La Phocide – le nombril du monde?

A l’heure où tout le monde part en Corse, en Italie, ou au bout du monde, un seul moyen de se sentir encore en vacances alors que je retrouve chaque matin mon métro et mon RER en direction de la banlieue nord : vous raconter enfin mes vacances en Grèce !

Je louchais depuis pas mal de temps sur toutes les photos que ma copine Jéromine postait sur instagram et sur son blog, et ça me titillait de plus en plus de visiter la Grèce continentale que je ne connaissais pas du tout. Pourtant tous ces noms font rêver et évoquent quelque chose, de vieux mythes: la Béotie, la Phocide, la Thessalie, l’Argolide…

C’est donc par région que je vais organiser ce récit de voyage et pour cette première étape, rendez-vous donc en Phocide. Le but? Rien de moins que le nombril du monde: Delphes.

Voiture pleine, GPS allumé, playlist en marche…nous voici en route pour la Phocide.

P1070409

 

La Phocide c’est cette région qui se trouve au nord du golfe de Corinthe, et dont le point culminant parle particulièrement aux Parisiens puisqu’il s’agit du Mont Parnasse, le vrai, celui sur lequel on peut faire de l’escalade et du ski et qui offre une vue magnifique sur la région. C’est sur ses pentes que se cache le sanctuaire de Delphes, autrefois nombril du monde et aujourd’hui complètement à l’écart des grandes voies de circulation.

Mais Delphes c’est le but de cette première étape et en bon road trip qui se respecte il faut s’arrêter en chemin pour bien profiter du pays et du paysage; on s’est donc arrêtés quelques kilomètres avant le sanctuaire pour visiter un autre sanctuaire, chrétien cette fois : le monastère d’Osios Loukas.

P1070380

 

Osios Loukas : l’arrêt mosaïques du séjour

En voilà un détour qui vaut le coup. D’abord parce que Osios Loukas est pratiquement sur la route de Delphes et que Delphes n’est qu’à 2h d’Athènes ; ensuite parce que ce monastère est tout de même au patrimoine de l’Unesco ; enfin parce que le lieu est superbe.

Construit au XIe siècle, sur la base d’une église datant du Xe – c’est vieux – c’est un des monastères byzantins les mieux conservés de Grèce. Non seulement on y voit des mosaïques pas dégueu, même si après Ravenne je suis un peu plus difficile au niveau mosaïques, mais aussi simplement pour l’architecture de l’Eglise qui en jette pas mal à mon goût.

P1070354

P1070348

Le monastère est encore habité par quelques moines dont on distingue les cellules dans une aile où l’on n’a pas accès, ce qui ajoute au côté authentique de la visite. On a été plutôt surpris d’être quasi seuls à visiter ce site pourtant classé, mais c’était une halte charmante, parfaite aux heures les plus chaudes de la journée.

P1070387P1070364

Pour tout avouer Osios Loukas n’est pas en Phocide mais encore en Béotie, à l’entrée des montagnes de Phocide ce qui fait du lieu une bonne entrée en matière avant de savourer Delphes.

P1070448

Delphes, entre le « wahooo » et le « ohlalala qu’est ce que c’est beau »

Depuis Athènes il faut cheminer un long moment dans les montagnes avant de se retrouver dans la ville touristique de Delphes, et là on se demande où donc peut bien être le site archéologique vu qu’on n’a rien vu  qui ressemblerait à une vieille pierre. Delphes semble se cacher aux yeux du public. On est vite ébahis devant le site géologique : la vallée d’oliviers qui descend du Mont Parnasse à la mer mais point de nombril.

P1070425

 

En fait on ne voit pas Delphes avant d’avoir payé et d’être entré dans le site  lui-même, et là, malgré de nombreuses ruines et aucun temple du sanctuaire ne tenant plus debout, la magie opère. Il faut bien deux heures pour profiter du site, et une ou deux autres pour apprécier le musée en contrebas.

P1070455

Delphes est un grand site en plein soleil, comme la plupart des sites archéologiques, mon conseil est donc de faire comme ce que nous avons fait : le visiter en fin de journée. En été les horaires sont plus larges et on peut y venir jusqu’à 20h, il y fait alors bien plus frais, la lumière est plus belle et, détail non négligeable, les cars de touristes sont partis : vous serez seuls avec la Pythie.

