaucoup plus facilement que la littérature adulte. J’ai l’impression que les enfants sont plus réceptifs à l’association de mots, d’images, d’odeur, de sons, à des métaphores qui nous paraissent pourtant difficiles mais qu’ils intègrent très vite. Les histoires peuvent être douces et belles, expliquer le monde de la façon la plus jolie possible et amoindrir les maux les plus durs.

A côté du texte, souvent travaillé et très fin, il y a les illustrations et je ne vais pas mentir c’est avant tout ça qui m’attire vers tel ou tel livre. A force je finis par connaitre les illustrateurs et j’ai fait de superbes découvertes au point de me mettre moi-même au dessin. On ne peut pas rester six mois à admirer des planches sans avoir envie de se tester à son tour, ça ne fait pas fonctionner que l’imagination des enfants !

20171025_120041-213056342.jpg
“L’Ascension de Saussure” – à mi chemin entre l’album et le documentaire. Voyage au pays du Mont-Blanc.

Les couleurs, les textures, les techniques, autant de choses qui donnent une ambiance si particulière et qui conduisent ces ouvrages enfantins à flirter avec les livres d’arts. Certains sont d’ailleurs de vrais livres d’artistes travaillant sur l’objet livre et on finit par se demander s’il s’agit de livres pour enfants ou pour adultes ! Ces ouvrages coûtent en général un bras et permettent surtout une vraie réflexion sur ce qu’est le livre et ce qu’est l’artiste.

20171024_220405-213056342.jpg
Les livres pour enfant voyagent: on reconnait immédiatement le tramway de Lisbonne et on embarque pour une très belle histoire.
  1. Parce que c’est drôle !

Il y a en littérature jeunesse un humour singulier, une touche d’absurde qui me parle beaucoup. Outre les codes habituels du comique que les enfants abordent très tôt, on trouve souvent dans ces ouvrages un humour un peu grinçant, ironique, qui se moque du monde des adultes ou qui le défie. J’aime que les auteurs jeunesse ne s’adressent pas aux enfants comme à des idiots, loin de là puisque c’est souvent l’adulte qui est considéré comme tel. Ça m’est arrivé souvent de franchement rire en découvrant un album : pour n’en citer qu’un j’ai adoré les histoires de Courgette la grenouille.

20170901_135521-314533811.jpg
“Le sorcier vert” sur le photographe Salgado et son projet de reconstruire une forêt: Le très drôle “La mouette à la croustille” pour sensibiliser les enfants à l’écologie quotidienne!
  1. Parce que ça concerne tout le monde.

Des histoires enfantines ? Surement pas ! J’ai été étonnée de voir combien la littérature jeunesse s’attaquait à tous les sujets du plus anodin au plus grave. J’ai acheté de nombreux livres sur le deuil, la séparation, la guerre, l’écologie, et d’autres histoires simplement drôles mais qui touchaient souvent à des sujets bien plus complexes qu’il n’y paraissait. A mon sens il y a toujours plusieurs niveaux de lecture dans ces ouvrages, ils racontent bien souvent des histoires universelles qui touchent à la tolérance, l’amour, le respect, etc. J’adorerai créer un fonds de bibliothèque pour attirer les adultes vers ces albums soit-disant pour enfants mais qui concernent vraiment tout le monde.

20170914_114321-314533811.jpg
Des livres sur des thématiques moins fun: ici “Coton Blues” sur l’esclavage dans le sud des Etats-Unis. Superbes illustrations et belle évocation des croyances vaudous.

5 . Parce qu’on découvre des choses

Il n’y a pas que les enfants qui apprennent et s’ouvrent à des nouvelles choses avec cette littérature. Certains livres sont des véritables invitations au voyage – pour quelqu’un qui comme moi adore les récits de voyages illustrés, c’est une aubaine – New-York, la montagne, Paris, Lisbonne, il y en a pour tous les goûts. Et les documentaires tirent très bien leur épingle du jeu. Le retour ces derniers temps à des illustrations plus vieillottes fonctionne très bien: en feuilletant les encyclopédies animalières, les livres d’histoire ou même des imagiers on a envie d’aller voir plus loin. Les enfants se spécialisent souvent sur un domaine: les dinosaures, les planètes, les animaux de la mer et devinez quoi…ils en savent bien plus que nous à ce propos et on a donc beaucoup à apprendre de ces ouvrages!

20171005_133842-1047072786.jpg
Passion livres pop-up! Ici sur la préhistoire.

Enfin parce qu’on s’évade, on entre dans des mondes merveilleux qu’on avait oubliés depuis longtemps et ça fait franchement du bien !

Nous avons la chance en France d’avoir un monde de l’édition jeunesse très compétent, qui publie régulièrement de très bonnes choses avec d’excellents illustrateurs et autant de supers auteurs. L’offre éditoriale est bien moins importante que dans le secteur adulte mais à mon sens de meilleure qualité : il est en effet très rare qu’il y ait de mauvais livres qui sortent. On peut ne pas en aimer certains, en critiquer d’autres sur leur message, leur rigueur mais il s’agit souvent seulement d’une question de goût.

20171025_120106-1047072786.jpg
Dernière trouvaille “Le voyage d’Osvaldo” – Une mignonne histoire pour affronter ses peurs et vivre de grandes aventures!

Quelques adresses et liens:

Avant de vous faire des articles plus complets sur le sujet et pour aller plus loin je vous conseille vivement un blog superbe qui donne envie: La route des briques jaunes tenu par Vicky et Mathilde. Beaux, épurés, les livres choisis sont variés, originaux et très bien critiqués. Une référence pour les blogs jeunesse.

La librairie chantelivre de l’Ecole des loisirs: 13 rue de Sèvres, Paris, Metro Sèvres-Babylone

Librairie La Bouquinette, 28 rue des Juifs, Strasbourg : les devantures sont faites par des artistes et changent régulièrement. Mieux que les vitrines de Noel des Galeries

*Le dessin de la vignette de l’article est de moi.

Lectures en Italie

A défaut de pouvoir partir en voyage on peut facilement s’évader par la lecture et j’aime autant me plonger dans des romans dont le cadre me permet de m’imaginer des pays lointains que savourer des récits de voyages où j’ai l’impression de faire de vrais road trip sans bouger de mon canapé. Aujourd’hui je dédie un petit article à l’Italie, l’Italie du sud plus exactement. Je n’ai que deux ouvrages à présenter et aucun des deux n’est un roman mais ils m’ont tous les deux touchée, de façon très différente, et je les recommande chaudement! Alors on se sert “un caffè” ou un spritz et c’est parti pour un tour dans le mezzogiorno.

20170823_075122-1479106239.jpg

VIA APPIA

Genre : Récit de voyage / Déclaration d’amour

Thème : Italie du sud

Degré d’appréciation : Je suis à deux doigts de prendre un billet pour Brindisi.

Pour ses vacances d’été Jacques de Saint-Victor, un universitaire français, décide de prendre ses bâtons de marche pour descendre la Via Appia de Rome à Brindisi. Il arpente, d’abord à pied puis en Fiat, la plus vieille route de l’Occident, méditant et observant avec amour l’Italie du Sud.

IMG_20160730_154818674
Arpino – Devant l’église les bannières des “contrada”, les quartiers, de la ville qui vont s’affronter lors de l’annuel “Gonfalone”, une sorte de Palio.

Loin des itinéraires touristiques les plus connus la Via Appia se perd dans les méandres du Lazio, de la Campanie, de la Basilicate et des Pouilles, traversant des villes un peu éloignées de circuits habituels et parfois presque abandonnées; des lieux ravagés par la crise – plus grave dans ces régions qu’en Grèce parait-il – et des sites historiques de toutes époques.

Entre deux dégustations de mozarrella di Buffala et des arrêts fréquents pour un café au bar l’auteur s’interroge sur l’Italie : celle d’avant et celle d’aujourd’hui. Il mêle l’histoire de la grande Rome aux soirées de Berlusconi, les rêveries de Stendhal aux propos de le jeunesse abandonnée de Naples. Entre littérature, gastronomie et histoire il essaie de comprendre et de décrire cette Italie qu’on voit si peu: celle du Mezzogiorno.

