Interview d’expat – Jéromine en Grèce

Je reviens tout juste de près de deux semaines en Grèce où je suis allée voir ma super copine Jéromine que vous connaissez peut-être pour être l’auteure du blog l’archivoyageuse. Elle s’est installée à Athènes il y a un an, j’ai un peu tardé à aller la voir mais mieux vaut tard que jamais et cinq ans après nous étions à nouveau réunies dans la capitale grecque qu’on avait découverte ensemble. C’était l’occasion idéale pour la soumettre à l’interview d’expat, d’autant plus intéressant que ce n’est pas LA destination phare  pour s’expatrier. Alors c’est comment la vie en Grèce?

Salut Jéromine, qu’est-ce que tu es donc venue faire en Grèce?

Je suis à Athènes pour effectuer un Volontariat International en Administration, en tant qu’archiviste à la photothèque de l’École française d’Athènes, poste auquel j’ai postulé après que tu m’aies envoyé l’offre d’emploi. Je suis arrivée en septembre dernier, avec un contrat d’un an.

Et où est-ce que tu vis?

J’habite dans le quartier de Neapoli, au nord-est du centre historique d’Athènes. J’ai choisi cette zone pour la proximité avec mon lieu de travail, qui n’est qu’à une vingtaine de minutes à pied. Après dix mois je peux dire que j’aime beaucoup l’endroit où je vis, les touristes y sont peu présents, aussi je vis entourée de Grecs qui mènent une vie “normale”, et non de boutiques de souvenirs ou de restaurants attrape-touristes comme on peut en trouver à Monastiraki. Le centre et ses attractions restent quand même à proximité, me permettant de profiter pleinement de la ville.

P1070957
Monastiraki au centre d’Athènes

Il y a des différences importantes avec la France?

La plus grosse différence avec la France est au niveau des prix. Par exemple, alors qu’à Paris je payais 700 euros pour un 30m², ici je ne paye que 450 euros par mois pour un 85m² avec un grand balcon. Aller au restaurant, boire un coca en terrasse ou faire ses courses au marché revient également bien moins cher. Évidemment les salaires aussi sont  inférieurs aux nôtres, le SMIC se situant aux environs de 500 euros par mois.

Autre différence, le rythme horaire : les Grecs commencent leur journée de travail tôt, certains services tels que la poste ou la compagnie d’électricité sont ouverts dès 7h30, et finissent tôt également. Je travaille de 8h à 15h30 tous les jours. Ils déjeunent après le travail, aux alentours de 15h-16h, pour ensuite ne dîner que vers 21h-22h. Enfin, il faut quand même le souligner, les Grecs sont bien plus portés sur la discussion avec un inconnu que les Parisiens. Au marché, dans le taxi, au restaurant, on vous demandera d’où vous venez, ce que vous faites ici, si vous vous plaisez à Athènes, ce qui rend le quotidien assez agréable, notamment en arrivant dans un pays où l’on ne connait personne.

egine
Egine – Ile du golfe saronique à seulement une heure d’Athènes

 

Ca a été difficile de s’installer et de s’adapter?

Je n’ai pas eu de difficultés particulières en arrivant puisque j’ai la chance d’avoir trouvé un appartement avant de quitter la France, et que je travaille entourée de Français et de Grecs qui m’ont aidée dans mes démarches administratives.

J’ai eu du mal à me faire à la température de mon appartement pendant l’hiver. En effet, dans la plupart des immeubles athéniens le chauffage est collectif, et ne fonctionne que quelques heures par jour. Comme il ne fonctionnait pas chez moi, j’avais des radiateurs électriques qui étaient à la fois insuffisants à chauffer l’ensemble de mon appartement, et également un puits à argent, puisque l’électricité coûte très cher ici. De plus les appartements sont très mal isolés, et c’est un sujet de discussion assez récurrent, de savoir si l’on arrive à se chauffer assez chez soi.

Enfin, j’avoue être encore très agréablement surprise chaque samedi lorsque je me rends au marché et qu’avec moins de 10 euros je remplis mes sacs d’œufs, pommes de terre, carottes, pommes, tomates et autres légumes.

IMG_5792

Il y a des choses qui te manquent de la France?

J’en suis la première surprise mais à part les gens, la France ne me manque pas, que ce soit au niveau des courses au supermarché ou des sorties, qui sont à peu près les mêmes. En y réfléchissant je pourrais dire certains gâteaux et sucreries pour lesquels les rayons sont bien plus petits ici, avec beaucoup moins de choix, ou alors le fait d’aller danser en boîte, car si les Grecs sortent beaucoup, ils ne vont pas beaucoup danser

Quelles habitudes as-tu prises ici ?

