Ciao 2017

J’avais moyennement envie de faire mon bilan 2017. Il ne s’est pas passé grand-chose cette année et la nouvelle de la mort de Julie Sarperi du merveilleux blog les carnets de traverse m’a beaucoup choquée. Julie doit être la première blogueuse que j’ai suivie, elle m’a fait rêver et m’a donné envie d’ouvrir un blog pour parler voyage. J’aimais sa poésie, j’aimais son idée des stickers voyageurs et j’en avais commandé quelques-uns. Aujourd’hui j’ai toujours ce mot écrit de sa main dans ma boîte à souvenirs, heureuse de cette gentille attention et de faire partie d’une petite communauté de blogueurs voyageurs. Mourir si jeune après avoir eu un enfant force à se poser des questions et à réfléchir un peu à l’essentiel.

Pendant quelques jours je n’avais plus trop envie de bloguer et de voyager mais seulement de rester chez moi avec famille et amis. Les hommages qui ont été faits sur les différents blogs m’ont redonné envie  et en lisant les nombreux bilans je me suis dit que c’était tout de même bien et que j’aimais résumer mon année en photos. Alors allons-y.

img_20171015_1208401289443457.jpg
Invention importante de 2017 – Le cappuccino préparé par l’amoureux tous les dimanches

2017 une année assez stressante mais moins angoissante

Malgré tout le stress que la recherche d’emploi peut produire, surtout le fait de ne jamais savoir si son contrat va être renouvelé, cette année fut moins propice aux doutes : j’ai trouvé un emploi en Bibliothèque Universitaire dans le quartier latin jusqu’en avril et je savais que je souhaitais postuler derrière en bibliothèque municipale, où j’ai vite trouvé un petit contrat. Je ne suis jamais sûre d’avoir du travail, d’ailleurs j’en cherche actuellement, mais je sais vers où orienter mes recherches.

 

 

J’ai véritablement découvert cette année le travail de bibliothécaire et je peux dire que ça m’a plu. Peut-être que je ne ferais pas ça toute ma vie mais je me suis sentie agréablement dans mon élément et en même temps un monde tout nouveau s’est ouvert à moi. Ce fut un bon équilibre entre travail, loisirs et découvertes.

20171005_104003265925045.jpg
Une journée de catalogage en Bibliothèque

La littérature oui, beaucoup !

En travaillant en bibliothèque on croise forcément beaucoup de passionnés qui nous transmettent des envies de lire certains livres, de voir certains films. J’avais l’impression d’ajouter chaque semaine une dizaine de livres sur ma pile à lire et c’est une chose qui me manque depuis que je ne travaille plus. Je ne me souviens pas avoir autant lu que cette année et j’ai lu un peu de tout : des récits de vie, des fictions, des essais et beaucoup beaucoup de livres jeunesse. Certains livres ne m’ont laissé aucun souvenir, mais beaucoup m’ont complétement accrochée. Premier de cordée, de Frison-Roche ; L’ombre du vent, de Carlos Luis Zafon, Désorientale de Negar Djavadi, sont probablement mes trois préférés avec un amour particulier pour le 1er.

 

 

Je vous ai déjà parlé ici de mon amour pour la littérature jeunesse. J’ai osé me remettre à lire des livres qui ne sont à priori pas de mon âge, parce que c’était mon métier et parce que rien ne permet  de partir dans un univers fantastique comme les romans jeunesses.

P1080432
Inktober challenge

Cette année je me suis donc laissée du temps pour les activités créatrices : je vous ai parlé de l’inktober ici et j’espère continuer à dessiner en 2018. J’ai notamment acheté un kit complet d’aquarelle et j’espère bien réussir à créer de vrais carnets de voyage lors de mes prochaines excursions (l’une d’elles se prépare en ce moment même avec la seule et l’unique Jéromine de l’archivoyageuse). Mon prochain grand défi créatif sera sans doute le NaNoWriMo qui me fait de l’œil depuis des années, je me prépare psychologiquement, mais j’espère avoir le courage de me lancer dedans.

 

 

 

 

 

P1060210
Février – 1er weekend de l’année à Bourges!

Voyages encore et toujours

Comparée à d’autres années la catégorie voyage a été plutôt soft : pas de grand voyage au loin mais beaucoup de week-ends par ci par là. C’est une façon de faire qui me convient assez : partir un week-end permet de découvrir la France sans avoir à poser des jours. A part un road trip de 10 jours en Grèce, le premier avec mon amoureux, je ne suis jamais partie longtemps, ça m’a manqué bien sûr mais je n’ai pas été si frustrée que ça.

P1060615 copie
Mars – Passage par la capitale normande: Rouen! Malgré la pluie j’ai adoré.

 

J’ai la chance d’avoir des copines aussi bizarres que moi et qui proposent des weekends improbables – Bourges et Dijon ne font a priori pas rêver – et j’ai découvert que mon copain aimait beaucoup partir en voiture avec toute la liberté que ça procure. Nous avons donc pu visiter Rouen et les abbayes du bord de Seine dont je vous parlais ici, et les fameux châteaux de la Loire pour le dernier superbe weekend de l’été indien.

 

weekend-emilie-romagne-ferrare (2)
Avril –  organisé (pour moi) au dernier moment , weekend à Bologne et visite de la ville de Ferrare

J’ai quitté la France trois fois : j’ai commencé l’année 2017 à Edimbourg en grimpant Artur Seat, c’était une excellente ascension pour bien débuter l’année ! Je suis partie un long week-end avec Jéromine pour visiter la belle Bologne. Le choix était stratégique : à mi-chemin entre nos deux pays, mais c’était surtout une superbe découverte. J’avais oublié à quel point il est facile de se déplacer en Italie, à quel point j’aimais l’Italie, et comme c’était agréable de se donner du temps pour faire les choses. On a surtout bavassé, refait le monde, et testé mon nouveau filtre polarisant : vous pouvez lire tout ça ici.

20170522_160430791984926.jpg
Mai – ENFIN je visite les serres d’Auteuil !

 

Ce fut ensuite la Grèce sous la chaleur et le beau temps, j’y ai dédié plusieurs articles avec mes coups de cœurs : Delphes, Mycènes et la péninsule du Pélion. Ces vacances m’ont donné envie de revenir très vite dans ce pays : Thessalonique me fait de l’œil, je ne connais rien de sa côte est,  et les ruines macédoniennes du nord semblent passionnantes. Je conseille ce pays à tous : pas si loin, pas si cher et magnifique !

hydra2
Juin – la Grèce aussi belle que prévue: ses îles, ses ruines, ses plages et ses villes!

 

 2018 je me fixe de continuer les weekends en France pour visiter les villes mais aussi certaines régions : je lorgne depuis quelques temps sur le bassin minier, j’aimerais aussi beaucoup retourner en Bourgogne au printemps. Si le portefeuille me le permet je serais bien tentée par un long weekend à l’étranger : je n’ai jamais vu Lisbonne, Stockholm et Dublin.

20170715_173959-1907126069.jpg
Juillet – je retrouve l’Alsace pour y faire quelques randos. Ici le village de Kaysersberg vu du château.

 

Malgré un court séjour en Alsace je dirais que ce qui m’a le plus manqué en 2017 ce sont les montagnes et les randonnées. Ma bonne résolution c’est de me prévoir au moins un weekend de rando dans l’année : les calanques du sud ou le tour des aiguilles rouges, mon cœur balance encore.

20171006_184705391569394.jpg
Août et septembre à Paris – c’est tellement agréable de se promener l’été dans cette ville!

 

 

Retourner en Italie. Ca a été ma grosse frustration de cette année : je n’ai pas pu retourner dans le village de mon copain. Ca m’avait tellement plu la première année que je ne pensais qu’à ça, j’avais envie de revivre les fêtes de village, le café au bar, la foule qui sort à 22h, et la farniente sans culpabilité. Malheureusement contrats en CDD obligent je n’ai pas toujours le choix de mes vacances et j’espère que cette année je pourrais m’y rendre !

chaumont3
Octobre – Les châteaux de la Loire sous l’été indien.

 

Un petit bouleversement en 2018 ?

J’espère finalement continuer 2018 comme 2017 : approfondir ma connaissance du travail de bibliothécaire en trouvant un travail, profiter des moments à Paris, organiser des sorties, des weekends et des vacances. J’ai pris la résolution d’être plus manuelle : je voudrais conduire plus et surtout je me mets officiellement à la cuisine ! Une vie somme toute très simple, sans drama et avec beaucoup de routine.

P1080586
Décembre – On s’échappe un dernier weekend pour visiter Dijon et Beaune! Grosse envie de retourner en Bourgogne aux beaux jours.

 

Oui mais une routine qui va être un peu bousculée dès mars par l’arrivée de mon neveu. Je ne peux même pas dire combien j’ai hâte de voir sa tête et de l’aimer ! Mais avant ça un gros voyage m’attend, le genre qui valait bien le coup de rester de nombreux mois à Paris et qui fera forcément de 2018 une année pleine de promesses !

Blogs

J’avais envie de finir en vous parlant un peu des découvertes blogging que j’ai faites, je ne vais pas vous cacher qu’il y en a peu. Si je n’hésite pas à suivre les gens sur instagram, je ne suis en fait que très peu de blogs: Mathilde (le blog de Mathilde à Boston), Victoria Juliette (jenesaispaschoisir) et Lucie (l’occhio di Lucie) sont les principales. Cependant j’ai découvert récemment le blog de Mi-fugue, mi-raison et j’attends avec impatience chacun de leurs nouveaux articles. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas autant accroché à un blog. Ça valait le coup d’en parler!