IMG_20160724_165315542
Le Mont Cassin et son abbaye qui, du haut de ses 1669m, domine la vallée jusqu’à Caserta.

 

Sans être difficile, l’écriture de ce récit est parfois très érudite ce qui pourrait en rebuter certains. Ayant fait des études d’histoire  les digressions sur l’époque antique ou sur les méfaits du fascisme ne m’ennuient pas, au contraire c’est ce qui apporte un grand intérêt à l’ouvrage. On apprend quelque chose à chaque chapitre et ça donne envie d’aller fouiller un peu plus profondément dans l’histoire de l’Italie.

J’aime les récits de voyage, j’aime encore plus celui-ci parce qu’il me parle.  Terracina, Caserta, Benevento… Les lieux par lesquels passe l’auteur ne me sont pas inconnus bien que loin d’être les villes les plus fréquentées d’Italie, ou les plus belles. Mais grâce à ce récit on constate que la moindre ville, la moindre portion de route en Italie a une histoire millénaire, une vie et que les traditions sont encore bien présentes. Impossible de ne pas avoir l’envie immédiate d’embarquer à bord d’un train, d’une Fiat ou d’un bateau pour arpenter lentement, très lentement cette Italie méconnue, en s’arrêtant partout et nulle part, car quoi de mieux que de boire son cappuccino en observant la dolce vita?

Les montagnes de la Ciocaria qui surveillent la “Casilina” cette route reliant Rome à l’antique Capoue.

Le soleil écrasant du sud, les oliviers, le délicieux goût des tomates mais aussi l’ombre de la crise et les souvenirs du fascisme, au grè de ses pérégrinations Jacques de Saint-Victor décrit avec une immense tendresse ces habitudes, ces façons de penser et de faire si typiquement italiennes. Ça nous parait étrange, parfois suranné mais il n’y a aucun jugement de la part de l’auteur– sauf pour le Calcio, le début de la déchéance d’un peuple nous dit-il  – il y a seulement beaucoup de réflexion et d’amour.

Ce livre est une véritable déclaration de l’auteur à son pays d’adoption, un amour pour l’autre que l’on ne comprend pas toujours, ce qui le rend si attachant.

 

20170804_0756271141161927.jpg

L’OPTICIEN DE LAMPEDUSA


 Genre: reportage

Thème: Les migrants à Lampedusa

Degré d’appréciation: Tout le monde devrait lire ce livre.

C’est une lectrice de la bibliothèque où je travaille qui m’a conseillé fortement ce livre quand elle me l’a rendu. Elle avait l’air émue et un peu retournée. Le soir même je me plongeais dans ce roman issu d’un reportage et j’ai compris l’émoi de la lectrice précédente.

L’opticien de Lampedusa c’est un homme banal qui s’est installé il y a longtemps sur cette petite île paradisiaque au large de la Sicile et de la Tunisie. Certes on entend parler des migrants, mais toutes ces histoires lui paraissent encore lointaines quand il prend la mer avec un groupe d’amis pour profiter de l’après-midi et se retrouve soudainement face à un naufrage. De cette journée qui a fait de lui un “sauveur” débute un long questionnement, une remise en cause de sa vie. Le récit d’une prise de conscience.

Cet opticien existe. Peut-être est-ce pour cela que cet ouvrage est dur et émouvant. L’histoire d’un monsieur tout le monde, un homme simple au caractère très méticuleux qui réalise la tragédie quotidienne se déroulant à quelques pas de lui. Je me suis arrêtée fréquemment pendant cette lecture pour digérer ce qui était dit. Le style à la fois simple et neutre est pourtant puissant : coupable, triste, plein d’espoir et dépité, on ressort plus sensible et plus démuni de cette lecture lourde mais nécessaire.

Pour ce reportage Emma Jane Kirby a été récompensée par le prix Bayeux des correspondants de guerre.

 

 

 

Et si on lisait…des BD?

Je profite du festival d’ Angoulême pour vous présenter un article que j’avais envie de faire depuis longtemps : pour changer un peu de mes lectures romanesques voici un aperçu de mes dernières découvertes BD. Je ne suis pas une grande lectrice de BD, hormis Les fameuses Culottées de Pénélope il n’y en a d’ailleurs aucune dans mon nouveau chez moi. MAIS à Noël dans ma famille on offre des BD et pendant quelques jours tout le monde s’assoit autour du feu et dévore ces BD. On aurait même bien besoin d’un carnet pour noter qui est en train de lire quoi afin de gérer au mieux le partage de lecture. Bref en décembre je lis de vrais chefs d’oeuvres, d’autres BD seulement sympa mais dans tous les cas je redécouvre ce plaisir de la BD ! Au programme aujourd’hui: du roman graphique, un retour dans le passé et une traversée de Paris.

wp-1483973822259.jpeg

1. Les Royaumes du Nord, de Stéphane Melchior et Clément Oubrerie

Synopsis : Elevée au milieu des érudits du Jordan College d’Oxford, Lyra rêve de suivre son oncle dans ses aventures scientifiques. Mais alors que son ami Roger disparaît soudainement Lyra part à sa recherche et c’est une toute autre aventure qui l’attend dans le Grand Nord…

Mon avis: Tiré du roman du même nom, 1er tome de la trilogie « A la Croisée des Mondes » de Philipp Pulmann, cette BD est sortie quelques temps après le film – si mauvais que Philipp Pulman en avait retiré les droits au producteur et avait décidé de ne plus jamais laisser quelqu’un massacrer son roman. Mais c’était sans compter S. Melchior et C. Oubrerie qui ont du présenter un ouvrage parfaitement achevé à Philipp Pullman avant de savoir s’ils en auraient ou non les droits. Le résultat est une BD qui nous plonge en quelques planches dans le monde onirique crée par Pullman pour y suivre les aventures de Lyra, de l’ours Iorek, de lord Asriel et autre Madame Coulter.

Je la conseille à : ceux qui ont déjà lu le roman y retrouveront les mêmes sensations, ceux qui ne l’ont pas lu découvriront une histoire – peut être un peu plus difficile à suivre – mais surtout intelligente, inventive, poétique et romanesque qui donnera forcément envie de lire le roman !

En bonus: chronique BD de Pénélope Bagieu chez Mademoizelle sur “Les royaumes du Nord”. Indice: elle a aimé.

wp-1483973806274.jpeg

2. Ninn, de Jean-Michel Darlot et Johan Pilet chez Kennes édition

Synopsis : Fille adoptive de cheminots Ninn est passionnée par le métro parisien, son royaume qu’elle arpente nuit et jour quitte à sécher quelques cours…Mais peu à peu des événements étranges surviennent, et Ninn s’aperçoit que le métro cache un monde plus vaste que ses 14 lignes et ses quelques stations fantômes : Quelle est donc cette mystérieuse ligne noire ? Et si ses recherches lui en apprenaient plus sur son propre passé ?

Mon avis: Je ne peux plus prendre le métro parisien sans penser à cette BD, et j’imagine à mon tour le monde merveilleux qui pourrait se cacher sous ces galeries de rails. En d’autres termes : J’ai adoré cette BD ! Le dessin n’est pas forcément attrayant au premier abord, le sujet, bien qu’original, n’est pas passionnant – je passe ma vie dans le métro, pourquoi voudrais-je lire une BD dessus ? – mais très vite l’histoire se révèle bien plus merveilleuse qu’elle n’y paraît. Et ça parle à notre imaginaire. Le métro devient alors un lieu où toute les histoires sont possibles : comme un vieux château, un lac de forêt ou une falaise battue par les vents.

Je la conseille à: tous. Jeune public comme moins jeune, cette BD devrait toucher l’imagination de tous ceux qui aiment les romans d’aventure. Et bien évidemment ce n’est pas que pour les Parisiens!

wp-1483973878397.jpeg

3. Le château des étoiles, Alex Alice chez édition des deux sèvres

Synopsis : 1868, la scientifique Claire Dulac disparaît à bord de son ballon gonflé à l’Ether. Alors qu’ils essaient de passer à autre chose son fils et son mari sont victimes d’une tentative d’enlèvement des Prussiens, pour y échapper une seule solution : accepter la mystérieuse invitation du roi Ludwig de Bavière et se rendre dans son château au sommet de la Montagne. L’Ether serait-il la clé de la conquête des étoiles ?