La principale habitude que j’ai prise ici est de marcher beaucoup plus qu’à Paris. En effet, même si le métro existe, il n’a que quatre lignes, et les stations sont très espacées les unes de autres. Les bus ne passent pas toujours même lorsqu’ils sont indiqués, et j’en ai déjà attendu un plus de trente minutes avant de renoncer. Aussi je me déplace la plupart du temps à pied.

 

IMGP0694 - Copie
Chypre – vivre à Athènes c’est aussi l’occasion de faire des weekend là où on aurait jamais pensé aller.

Quelles découvertes as-tu faites ? Quels voyages sont prévus ?

J’étais déjà venue à Athènes il y a cinq ans pour visiter, mais je me suis rendue compte en y habitant à quel point la ville ne se résume pas à son centre historique avec le quartier de Plaka et l’Acropole. En effet, il suffit de marcher une vingtaine de minutes pour être dans le quartier anarchiste d’Exarcheia, avec ses librairies, son street-art présent partout et ses petites terrasses. Ma découverte principale est que même si Athènes est principalement connue pour ses sites archéologiques, elle a bien plus à offrir et qu’il ne faut pas hésiter à se balader au hasard.

IMGP0753
Le quartier anarchiste d’Exarcheia et ses nombreux tags

Je profite de mon temps ici pour voir le plus que je peux du pays, je suis allée visiter le site archéologique de Delphes, les Météores, des monastères orthodoxes perchés sur des blocs rocheux presque aussi lisses que des galets, les îles d’Égine, Hydra et Skiathos, et surtout je me suis bien baladée dans le Péloponnèse, avec plusieurs séjours et excursions, à Mycènes, Mystras, Nauplie, Méthoni, Ermioni, Monemvasia. J’ai aussi profité des vols pas chers pour aller passer un week-end à Chypre, cette île-état coupée en deux, avec une partie aux influences turques et une partie aux influences grecques.

Je ne sais pas si je vais visiter d’autres endroits de Grèce pendant les deux derniers mois qui me restent, mais j’espère profiter encore un maximum de la ville d’Athènes, en visitant les musées que je n’ai pas encore vus, et en allant à l’Acropole.

imgp1207
Ile d’Hydra – la perle de la mer Egée dans l’archipel des îles Saroniques

 

Qu’est ce que tu conseillerais de faire à Athènes ou en Grèce ? Que préfères-tu de la Grèce ?

Une des choses que je conseille vraiment de faire à Athènes est de se rendre au sommet de la colline du Lycabette pour y voir le coucher du soleil (par temps découvert bien sûr). La montée nécessite une demi-heure de marche, et une fois au sommet on a une vue à 360° sur la ville, on voit l’Acropole, la mer et même Égine, tandis que le soleil se couche sur les montagnes. C’est un très beau spectacle, qui a en plus l’avantage d’être gratuit.

Coucher de soleil sur le #montlycabette #sunset #lycabettus #athens #greece #visitgreece

A post shared by Jéromine Gilet (@jeromine.g) on

Je recommande sinon vraiment d’aller voir les Météores, je n’avais jamais vu d’endroit qui y ressemble ailleurs. Dernièrement j’ai passé un week-end sur l’île de Skiathos, qu’on m’avait décrite comme une deuxième Mykonos, et en fait j’ai été agréablement surprise, je l’ai préférée dix fois à Mykonos !

IMGP0135
Le Mont Lycabette – incontournable pour voir le plus beau coucher de soleil d’Athènes.

 

Est-ce difficile de vivre dans un pays “en crise” ?

J’ai la chance de vivre en Grèce tout en étant payée par la France, ce qui me permet d’avoir un niveau de vie supérieur aux locaux, aussi je ne ressens pas personnellement la crise. Je constate cependant les effets de la crise en voyant les rideaux de fer de certaines boutiques en permanence fermés, ainsi que les immeubles dont la construction n’a pas été achevée et qui semblent être laissés à l’abandon.

De plus, les Grecs ayant des difficultés à payer leurs factures, la compagnie d’électricité offre une compensation financière à ceux qui payent à temps, ce qui n’arriverait jamais en France. Cependant, et c’est une Grecque qui me l’a dit, en dépit de cette situation qui s’éternise, les Grecs continuent de faire la fête, de se retrouver au restaurant ou pour boire un verre, et l’ambiance générale est assez festive, ce qui est très agréable au quotidien.