Enfin en ce qui concerne les stats du blog elles sont plutôt en baisse mais il est difficile de juger car le blog a changé de nom, d’adresse et a été invisible pendant près d’un mois. Si je m’en remets à wordpress vous avez été 3128 à venir ici depuis avril/mai dernier et vous avez effectué 4959 visites (en comparaison vous étiez 3104 pour près de 6000 visites en 2016).  Les articles les plus lus ont légèrement changé: même si l’article sur les randos dans le parc du Durmitor reste le number one de loin, vous avez aussi consulté mon article sur Naples et sur le XIIIe street art.

Pour achever ce (trop) long article je vous souhaite à tous une très bonne année 2018, pleine de voyages, de découvertes, de lectures, et comme on dit en Alsace… SURTOUT LA SANTE!

Lectures en Italie

A défaut de pouvoir partir en voyage on peut facilement s’évader par la lecture et j’aime autant me plonger dans des romans dont le cadre me permet de m’imaginer des pays lointains que savourer des récits de voyages où j’ai l’impression de faire de vrais road trip sans bouger de mon canapé. Aujourd’hui je dédie un petit article à l’Italie, l’Italie du sud plus exactement. Je n’ai que deux ouvrages à présenter et aucun des deux n’est un roman mais ils m’ont tous les deux touchée, de façon très différente, et je les recommande chaudement! Alors on se sert “un caffè” ou un spritz et c’est parti pour un tour dans le mezzogiorno.

20170823_075122-1479106239.jpg

VIA APPIA

Genre : Récit de voyage / Déclaration d’amour

Thème : Italie du sud

Degré d’appréciation : Je suis à deux doigts de prendre un billet pour Brindisi.

Pour ses vacances d’été Jacques de Saint-Victor, un universitaire français, décide de prendre ses bâtons de marche pour descendre la Via Appia de Rome à Brindisi. Il arpente, d’abord à pied puis en Fiat, la plus vieille route de l’Occident, méditant et observant avec amour l’Italie du Sud.

IMG_20160730_154818674
Arpino – Devant l’église les bannières des “contrada”, les quartiers, de la ville qui vont s’affronter lors de l’annuel “Gonfalone”, une sorte de Palio.

Loin des itinéraires touristiques les plus connus la Via Appia se perd dans les méandres du Lazio, de la Campanie, de la Basilicate et des Pouilles, traversant des villes un peu éloignées de circuits habituels et parfois presque abandonnées; des lieux ravagés par la crise – plus grave dans ces régions qu’en Grèce parait-il – et des sites historiques de toutes époques.

Entre deux dégustations de mozarrella di Buffala et des arrêts fréquents pour un café au bar l’auteur s’interroge sur l’Italie : celle d’avant et celle d’aujourd’hui. Il mêle l’histoire de la grande Rome aux soirées de Berlusconi, les rêveries de Stendhal aux propos de le jeunesse abandonnée de Naples. Entre littérature, gastronomie et histoire il essaie de comprendre et de décrire cette Italie qu’on voit si peu: celle du Mezzogiorno.

IMG_20160724_165315542
Le Mont Cassin et son abbaye qui, du haut de ses 1669m, domine la vallée jusqu’à Caserta.

 

Sans être difficile, l’écriture de ce récit est parfois très érudite ce qui pourrait en rebuter certains. Ayant fait des études d’histoire  les digressions sur l’époque antique ou sur les méfaits du fascisme ne m’ennuient pas, au contraire c’est ce qui apporte un grand intérêt à l’ouvrage. On apprend quelque chose à chaque chapitre et ça donne envie d’aller fouiller un peu plus profondément dans l’histoire de l’Italie.

J’aime les récits de voyage, j’aime encore plus celui-ci parce qu’il me parle.  Terracina, Caserta, Benevento… Les lieux par lesquels passe l’auteur ne me sont pas inconnus bien que loin d’être les villes les plus fréquentées d’Italie, ou les plus belles. Mais grâce à ce récit on constate que la moindre ville, la moindre portion de route en Italie a une histoire millénaire, une vie et que les traditions sont encore bien présentes. Impossible de ne pas avoir l’envie immédiate d’embarquer à bord d’un train, d’une Fiat ou d’un bateau pour arpenter lentement, très lentement cette Italie méconnue, en s’arrêtant partout et nulle part, car quoi de mieux que de boire son cappuccino en observant la dolce vita?

Les montagnes de la Ciocaria qui surveillent la “Casilina” cette route reliant Rome à l’antique Capoue.

Le soleil écrasant du sud, les oliviers, le délicieux goût des tomates mais aussi l’ombre de la crise et les souvenirs du fascisme, au grè de ses pérégrinations Jacques de Saint-Victor décrit avec une immense tendresse ces habitudes, ces façons de penser et de faire si typiquement italiennes. Ça nous parait étrange, parfois suranné mais il n’y a aucun jugement de la part de l’auteur– sauf pour le Calcio, le début de la déchéance d’un peuple nous dit-il  – il y a seulement beaucoup de réflexion et d’amour.

Ce livre est une véritable déclaration de l’auteur à son pays d’adoption, un amour pour l’autre que l’on ne comprend pas toujours, ce qui le rend si attachant.

 

20170804_0756271141161927.jpg

L’OPTICIEN DE LAMPEDUSA


 Genre: reportage

Thème: Les migrants à Lampedusa

Degré d’appréciation: Tout le monde devrait lire ce livre.

C’est une lectrice de la bibliothèque où je travaille qui m’a conseillé fortement ce livre quand elle me l’a rendu. Elle avait l’air émue et un peu retournée. Le soir même je me plongeais dans ce roman issu d’un reportage et j’ai compris l’émoi de la lectrice précédente.

L’opticien de Lampedusa c’est un homme banal qui s’est installé il y a longtemps sur cette petite île paradisiaque au large de la Sicile et de la Tunisie. Certes on entend parler des migrants, mais toutes ces histoires lui paraissent encore lointaines quand il prend la mer avec un groupe d’amis pour profiter de l’après-midi et se retrouve soudainement face à un naufrage. De cette journée qui a fait de lui un “sauveur” débute un long questionnement, une remise en cause de sa vie. Le récit d’une prise de conscience.

Cet opticien existe. Peut-être est-ce pour cela que cet ouvrage est dur et émouvant. L’histoire d’un monsieur tout le monde, un homme simple au caractère très méticuleux qui réalise la tragédie quotidienne se déroulant à quelques pas de lui. Je me suis arrêtée fréquemment pendant cette lecture pour digérer ce qui était dit. Le style à la fois simple et neutre est pourtant puissant : coupable, triste, plein d’espoir et dépité, on ressort plus sensible et plus démuni de cette lecture lourde mais nécessaire.

Pour ce reportage Emma Jane Kirby a été récompensée par le prix Bayeux des correspondants de guerre.

 

 

 

Pékin et la Muraille.

Pékin nous a accueillies dans la nuit, après 27h de voyage. 27h c’est long sur le papier, mais après ce long mois on avait nos habitudes. Les vêtements choisis méticuleusement pour aller aux toilettes quand on voulait, se changer facilement, se mettre à l’aise. La nourriture en quantité suffisante et même plus peur de tester les bonbons bizarres que nous proposent les vendeurs ambulants. J’ai fini mon livre du moment – je lisais alors “l’amie prodigieuse” d’Elena Ferrante – et j’ai enfin eu le courage, et pas d’autre choix, de commencer « L’amour au temps du choléra »de Gabriel Garcia Marques . On a regardé le paysage défiler en essayant de deviner sur la petite carte de Chine du Routard où nous pouvions bien être. De quelles villes venaient les lumières qu’on voyait défiler du train. Et au bout du train l’une des gares de Pékin, je veux dire Beijing. Du monde partout, une queue qui nous ferait cauchemarder à Paris, ici on  n’était pas pressées, encore en vacances, on s’y attendait à ce monde. On était arrivées à Pékin après tout: 21 millions d’habitants plus les touristes.

pekin5pekin3

Pékin nous a accueillies comme partout ailleurs en Chine : avec des danses et des passants qui nous aident à trouver notre chemin. Un chemin incertain qui se faufile au milieu des hutongs, à quelques pas d’un quartier des affaires.Ici nous prendront un starbuck le matin, nos tongs jurant avec les escarpins des femmes qui travaillent dans la tour HSBC.

On n’a pas trop aimé Pékin. Enfin non. On a aimé Pékin, mais on a aimé ce qu’elle doit être au printemps, en automne. Sûrement pas en été où la chaleur sèche étouffe, où la vision de ces millions de touristes oppresse. Et on en a conclu que Pékin n’était pas une étape de fin de voyage. Alors un autre jour, on commencera un nouveau périple en Chine à partir d’ ici.

pekin2

  1. La cité interdite

La cité interdite, la place Tian anmen, le mausolée de Mao: ces incontournables de la Chine qu’on a visités au pas de course, plus par devoir que par plaisir. On en avait rêvé pourtant de  cette merveilleuse cité interdite. Mais après la place du village de Jianshui, le grand édifice rouge qui domine la place m’a paru presque petit. Et ce monde, ce monde mon Dieu ! Nous n’avions qu’une hâte : sortir à toute vitesse de cet endroit.

pekinpekin1pekin4

S’il avait fait plus frais, s’il y avait eu moins de monde nous aurions sans doute pris le temps d’admirer ses différents palais. Les boiseries décorées, la multitude de toits qui s’étendent jusqu’à la colline, la perspective impériale qui s’ouvre devant nous à chaque porte. Mais il était impensable de traverser la place. Il fallait trouver vite un endroit où se poser, un endroit où manger, boire un coca frais – sans glaçon – et essayer d’apprécier Pékin.