Mon avis: Voilà une uchronie scientifique et historique qui touche les plus rêveurs (moi par exemple). Monde merveilleux et onirique – décidément j’aime ça – qui jongle entre le roman historique, Jules Verne et la science fiction. Le nouveau petit d’Alex Alice est une superbe découverte qui nous emmène d’une Bavière de contes de fées à l’espace fantasmé du XIXe siècle. Outre l’histoire originale, les dessins sont magnifiques, j’ai notamment beaucoup apprécié les couleurs pastels très utilisées.

Je la conseille: A tous. La BD plait, apparemment, beaucoup aux scientifiques – dans ma famille en tout cas – et pour les non scientifiques un conseil : laissez tomber si vous ne comprenez pas tout aux explications de physique et de chimie, ce n’est pas le plus important, laissez vous happer par l’atmosphère singulière, poétique et mélancolique de cette BD !

wp-1483973986475.jpeg

4. Siegried, d’Alex Alice chez Dargaud

Synopsis : ni plus ni moins que l’histoire de Siegfried le héros de la légende germanique des Nibelungen. De l’enfance de Siegfried à la réalisation de sa destinée – tuer le dragon qui couve le trésor des Nibelungen – cette adaptation libre de la légende nous emmène à travers le royaume légendaire d’Odin et des Walkyries.

Mon avis: Si certaines planches sont magnifiques j’ai moins aimé le graphisme que dans « Le château des étoiles », mais c’est un vrai plaisir de se plonger dans la légende de Siegfried, d’aimer et de détester les Nibelungen, de contempler un héros face à son destin. L’ouvrage est sorti en un gros volume, ce qui permet de tout lire d’une traite, un peu comme un gros roman. Et qui refuserait de passer une après-midi d’hiver en pleine légende germanique ?

Je le conseille : Aux fans de Vikings, de Tolkien et de Wagner, évidemment !

p1060057

5. Les Culottées, de Pénélope Bagieu chez Gallimard

Est-il encore besoin de présenter les Culottées de Pénélope Bagieu dont le 2nd tome est sorti cette semaine? Pour ceux qui ne connaitraient pas, il s’agit d’un recueil d’histoires de femmes, féministes ou non, paru originellement dans Le Monde et devenu BD. Des histoires qui inspirent et montrent qu’à toutes les époques des femmes se sont levées contre leur condition féminine et ont osé réaliser leurs rêves, vivre leurs passions. Il ne tient qu’à nous d’en faire de même…

p1060058

Chronique parisienne #2 – Un pied en Orient

Un mois, ou presque, a passé depuis la dernière édition et j’ai été pas mal occupée ces derniers temps puisque je suis partie six jours à Vienne – je vous parle de la capitale viennoise dans un article consacré : un long week-end à Vienne – où j’ai pris une longueur d’avance avec l’hiver. J’ai passé le restant du mois à écrire et envoyer des lettres de motivation pas du tout motivées en buvant moult cappuccino dans des cafés parisiens ou en regardant la pluie tomber depuis ma grande baie vitrée qui donne sur un cimetière à l’anglaise. Ambiance gloomy parfaite pour un soir d’halloween.

Enfin j’ai découvert deux supers applis sur lesquelles j’ai dû passer des heures : pacer, un podomètre qui m’a rendue accroc à la marche, mon but étant chaque jour d’atteindre les dix mille pas attendus. J’ai remarqué que je ne les atteignais jamais à Paris, à moins de décider de ne pas du tout prendre le métro de la journée, alors que je pouvais facilement viser les seize mille pas à Vienne, autrement dit : vive le tourisme !

La seconde appli c’est « keep », une appli google toute bête qui permet de faire des listes partagées avec ses contacts : on peut y ajouter des couleurs et des photos, c’est joli et ça m’a bien occupée. Au top de mes listes : l’habituelle « Où partir en voyage ? », suivie de sa petite sœur « Où partir en week-end ? », et les plus utiles et moins inspirantes « Idées de livres, de films, … ». Enfin, celle qui va devenir de plus en plus d’actualité, la fameuse liste de Noël ! L’avantage de cette appli c’est que les collaborateurs peuvent ajouter des choses mais aussi cocher les cases lorsqu’une tâche est faite – donc pas mal pour les cadeaux de noël, pratique aussi pour les courses.

Pour finir ce mois-ci j’ai tout de même visité, vu et lu un peu et je vous raconte ça un peu plus en détail.

imag0561.jpg

J’ai lu : Les Intéressants, de Meg Wolitzer

Encore un roman américain qu’il est bien. Un roman social sans grand rebondissement, un roman qui raconte la vie d’une bande de jeunes new-yorkais artistes ou enfants d’artistes vue par le prisme de la jalousie de Julie, une jeune fille « lambda » qui s’est retrouvée dans un monde auquel elle ne cesse de se comparer. Difficile pour moi de ne pas s’assimiler à Julie, à sa manie de toujours regarder ce que sont les autres, à toujours se sentir hors du coup, trop différente, pas assez bien. D’autant plus à l’heure de facebook et d’instagram où il est devenu presque impossible de ne pas s’étouffer de jalousie devant la vie parfaite que chacun cherche à montrer sur le net. Au-delà de ce travers difficile à gérer, le roman évoque surtout la vie d’une génération : d’une enfance dans les années folk à l’arrivée de la société d’Internet en passant par l’époque tragique du Sida, on suit les différents personnages à chaque époque de leur vie avec ce qu’il y a de drames, de petits bonheur et de renoncements. A travers une histoire d’amitié, Les Intéressants c’est un récit de société, une société dont on entend encore assez peu parler, et comme me l’a mentionné ma mère : c’est dommage que seuls les Américains soient capables de se retourner ainsi sur leur propre société.

Alors si vous connaissez des auteurs britanniques, italiens, français ou que sais-je qui écrivent des romans dans la même veine : je suis preneuse !

Cinéma: l’Iran à l’honneur !

  • Sonita, de Rokhsareh Ghaem Maghami

Difficile de ne pas aimer Sonita, la rappeuse afghane de 15 ans dont la voix s’est levée pour dénoncer les pratiques moyenâgeuses et la condition féminine en Afghanistan. Difficile de ne pas aimer ce film porté par Sonita et par la réalisatrice qui devient à mi-parcours l’une de principales protagonistes du documentaire. Difficile de ne pas pleurer enfin en écoutant le rap engagé de Sonita après avoir suivi son parcours difficile et les incompréhensions dans ce Moyen-Orient encore ravagé par les guerres et par les censures religieuses.

Bien qu’un peu long vers la fin j’ai adoré ce film. Je le savais avant d’aller le voir, ce ne fut donc pas une surprise. La surprise c’était de constater à quel point Sonita crevait l’écran avec son sourire, son voile qui ne recouvre plus grand-chose, son répondant et sa foi en elle-même. Enfin l’élément particulier de ce film c’est la rôle de la réalisatrice, peu habituel, et qui pose de vraies questions sur le rôle des réalisateurs, tout comme celui des journalistes ou des documentaristes : sont-ils là pour montrer seulement la réalité ou ont-ils une légitimité à agir au sein de leur propre documentaire ? N’ayant pas la réponse, je vous laisse y réfléchir en allant voir Sonita !

  • Les enfants du ciel, de Majid Majidi

Encore un film iranien ! Car oui je n’en ai jamais assez. Celui-ci  date de 1997, bien que les vêtements et les voitures donnent l’impression d’être en plein dans les années 80 témoignant d’un léger retard de l’Iran sur le plan de la mode à cette époque. Children of heaven c’est l’histoire d’Ali, 8 ans et de sa jeune sœur Zahra, enfants pauvres de Téhéran, dont les parents gagnent à peine assez pour leur acheter des chaussures dignes de ce nom. Ali perd malencontreusement les chaussures de sa sœur qu’il avait amené chez le cordonnier, les deux enfants doivent alors partager leur unique paire de chaussure pour aller à l’école – le matin pour les filles, l’après-midi pour les garçons –; s’ensuit toute une série de « rebondissements » autour de ces chaussures et des moyens mis en œuvre par Ali pour trouver une seconde paire à sa sœur. Autour de cette trame, plutôt simple, se dessine un Téhéran qu’on connait peu, vu à travers l’œil des enfants : les rythmes de l’école, les devoirs, les amitiés, les parents qui cherchent du travail, l’immense Téhéran. Outre l’excellent jeu d’acteur des deux jeunes enfants j’ai adoré la réalisation du film et ce qu’il donnait à voir de l’Iran : un long métrage social efficace, drôle par moment, presque tragique à d’autres, on se replonge avec plaisir dans l’enfance à travers ces deux personnages qu’il est difficile de ne pas aimer.