IMGP1118
Les gorges du Bardon sur la route entre Argos et le sud du Péloponnèse. Quand on visite la Grèce les routes valent souvent autant le voyage que la destination finale.

Une spécialité culinaire ou culturelle que tu adores?

Sans hésiter le souvlaki, sandwich constitué de viande grillée, avec tomates, oignons et tzatziki enveloppés dans un pain pita. Je vais très souvent en manger, dans le même petit restaurant près du métro Syngrou-Fix, et je prends la version avec une brochette de poulet. Pour seulement 2,40 euros on a un très bon sandwich, et moi qui n’aimais pas les sandwichs grecs en France, ici j’en suis fan.

IMGP0293
Manger à Athènes : entre le Tzatsiki et les souvlakis il y a de quoi se faire plaisir pour pas cher.

Et c’est facile de rencontrer des gens?

J’ai choisi d’utiliser le réseau Couchsurfing pour rencontrer des gens en dehors du travail. Plusieurs évènements sont organisés, des soirées dans un bar, des rassemblements pour faire connaissance ou encore des randonnées et excursions à la journée.

P1070493
Les Météores en Thessalie

De quoi parle ton blog ?

J’ai créé mon blog il y a trois ans, à l’occasion d’un voyage de quatre mois en Asie du Sud-est, et j’ai continué de l’alimenter avec mes récits de voyage et mes vidéos. Depuis septembre dernier j’y parle aussi de ma vie quotidienne à Athènes, de ce qu’il y a à voir et à faire, de la vie d’expat’. Et sinon j’ai commencé une série d’interview des voyageurs que j’héberge via le Couchsurfing, pour mettre en avant ce système alternatif de voyage, et montrer la diversité des jeunes qui voyagent, pourquoi ils le font, ce qu’ils attendent de l’Europe, de la Grèce.

Et après Athènes ?

Je quitte Athènes fin août, et j’ai pour projet de partir en PVT en Amérique latine en janvier 2018.

IMG_5784
Monemvasia

Athènes en un Week-end

Enfin arrivées à Athènes!

Après 5 mois d’attentes, de rêveries, d’impatience, et 3 heures d’avion, nous posons enfin le pied sur le sol grec. Aucun mal pour trouver le bus qui nous emmène à la place Syndagma face au parlement, ni pour parcourir les dix minutes qui nous séparent de l’AJ. On longe le jardin national en frôlant les colonnes du temple de Zeus et nous y sommes. La simple vue de ces colonnes en pleine rue nous dépayse totalement, les Athéniens y sont habités, c’est surement comme passé près du musée de Cluny à Paris pour nous.

L’AJ nous accueil avec deux verres de ce qui ressemble à du raki, ou plutôt deux shots qu’on est invitée à prendre sur le toit-terrasse plein de coussins où les jeunes s’allongent et discutent, le tout sur on fond de soleil couchant, face au Parthénon.

Première approche d’Athènes: AWESOME!

La seconde nettement moins. Nous ressortons pour dîner dans Plaka, mais le quartier est bien trop touristique, et nous finissons dans un restaurant lambda où, au moins, les salades grecques ne sont pas trop mauvaises. Mais nous sommes un peu déçues par l’ambiance générale.

P1010469

La découverte de l’Acropole.

Ce fut surement l’une des journée les plus chaudes de ma vie: bien que s’étant levées tôt, nous ne sommes pas arrivées à l’Acropole avant 11h, mais bonne surprise, les lieux culturels sont gratuits en Grèce pour les étudiants, nous ne paieront donc pas un euro pour visiter. Le temps de monter par le Péripatos nous parvenons au toit de l’Acropole sous le soleil de midi. En chemin nous contournons le théâtre de Dyonisos et celui de l’odéon d’Hérode Atticus, qui date de l’époque romaine et alors occupé par des techniciens qui organisent la représentation d’une pièce d’Aristophane le soir même. On longe  l’Acropole, peut-être est-ce d’ici qu’elle est la plus impressionnante, vue sous ces immenses murailles, juchées sur un rocher et qui semblent nous écraser du poids de leur années.