pekin10

  1. Temple des lamas et les hutongs

Ce que je retiens de Pékin ce sont les hutongs, j’ai tellement aimé que je n’ai même pas trouvé le temps de sortir mon appareil pour en faire quelques photos. A l’ouest des lacs, non loin de la cité interdite, nous avons marché dans les hutongs.Il n’y a rien de fameux, mais pour une fois il n’y a personne. Ça ne respire pas l’attraction touristique, ce sont simplement de vieux quartiers laissés en l’état, et il y en a partout en ville. Nous sommes arrivées ainsi jusqu’au temple des lamas. Un must do de Pékin. Il faisait plus frais, peut être du fait des arbres, de l’architecture dégagée, de l’ambiance propre aux temples bouddhistes. Ici nous avons eu le temps d’admirer les boiseries, dehors, dedans, assises, debout, en discutant, en nous taisant.

pekin7

 

Près du temple se trouvent encore d’autres hutongs, plus vivants. Ici un café, typique des cafés chinois on le sait maintenant, avec un thé glacé pris bien installées dans un canapé, des bouquins partout, et en même temps un petit quelque chose de très chinois. De cette modernité chinoise particulière : tout est calme, nonchalant. La vie à la chinoise. En face des petits vieux ont sorti leur sofa et discutent en regardant les passants. Il y a des cartes par terre car ici aussi on joue sans cesse.

pekin6

Cette après-midi aura été placée sous le signe du cool. En déambulant presque au hasard dans les rues où se trouvent des magasins, des boulangeries, des cafés puis des temples on profite enfin de la vie pékinoise qu’on nous a vendue tout au long de notre séjour. Lorsqu’on rencontrait des étudiants venus faire une année à l’étranger notamment. C’était une image qu’on ignorait avant d’arriver en Chine, une image de Pékin en nouveau Berlin. Mix des villes du sud et de culture underground avec une grosse dose de chinoiseries.

pekin15

  1. Je me prends pour Mulan à Jinshanling

On a les références qu’on peut, et moi j’avais Mulan en tête lorsque je marchais sur la Muraille. Ici encore l’excursion était organisée par notre auberge:  Jinshanling est assez loin de Pékin, elle est aussi plus sauvage tout en étant restaurée. C’est une vraie rando : quelques heures sous le cagnard, on transpire instantanément, ça descend et ça monte surtout. Tellement qu’il faut souvent s’aider des mains: « Like a monkey » nous dit la guide hystérique et tyrannique dont on ne comprend que quelques mots d’anglais mais qui arrive à effrayer tout le groupe.

pekin17pekin16

A Jinshanling on peut être parfaitement seul à certains moments. Il faut faire attention, il s’agit d’une véritable ascension dans une ruine.  On doit aider une Coréenne qui se sent mal. Heureusement il existe des chemins pour redescendre facilement, et en particulier le chemin chinois – autrement dit le téléphérique. Il est difficile de se rendre compte que nous y sommes. La Grande Muraille. Sous un soleil qu’on distingue malgré l’épais voile  de pollution. Un soleil qui ressemble à ces soleils d’Asie, rond,voilé, qui dégage cette lumière si particulière de fin d’été, nous chauffant jusqu’à l’épuisement. On aura marché sur la Muraille. Et ça aura été fatiguant !

pekin14

  1. Quitter la Chine

L’homme en vêtements de travail orange est toujours au bout de la rue. Accroupi sur ses pieds il arrive dès 5h, se met dans cette position et repart le soir. Consciencieusement chaque jour il se pose sur son semi trottoir et regarde. La rue est pleine de poussière et le béton n’est pas encore posé. C’est sûrement une partie de son travail. Ou peut-être est-il simplement chargé de surveiller l’entrée de la rue. A quelques mètres de là un homme hèle le bus pour les passants. Il ne monte pas dedans puisque c’est son métier : héler le bus. A l’heure du repas il prend un poulet rôti chez le marchand du coin, un marchand qui a la cote. Tout le monde s’y presse, prêt à faire de longues minutes de queue. Nous avons cédé nous aussi. C’était simplement un poulet, un peu sec et pas facile à manger sans couverts. Un starbuck  à la main  je reviens vers l’auberge. De la terrasse je vois les tours d’affaires, les toits des temples et ceux des hutongs. Un chien sur la maison d’en face et le vieil homme toujours accroupi à l’entrée. Il est temps de prendre le métro, l’avion et de revenir, épuisée mais heureuse, convaincue que je reviendrai bientôt.

pekin13

En Pratique :

  • Prévoyez une excursion sur la muraille avec votre hôtel ou auberge, elles sont chères mais éviter la difficulté de s’y rendre par ses propres moyens vaut le coup ! En prime vous aurez l’éternel déjeuner en groupe dans un restau du coin, ça permet de goûter à de nombreux plats qu’on ne commanderait pas soi-même.
  • Prévoir de bonne chaussures et de grosses bouteilles d’eau pour la rando. Un homme vous vendra un coca hors de prix (prix parisien) à un endroit stratégique de la muraille, mais si vous pouvez l’éviter…
  • Pékin n’est pas une si grande ville. Ou plutôt le centre historique se fait à pied quand on aime marcher de longues distances. Comparé à Chengdu ou Canton les arrêts de métro sont plus rapprochés. Le métro dessert tout, et surtout il est à seulement 30min de l’aéroport en train direct.
  • Si vous pouvez trouver un logement dans les hutongs c’est le must : plus calmes, quartiers traditionnels, ça donnerait envie de rester dans son auberge tout le temps.

Mon premier trek – Lijiang et les Gorges du Saut du Tigre

Les routes des voyageurs au Yunnan ne sont pas très nombreuses, nos deux nouveaux compatriotes rencontrés à Shaxi suivent le même parcours que nous et se dirigent vers Lijiang, encore plus au nord, pour faire du trekking dans les Gorges du Saut du Tigre.

Rien que ce nom nous effraie. Et pourtant c’est bien pour faire ce trek que nous avions décidé la semaine précédente de ne pas nous rendre dans la jungle du sud du Yunnan. Le trek des Gorges du saut du Tigre est réputé pour ne pas être particulièrement difficile hors saison des pluies. Bien évidemment nous sommes en pleine saison des pluies, les chemins pierreux ont toutes les chances d’être trempés et glissants et la randonnée de devenir dangereuse. D’où notre hésitation. Mais nos nouveaux amis sont des habitués de la montagne qui grimpent les sommets depuis déjà quelques mois, ils sont en quelques jours devenus nos guides et nous nous fions totalement à eux. Alea Jacta Est, nous partons pour Lijiang avec la ferme intention de réussir ce trek !

lijiang

  • Lijiang – ou les ravages de l’UNESCO

Lijiang surprend au premier abord par son climat : il pleut, il fait 20 degrés et je trouve enfin une utilité à mon jean et à mon sweat ! Puis on comprend vite que la vieille ville, celle qui a été classée au patrimoine de l’UNESCO en 1997 n’est plus vraiment une ville : il faut payer pour rentrer dans l’enceinte et payer cher. En effet toutes les maisons et les rues sont belles, préservées, une vraie ville où filmer des films chinois d’époque. Mais les maisons n’abritent que des commerces à touristes, et ces derniers sont légions. Une petite atmosphère de Disney Land règne sur Lijiang. Et on se demande si l’Unesco fait autant de bien qu’on le pense à ce qu’elle classe patrimoine mondial !

lijiang 3

lijiang 6lijiang 5

 

Ce n’est pourtant pas une raison pour bouder la ville. Parce qu’elle est un carrefour inévitable pour ceux qui souhaiteraient continuer vers le Tibet, les lacs du nord ou le fameux trek des gorges. Comme partout en Chine on peut profiter de Lijiang dès qu’on s’éloigne des axes principaux. Et la ville devient admirable lorsqu’on se retrouve seul dans les rues, qu’on surplombe l’immense étendue de toits traditionnels depuis la grande pagode Wang Gu Lou, et surtout lorsqu’on se promène dans le parc de l’étang du dragon noir. Les chinois n’ont pas leur pareil pour trouver des noms fabuleux qui touchent l’imaginaire. D’ici on aperçoit le mont du Dragon de Jade encore enneigé malgré la saison. Mont du Dragon de Jade. On s’en rapprochera le lendemain en prenant la route pour les gorges.

lijiang 8

 

  • Les Gorges du saut du Tigre

2 jours. 5h/7h le Premier, 2h30 le Second.

3900m au-dessus des gorges les plus profondes de Chine. Des falaises qui plongent dans le précipice. Un chemin face à l’Himalaya. Nous y sommes. Les Gorges du Saut du Tigre, et deux jours de randos avec une halte au ¾ du trek dans une auberge de jeunesse.

Le début de la randonnée nous a assez déçues. Ca monte raide, pendant longtemps, c’est sympa mais sans plus. Nous avons du mal à respirer, la vue sur le Yangzi et les villages industriels en dessous ne fait pas rêver. Puis la forêt arrive et le plat avec elle. Un coca et c’est reparti. Il parait que la partie la plus dure de ce trek ce sont les 28 lacets qui emmènent au point culminant. Je ne pense pas être la seule à le penser : les 28 lacets ne sont pas plus durs que ceux d’avant, ils le sont même sûrement moins parce qu’on s’y attend. Mais à ce moment la rando devient vraiment sympa. On est dans la forêt, la vue sur les montagnes environnantes dépayse de plus en plus, et arrivés au sommet le panorama nous récompense largement. Il nous suivra durant tout le reste du trek !

lijiang 7lijiang 9

 

Après 6h de marche nous nous arrêtons dans l’auberge Half Way guest house. Un repas sur la terrasse face à l’Himalaya. What else ? Je ne me lasse pas de regarder, de prendre en photo ce paysage pour m’en imprégner, pour être sûre de bien m’en souvenir. Mais comment oublier ? La saison des pluies ne nous permet pas de voir les sommets, nous devons les deviner. Les nuages hantent cette région, la rendent plus mystérieuse, et je peux imaginer ce qui se cache dans ses montagnes qui mènent au Tibet. Quel moine y a trouvé retraite ? Quel alpiniste s’y est aventuré ?

lijiang 11

Le chemin est effectivement boueux et glissant, je suis bien heureuse d’avoir fait les ¾ de la rando la veille car c’est bien la seconde partie du trek qui est la plus dangereuse. Il ne faut qu’un peu plus de 2h pour rejoindre l’endroit où les gorges sont le plus étroites, qui est également la fin du trek, là où les bus viennent rechercher les touristes (ceux qui ont fait le trek et les autres). Ce sont deux heures où nous craignons légèrement pour nos vies. Même si les chemins sont assez larges, il vaut mieux ne pas avoir le vertige. Mais le paysage est toujours à couper le souffle et on s’arrête régulièrement pour souffler, de fatigue, et d’émerveillement.

lijiang 10

 

Arrivées à Quiatou nous abandonnons nos comparses avec qui nous avons passé 5 jours, ils poursuivent le trek plus loin, vers Haba, dans l’espoir d’arriver au camp de base de la montagne du Dragon de Jade. Vu les conditions rien n’est s^rr alors on les abreuve de recommandations, bien conscientes que s’il leur arrive quelque chose nous serons les dernières à les avoir vus… (Rassurez-vous, il neigeait effectivement trop, et malgré les achats de matériels que nous avions faits à Lijiang, ils ont renoncé à leur ascension).