 

  • Captain Fantastic, de Matt Ross

Comment ne pas aller voir un tel film, en particulier quand Viggo Mortensen en est la tête d’affiche ? Je reviens sur le synopsis : Ben, sa femme et ses nombreux enfants vivent une vie atypique dans les forêts du nord des USA. Capturant, cueillant et élevant eux-mêmes ce qu’ils mangent, les membres cette petite famille vivent en dehors de la société, éduqués consciencieusement par leur père qui leur enseigne autant la littérature que la musique ou encore l’importance de réfléchir à la société de consommation qu’il fuit. Lorsque la mère est atteinte d’une maladie, tous doivent renouer avec « le monde réel » et c’est un véritable choc les  obligeant à se poser des questions sur la conception de cette éducation face à la société.

Légèrement décevant à cause du manque de profondeur des personnages – il y en a peu voire pas – ce film à l’avantage de n’être pas du tout manichéen : il n’y a pas de bonne façon d’élever ses enfants, pas de mauvaise façon de vivre, il permet au contraire de mettre l’accent sur les extrémismes des deux camps, laissant au spectateur la possibilité de se faire son propre choix. Très drôle par moments, un peu tire-larmes à d’autres, ce film m’a surtout permis d’apprendre qui était Noam Chomsky – honte à moi, je ne connaissais pas – et de me rappeler combien Viggo Mortensen est beau sans sa barbe (attention spoiler !)  Un film qui ne restera pas dans mes annales mais qui permet de passer une bien bonne soirée.

wp-1478685465002.jpeg

J’ai visité : le musée Gustave Moreau

Un de mes musées préférés à Paris, je pense que j’en parlerais encore plus longuement dans un article dédié aux musées parisiens. J’adore ce musée car, comme le musée de la vie romantique, c’est avant tout un atelier d’artiste. On entre dans l’intimité de l’artiste, la muséographie est restée telle qu’il l’a voulu – c’est-à-dire très fouillis – et on ressent toute l’atmosphère du XIXe siècle. En prime, l’escalier maintes fois pris en photo est vraiment superbe, et très instagrammable ! J’ajouterais que personnellement j’aime beaucoup le style orientaliste / symboliste de Gustave Moreau qui se rapproche parfois d’Odilon Redon, ça vaut le coup de se pencher – littéralement – sur certaines œuvres pour distinguer tous les traits de crayons et tous les personnages, détails de paysages que l’on ne peut pas voir au premier coup d’œil, technique singulière qui me semble propre à ce peintre.

wp-1478685481402.jpeg

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois

Le week-end du 8 octobre je me suis rendue à un événement dont j’avais entendu parler depuis plusieurs années mais auquel je n’avais encore jamais assisté : les rendez-vous de l’Histoire de Blois. L’Histoire avec un grand H, mon premier amour qui me passionne toujours autant peu importe l’époque ou le lieu, pour qui j’ai trépigné d’impatience pendant plus d’une semaine trop pressée de passer mon week-end à écouter des conférences en veux-tu en voilà. A moins que vous ne soyez vous-même historien, ou prof d’histoire, ou archiviste, ou dans l’édition d’histoire ou encore, et surtout, retraité – car c’est la population majoritaire à ce genre de rendez-vous- vous ne savez pas trop ce que c’est les RDV de Blois. Je vous explique tout ça de suite !

Crées en 1998 par Jack Lang – second ministre de la culture à vie après Malraux – qui était aussi le maire de Blois, les RDV de l’Histoire c’est un festival d’Histoire qui s’étend du jeudi au dimanche : quatre jours de conférences, d’ateliers, de tables rondes sur l’Histoire. Chaque année un thème est choisi, on le découvre le dimanche soir à la fin des RDV, quand tous les parisiens s’entassent dans l’intercité en direction d’Austerlitz ; et les conférences doivent tourner autour de ce thème. Cette année le thème était très large mais surtout très actuel, « Partir », ce qui a permis à de nombreux non-historiens de participer également à ce sujet brûlant : j’ai assisté par exemple à une conférence d’Amnesty Internationale qui m’a  un peu déçue car il y manquait, à mon goût, la rigueur scientifique des autres conférences que j’ai pu voir. Outre les conférences purement historiques un programme d’économie a été mis en place s’intéressant bien évidemment à l’actualité, un peu en marge du thème principal de l’événement. De manière générale chacun essaie de se raccrocher au thème de près ou de loin pour traiter son propre sujet : le titre de la conférence « Partir c’est manger » m’a notamment peu convaincue.

imag0414

En parallèle de ces conférences se tient un salon du livre d’histoire où se trouvent toutes les éditions historiques de Gallimard à Vendémiaire en passant par le coin BD ! Et c’est toujours une bonne idée d’aller faire signer une BD par l’auteur, avec un joli croquis en dédicace, pour l’offrir à Noël, cette année en particulier puisque Riyad Sattouf était le Président du salon du livre.  C’était très dur pour moi, et pour mes copines, de ne pas acheter tous les livres qu’on voyait, on a forcément cédé pour un ou deux, mais les fanas de librairies et bibliothèques comprendront.

Enfin les RDV proposent en coopération avec les cinémas de Blois une sélection de films, souvent documentaires, touchant au thème, une bonne alternative quand on en a un peu marre de rester assis à écouter de vieux universitaires parler.

  • Comment ça se déroule ?

C’est ici que tout se complique : les RDV ont lieu dans différents lieux de Blois – le château, la préfecture, le salon du livre, la bibliothèque, l’université, l’iut, la maison de la magie. Certaines conférences nécessitent un ticket – gratuit bien sûr – mais qu’il faut prendre 2h à l’avance, et là encore faire attention car les petites vieilles ont tendance à se jeter voracement dessus n’en laissant plus aucun pour les jeunes chercheurs. La plupart des conférences sont libres d’accès MAIS là encore il vaut mieux venir bien en avance pour ne pas risquer de voir la salle pleine alors que c’est justement cette conférence-là que vous vouliez absolument voir. Qu’on se le dise, malgré l’offre immense qui est proposée, on ne peut pas écouter plus de trois, maximum quatre, conférences par jour, et  mieux vaut bien prévoir son programme à l’avance, tout en sachant qu’il risque fortement d’être perturbé : donc avoir un plan B évite les déconvenues. Autre problème : les lieux ne sont pas toujours  proches les uns des autres, comptez un bon gros quart d’heure, et une centaine de marches, pour vous rendre de l’université au château, et bien entendu quand celle que vous avez planifiée affiche complet, l’autre qui vous intéresse est à l’autre bout de la ville.

imag0428

  • Que voir ? Mon planning de la session 2016

Venons-en maintenant au vif du sujet : qu’est-ce que j’ai pu voir et apprendre durant ce week-end bien chargé culturellement ? J’ai été plutôt déçue de ma première journée qui a néanmoins été sauvée par la dernière conférence :

Le droit des migrants, par Amnesty Internationale : très intéressant sur le parcours des migrants, sur les origines de la crise des migrants, sur le fait que les migrants sub-sahariens qui arrivent aujourd’hui en Europe sont en fait migrants depuis bien plus longtemps; issus d’Ethiopie ou d’ailleurs, ils se sont d’abord exilés au Soudan, puis en Libye avant d’être contraints, ne pouvant revenir sans danger, à partir vers l’avant en Europe. L’exposé manquait cependant d’un peu d’objectivité et d’explication sur ce qui se passe concrètement quand un migrant arrive en France et demande asile.