P1070446

P1070447

Symbole du monde grec antique on date l’apparition d’un sanctuaire dès 800 avant J.C – donc il y a vraiment très très longtemps. D’après ce que j’ai compris on a construit un autel sur une  probable fissure naturelle de la montagne d’où sortent des vapeurs : la fameuse pythie, placée à cet endroit, se retrouve en transe et soumet à interprétation les prophéties qui sortent de ses hallucinations. Même s’il a fortement décliné après la grande période grecque le sanctuaire a continué de fonctionner jusqu’à ce que les rites païens soient interdits lors de l’Edit de Théodose – en 392.

P1070462

 

En arpentant le site on voit des ruines des anciens « Trésors » des cités, c’est-à-dire des petits temples où les cités faisaient des offrandes à Apollon, Dieu qui règne sur le sanctuaire, mais aussi un théâtre, ou un stade romain, et bien entendu le fameux temple d’Apollon dont il ne reste que quelques colonnes. La plupart des belles pièces retrouvées sont au musée qui vaut vraiment la peine : des colonnes, des bijoux et le nombril du monde (c’est une grosse pierre).

P1070449
Quand on monte tout en haut de Delphes on arrive au Stade. C’est calme, c’est sauvage et il fait plus frais.

 

Vous l’aurez compris Delphes a été un des moments préférés de mon voyage: l’emplacement est magnifique, et si j’avais été Américaine je n’auras pas lésiné sur les “amazing”. Je conseille à tout le monde d’y venir, même si vous ne faites qu’un long week-end à Athènes, le site est assez proche pour y aller en une journée.

Si j’avais eu plus de temps j’aurais adoré flâner un peu plus longtemps en Phocide : aller jusqu’à la mer à Galaxidi, passer dans la plus grande oliveraie du monde et pourquoi pas faire de la varappe sur le Mont Parnasse !

P1070464

 

 

Interview d’expat – Jéromine en Grèce

Je reviens tout juste de près de deux semaines en Grèce où je suis allée voir ma super copine Jéromine que vous connaissez peut-être pour être l’auteure du blog l’archivoyageuse. Elle s’est installée à Athènes il y a un an, j’ai un peu tardé à aller la voir mais mieux vaut tard que jamais et cinq ans après nous étions à nouveau réunies dans la capitale grecque qu’on avait découverte ensemble. C’était l’occasion idéale pour la soumettre à l’interview d’expat, d’autant plus intéressant que ce n’est pas LA destination phare  pour s’expatrier. Alors c’est comment la vie en Grèce?

Salut Jéromine, qu’est-ce que tu es donc venue faire en Grèce?

Je suis à Athènes pour effectuer un Volontariat International en Administration, en tant qu’archiviste à la photothèque de l’École française d’Athènes, poste auquel j’ai postulé après que tu m’aies envoyé l’offre d’emploi. Je suis arrivée en septembre dernier, avec un contrat d’un an.

Et où est-ce que tu vis?

J’habite dans le quartier de Neapoli, au nord-est du centre historique d’Athènes. J’ai choisi cette zone pour la proximité avec mon lieu de travail, qui n’est qu’à une vingtaine de minutes à pied. Après dix mois je peux dire que j’aime beaucoup l’endroit où je vis, les touristes y sont peu présents, aussi je vis entourée de Grecs qui mènent une vie “normale”, et non de boutiques de souvenirs ou de restaurants attrape-touristes comme on peut en trouver à Monastiraki. Le centre et ses attractions restent quand même à proximité, me permettant de profiter pleinement de la ville.

P1070957
Monastiraki au centre d’Athènes

Il y a des différences importantes avec la France?

La plus grosse différence avec la France est au niveau des prix. Par exemple, alors qu’à Paris je payais 700 euros pour un 30m², ici je ne paye que 450 euros par mois pour un 85m² avec un grand balcon. Aller au restaurant, boire un coca en terrasse ou faire ses courses au marché revient également bien moins cher. Évidemment les salaires aussi sont  inférieurs aux nôtres, le SMIC se situant aux environs de 500 euros par mois.

Autre différence, le rythme horaire : les Grecs commencent leur journée de travail tôt, certains services tels que la poste ou la compagnie d’électricité sont ouverts dès 7h30, et finissent tôt également. Je travaille de 8h à 15h30 tous les jours. Ils déjeunent après le travail, aux alentours de 15h-16h, pour ensuite ne dîner que vers 21h-22h. Enfin, il faut quand même le souligner, les Grecs sont bien plus portés sur la discussion avec un inconnu que les Parisiens. Au marché, dans le taxi, au restaurant, on vous demandera d’où vous venez, ce que vous faites ici, si vous vous plaisez à Athènes, ce qui rend le quotidien assez agréable, notamment en arrivant dans un pays où l’on ne connait personne.

egine
Egine – Ile du golfe saronique à seulement une heure d’Athènes

 

Ca a été difficile de s’installer et de s’adapter?