Ce que j’ai aimé dans le trek : on n’y est jamais seul ! Sans être une autoroute, en cette saison du moins, on trouve forcément des gens avec qui faire le trek, c’est rassurant et ça permet de trouver quelqu’un qui a le même rythme – je remercie d’ailleurs Clinton, backpacker Canadien qui était à mes côtés quand je me suis ENCORE fait une entorse au milieu de nulle part et qui avait avec lui les médicaments pour m’aider à finir le trek.

 

Comment s’y rendre ?

Le plus simple est encore de demander à votre auberge à Lijiang. Des allers-retours sont organisés chaque jour. Vous pouvez soit faire le trek, soit prendre un bus pour suivre les Gorges avec la route – un trek à la chinoise en somme. Certaines auberges de jeunesse proposent de porter vos affaires jusqu’à Qiatou – la fin du trek – pour ceux qui souhaiteraient continuer leur route sans repasser par Lijiang. Par exemple si vous voulez aller à Shangri La. Arrivés à Qiatou un bus vous ramènera à Lijiang.

L’entrée dans le parc des Gorges du Saut du Tigre est payante, le parc est aussi classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le point le plus resserré des gorges, là où on voit et on entend de très très près l’eau tonitruante, est lui aussi payant (vive la Chine).

Point matériel: Je n’ai pris qu’un sac à dos 20L qui suffisait largement pour y mettre une serviette microfibre, de quoi se changer, un vêtement de pluie – nécessaire en cette saison – et de quoi manger à midi.

Week-end bourgeois

Il parait qu’on n’a pas besoin d’aller très loin pour faire du tourisme et sortir de son quotidien. Alors prenant cette devise au mot, après Lyon, Blois et les châteaux de la Loire, c’était au tour de Bourges de recevoir ma visite ce week-end. L’intérêt de ce genre de week-end c’est de pouvoir partir sans prendre de jour de congés ET de découvrir beaucoup pour pas trop cher. C’est pourquoi j’ai opté cette année pour un thème de voyage qui est:« voyager à plus de deux heures de Paris ».

P1060194P1060193

 

Pourquoi Bourges ?

Parce qu’elle combinait de nombreux avantages : proche de Paris, une ville médiévale et la possibilité de se balader dans la campagne sans voiture. C’est une petite ville et une seule journée pourrait suffire à en faire le tour, mais quand on est entre copines – ce qui était mon cas – il faut compter le temps de discuter, boire, discuter, prendre un café, discuter, et encore boire un peu. Autrement dit, du temps pour se retrouver sans avoir l’impression de rater une attraction touristique indispensable. Bourges était parfaite pour tout ça. Et entre ces discussions on a tout de même visité quelques monuments qui passaient par là. Voici un petit aperçu de ce qu’il y a « à voir, à faire » à Bourges.

P1060160

 

  • Balade dans les marais

Avant d’y aller je l’ignorais mais autour de Bourges se trouvent des marais, de ces marais qui empêchent toute construction et qui se sont donc vu attribuer une nouvelle fonction : celle de jardins communaux.

Les marais ont été aménagés en canaux autour desquels s’organisent  petits ou grands jardins où les habitants de Bourges viennent cultiver leurs fleurs et leurs potagers, ou encore faire les barbecues du dimanche. Une balade dominicale à ne pas rater surtout sous ce soleil de début de printemps ! Je vous laisse en juger par vous-même.

P1060210

P1060156

 

 

  • « A vaillant cœur rien d’impossible » – Le Palais Jacques Coeur

Ceci n’est pas la devise de Bourges mais de son plus célèbre habitant Jacques Cœur, argentier de Charles VII (le même que celui de Jeanne), qui a laissé à la ville son superbe palais, appelé auparavant Grand’Maison. Et forcément, c’est LA visite touristique à ne pas rater à Bourges.

La visite du Palais Jacques Cœur peut se faire avec un guide conférencier – le dimanche matin à 10h30 par exemple – et, surprise, la conférencière est géniale ! Les explications sont peut-être un peu rapides pour quelqu’un qui n’a jamais fait d’histoire médiévale mais tout est dit, pas un mot de trop ou de trop peu.

P1060265

Pour l’histoire : Jacques Cœur était un négociant qui a fait fortune sur la route des épices, avec une jolie flotte qui parcourait la méditerranée depuis Damas jusqu’à Marseille en passant par Venise. L’argent rentre dans les caisses et il en prête à son bon roi Charles VII qui doit encore négocier et racheter les terres prises par les Anglais lors de la guerre. (C’est d’ailleurs Jacquot qui est régulièrement envoyé pour négocier). MAIS il fait rarement bon être plus riche que le Roi, en particulier quand on est son débiteur. Pour éviter d’avoir à rendre un jour l’argent, Charles VII le fait arrêter sous couvert de nombreuses accusations.

C’est peu avant son arrestation que Jacques Cœur fait construire sa grande demeure à Bourges. Cette architecture inspirée des palais italiens n’existe pas encore en France, il l’impose à Bourges 50 ans avant tout le monde. Elle servira de modèle pour la construction du Palais des échevins – les échevins étaient à peu près les conseillers municipaux de l’époque – se situant quelques centaines de mètres plus loin.

P1060111

 

  • Bourges ville médiévale

En se baladant dans le centre historique de Bourges on croise vieilles maisons à colombages, palais municipaux, quelques musées et au bout de cette ilôt médiéval se trouve la Cathédrale. Toute  gothique (construite au XIVe) elle est très impressionnante par ses dimensions, et ses tympans valent bien un petit « woaw » d’admiration.

P1060125

J’ai aussi beaucoup aimé le Musée Estève installé dans le Palais des échevins. On y est entrées sans trop savoir ce qu’on allait y trouver et finalement ce fut une belle découverte. Maurice Estève est un peintre non figuratif du XXe siècle qui a vécu au sud de Bourges. De ses premières toiles aux plus célèbres (apparemment surtout célèbres chez les scandinaves) on voit la lente évolution du peintre, sa recherche  de lui-même qui passe par les courants impressionnistes, fauves, cubistes.

P1060258

 

Où s’arrêter pour manger? Boire? Prendre un café?

Bourges est une petite ville, vous n’aurez donc pas des coffee shop à foison pour vous poser, mais il y a au moins quelques adresses qui  vous accueillent dans une ambiance cosy pour déguster un chocolat chaud. Et elles sont ouvertes le dimanche!

  • Les 3  cuillères, 38 rue Bourbonnoux. Entre le palais Lallemand (musée des arts déco) et la Cathédrale. Pas très grand, avec des romans, des BD et des jeux pour ceux qui voudraient patienter avant de reprendre leur train. Très vite plein.
  • L’envers du Café, 3 rue Pelvoysin. Le concept n’est pas assez abouti. Le lieu est divisé en plusieurs salles avec chacune une déco particulière, des chaises, des sofas, de quoi se mettre à l’aise. Mais les salles sont encore trop grandes pour trop peu de déco.
  • Cake thé, 74 rue Bourbonnoux. Je n’y suis pas allée mais de dehors il donnait sacrément envie. Il s’agit plutôt d’un salon de thé situé sur la “promenade des remparts” (promenade minuscule mais adorable)
  • Pour manger vous trouverez plusieurs bons restaurants de cuisine française (c’est à dire pratiquement que de la viande) et qui sont indiqués dans la plupart des guides voire par des panneaux dans le centre ville. Le plus connu étant surement le Louis XI. 

Chronique parisienne 4 – Une semaine féministe

  • Expo du moment – “Présumées coupables” aux Archives Nationales

Pour finir cette semaine toute féministe je suis allée samedi dernier au CARAN, le centre des Archives Nationales au cœur du Marais, pour y voir l’exposition « Présumée coupables ». Malgré le monde – qui eut pensé qu’une expo sur ce thème serait bondée ? – je suis sortie plutôt satisfaite de cette visite.

Pièces d’archives à l’appui, l’expo retrace cinq  types de condamnation en justice pour les femmes depuis le Moyen-âge jusqu’à la Libération : les sorcières, les empoisonneuses, les pétroleuses, les collaboratrices et les infanticides. Cinq crimes majeurs qui conduisent des femmes en procès,  crimes pour lesquelles elles sont souvent condamnées, mais pas toujours ! L’exposition détaille non seulement le déroulement des procès mais également les processus qui conduisent ces femmes à se retrouver en Justice : délation, profils particuliers (âge, vie marginale, etc), situations difficiles qui poussent au meurtre ou à l’abandon de son enfant, …

20170218_144917.jpg
Le CARAN – Centre de Recherche des Archives Nationales
20170218_145120.jpg
Cour de l’Hôtel de Soubise

Le gros plus : les archives sont dans les vitrines, passionnantes pour qui est paléographe mais peu évocatrices pour les profanes MAIS des écrans proposent la transcription des textes en vieux français et également la traduction en français d’aujourd’hui. On peut ainsi lire les procès verbaux de dizaines et de dizaines de femmes qui décrivent leurs danses sataniques, le calvaire de l’inceste, ou encore les raisons de leur « collaboration horizontale ».