De la Gaule à la Francie, BnF : intéressant en soi mais recoupant complétement mon cours de prépa, je n’ai rien appris de plus.

Israéliens, Palestiniens : entre diasporas et états, Vincent Lemire et Jihane Sfeir : Je suis tombée en amour devant ces deux conférenciers l’un spécialiste de Jérusalem, l’autre de la Palestine. Ils s’exprimaient tour à tour selon un ordre chronologique sur la fondation de l’Etat d’Israel, sur les complications qui sont apparues, etc. Un exposé à la fois sociologique, économique, diplomatique, un condensé passionnant avec des profs qui savent y faire devant un public.

imag0431imag0432

Le second jour a été plus prolifique, mieux préparé aussi, selon moi il faudrait imposer des tickets à chaque conférence, ça éviterait de grandes déceptions, mais ça coûterait beaucoup trop cher en papier…

La figure du Barbare, B. Dumézil : j’avais entendu Dumézil sur France inter, à la Marche de l’Histoire, il venait de sortir son dictionnaire du barbare en coopération avec nombre d’historiens et de sociologues. La conférence était géniale, transversale puisque touchant à la figure du barbare tout au long de l’histoire, de l’ethnogenèse – le fait de fabriquer des peuples – des Romains à la vision des fondamentalistes islamiques d’aujourd’hui. C’était très très dur de ne pas se jeter sur le bouquin en sortant.

Histoire des émotions, Alain Corbin, George Vigarello: Alain Corbin était LA STAR de cette édition, celui que toutes les femmes s’arrachent. Un vieux monsieur la tête dans les nuages qui ne comprend pas bien comment fonctionne un micro mais j’avoue que moi aussi j’étais toute émoustillée à l’idée de le voir. Monde parallèle des historiens quand tu nous tiens ! L’exposé partait un peu dans tous les sens, mais difficile de faire tenir un sujet aussi massif en une heure; à défaut d’être entrés dans le détail les auteurs ont donné un bon aperçu de leur travail, et avec un don pour les anecdotes, ont réussi à accrocher leur public.

Punir et partir, ou le bannissement et l’exil : ici encore une conférence transversale allant de l’Antiquité au dernier départ des bagnards pour les îles en 1939, une conférence typique Paris 1, on s’en rend peu compte mais on appartient toujours à une école historique, mais ô combien passionnante. Animée par un magistrat qui donnait à entendre un avis plus juridique, Claude Gauvard –ponte de l’histoire médiévale – a volé la vedette à tous, même si le professeur d’Antique un « jeune » historien très bon orateur, a pris nos cœurs à toutes en nous expliquant la procédure d’ostracisme. Je n’irai pas plus loin, si vous en avez envie je peux faire des articles, ou des fiches presque, beaucoup plus détaillés avec les notes que j’ai prises.

imag0427

J’ai choisi de faire un parcours très historique, en m’intéressant à plusieurs périodes et plusieurs aires mais toujours sur des thématiques en rapport avec ma formation, cependant j’ai longuement hésité à suivre des conférences plus en rapport avec mon blog. Le thème de cette année s’y prêtait en effet très bien : j’aurai pu axer ces deux journées sur le thème « voyage et récits de voyages », nombreuses étaient les conférences et les tables rondes sur le sujet.

Pour conclure, les RDV de Blois sont malheureusement victimes de leur succès, je ne m’attendais pas à voir autant de monde, l’organisation n’est pas toujours au top, c’est finalement assez fatiguant mais tellement intéressant. Tout le monde peut y trouver son bonheur tant les sujets de conférences sont variés et ne concernent pas uniquement les historiens, enfin même si j’ai trouvé que parfois beaucoup de connaissances devaient être préalablement acquises, pour la plupart des conférences les historiens prennent grand plaisir à vulgariser et rendre accessible à tous ce savoir, sans pour autant le réduire.

Le thème de l’année prochaine sera  les explorations et les découvertes, et je ne sais pas pour vous mais je compte bien m’y rendre à nouveau ! (Surtout que je n’ai même pas eu le temps de visiter le château)

 

voici les titres des ouvrages parus ou à paraître des auteurs que j’ai vus :

  • Jérusalem. Histoire d’une ville monde, Dir. V. Lemire, champs histoire, Flammarion, 2016
  • Histoire des émotions, A. Corbin, G. Vigarello, J-J. Courtine, éd. Seuil, 2016
  • Les Barbares, Dir. B. Dumézil, PUF, 2016

 

 

Chronique parisienne

Depuis quelque temps – quelques mois ? – je vois surgir sur les blogs des articles et des rubriques reprenant un peu toutes les inspirations ou les découvertes faites par lesdites blogueuses durant la semaine ou le mois. Je parle notamment du « Monday morning » de Mathilde ou du « heart, mind and soul » de Coline. Et moi j’adore ce genre d’article, je ressors de leur lecture avec moult nouvelles idées et surtout de nouvelles envies, et comme je passe mon temps à me dire en sortant du ciné ou d’un bon bouquin « j’en ferai un article » – mais bien sûr je ne trouve jamais le temps, ou l’envie- , j’ai pensé qu’une rubrique de ce genre pourrait être la bienvenue. N’ayant absolument aucune idée de nom je me contente de l’appeler « la nouvelle rubrique » mais en italien puisque c’est la langue que j’apprends en ce moment et que ça rend mieux à mes oreilles de française.

Depuis mon retour à Paris je tente de me ré-acclimater peu à peu à la capitale, ce n’est pas si facile après une année passée en Province: les montagnes et les forêts d’Alsace me manquent, le centre ville de Strasbourg où tout était proche aussi. Mais pour me rappeler que Paris est ma ville il y a un truc qui marche à tous les coups: recommencer à visiter, sortir, découvrir des choses. Je suis donc enfin allée prendre le thé avec des scones à l’Oisive thé – ce salon de thé/salon de tricot – qui se trouve pourtant à quelques stations de métro de chez moi, ce qui va me permettre d’y retourner très régulièrement!

J’ai aussi fait des achats et surtout beaucoup de lèche-vitrine: j’ai mis les pieds à l’appartement Sézane pour la première fois, je me suis rendue vendredi dernier à la boutique Les fleurs, lieu de perdition comme dirait mon amie Alice – elle a diablement raison, mais j’ai réussi à n’en sortir qu’avec un pot pour cactus. Enfin je suis tombée par hasard sur la boutique Jamini et j’ai salivé comme il se doit avant de prendre ma décision: je m’achèterai un coussin coûte que coûte pour meubler mon nouvel intérieur.

Pour ce qui est des découvertes culturelles j’ai eu le temps – chômage oblige – de lire, voir et visiter pas mal de trucs. Sans m’arrêter sur tout ce que j’ai pu faire – les rendez-vous de l’histoire de Blois le week-end dernier mériteront leur propre article, je vous le promets – je ne peux pas m’empêcher de vous parler un peu plus longuement de ce que j’ai adoré et que je vous recommande chaudement. C’est parti!

J’ai lu…

Peyton Place , de Grace Metallious

L’histoire d’une petite ville de la Nouvelle-Angleterre dans les années 50, on y suit trois principales protagonistes : Alison la jeune fille rêveuse et un peu solitaire, Constance sa mère qui doit vivre avec le difficile statut de mère-célibataire, la belle et intelligente Selena issue des quartiers pauvres en lutte contre son milieu. Peyton Place a été l’un des gros scandales littéraires des années 50 aux Etats-Unis, accusé d’être un roman pornographique et subversif: on aurait bien du mal aujourd’hui à comprendre comment on a pu trouver cet ouvrage ne serait-ce qu’érotique. Le roman met en scène la société des petites villes des Etats-Unis avec tous leurs non-dits, leurs secrets et leurs rancœurs. L’écriture de Grace Metallious est très agréable à lire et on rentre très rapidement dans l’histoire tour à tour écœurés puis touchés par les personnages, notamment par les personnages secondaires qui forgent toute l’ambiance de cette ville modeste d’Amérique.

C’est un grand classique américain et c’est très édifiant sur la société américaine. N’hésitez pas à lire la postface qui explique le scandale à la parution du roman.