Je n’ai pas eu de difficultés particulières en arrivant puisque j’ai la chance d’avoir trouvé un appartement avant de quitter la France, et que je travaille entourée de Français et de Grecs qui m’ont aidée dans mes démarches administratives.

J’ai eu du mal à me faire à la température de mon appartement pendant l’hiver. En effet, dans la plupart des immeubles athéniens le chauffage est collectif, et ne fonctionne que quelques heures par jour. Comme il ne fonctionnait pas chez moi, j’avais des radiateurs électriques qui étaient à la fois insuffisants à chauffer l’ensemble de mon appartement, et également un puits à argent, puisque l’électricité coûte très cher ici. De plus les appartements sont très mal isolés, et c’est un sujet de discussion assez récurrent, de savoir si l’on arrive à se chauffer assez chez soi.

Enfin, j’avoue être encore très agréablement surprise chaque samedi lorsque je me rends au marché et qu’avec moins de 10 euros je remplis mes sacs d’œufs, pommes de terre, carottes, pommes, tomates et autres légumes.

IMG_5792

Il y a des choses qui te manquent de la France?

J’en suis la première surprise mais à part les gens, la France ne me manque pas, que ce soit au niveau des courses au supermarché ou des sorties, qui sont à peu près les mêmes. En y réfléchissant je pourrais dire certains gâteaux et sucreries pour lesquels les rayons sont bien plus petits ici, avec beaucoup moins de choix, ou alors le fait d’aller danser en boîte, car si les Grecs sortent beaucoup, ils ne vont pas beaucoup danser

Quelles habitudes as-tu prises ici ?

La principale habitude que j’ai prise ici est de marcher beaucoup plus qu’à Paris. En effet, même si le métro existe, il n’a que quatre lignes, et les stations sont très espacées les unes de autres. Les bus ne passent pas toujours même lorsqu’ils sont indiqués, et j’en ai déjà attendu un plus de trente minutes avant de renoncer. Aussi je me déplace la plupart du temps à pied.

 

IMGP0694 - Copie
Chypre – vivre à Athènes c’est aussi l’occasion de faire des weekend là où on aurait jamais pensé aller.

Quelles découvertes as-tu faites ? Quels voyages sont prévus ?

J’étais déjà venue à Athènes il y a cinq ans pour visiter, mais je me suis rendue compte en y habitant à quel point la ville ne se résume pas à son centre historique avec le quartier de Plaka et l’Acropole. En effet, il suffit de marcher une vingtaine de minutes pour être dans le quartier anarchiste d’Exarcheia, avec ses librairies, son street-art présent partout et ses petites terrasses. Ma découverte principale est que même si Athènes est principalement connue pour ses sites archéologiques, elle a bien plus à offrir et qu’il ne faut pas hésiter à se balader au hasard.

IMGP0753
Le quartier anarchiste d’Exarcheia et ses nombreux tags

Je profite de mon temps ici pour voir le plus que je peux du pays, je suis allée visiter le site archéologique de Delphes, les Météores, des monastères orthodoxes perchés sur des blocs rocheux presque aussi lisses que des galets, les îles d’Égine, Hydra et Skiathos, et surtout je me suis bien baladée dans le Péloponnèse, avec plusieurs séjours et excursions, à Mycènes, Mystras, Nauplie, Méthoni, Ermioni, Monemvasia. J’ai aussi profité des vols pas chers pour aller passer un week-end à Chypre, cette île-état coupée en deux, avec une partie aux influences turques et une partie aux influences grecques.

Je ne sais pas si je vais visiter d’autres endroits de Grèce pendant les deux derniers mois qui me restent, mais j’espère profiter encore un maximum de la ville d’Athènes, en visitant les musées que je n’ai pas encore vus, et en allant à l’Acropole.

imgp1207
Ile d’Hydra – la perle de la mer Egée dans l’archipel des îles Saroniques

 

Qu’est ce que tu conseillerais de faire à Athènes ou en Grèce ? Que préfères-tu de la Grèce ?