Même si on s’y connait sur certains sujets – par exemple le Moyen-Âge – on apprend forcément quelque chose sur les autres périodes : pour ma part je ne connaissais rien aux pétroleuses, et je n’avais jamais eu l’occasion d’en savoir plus sur les femmes tondues de la libération que ce que nous offrent à voir les films de l’époque (qui sont très durs à regarder je trouve).

20170218_145001.jpg

Enfin : avoir accès à des documents d’archives est pour moi quelque chose de toujours émouvant, qu’il s’agisse de procès du XIIIe siècle ou de lettres de Louise Michel. Permettre que cette mémoire commune soit diffusée à tous même sur de courtes périodes, seulement lors d’expositions, est primordial ! Il est donc important d’encourager les Archives Nationales qui organisent régulièrement des expositions, souvent quelque peu politiques, et toujours passionnantes !

L’exposition a lieu à l’Hotel de Soubise, rue des Francs-Bourgeois (métro Rambuteau) jusqu’au 27 mars 2017 – 6€ l’entrée plein tarif

Pour en savoir plus: site des archives nationales

738_bandeau_nl_1

  • Un magazine: CAUSETTE

Il y a deux mois alors que j’attendais patiemment le RER pour rentrer chez les parents en trainant dans le Relais du coin j’ai décidé d’acheter Causette, ce magazine féministe que je n’avais jamais ouvert. J’avais dans les poches tout pile le prix, les textes avaient l’air de valoir le coup, adjugé-vendu ! J’ai eu raison. Malgré le prix prohibitif – mais c’est le cas de tous les magazines il me semble – j’ai dévoré le numéro de janvier, j’ai fait exprès de le laisser chez mes parents, chez mon copain pour le faire lire au plus de monde possible. Causette adopte un ton très ironique, impossible à apprécier si vous n’êtes pas trop second degré : des chapeaux politiquement incorrects comme « Aimer les enfants c’est ne pas en faire ? » pour n’en citer qu’un, avec une ligne éditoriale avant tout féministe mais qui parle aussi beaucoup de politique, des reportages inédits sur d’autres parties du monde. Bref un ensemble qui me plait : je trouve toujours un article à lire selon mon moral. Petit bémol : je pense ne pas être tout à fait d’accord avec leurs critiques culturelles, pas assez critiques justement, à l’inverse du reste du magazine.

 Pour celles – ou ceux –  qui trouveraient cela trop cher, pensez à regarder dans votre médiathèque, la mienne l’achète chaque mois, et un abonnement à la médiathèque est toujours moins cher.

  •  Podcast: “Le dictionnaire du féminisme” sur France Inter

Je me suis longtemps dit qu’il faudrait que je profite des tâches répétitives au boulot pour écouter des postcasts, c’est chose faite cette semaine après avoir vu passer sur twitter une annonce pour un épisode de « La marche de l’histoire » de Jean Lebrun –France Inter – sur le féminisme, ou plus exactement sur le Dictionnaire du féminisme, paru il y a peu aux Presses Universitaires de France sous la direction de Christine Bard.

Christine Bard n’est pas une inconnue, c’était la prof de Jéromine, l’archivoyageuse, pendant sa licence d’histoire, et c’est surtout celle qui a fondé en 2000 le centre d’archives du féminisme. Pourquoi un centre d’archives ? Parce que dès le départ les féministes, et  les associations féministes ont produit de nombreux documents, collectés et réunis en 3 lieux : la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine et la Bibliothèque Marguerite Durand à Paris, et la BU d’Angers où le fonds d’archives est accompagné d’un fonds documentaire unique de 10000 ouvrages sur le thème du genre et du féminisme.

 Pour en savoir plus je vous conseille, bien entendu, d’écouter le podcast !

Dali & Shaxi – La dolce vita en Chine

Il existe un train de nuit qui va de Jianshui à Dali et qui n’est pas indiqué dans les guides. La gare est nouvelle elle aussi, et introuvable pour quelqu’un qui n’est pas de la ville : un bâtiment fermé la moitié de la journée, entouré de tentes qui vendent de quoi se sustenter pour la nuit. Ce train est bien pratique, il nous a permis d’arriver au matin à Dali, après une bonne nuit de sommeil #lovelescouchetteschinoises, prêtes à entamer notre découverte du centre du Yunnan : de Dali à Shaxi.

Dali – 2000m d’altitude, région de la minorité Bai, la vieille ville encore charmante  s’étend aux abords du lac Erhai.On construit  partout à Dali, enfin partout en dehors de la vieille ville, il parait que c’est le Saint-Tropez chinois, un Saint-Tropez au milieu des montagnes qui a fait disparaitre peu à peu les activités traditionnelles de pêche autour du lac, les villages sont devenus touristiques et pourtant il y  reste un petit quelque chose de reposant et de simple. ce petit quelque chose qui la rend incontournable.

dali7

  • Dali – la flâneuse

Dali est un havre de paix pour touristes occidentaux fatigués de voyager. Et c’est aussi un lieu de rencontre des expats qui ont trouvé refuge en Chine. La vieille ville ceinte de murailles est suffisamment petite pour qu’on en fasse  le tour en une journée, mais elle donne envie de s’y arrêter pendant plusieurs jours pour ne rien faire : siroter un thé froid, regarder les passants, traîner dans une librairie et sortir boire un verre chez Ghuilain, un français d’Angoulême installé ici depuis 7 ans.

dalidali2

 

En deux jours on reconnait déjà des gens, on sent que les expats sont heureux de pouvoir discuter un peu du pays, de l’Europe, on salue les gens dans les rues, on se sent très vite chez soi à Dali. Dans les rues aux vieilles maisons qui n’ont rien perdu de leur charme se suivent les cafés cosy – on se croirait dans le 11e à Paris – les boutiques touristiques mais aussi les petites boutiques plus typiques où on peut manger des mets étranges, traditionnels de la région. Mais nous ce qu’on a préféré faire c’est suivre un cours de cuisine pour enfin apprendre à faire les dumplings qu’on aime tant !

dali6

  • Dali la sportive

Coincée entre les monts Cangshan et le lac Erhai il est très facile de se mettre au sport à Dali. On a laissé tomber les randos – sans plan, sans s’y connaitre beaucoup, mieux valait ne pas tenter le diable, sans compter que des rumeurs de brigandages courent dans le coin – mais on a loué des vélos pour pédaler aux abords du lac et prendre notre selfie  au milieu de dizaines de chinois faisant de même.

dali5dali3

Le lac est immense et malheureusement la route ne le suit pas toujours, je pense que pour mieux en profiter le scoot est, là encore, une meilleure option, si on souhaite aller jusque dans les villages en tout cas.

dali8

  • Shaxi – enfin au calme

Nous avions prévu un jour de rab dans notre planning au cas où: ce fut une évidence en arrivant à Shaxi que nous allions l’utiliser pour rester ici deux jours au lieu d’un seul. Sur la route du thé et de chevaux – rien que ça – Shaxi est une petite ville, presque un village, située à 2h de Dali et de Lijiang, et elle a la particularité d’être entretenue par une association suisse qui la préserve encore du tourisme de masse. Un peu d’authenticité dans cette Chine de la modernité.

dali10dali12

 

On n’en est certes plus aux boutiques artisanales, ces dernières sont remplacées par des cafés cosy et des magasins de babioles – cartes, bouquins – qu’on aime trouver dans nos villes occidentales, mais l’ambiance y est calme, reposante. Une seule grande rue traverse la ville pour descendre vers la rivière et atterrir dans les champs. Au centre du village une grande place où se font face un temple et un vieux théâtre. Tous les bâtiments sont merveilleusement bien conservés, et notre auberge, qui se situe sur la place ne fait pas exception. Rester un jour de plus à Shaxi c’est rester un jour de plus à boire un thé avec vue sur les montagnes, à profiter de la Chine rurale.

dali15

  • Shibaoshan – les monts du trésor de pierre

C’est à ce moment de calme et de volupté que deux énergumènes font irruption dans nos vies : Naftali et Ian, deux jeunes backpackers de 21 ans qui voyagent ensemble depuis 3 mois. L’un est israélien, l’autre américain et ils nous ont repérées depuis Dali. (Il faut dire que la plupart des voyageurs empruntent les mêmes routes au Yunnan, on est peu mais on se retrouve vite malgré l’immensité de la Chine). C’est le moment de donner un tournant plus sportif à notre séjour : ils nous proposent de nous emmener en rando dans les Shibaoshan, ces montagnes non-loin de Shaxi qui abritent des grottes et temples, et surtout l’idée est d’y aller en stop. C’est tellement bon de ne prendre aucune décision qu’on se laisse guider.

dali18dali19

Les nuages qui stagnent autour de Shibaoshan ajoutent à l’ambiance mystique du lieu, les cris des singes dans les arbres et ce long escalier menant aux temples encore cachés par les épais feuillages nous transportent dans une Chine encore inconnue. A 3000m d’altitude la montée est assez rude mais les temples sont superbes, la vue à couper le souffle et on est heureuses d’avoir fait des efforts.

Que faire à Shibaoshan ? Il s’agit en fait d’un parc, payant comme absolument tout ce qui est touristique en Chine, qui abrite plusieurs temples dans les montagnes, plusieurs randos sont alors possibles. Nous nous sommes contentées de la première, la plus accessible. Compter 2h de rando pour faire le tour de 3 temples et avoir un point de vue sur les montagnes. Pour les plus sportifs, les autres montagnes valent probablement le coup.