Nous arrivons sur les Propylées (les escaliers) noirs de monde. Les groupes de touristes ont déja pris d’assaut les antiques vestiges à coup de parapluies colorés pour que chacun reconnaisse son guide. Le spectacle de l’Acropole envahie de cette foule grouillante dont nous faisions parti amoindrie forcément un peu l’impact de ce lieu, mais une fois qu’on est parvenu à en faire abstraction, sa grandeur demeure indemne.

Temple d’Athéna Niké, Erechteion, Parthénon. Nous avons tout vu, tout photographié, tout commenté. En plus des vestiges, l’Acropole offre une vue exceptionnelle sur Athènes et sur la colline de la Pnyx face à nous. Il est difficile de redescendre se mêler à la foule des mortels tant on se sent bien au milieu des dieux, mais le soleil tape trop fort et nos estomacs gargouillent, il est temps de trouver à manger.

P1010501

Il n’y a pas que les salades grecques!

Il est temps de parler de nourriture, car la Grèce ce n’est pas que les salades et les oliviers.

Nous sommes donc redescendus vers Plaka que nous avions si peu appréciée la veille, pourtant l’ambiance y était plus agréable en journée. Nous nous arrêtons à un restaurant indiqué par le guide et commandons une formule avec une dizaine de plat parmi lesquels nous choisissons cinq mets: le tarama, les espèces de poulet (cf. photos ci dessous), les boulettes de viande, les patates, et surtout le Tzatziki, pour lequel nous avons redécouvert notre amour et qui est resté notre principale, et presque unique, nourriture pour le reste du séjour.

Enfin, pas tout à fait, le soir même on a expérimenté deux plats locaux: les calamars frits pour Jéromine, qui, maintenant je le sais, en raffole, et de la viande avec (encore) du tzatziki pour moi. Une fois dans les îles  nous avons découvert un autre plat qui nous permettait de manger beaucoup, bien et pas cher: le gyros pita, ce qu’on pourrait appelé “un grec” chez nous, mais avec un pain bien meilleur, et un sauce ressemblant très franchement à du tzatziki tout simple. Plat idéal pour les midis, pour manger tout en se promenant.

Promenade dans Plaka.

Retournons à nos aventures: après s’être remplies la pense, et avoir bu des litres et des litres d’eaux, on s’est baladé à travers le quartier, qui, en cette heure de la journée, s’est avéré être relativement désert. Plaka est un endroit vraiment beau, difficile de croire qu’il s’agit d’un quartier peuplé d’une capitale, on se croirait dans un petit village, les rues sont étroites et pavées, montant et descendant vers l’Acropole avec des marches, dans chaque rue, une myriade de restaurants où les serveurs font la devanture et essaient d’attirer le client. Dans les rues adjacentes on n’entend presque plus de bruit, les plantes grimpent au fenêtre, on trouve des scooter égarés, des petite terrasses privées. Toutes les maisons sont colorées.

Nous nous dirigeons vers l’Agora et on découvre qu’il y a pire que l’Acropole à midi: l’Agora sous le soleil de 15h. Le site n’est pas très bien conservé et il est donc difficile de se faire un idée de l’intensité de la vie politique en ce lieu, on contourne un temple assez bien conservé qui donne une superbe vue sur l’Acropole en surplomb puis on se fait ejectées de l’Agora qui ferme.

On se rabat alors que le cimetière de la céramique…lui aussi fermé!

P1010555

Une oasis de fraîcheur: le jardin national.

J’ai l’idée d’aller au jardin national que nous avions vu en arrivant la vieille. Problème, le jardin est à l’autre bout de la ville, il faut remonter l’intégralité de l’avenue Ermou pour y parvenir. Prenant notre courage à deux mains, malgré la chaleur qui nous martèle le crâne on commence à marcher. On s’aperçoit vite que cette avenue est en fait LA rue commerçante d’Athènes, la dure marche apparaît plus agréable que prévue. De Zara en H&M, de climatisation en climatisation, en contournant une jolie église orthodoxe plantée au centre, on parvient finalement à la place syndagma d’où s’ouvre le jardin national. En vraies occidentales, on profite d’un petit détour par le McDo de la place pour s’acheter une glace à déguster dans le parc.

Le jardin est ombragé, TRES ombragés. On parcourt avec plaisir les allées, atterrissant sur des kiosques, des fontaines, des volières. Nos pas nous mènent à l’extrémité du parc, devant la demeure royale où nous assistons à la relève de la garde (surement encore plus ridicule qu’en Angleterre). On repart finalement vers les colonnes de Zeus et notre AJ.

P1010578