Une des choses que je conseille vraiment de faire à Athènes est de se rendre au sommet de la colline du Lycabette pour y voir le coucher du soleil (par temps découvert bien sûr). La montée nécessite une demi-heure de marche, et une fois au sommet on a une vue à 360° sur la ville, on voit l’Acropole, la mer et même Égine, tandis que le soleil se couche sur les montagnes. C’est un très beau spectacle, qui a en plus l’avantage d’être gratuit.

Coucher de soleil sur le #montlycabette #sunset #lycabettus #athens #greece #visitgreece

A post shared by Jéromine Gilet (@jeromine.g) on

Je recommande sinon vraiment d’aller voir les Météores, je n’avais jamais vu d’endroit qui y ressemble ailleurs. Dernièrement j’ai passé un week-end sur l’île de Skiathos, qu’on m’avait décrite comme une deuxième Mykonos, et en fait j’ai été agréablement surprise, je l’ai préférée dix fois à Mykonos !

IMGP0135
Le Mont Lycabette – incontournable pour voir le plus beau coucher de soleil d’Athènes.

 

Est-ce difficile de vivre dans un pays “en crise” ?

J’ai la chance de vivre en Grèce tout en étant payée par la France, ce qui me permet d’avoir un niveau de vie supérieur aux locaux, aussi je ne ressens pas personnellement la crise. Je constate cependant les effets de la crise en voyant les rideaux de fer de certaines boutiques en permanence fermés, ainsi que les immeubles dont la construction n’a pas été achevée et qui semblent être laissés à l’abandon.

De plus, les Grecs ayant des difficultés à payer leurs factures, la compagnie d’électricité offre une compensation financière à ceux qui payent à temps, ce qui n’arriverait jamais en France. Cependant, et c’est une Grecque qui me l’a dit, en dépit de cette situation qui s’éternise, les Grecs continuent de faire la fête, de se retrouver au restaurant ou pour boire un verre, et l’ambiance générale est assez festive, ce qui est très agréable au quotidien.

IMGP1118
Les gorges du Bardon sur la route entre Argos et le sud du Péloponnèse. Quand on visite la Grèce les routes valent souvent autant le voyage que la destination finale.

Une spécialité culinaire ou culturelle que tu adores?

Sans hésiter le souvlaki, sandwich constitué de viande grillée, avec tomates, oignons et tzatziki enveloppés dans un pain pita. Je vais très souvent en manger, dans le même petit restaurant près du métro Syngrou-Fix, et je prends la version avec une brochette de poulet. Pour seulement 2,40 euros on a un très bon sandwich, et moi qui n’aimais pas les sandwichs grecs en France, ici j’en suis fan.

IMGP0293
Manger à Athènes : entre le Tzatsiki et les souvlakis il y a de quoi se faire plaisir pour pas cher.

Et c’est facile de rencontrer des gens?

J’ai choisi d’utiliser le réseau Couchsurfing pour rencontrer des gens en dehors du travail. Plusieurs évènements sont organisés, des soirées dans un bar, des rassemblements pour faire connaissance ou encore des randonnées et excursions à la journée.

P1070493
Les Météores en Thessalie

De quoi parle ton blog ?

J’ai créé mon blog il y a trois ans, à l’occasion d’un voyage de quatre mois en Asie du Sud-est, et j’ai continué de l’alimenter avec mes récits de voyage et mes vidéos. Depuis septembre dernier j’y parle aussi de ma vie quotidienne à Athènes, de ce qu’il y a à voir et à faire, de la vie d’expat’. Et sinon j’ai commencé une série d’interview des voyageurs que j’héberge via le Couchsurfing, pour mettre en avant ce système alternatif de voyage, et montrer la diversité des jeunes qui voyagent, pourquoi ils le font, ce qu’ils attendent de l’Europe, de la Grèce.

Et après Athènes ?

Je quitte Athènes fin août, et j’ai pour projet de partir en PVT en Amérique latine en janvier 2018.

IMG_5784
Monemvasia

Europa Park: escapade en Allemagne

WP_20151017_020

Ca y est, j’ai fait ma première sortie hors de Strasbourg et même hors de la France, et après avoir bien goûté à la vie culturelle de l’Alsace pendant la semaine, on a pris la voiture direction : Europa Park !

Europa Park – pour ceux qui ne connaitraient pas – est un parc d’attraction situé dans le Bade-Wurtemberg, pas loin de la France et de la Suisse, seulement à une petite heure de Strasbourg. Europa Park a été créé il y a 40 ans par la famille Mack, des forains qui construisent des attractions. Le parc est au départ censé être une vitrine pour les attractions à vendre mais dès le début le parc attire les foules.