Une chose est sûre : Shaxi doit être un passage incontournable d’un voyage au Yunnan ! Jugez plutôt…

dali21

Se rendre à Dali et Shaxi:

  • le train depuis Kunming ou Jianshui (nouvelle ligne) vous dépose à Xiaguan la nouvelle ville. D’ici il faut prendre le bus pour se rendre à la vieille ville
  • Un aéroport dessert la ville
  • Shaxi: bus depuis Dali à prendre à la station de Bus, la plupart du temps ce sera indiqué dans les auberges. Le bus nous a abandonnées sur une aire au milieu de rien où un mini-van est venu nous chercher. On ne sait pas comment, ni pourquoi, mais nous sommes arrivées à Shaxi dans les temps prévus et sans problème.

Où dormir:

  • Dali: Jade Emu guesthouse, juste après les remparts de la ville. Très bonne auberge avec une cour agréable, et possibilité de manger des pizzas (ce qui est un luxe après plus de 2 semaines à manger du riz)
  • Shaxi:Shaxi horse pen 46, auberge dans une vieille maison bai avec cour, porte qui ouvre sur la rivière, vue sur les montagnes. Et surtout DEUX GROS CHIENS baveux à cajoler. Sur la place du village.

Cours de cuisine à Dali: Rice & Friend

dali11

 

Yuanyang – retraite dans les rizières

Mercredi 22 juin – 11ème réveil en Chine

Voici deux jours que nous sommes à Pugaolao, un village au cœur des rizières de Yuanyang, les plus belles rizières du monde parait-il. Arriver jusqu’ici, dans les montagnes du Sud du Yunnan, n’est pas une mince affaire. Depuis Jianshui nous avons dû prendre le bus de 10h11 à la gare routière, lequel nous a acheminé plus ou moins péniblement jusqu’à Xinjie appelée plus communément Yuanyang, en passant par Nasha – nettement plus peuplée. Nous avons longé le fleuve rouge dont l’eau prend cette teinte étrange au contact de la terre rouge du Yunnan. Nous avons pu admirer des rizières en terrasse à n’en plus finir, et s’étonner des routes cahotantes pour monter toujours plus haut dans les montagnes. A Xinjie un minibus nous attendait pour nous mener jusqu’à Pugaolao.

y14y2

Pour une fois nous ne voulions pas négocier, erreur car nous avons dû payer l’entrée dans le parc des rizières, classé au patrimoine de l’Unesco, alors même qu’il était exceptionnellement gratuit ce jour-là. Mais après quelques 7h de transport et une vessie pleine, nous ne voulions qu’une chose : trouver notre auberge. Et c’est uniquement grâce à notre incroyable patience que nous n’avons pas précipité du haut des rizières les Coréens nous accompagnant dans le minibus qui souhaitaient s’arrêter tous les 10 mètres pour prendre une photo. Mais cette journée fatigante valait largement le coup : Pugaolao est un lieu encore perdu dans les montagnes, nous y étions seules touristes et nous avons pu deux jours durant découvrir au plus près les coutumes locales et explorer les rizières.

y6

  • Randonner dans les rizières

Nous logions dans une auberge dans le bas du village, non loin de la place principale d’où on pouvait observer le lever du soleil. Malheureusement pour nous juin n’étais pas la période idéale pour voir les rizières, en tout cas pas la saison où elles se montrent sous leur plus beau jour mais en compensation nous étions seules dans notre auberge et Alice, l’hôtesse, s’est occupée de nous pendant deux jours entiers. Elle nous a dessiné une carte des rizières alentours avec les noms des villages en anglais et en chinois, et le chemin de randonnée principal. Nous pouvions ainsi demander notre chemin à tous les Chinois que nous croisions. Yuanyang est désormais au patrimoine de l’Unesco mais c’est encore trop peu connu des occidentaux et surtout des Chinois eux-mêmes, une jolie rando de 3h où nous serions totalement seules nous attendait donc.

y3y10y12

C’était aussi superbe que ce qu’on pouvait imaginer, et plus dépaysant que prévu : on n’avait pas tout à fait compris qu’on risquait de croiser des troupeaux de bœufs, de se faire racketter par des petites vieilles avec leurs hottes sur le dos, et qu’on serait en fait en plein milieu des rizières. Les nuages montaient lentement de la vallée et recouvraient peu à peu les rizières vertes qui s’étendaient à perte de vue. Nous sommes passées par de nombreux villages, avons croisé nombre d’homme ne faisant rien pendant que leurs femmes revenaient de la ville surchargées, plus belles que jamais dans leurs costumes d’un bleu électrique.

y11

 

  • Les minorités : à la rencontre des Hani et des Yao

Je pense pouvoir dire sans me tromper que Yuanyang a été le cœur de notre voyage en Chine et le moment où nous avons été les plus proches des Chinois, ou plus exactement des minorités chinoises. Le Yunnan est la province chinoise abritant le plus de minorités et les montagnes du district de Yuanyang ont été originellement peuplées par des peuples tibeto-birmans dont les Hani qu’on suppose être les premiers à avoir bâti des rizières en terrasses. A leurs côtés vivent des Yao et des Yi, chacun se différenciant par les couleurs et les costumes qu’il arbore. Au Yunnan les costumes traditionnels ne sont pas du folklore, ils sont encore l’habit de tous les jours et nous nous sommes vite senties étrangères avec nos jeans et nos t-shirt citadins.

y4y1

En visitant dans le sillage d’Alice nous avons pu rencontrer et côtoyer les Hani : elle nous a d’abord emmené au marché du plus grand village du coin. Ici aucune photo, cela aurait semblé déplacé et nous ne passions pas vraiment inaperçues. C’ést le marché le plus authentique où je suis allée de toute ma vie. A côté des marchands de tissus et de légumes on vendait des animaux : poules, porcs et autres. Un vrai marché à l’ancienne, bouillonnant, fascinant, entre les Hani aux couvre-chefs bleus et les Yao aux jupettes multicolores. Plein de petites femmes à la peau brunie et ridée par la soleil avec leurs hottes sur le dos.

y8

y13

 

Le soir c’était la fête annuelle pour l’entrée du parc au patrimoine de l’Unesco. Cette fois-ci l’idée était de faire la fête avec les gardes des parcs, des amis d’Alice et de danser autour du feu sur de la musique Hani – une musique qui rentrait dans la tête. A notre arrivée on a pu découvrir la tradition chinoise : chacun nous a porté un toast, mais Alice nous a vite fait comprendre qu’on ne devait pas boire à chaque fois, sinon on ne tiendrait pas la soirée. On avait au moins l’assurance que tout cet alcool ingéré préviendrait les intoxications alimentaires : poissons pêchés dans les rizières, viandes d’on ne sait quelle provenance, le festin devant nous était fameux mais on avait un peu peur pour nos estomacs !

y15

 

Alice nous a fait faire le tour de la montagne avant de nous ramener à Nansha, à 1h30 de Pugaolao. Le calme des rizières que ne brisaient que les beuglements des vaches, et les cris des porcs ; l’incroyable vue sur la montagne, les villages Hani et les rizières ; la fraîcheur enfin retrouvée allaient nous manquer. Mais c’en était fini du sud, il était temps de remonter le fleuve rouge vers le nord : direction Dali.

y5

 

Et si on lisait…des BD?

Je profite du festival d’ Angoulême pour vous présenter un article que j’avais envie de faire depuis longtemps : pour changer un peu de mes lectures romanesques voici un aperçu de mes dernières découvertes BD. Je ne suis pas une grande lectrice de BD, hormis Les fameuses Culottées de Pénélope il n’y en a d’ailleurs aucune dans mon nouveau chez moi. MAIS à Noël dans ma famille on offre des BD et pendant quelques jours tout le monde s’assoit autour du feu et dévore ces BD. On aurait même bien besoin d’un carnet pour noter qui est en train de lire quoi afin de gérer au mieux le partage de lecture. Bref en décembre je lis de vrais chefs d’oeuvres, d’autres BD seulement sympa mais dans tous les cas je redécouvre ce plaisir de la BD ! Au programme aujourd’hui: du roman graphique, un retour dans le passé et une traversée de Paris.

wp-1483973822259.jpeg

1. Les Royaumes du Nord, de Stéphane Melchior et Clément Oubrerie

Synopsis : Elevée au milieu des érudits du Jordan College d’Oxford, Lyra rêve de suivre son oncle dans ses aventures scientifiques. Mais alors que son ami Roger disparaît soudainement Lyra part à sa recherche et c’est une toute autre aventure qui l’attend dans le Grand Nord…

Mon avis: Tiré du roman du même nom, 1er tome de la trilogie « A la Croisée des Mondes » de Philipp Pulmann, cette BD est sortie quelques temps après le film – si mauvais que Philipp Pulman en avait retiré les droits au producteur et avait décidé de ne plus jamais laisser quelqu’un massacrer son roman. Mais c’était sans compter S. Melchior et C. Oubrerie qui ont du présenter un ouvrage parfaitement achevé à Philipp Pullman avant de savoir s’ils en auraient ou non les droits. Le résultat est une BD qui nous plonge en quelques planches dans le monde onirique crée par Pullman pour y suivre les aventures de Lyra, de l’ours Iorek, de lord Asriel et autre Madame Coulter.

Je la conseille à : ceux qui ont déjà lu le roman y retrouveront les mêmes sensations, ceux qui ne l’ont pas lu découvriront une histoire – peut être un peu plus difficile à suivre – mais surtout intelligente, inventive, poétique et romanesque qui donnera forcément envie de lire le roman !