L’amie prodigieuse, de Elena Ferrante

Malgré la place privilégiée que ce roman a occupé tout l’été sur les devantures des librairies, ce qui me fait généralement fuir, j’ai cédé à la tentation Elena Ferrante, en partie parce que j’allais à Naples et que je voulais me mettre dans le bain.

J’ai dévoré ce livre, et j’en ai fait de même avec le suivant « Le nouveau nom ». L’amie prodigieuse c’est une tétralogie qui suit la vie de Lena, la narratrice, et son amie Lila dans un quartier pauvre de Naples dans les années 50 – et oui encore. Cette grande amitié, perçue par les yeux de Lena, forge la trame de tout le roman mêlant jalousies, fascination, soutien, et beaucoup d’autres aspects d’une amitié aussi passionnée que complexe. Je me suis parfaitement reconnue dans le rôle de Lena, jeune fille médiocre qui se voit comme vivant sans cesse dans l’ombre de sa prodigieuse amie Lila, et prodigieuse elle l’est effectivement, c’est ce qui la rend si agaçante et attachante à la fois. En parallèle de cette histoire d’amitié se dresse un tableau de Naples et de l’Italie du Sud du milieu du siècle passé, où la Camorra et l’origine sociale conditionnent fortement l’existence de ces jeunes gens.

Je ne l’ai pas lu en italien, j’aimerais, mais la traduction est très bonne, on arrive à comprendre notamment toute l’importance que révèle le fait de parler en italien ou en dialecte à une époque où la langue distingue, plus clairement encore qu’aujourd’hui, le niveau social et culturel d’un individu. Pour conclure : je n’ai arrêté de lire que quand j’ai fini de tourner la dernière page !


J’ai visité…

Le musée de la vie romantique

Petite sortie dans Paris, le but initiale était d’aller prendre un thé au Musée de la Vie Romantique, finalement comme il était trop tôt pour le thé, on s’est contenté de visiter ce joli musée improbable. Une belle maison de campagne en plein Paris, des souvenirs de la famille de George Sand, des salons XIXe reconstitués ET un super salon de thé en jardin ou sous verrière. Un musée simple comme je les aime.  Et en prime j’y ai croisé Daniel Guerrero, l’ancien rugbyman!

La nuit Blanche à Paris

Je n’étais jamais allée à la Nuit Blanche et… je n’ai pas été vraiment convaincue. J’avoue que je ne suis pas une fan de l’art contemporain, il faut toujours expliquer ce que l’auteur a voulu dire ou montrer, et s’il y a parfois de bonnes idées j’accroche peu. Mais alors quand le sujet est aussi connu que « Les amours de polyphiles », célèbre poème du XVe siècle – je ne rigole pas c’était le thème choisi pour la nuit blanche de Paris – je lâche carrément, et je me demande bien à quel moment l’organisateur a pu penser que ça convenait à un événement visant la démocratisation de la culture. Malgré des œuvres plutôt peu intéressantes, voire ratées, j’ai bien aimé l’idée de se promener de nuit dans Paris et de suivre un parcours pour y voir des œuvres ou des installations.

Idée pour ceux qui voudraient y assister l’an prochain : prendre les bateaux mouches, gratuits ce soir-là, qui remontent la Seine. C’est là où se situent la plupart des installations, c’est donc un bon moyen de faire une croisière gratuite en voyant le plus d’œuvres possibles.


J’ai vu…

Je viens de commencer la deuxième saison de Gomorra, la fameuse série italienne issue du roman de Saviano sur la Camorra, et dont Saviano est d’ailleurs le scénariste. C’est toujours aussi bien, toujours aussi poignant. La réalisation est vraiment excellente, la musique super et j’aime beaucoup voir une série qui n’est pas en anglais, c’est rare et ça permet de découvrir une autre langue – le napolitain. Pour ce qui est du scénario et des personnages, ils sont toujours très bien travaillés, profonds, et même si on a du mal à apprécier véritablement les « héros » on s’y attache. L’ambiance très dure, et la réalité qui se cache derrière cette semi-fiction provoque généralement une petite nausée à la fin de chaque épisode – mais on veut savoir la suite !

Toujours à propos de Gomorra, je viens de lire un article des Inrocks sur le quartier de Scampi qui nuance un peu mon engouement pour la série: effectivement je me suis demandée comment les réalisateurs avaient pu tourner dans ce quartier difficile de Scampi, réputé comme l’un de plus dangereux d’Europe, et quels sont les impacts de la série sur ces quartiers défavorisés. Pas de réponse mais l’article est très intéressant alors hop un petit lien ici: Scampia et Gomorra

o-gomorra-facebook

Mes classiques de l’année

A l’occasion de la rentrée littéraire, et aussi parce que je serais toujours plus ou moins calée sur l’année scolaire, j’en profite pour vous faire ma sortie littéraire en vous présentant les principaux classiques que j’ai pu lire cette année. Bien que j’adore lire les dernières parutions, les livres dont tout le monde parle ou encore les bouquins de plages qu’on ne se permet de lire que l’été, je tiens chaque année à m’imposer quelques « classiques ». S’ils sont souvent un peu plus difficiles d’accès au départ, ils justifient généralement le mal qu’on peut se donner à les lire que ce soit pour leur récit par lequel on se laisse happer, ou pour leur écriture qui parvient à nous séduire. Certains sont plus décevants ou ne parviennent pas à m’intéresser, mais pour être en droit de les critiquer il vaut tout de même mieux les avoir lus, quitte à sauter quelques passages. Je vous propose donc ici les classiques que j’ai découverts cette année, en espérant que ça vous donnera des idées.

 

  • Les Misérables, Victor Hugo

Ca faisait plusieurs années que je n’avais pas lu du Victor Hugo : j’avais adoré Quatre-Vingt-Treize, mais Notre-Dame-de-Paris m’avait semblé bien long. Deux possibilités : soit j’ai commencé par le meilleur, soit j’ai de plus en plus de mal à apprécier Hugo au fur et à mesure que je vieillis, le fait est que Les Misérables ne m’a plu qu’à moitié.

Synopsis: L’histoire vous la connaissez tous : Jean Valjean, Fantine et sa fille Cosette sont les trois héros de cette fresque historique se déroulant sur une vingtaine d’années, de la fameuse bataille de Waterloo aux émeutes populaires annonçant 1848.

Mon avis : On s’attache bien évidemment aux personnages, surtout aux personnages secondaires d’ailleurs, on veut savoir la suite de l’histoire MAIS pour lire Hugo il faut être prêt à perdre beaucoup beaucoup de temps en descriptions qui fourmillent de comparaisons et d’analogies historiques et culturelles. Je n’hésite pas à dire qu’il y en a trop.

J’ai eu vraiment du mal à achever la longue description de Waterloo, MAIS il faut la lire, il faut au moins en lire la fin car il s’y passe un des éléments clé du livre. Je ne trouve pas très gênant de passer sur la description du couvent ou encore sur les discussions philosophiques qui durent plusieurs chapitres et qui, bien qu’elles contiennent certains passages superbes où toute l’éloquence d’Hugo se dévoile – notamment sur la situation des prisons et prisonniers -, se perdent en détails peu utiles pour l’histoire. En revanche j’ai beaucoup apprécié la dernière partie décrivant la fameuse émeute où l’on retrouve Gavroche et où toutes les intrigues s’achèvent.

Lisez-le quand vous aurez le temps, ou que vous serez dans une dynamique Victor Hugo.

 

  • L’île mystérieuse, Jules Verne

C’est Victoria de Mango and Salt qui m’a donné envie de lire L’île mystérieuse, je n’avais jamais lu de Jules Verne et je ne savais pas par quoi commencer alors je me suis lancée après avoir lu sa critique.

Encore une fois mon avis est très partagé : j’ai suffisamment apprécié pour avoir envie de lire les autres ouvrages de cette « trilogie » Les enfants du Capitaine Grant et Vingt mille lieues sous les mers, mais le côté livre pour enfant m’a un peu déçue.

Synopsis : Etats-Unis fin de la guerre de Sécession, 5 hommes et un chien se retrouvent embarqués à bord d’une montgolfière qui s’échoue non loin d’une île déserte et qui pourtant fournit plusieurs années durant tout ce qu’il faut à nos aventuriers pour survivre d’où  son nom d’île Mystérieuse.