 

Le Principe

Le parc est construit autour du thème de l’Europe (grosse surprise). Au départ seulement quelques pays étaient représentés : Autriche, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni … Le but était simple : représenter des pays d’Europe en créant des ambiances typiques avec architecture, restaurants traditionnels, musiques du pays, etc. On retrouve par exemple en France une place parisienne avec café parisien vraiment réalistes. Le parc n’a jamais cessé de s’étendre et aujourd’hui nombre de pays ou de régions ont été rajoutés : la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France, l’Allemagne la Russie, la Scandinavie, l’Islande – le petit dernier. Le quartier irlandais serait en préparation pour 2016.

On y trouve aussi des quartiers sur d’autres thèmes : la forêt des contes de Grimm ou le quartier colonial lié à l’histoire de l’Europe.

On s’y croirait

Tout dépend des pays mais la plupart du temps on a l’impression de changer de pays en quelques mètres. Si la France, l’Allemagne ou l’Angleterre sont assez moyennement réussi car ce sont les premiers à avoir été crées, préparez vous pour les autres « quartiers » à passer votre temps à vous dire « Oh j’irai bien en Suisse! » « Ca donne vraiment envie de retourner en Grèce ». Mes petits favoris étaient la Russie avec ses isbas trop joliment décorées et ses fresques orthodoxes, et l’Islande avec ses petites maisons colorées en bois, les enfants peuvent même y faire un peu de bateau brise-glace sur une petite mer où on pêche la baleine. Tout est adorable, super bien fait et en une journée je n’ai clairement pas eu le temps de tout voir !

WP_20151017_034 WP_20151017_032

La nourriture est elle aussi censée correspondre aux pays : café en France, pizzas et pâtes en Italie, gyros pita en Grèce, fondue en Suisse. Sans que ce soit excellent, tout est plutôt bon et  ça permet de manger un peu ce qu’on veut, enfin SURTOUT, nous ne sommes pas dans un parc français, les prix sont allemands, c’est-à-dire que ça ne coûte presque rien !

WP_20151017_005

Les attractions

Comme pour le reste elles sont supposées être liées à la région où elles sont implantées : on trouvera des attractions d’eau en Grèce et au Portugal par exemple, ou encore une piste de Bobsleigh en Suisse. Mais bien sûr elles sont localisées là où il y avait de la place, pourtant elles portent presque toujours un nom en rapport avec leur place et les décos sont ici encore très recherchées. L’attraction Wodan, en Islande, ressemble beaucoup au Tonnerre de Zeus du parc Astérix, avec en plus une musique très wagnérienne tout le long de la file d’attente, des quizz en rapport avec la mythologie scandinave et une décoration qui créée une ambiance très très nordique : on ne s’ennuie pas en faisant la queue !

WP_20151017_056

L’attraction phare du parc c’est « silverstar » une montagne russe de 73m de hauteur. Je suis habituée aux montagnes russes et aux attractions en tant que fidèle cliente du parc Asterix et de Disney, et là j’ai eu peur. Mais vraiment peur. Ca ne servirait à rien de vous décrire, mais pour ceux qui aiment les sensations fortes : faites-le !

Il y en a pour tous les goûts à Europa Park, il y a tellement d’attractions qu’il est impossible de tout faire en une journée, même s’il y a peu de queue, même si vous ne vous intéressez qu’à un type d’attraction. Et à vrai dire, même les attractions pour « enfants » valent le coup : la grosse attraction du moment : « Arthur et les Minimoys » – quel rapport avec l’Europe, aucune idée – pour les plus de 4 ans, mais même les grands poussent des petits cris d’admiration.

 

Le petit plus : les décorations temporaires

Si vous y allez à l’automne ou en début d’hiver le parc arbore ses vêtements d’Halloween et de Noël, et là encore on ne lésine pas sur la déco : des milliers de citrouilles et de coloquintes jusqu’à fin octobre, et en prime les « nuits de l’horreur » qui se déroulent non loin du parc. Le but est de visiter des maisons hantées sur différents thèmes avec des acteurs qui déambulent pour faire peur. Je n’y suis pas allée mais apparemment ils obtiennent de bons résultats.

WP_20151017_003

Europa Park a été élu meilleur parc de loisir du monde en 2014/2015 et je comprends bien pourquoi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas autant ressemblé à une gosse en découvrant un parc d’attraction.