En bonus: chronique BD de Pénélope Bagieu chez Mademoizelle sur “Les royaumes du Nord”. Indice: elle a aimé.

wp-1483973806274.jpeg

2. Ninn, de Jean-Michel Darlot et Johan Pilet chez Kennes édition

Synopsis : Fille adoptive de cheminots Ninn est passionnée par le métro parisien, son royaume qu’elle arpente nuit et jour quitte à sécher quelques cours…Mais peu à peu des événements étranges surviennent, et Ninn s’aperçoit que le métro cache un monde plus vaste que ses 14 lignes et ses quelques stations fantômes : Quelle est donc cette mystérieuse ligne noire ? Et si ses recherches lui en apprenaient plus sur son propre passé ?

Mon avis: Je ne peux plus prendre le métro parisien sans penser à cette BD, et j’imagine à mon tour le monde merveilleux qui pourrait se cacher sous ces galeries de rails. En d’autres termes : J’ai adoré cette BD ! Le dessin n’est pas forcément attrayant au premier abord, le sujet, bien qu’original, n’est pas passionnant – je passe ma vie dans le métro, pourquoi voudrais-je lire une BD dessus ? – mais très vite l’histoire se révèle bien plus merveilleuse qu’elle n’y paraît. Et ça parle à notre imaginaire. Le métro devient alors un lieu où toute les histoires sont possibles : comme un vieux château, un lac de forêt ou une falaise battue par les vents.

Je la conseille à: tous. Jeune public comme moins jeune, cette BD devrait toucher l’imagination de tous ceux qui aiment les romans d’aventure. Et bien évidemment ce n’est pas que pour les Parisiens!

wp-1483973878397.jpeg

3. Le château des étoiles, Alex Alice chez édition des deux sèvres

Synopsis : 1868, la scientifique Claire Dulac disparaît à bord de son ballon gonflé à l’Ether. Alors qu’ils essaient de passer à autre chose son fils et son mari sont victimes d’une tentative d’enlèvement des Prussiens, pour y échapper une seule solution : accepter la mystérieuse invitation du roi Ludwig de Bavière et se rendre dans son château au sommet de la Montagne. L’Ether serait-il la clé de la conquête des étoiles ?

Mon avis: Voilà une uchronie scientifique et historique qui touche les plus rêveurs (moi par exemple). Monde merveilleux et onirique – décidément j’aime ça – qui jongle entre le roman historique, Jules Verne et la science fiction. Le nouveau petit d’Alex Alice est une superbe découverte qui nous emmène d’une Bavière de contes de fées à l’espace fantasmé du XIXe siècle. Outre l’histoire originale, les dessins sont magnifiques, j’ai notamment beaucoup apprécié les couleurs pastels très utilisées.

Je la conseille: A tous. La BD plait, apparemment, beaucoup aux scientifiques – dans ma famille en tout cas – et pour les non scientifiques un conseil : laissez tomber si vous ne comprenez pas tout aux explications de physique et de chimie, ce n’est pas le plus important, laissez vous happer par l’atmosphère singulière, poétique et mélancolique de cette BD !

wp-1483973986475.jpeg

4. Siegried, d’Alex Alice chez Dargaud

Synopsis : ni plus ni moins que l’histoire de Siegfried le héros de la légende germanique des Nibelungen. De l’enfance de Siegfried à la réalisation de sa destinée – tuer le dragon qui couve le trésor des Nibelungen – cette adaptation libre de la légende nous emmène à travers le royaume légendaire d’Odin et des Walkyries.

Mon avis: Si certaines planches sont magnifiques j’ai moins aimé le graphisme que dans « Le château des étoiles », mais c’est un vrai plaisir de se plonger dans la légende de Siegfried, d’aimer et de détester les Nibelungen, de contempler un héros face à son destin. L’ouvrage est sorti en un gros volume, ce qui permet de tout lire d’une traite, un peu comme un gros roman. Et qui refuserait de passer une après-midi d’hiver en pleine légende germanique ?

Je le conseille : Aux fans de Vikings, de Tolkien et de Wagner, évidemment !

p1060057

5. Les Culottées, de Pénélope Bagieu chez Gallimard

Est-il encore besoin de présenter les Culottées de Pénélope Bagieu dont le 2nd tome est sorti cette semaine? Pour ceux qui ne connaitraient pas, il s’agit d’un recueil d’histoires de femmes, féministes ou non, paru originellement dans Le Monde et devenu BD. Des histoires qui inspirent et montrent qu’à toutes les époques des femmes se sont levées contre leur condition féminine et ont osé réaliser leurs rêves, vivre leurs passions. Il ne tient qu’à nous d’en faire de même…

p1060058

Justine et le PVT en Australie

Pour lancer ma nouvelle rubrique d’interview d’expats – idée piquée du blog de Mathilde (eh oui encore!) – j’ai fait appel à ma Justine, une amie élève du barreau de Paris qui a pris une année de césure pour vivre sous le grand air australien. Travailler, voyager, galérer un peu : comment ça se passe concrètement une année de PVT en Australie? Justine a accepté de répondre à mes quelques questions et devinez quoi…ça donne sacrément envie de partir!

Qu’est ce que tu es allée faire en Australie?

J’ai décidé de partir une année à l’autre bout du monde, en Australie, afin d’apprendre l’anglais. Mais le projet linguistique s’est vite transformé en roadtrip ! J’ai voyagé la moitié de mon séjour, et travaillé en tant que jeune fille au pair dans une famille australienne l’autre moitié.

Où vivais-tu?

J’ai vécu à Brisbane, dans l’état du Queensland. C’est la 3ème plus grosse ville d’Australie mais c’est une ville à taille humaine assez isolée. Le climat subtropical assure une météo idéale, avec un hiver dont les températures oscillent entre 15 et 20 degrés. Cet hiver très doux a été un argument déterminant dans le choix de mon lieu d’établissement, outre le coût de la vie nettement moins élevé qu’ailleurs.

Il est assez facile de dénicher une chambre en colocation sur du court terme, mais les prix sont plus élevés que sur le long terme. La grande flexibilité de ce type de location se paye, il suffit de payer un « bond », une sorte de caution, et c’est tout ! En revanche, tout est basé sur la confiance, il n’y a aucune trace écrite sur les locations « short term » , il faut donc être prudent.

Trop fière de ma maison sur roue retapée par mes soins.
Trop fière de ma maison sur roue retapée par mes soins.
13012645_10209782448903727_9192114217344921055_n
S’arrêter dans des lieux tout droit sortis de films.

Quelles difficultés as-tu rencontrées lors de ton arrivée?

En PVT il n’est pas si facile de trouver un emploi : on ne peut travailler que 6 mois d’affilée pour un même employeur. Personnellement, j’ai commencé à chercher un job quelques mois avant l’expiration de mon visa, ce qui m’a beaucoup pénalisée. Il existe aussi une concurrence réelle avec les étudiants qui ont peu de cours à l’université, mis dans  l’obligation de travailler à cause du prix très élevé des frais de scolarité. Enfin, la barrière de la langue est une difficulté supplémentaire.

Le plus facile est d’opter pour un travail de récolte à la  ferme,  mais il est indispensable d’avoir une voiture – la voiture est indispensable dans ce pays –  d’être mobile, et d’avoir conscience de la précarité de ce type de poste. A titre d’exemple, j’ai parcouru 2300km d’une traite, en 3 jours, pour rejoindre une ferme productrice de citrons qui m’avait offert du travail. A mon arrivée, l’exploitant m’a annoncé que le cours du citron avait baissé, et que par conséquent, il me faudrait rester dans les environs en attendant son appel… 15 jours plus tard, toujours rien !

Pour ce qui est de trouver un van il existe un véritable marché pour les backpacker. L’idée consiste à acheter un utilitaire à un entrepreneur et à lui offrir une seconde vie en le transformant en campervan. Personnellement, j’ai acheté un utilitaire affichant 200 000 kms au compteur afin de l’aménager (compter 3000 dollars la vieille camionnette, au moins 1000 dollars d’équipement, et 1000 dollars d’assurance).

On roule, on roule sans s'arrêter dans le désert australien.
On roule, on roule sans s’arrêter dans le désert australien.

Quelles sont les différences notables entre l’Australie et la France?

La bouffe et la culture ! C’est en s’expatriant que l’on réalise la richesse de notre gastronomie et de notre histoire ! Originellement, l’Australie est une terre aborigène. L’histoire de l’Australie est donc essentiellement celle de sa colonisation, qui est relativement récente (18, 19ème siècle). Il n’y a donc pas de beaux châteaux à visiter, mais plutôt des buildings !

Quelles habitudes as-tu prises dans ton pays d’accueil? 

La principale habitude que j’ai prise en Australie est liée au rythme de vie. J’ai appris à vivre à l’heure australienne, c’est-à-dire en fonction du rythme du soleil. Celui-ci se lève entre 5 et 6h du matin, l’on prend vite l’habitude de se lever entre 6h30 et 7h du matin, y compris le weekend. Les australiens sont des lève-tôt, et des couche-tôt, à 22h les rues se vident.

Une année remplie de visites et de découvertes?

J’ai parcouru tout la côte est de l’Australie à bord de mon van, en allant de Cairns (grande barrière de corail, nord du Queensland) à Melbourne, en passant par le désert d’Alice Spring. Je n’ai pas pu visiter la côte ouest, les distances étant trop longues, il aurait fallu une année complète de voyage pour parcourir toute les côtes australienne en van (ce que font d’ailleurs beaucoup de backpacker !) Mais je souhaitais également me poser pour travailler.

La vie au grand air et ses nombreux avantages: le feu de bois au milieu du désert.
La vie au grand air et ses nombreux avantages: le feu de bois au milieu du désert.
Pause photos dans de désert.
Pause photos dans le désert.

Que conseillerais-tu absolument de voir ou faire en Australie?