Mon avis : On suit la découverte et l’appropriation de l’île par ces colons imprévus et hormis quelques passages où des événements incompréhensibles font monter le suspens autour de l’étrangeté de l’île, Jules Verne s’attache surtout à décrire les étapes de cette colonisation de la terre. De la rédaction d’une carte géographique à l’organisation domestique et agricole de la colonie toutes les étapes de cette nouvelle vie sont détaillées avec précision au point qu’elles ressemblent par moment à un catalogue. Aucune notion sociale ou humaine dans cette histoire : tous les personnages sont très lisses, leur caractère défini dès les premières pages n’évolue pas et permet seulement de justifier des qualités de chacun et donc  la division du travail qui s’ensuivra.

MAIS il faut lire Jules Verne avec l’idée qu’on a ici affaire à un passionné de géologie et de découvertes scientifiques en tout genre, ce qui transparaît à chaque page du livre et qui le rend intéressant. On y constate l’attrait que pouvaient avoir à l’époque ces nouvelles sciences et ces innovations techniques. En outre l’écriture est très facile et malgré quelques longueurs le roman se lit plutôt vite.

Ce n’est surement pas le meilleur de Jules Verne, d’après ce que j’ai compris Les enfants du Capitaine Grant vaudraient plus le coup, c’est donc sur ma nouvelle liste de l’année.

 

  • Les raisins de la Colère, Steinbeck

Je commence cette critique par deux petits mots simples : LISEZ STEINBECK !

Comme vous pouvez le constater j’ai adoré Les raisins de la Colère. Attention je ne dis pas que c’est facile à lire mais ça vaut le coup, vraiment. Et ça vaut le coup de s’arrêter de temps en temps pour réfléchir et surtout comprendre ce qu’on vient de lire parce que Steinbeck c’est une critique sociale, une critique de l’économie, une critique du monde tel qu’on l’a construit, ça a beau avoir été rédigé lors de la Grande Dépression c’est tout à fait d’actualité.

Synopsis : Années 20, une famille de fermiers de l’Oklahoma se voit contrainte de quitter ses terres qui sont désormais travaillées par des machines accomplissant le travail agricole bien plus vite que des mains humaines. Comme des milliers d’autres miséreux ils partent le long de la route 66 en direction de l’Ouest, de la Californie où, parait-il, il y a du travail.

Mon avis :C’est un carnet de voyage très particulier que nous livre ici Steinbeck, une façon différente de voir cette célèbre route 66 qui avant de devenir la route des road trip était la route de l’espoir. Pourtant, vous vous en doutez, l’espoir il y en a peu, et surtout l’accueil des californiens n’est pas celui qu’on imaginait : entre racisme et exploitation des populations les plus miséreuses on découvre ici la société américaine, et notre société entière, dans ce qu’elle a de plus effrayant.

Steinbeck c’est une ambiance lourde mais pas une écriture difficile :les chapitres romancés sont entrecoupés de chapitres écrits à la troisième personne, souvent assez abstraits et qui ne sont autre que des réflexions et des condamnations de la société libérale, où le mal est cité dès les premières pages : « la banque ». Ça vous rappelle quelque chose ?

La force de Steinbeck c’est surtout d’avoir une écriture sublime dans ses dialogues, ses personnages usent de langages définissant clairement leur niveau social : phrases courtes, vocabulaire simple voire familier. En faisant parler ses héros, ou plutôt ses anti-héros, une atmosphère particulière se crée et donne toute la profondeur aux personnages et au livre tout entier.

 Conclusion: Lisez-le, vraiment! C’est prenant, ça met mal à l’aise et ça force à se poser des questions. Si vous avez peur je vous conseille de commencer Steinbeck par Des souris et des hommes, un ouvrage bien plus court mais qui permet d’apprécier d’autant plus le style particulier de son auteur.

 

  • L’amour au temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez

Pour finir sur une note plus absurde et joyeuse je vous conseille L’amour au temps du choléra même si, je l’avoue, le style décalé de Gabriel Garcia Marquez n’est pas le plus facile à lire, il faut se laisser prendre dans son jeu.

Synopsis : Dans une ville des Caraïbes le jeune héros, Fiorentino Ariza est fou amoureux de la belle Fermina Daza qu’il courtise mais qui lui préférera finalement le médecin Juvenal Urbino. Durant des années Fiorentino entretient sa flamme dans l’attente que Fermina soit un jour sienne.

Mon avis : Étonnante mais très jouissive l’écriture de Garbiel Garcia Marquez est très étrange : vous trouverez ici peu de dialogues, peu de rebondissements, et pourtant il s’en passe des choses. C’est l’histoire de toute une vie, d’un homme qui aime plus ou moins en silence. C’est surtout une histoire sur le temps qui passe et sur la maturité en amour comme ailleurs, et sur la nécessité de rester jeune quoi qu’il arrive.

La première difficulté tenait pour moi au faible nombre de chapitres, c’est basique mais je préfère des livres avec des chapitres courts, j’aime tourner la page et dévorer un nouveau chapitre alors qu’il faudrait mieux que j’aille me coucher, impossible ici. La deuxième c’est le style très indirect de l’auteur qui n’aide pas forcément à entrer dans l’histoire. Mais comme pour beaucoup de classiques ce qui compte ce n’est pas forcément l’histoire en elle-même mais ce que l’écrivain a voulu dire, et la façon dont il utilise les mots et le langage pour raconter des situations, transmettre des sensations, des idées.

Chez Gabriel Garcia Marquez tout semble être raconté d’un point de vue très extérieur ou du moins par un narrateur qui a du recul sur ce qu’il raconte, et qui ressent une certaine nostalgie mi-bienveillante, mi-moqueuse.L’Amour au temps du choléra se déguste lentement mais sûrement. Quelques longueurs selon moi mais on en sort apaisé, souriant, plein de reconnaissance envers la vie et l’amour.

C’est la fin de ma première édition des “livres que j’ai lus”. J’espère que ça vous a plu et que je ne me suis pas trop étendue sur le sujet, j’ai encore beaucoup de mal à faire des critiques de livres sans en raconter trop et sans trop analyser. J’espère surtout que ça vous donnera des idées de lecture. Et si vous avez des idées pour moi je suis preneuse aussi!

Aux frontières de l’Europe avec Paolo Rumiz

Après avoir lu de nombreuses critiques littéraires sur les blogs ces derniers temps – Mango and salt, Eleanor and Tea, Mathilde – j’ai eu envie moi aussi de vous parler des derniers ouvrages que j’avais pu lire et qui m’avaient plu ou pas. Mais plutôt qu’un sujet sur« mes dernières lectures » j’ai pensé que cet ouvrage de Paolo Rumiz valait un article à lui seul, parce qu’il est tout à fait en rapport avec la ligne éditoriale du blog et surtout parce que j’ai vraiment adoré cet auteur !

J’ai découvert ce livre dans le métro parisien, attirée d’abord par les ongles rouges de la jeune fille en face de moi qui contrastaient tout à fait avec l’ouvrage qu’elle tenait dans ses mains, la couverture a ensuite retenu mon attention, puis le titre « Aux frontières de l’Europe ». J’ai photographié cet instant pour me souvenir du titre et du nom de l’auteur, de crainte de les oublier . Quelques jours plus tard Victoria de Mango and Salt le propose dans son club lecture mensuel. C’est un signe, je cours l’emprunter à la bibliothèque, même si ce n’est pas le livre élu pour le club lecture du mois, et, après avoir fini de lire Sylvain Tesson,  je me plonge enfin dans ce nouveau récit de voyage de l’Italien Paolo Rumiz, pour partir aux confins de l’Europe.

WP_20160525_002

Lassé de cette Europe qui impose son centre géographique entre Bruxelles et l’Italie, Paolo Rumiz décide de partir avec sa compagne sur la frontière orientale de l’Europe, celle qui sépare ces pays presque asiatiques et sous l’influence de la Grande Russie  de l’Union Européenne, cette frontière imposée qui n’est délimitée par aucune montagne, aucun fleuve, seulement par la décision de l’Homme. Partant de la mer de Barents entre la Finlande et la Russie, Rumiz  et sa compagne photographe  descendent jusqu’à la mer Noire, à la rencontre de cette frontière.

Borée, Carélie, Courlande, Carpates en passant par l’enclave intrigante de Kaliningrad, Paolo Rumiz traverse des contrées mystérieuses aux noms évocateurs et nous fait découvrir autant de paysages inconnus que de peuples laissés pour compte. En cherchant à connaître cette frontière il nous montre qu’elle n’est pas toujours là où l’on croit. Qu’est-ce qui différencie un Finlandais d’un Russe ? Un Ukrainien d’un homme de Crimée ? Un peu avant les événements qui vont secouer l’Europe de l’Est, Paolo Rumiz nous permet de mieux connaître et de comprendre ces peuples dont on parle si peu, se faisant par moment, sans le savoir, le prophète de temps sombres qui s’annoncent.

WP_20160525_003

La force du récit de Rumiz c’est sa simplicité et son authenticité. Il retransmet les rencontres à la manière d’un journaliste en interview et nous fait vivre pleinement les aventures humaines qui enrichissent son voyage. Comment ne pas avoir envie de prendre le premier train pour la Russie à la lecture des leçons de vie données par une vieille habitante du lac Onega ?  Entrecoupant ses récits d’informations historiques et géographiques , Rumiz nous livre ici une petite encyclopédie de régions méconnues et où, pour tout dire, nous n’aurions même pas eu l’idée de mettre les pieds. Il conte leur histoire et décrypte leurs coutumes et leurs rites, principalement orthodoxes, l’immense Eglise russe étendant son influence du nord au sud.

Ses réflexions de voyage et sur le voyage devraient parler à tout voyageur – qu’il soit backpacker ou non. Un exemple qui m’a beaucoup amusée : chaque fois qu’il quitte un paysage particulier ou une communauté d’hommes, Rumiz semble déçu de ce qu’il découvre ensuite, comme si le meilleur était forcément passé, qu’au fur et à mesure qu’il se rapproche de cette Union Européenne- en passant notamment par la Pologne et la Roumanie – l’exotisme était moindre, le voyage  plus aussi chantant et coloré. Puis au rythme des nouvelles rencontres il apprend à aimer tout autant que les autres cette nouvelle destination.

Enfin cet ouvrage pose la question : où est vraiment le centre de l’Europe ? Est-ce Bruxelles et ses institutions ? Ou est-ce, comme le suggère Paolo Rumiz, cette Europe de l’Est où se sont croisés et mélangés des siècles durant des dizaines de peuples européens : Polonais, Russes, Allemands, Roumains, Italiens, dont les folklores si proches résonnent  toujours aujourd’hui là où selon Rumiz se trouve l’âme de l’Europe.

 

Sylvain Tesson, la Sibérie et Strasbourg

Je reviens, un peu tardivement avec un article littéraire/personnel : ce mois-ci c’était la première fois que je participais au club de lecture de Mango and Salt, il faut dire que le sujet m’intéressait beaucoup puisque qu’il s’agissait de récits de voyage, donc plutôt le genre de bouquins que je lis en ce moment. Mon choix initial n’était pas du tout Dans les forêts de Sibérie, mais je me disais bien qu’il faudrait que je le lise un jour alors c’était l’occasion. Le synopsis le voici : Sylvain Tesson décide, après de multiples voyages, de tester une nouvelle expérience la vie d’ermite. Il part avec ce qu’il faut pour vivre – des livres et de la vodka – se reposer loin de la société dans une cabane sur le lac Baïkal avec des voisins à 3 jours de marche.   Comme prévu j’ai adoré même si j’ai été dans un premier temps un peu déconcertée. Après avoir lu Nicolas Bouvier et Alexandra David-Neel je ne m’attendais à un récit très travaillé et non à un véritable journal de bord qui semble à peine repris par l’éditeur.

Sylvain Tesson livre durant six mois ses pensées, sans forcément de logique, sans  but précis, il nous raconte le monde qu’il voit, les réflexions qui lui viennent, et qui pourraient bien souvent être les nôtres. Beaucoup de passages ont fait écho à mes propres pensées : des choses triviales d’abord comme le choix des livres à emporter en voyage, même s’il est vrai qu’un long voyage est le meilleur moyen pour se forcer à lire un livre qu’on n’ose pas commencer, je sais aussi, comme il le dit très bien, qu’il est illusoire de penser se cultiver tout le temps, on a besoin de lectures dites « coupables » qui n’impliquent pas une once de réflexion, erreur que j’ai faite à plusieurs reprises. Puis ses observations de la nature, du soleil qui se lève, se couche, de sa lumière, de la neige, des chants des oiseaux, les réflexions du temps qui passe ou qui ne passe plus, du travail de l’homme, des sociétés aliénées, je me suis aperçue que tout ça me parlait car j’avais plus ou moins le sentiment d’avoir moi-même vécu en ermite dans ma petite ville de Strasbourg pendant ces sept derniers mois.

De la Sibérie à Strasbourg certes il y a un monde me direz-vous; Mais en comparant avec la vie que je menais à Paris, et que Sylvain Tesson décrit parfaitement – ce besoin de faire des choses tout le temps, de voir des gens, de bouger, de sortir sans être jamais rassasié -, ma vie en Alsace semble relativement vide. Ici toutes ces sorties et ces rendez-vous me sont impossibles puisqu’à part deux personnes je n’ai su  avec qui sortir. Est-ce pour autant une vie fade ? Que Nenni ! Sans être une ermite j’ai appris ici à vivre seule, seule dans la société. Et j’ai eu aussi du temps pour penser – un peu trop même -, pour réfléchir, pour me cultiver. J’ai pris une carte de bibliothèque, une carte de cinéma et j’ai vu et lu en quelques mois plus que ces trois dernières années. Mais plus que tout j’ai pris le temps, ou plutôt j’ai pris conscience du temps qui pouvait passer ou non. Et de ces week-end seule qui m’effrayaient en début d’année sont devenus des week-end qui passaient à une allure folle tandis que je prenais le temps et surtout le plaisir de m’ennuyer.

Dans les Forêts de Sibérie est une ode à la beauté, à la simplicité de la vie et permet, à travers l’expérience de Sylvain Tesson, de prendre du recul face à la vie que notre société occidentale nous conduit à mener. La vodka remplace le café et les taciturnes Sibériens nous paraissent peu à peu bien sympathiques sous la plume de Tesson, une atmosphère froide et pourtant chaleureuse se dégage de toute cette leçon de vie. On y apprend, ou ré-apprend l’importance des petits gestes qui structurent notre quotidien, la discipline que l’on s’impose à soi-même et qui nous rend vivant. Loin de l’image des ermites chrétiens qui fuient les hommes par mépris et restent sur leur colonne à réfléchir à la vie, Sylvain Tesson est un ermite qui ne souhaite que retrouver l’essentiel. En se confrontant aux réalités physiques de la vie : se nourrir, couper son bois, faire des kilomètres pour trouver à qui parler, il nourrit sa réflexion et sa compréhension du monde. Il perçoit combien l’homme s’adapte vite et  désapprend vite la société, l’ermite retrouve ses marques et se suffit presque à lui-même, si bien que la moindre visite d’autrui devient un véritable chamboulement dans le quotidien. De même que Tesson se plaint de recevoir, j’ai mal vécu mes courts séjours à Paris : l’agitation, les gens à voir alors que je suis habituée à voir une, voire deux personnes par semaine. Même si elle manque, cette vie sociale demande une réadaptation.

J’avais initialement prévu de reprendre ce récit pour annoter toutes les phrases qui m’avaient plu et dont je voulais absolument me souvenir. Mon emprunt de bibliothèque arrivant à échéance je n’ai malheureusement pas pu mais je suis résolue à acheter cet ouvrage pour pouvoir le conseiller et le prêter à tout le monde. Des glaces du lac Baïkal et de ce petit carnet de bord d’un ermite se dégagent un calme et un apaisement bien utile pour qui se sent fatigué de ce monde où tout va si vite.

Dans-les-forêts-de-Sibérie