Incontestablement, le Red Center, autrement dit le désert  d’Alice Spring ! Ce fut une expérience incroyable, le seul fait d’évoquer ce périple m’émeut ! Pour atteindre le désert, il faut d’abord parcourir 2000 km de no man’s land. Une seule route qui s’enfonce aux confins de l’Australie profonde, là où la terre orangée est sèche et rocailleuse. Des milliers de kilomètres de plaines désertiques, avec parfois une ligne de train de marchandises, quelques vaches faméliques.  Les arrêts dans les stations essence sorties de nulle part valent le détour, non pas pour le prix exorbitant du carburant, mais pour l’atmosphère très « far west ». La rencontre de ces gens qui vivent dans le grand outback, à 1000 km d’une ville, est une expérience en elle-même. Le « Territoire du Nord » que l’on traverse est également peuplé en grande partie d’aborigènes, qui vivent dans des réserves interdites aux touristes. Mais l’on en rencontre beaucoup dans les stations essence, qui font office de boutique d’approvisionnement en chips, coca et autre malbouffe. Bon nombre d’aborigènes en raffolent, perdus bien loin de leurs racines et de leur culture ancestrale.

L’arrivée à Alice Spring, la porte d’entrée du Red center, est un moment fort car il marque la fin d’un long périple. Commence alors la grande aventure du désert, ses paysages époustouflants, la chaleur écrasante et les nuées de mouches qui nous poursuivent sans relâche ! Pour les sites les plus touristiques, cela signifie aussi une horde de cars de touristes chinois, tout beaux, tous propres, armés de leur appareil photo.

La terre ocre d'Alice Springs.
La terre ocre d’Uluru, le rocher sacré des Aborigènes.
Au sommet d'Uluru.
Au sommet d’Uluru.

Autre lieu typique incontournable : le nord du Queensland, ce territoire hostile et moite. C’est une ambiance unique, bien loin du cliché du surfeur australien à Sydney. Le climat y est tropical, l’atmosphère est lourde, moite et humide. Un parfait vivarium qu’affectionnent particulièrement les crocodiles et autres espèces dangereuses en tout genre. Il est interdit de se baigner dans la moindre petite creek d’eau, la baignade y est extrêmement dangereuse. Dans un autre genre, les méduses tueuses peuplent les eaux de Cairns pendant la saison des pluie. Charmant.

Là bas, l’Australien, c’est un vrai gars du pays, qui te dit « Hey mate » quand il te voit, assassine l’anglais avec son accent écorché, porte le grand chapeau en paille et la chemise à carreaux. La conversation du coin de rue ? La chasse au crocodile en mer. Rien ne leur fait plus plaisir que de parler des captures de crocodiles (relâchés dans des parcs) avec force  détails pour terroriser le touriste facilement impressionnable.

Cairns, au nord du Queensland. Entre grande barrière de corail et mangroves.
Cap tribulation – la région la plus au nord du Queensland après laquelle il n’existe plus de route bitumée.
12928214_10209566086894812_373650448367325193_n
Le lagon de Cairns: impossible de se baigner dans l’eau à cause de sa mangrove trop dangereuse

Des endroits où sortir ou faire la fête?

Je ne suis pas allée en Australie pour faire la fête, je n’étais pas du tout attirée par les sorties en bar. Je passais mes weekend à parcourir le pays, y compris lorsque j’étais basée à Brisbane. Et puis, en Australie, la vie est chère ! L’alcool est surtaxé, il faut donc avoir les moyens de prendre un verre, c’est quand même un budget !

Une spécialité culinaire ou culturelle que tu as adorée?

Un plat ? Non, sans déconner, on est en Australie. Leur grande fierté nationale, c’est une sorte de pâte à tartiner industrielle  (Vegemite) qui est une spécialité australienne. Immonde.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié le savoir-vivre australien, à tout point de vue. La vie  est agréable, je n’ai pas ressenti le stress et l’agacement généralisé qui existe à Paris. Les gens prennent les transports en commun calmement, ils font sagement la queue pour monter à bord, tout le monde paie son ticket. A la moindre question, l’on s’empresse de vous répondre avec moult détails, et quelques questions personnelles au passage. Autre point très important : le rythme du travail est plus léger qu’en France. Il est impensable de réaliser les horaires des avocats d’un cabinet d’affaire parisien, 18h30/19h c’est un grand maximum pour quitter son travail.

Au Mont Sanders, point culminant des McDonell Rangers.
13077063_10209782444623620_5684775739695091657_n
At the top of the world…ou le “Territoire du nord”.

Est-il facile de rencontrer des gens?

La barrière de la langue est bien évidemment un grand frein pour le contact local. Les étrangers ont tendance à rester ensemble, il est difficile d’approcher les « vrais australiens », qui font leur vie. En revanche, ils sont très ouverts à la discussion et curieux à propos de la France. J’ai été interpellée par une multitude de passants qui s’amusent à balancer tous les mots de français qu’ils connaissent (Madame, merci !). Il est facile d’engager la conversation, qui tourne d’ailleurs facilement vers des sujets politiques.

Que t’a apporté ce voyage?

Un voyage d’une telle ampleur, sur une année entière, laisse forcément des traces profondes. Ce périple se transforme vite en voyage initiatique, presque méditatif. Le fait de se déconnecter entièrement de la civilisation, de  l’environnement quotidien, des influences extérieures, permet de se recentrer sur l’essentiel et de faire une profonde retour sur soi-même. Les rencontres, le fait de découvrir des modes de vie totalement différents sont autant de claques qui remettent en question tous vos acquis culturels, tout ce qu’on vous inculque depuis l’enfance.

Un exemple: ce couple assez âgé rencontré lors de mon périple vers Alice Spring.  Alors que le van était embourbé, un bonhomme est venu me secourir en courant, armé de sa pelle, et n’a pas hésité à se salir pour m’aider. Non content de ce sauvetage, il m’invite à boire un café dans sa superbe caravane tout confort, avec sa femme. Je découvre que ce vieux couple mène une vie nomade et itinérante, ils voyagent à travers l’Australie pour vendre du matériel de camping, et vivent dans leur caravane. Ils expliquent alors qu’ils perçoivent la vie comme une grande aventure, ils me disent d’oser, de foncer, d’enlever les barrières qui n’existent que dans ma tête. Je me souviendrais toujours de ce geste, mimant avec ses mains l’acte de me retirer de la tête les obstacles mentaux. Ecoute un vieux qui a l’expérience de la vie me disait-il, et sors de ton étau. Cet homme, qui me connaissait à peine, a su m’analyser, prenant soin au passage de me sermonner. Encore un discours qui donne matière à réflexion et qui bouleverse vos conceptions préfabriquées de la vie.

Seule au milieu du désert. Méditer, déconnecter et se retrouver dans l'immensité de la nature.
Seule au milieu du désert. Méditer, déconnecter et se retrouver dans l’immensité de la nature.
Coucher de soleil sur Cairns
Coucher de soleil sur Cairns

Et si tu devais t’expatrier…?

Si je devais m’expatrier, ce serait incontestablement en Australie, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce pays.

Quels conseil pour quelqu’un qui prépare son PVT en Australie?

Inutile de tout préparer et de tout organiser minutieusement, le voyage c’est aussi l’imprévu et l’improvisation. Il convient juste de tracer un itinéraire de base, en prenant soin de regarder les saisons. Il existe différents climats en Australie, notamment une saison des pluies dans le nord du Queensland. Il faut en tenir compte pour dessiner son l’itinéraire,  l’idéal étant de voyager l’été dans le sud de l’Australie pour éviter l’hiver frais, puis de remonter dans le Queensland après la saison des pluies.

Faire quelques repérages pour l’aspect pratique (comment ouvrir un compte bancaire, le téléphone, l’assurance santé, faire un stock de médicaments…), s’informer sur les grandes enseignes bon marché etc.

Enfin s’interroger aussi sur la ville où vous déciderez de vous fixer si vous souhaitez travailler en dehors des fermes : tout dépend alors de vos aspirations. Il y a peu de villes, peu de choix mais il ne faut pas se tromper: si vous vous ennuyez ferme sur la côte ouest assez sauvage et peu habitée, il faut parcourir plusieurs milliers de kilomètres pour rejoindre Sydney.

Un petit tour par GReat Ocean road pour finir cette année en beauté.
Un petit tour par Great Ocean road pour finir cette année en beauté.

15626025_10212063375885476_7019327707370410641_o

Un autre PVT ça te tente?

Si je voulais faire un PVT pour le fun, en dehors de toute contrainte linguistique, je choisirais l’Argentine pour un dépaysement total !Je n’envisagerais pas de m’installer dans un pays que je ne connais pas, mais je serais ouverte à l’idée de refaire une expérience d’une année ailleurs, aux Etats-Unis par exemple. Toutefois il n’y a pas de PVT dans ce pays, qui est donc peut accessible.

On parle beaucoup de la mauvaise réputation des Français en Australie, tu en as ressenti les effets?

En effet, il y a eu quelques mauvaises expériences avec des backpacker, qui dans leur volonté de faire des économies, peuvent avoir tendance à abuser en ne voulant rien payer et faire le « squatteur », mais cela ne concerne pas que les Français. La grande majorité des backpacker qui sillonnent  l’Australie sont de nationalité allemande et française, donc forcément, nous sommes dans le viseur. Nous avons aussi une réputation de grande gueule, car nous avons tendance à être  plus direct que les Australiens qui sont plus précautionneux pour dire le fond de leur pensée. J’ai eu quelques réflexions du type « c’est le french style » à propos d’un désaccord avec un bailleur, mais en dehors de ça je n’ai pas ressenti  d’hostilité spécifiquement anti-française. D’un point de vue plus général, c’est la France en tant que pays qui a une mauvaise image : insécurité, immigration non contrôlée, attentats terroristes, Union européenne totalitaire, voilà ce que j’ai souvent entendu.

Info: pour trouver un logement LE site par excellence est gumtree

Des paysages toujours aussi grandioses.
Des paysages grandioses, partout. c’est ça avant tout l’Australie.