Mes voyages idéaux en 2018

« C’est quoi le prochain voyage ? »

Dernier repas du dernier jour de voyage, voici la question rituelle qu’on se pose Jéromine et moi, depuis près de 10 ans. Ça fait deux mois qu’on parcourt l’Amérique centrale, un voyage qu’on n’a pas encore digéré mais on pense déjà à « après ». Il faudrait profiter de l’instant présent, réfléchir à ce qu’on vient de vivre mais c’est plus fort que nous : on a toujours mille idées de destinations et chaque voyage en appelle un autre.

Le retour à Paris n’étant pas forcément le plus facile pour moi – vive le chômage et l’absence de stimulation qui m’avait portée pendant les deux derniers mois – c’est autant un moyen de rebondir que de rêver à mes prochaines escapades. Je suis loin d’être une folle de l’organisation et je me retrouve en général à partir dans des pays ou des régions auxquels je n’avais jamais pensé et qui sont d’excellents souvenirs- La Nouvelle-Orléans (merci Jeanne), la Chine, le Monténégro – mais j’éprouve toujours autant de plaisir à établir des wishlist qui ne cessent de s’agrandir, comme autant de possibilités de vie, de découvertes.

J’ai trouvé cet article sur le blog de Mango & Salt et je me suis dit: pourquoi ne pas partager moi aussi mes envies. Certaines me trottent dans la tête depuis un moment, d’autres sont toutes nouvelles et ne seront peut-être plus d’actualité le mois prochain, je vous présente mes dix destinations de rêve pour cette année 2018 :

salt-1658862_960_720

  1. Ethiopie/Djibouti

Ce mois-ci lonely planet a sorti son premier guide sur l’Ethiopie, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller voir sur google image tous les « incontournables » et depuis je rêve de me rendre dans ce pays. Je ne m’attendais pas à une telle diversité de paysages et de patrimoine : des cascades, des parc nationaux dignes de Yellowstone, un héritage italien, d’anciens châteaux, et la mer turquoise de Djibouti. Depuis je suis passée à la librairie Voyageurs du monde pour consulter le guide et me faire une idée du temps et du montant d’un tel voyage. Résultat : je doute que ce soit pour maintenant mais ça ne m’empêche pas de le garder dans un coin de ma tête.

1200px-Lewarde_-_Fosse_Delloye_des_mines_d'Aniche_(311)

  1. Bassin minier français

J’y pensais depuis longtemps, un second visionnage de la série Peaky Blinders qui se déroule dans la ville industrielle de Birmingham m’a convaincue : mon prochain weekend sera dans le bassin minier du nord de la France. J’avais beaucoup apprécié pouvoir prendre la voiture et être libre de nos mouvements pour aller visiter la Normandie en mars. On avait remis le couvert en Octobre pour voir les châteaux de la Loire et je m’étais dit que pour notre prochain weekend amoureux je voulais changer du tourisme habituel et découvrir le patrimoine industriel. Cette région n’est pas loin de Paris et regorge de villes au passé industriel qui retrouvent une seconde vie grâce au tourisme, j’ai déjà prévu une visite de la mine de Lewarde et un passage par les villes de Lens et/ou Arras.

plaza-mayor

  1. Madrid

Après avoir vu Antigua, Oaxaca, Mexico et d’autres villes au passé colonial espagnol j’ai eu envie de voir d’où venaient toutes ces villes et de me rendre aux origines de cette colonisation : Madrid. J’aime les villes méditerranéennes, Madrid à l’avantage d’être assez proche et les billets d’avion ne sont pas trop chers. Même si je n’en ai pas entendu des critiques dithyrambiques je suis vraiment curieuse de goûter à l’ambiance de la capitale espagnole.

courlande

  1. Isthme de Courlande et Lituanie

Des goûts bizarres moi ? Pas du tout. Bon d’accord j’avoue que je n’avais jamais entendu parler de cette région de la Baltique avant d’avoir un cours de géopolitique avec une ambassadrice de la Lituanie. Je suis allée sur google image et ce paysage m’a séduite : une longue bande de forêt bordée de plage, le genre de paysage apaisant. Au-delà de ce lieu très particulier situé à la fois en Lituanie et sur l’enclave russe de Kaliningrad, je pense qu’un voyage en Lituanie me plairait beaucoup : je connais peu les pays slaves et le paysage de Lituanie a de quoi me plaire : lacs, forêts, vieilles villes. Tout ce que j’aime.

greece-2710517_960_720

  1. Thessalonique

Après mon road trip en Grèce continentale de cet été j’ai envie de découvrir encore plus la Grèce et l’article de Marie sur la capitale de la région de Chalcidique donne clairement envie de prendre un avion immédiatement. La ville est riche d’un passé macédonien puis ottoman et à quelques kilomètres de là se trouvent des plages parmi les plus belles de Grèce. Que demande le peuple?

cartagena_2_1

  1. Colombie

Pendant deux mois j’ai entendu parler de la Colombie comme le pays le plus beau du monde. Impossible de ne pas piquer ma curiosité. Un petit tour sur google image m’a montré combien la Colombie avait des paysages divers et tous sublimes – désert, plages de caraïbes, montagnes – et les récentes photos de Mi-fugue mi-raison qui y sont pour plusieurs mois ne font que conforter cette idée.

bardenas-988022_960_720

  1. Nord de l’Espagne : la Navarre et Saragosse

5h40 – c’est le temps que met le train pour arriver à Hendaye, la frontière espagnole depuis Paris. J’adore le train, j’adore aussi les road trip. Il me semble que partir en Navarre espagnole est un bon moyen de mixer les deux. Mon objectif numéro un c’est bien entendu le désert de Bardenas Reales, ou comment découvrir l’ambiance des grands déserts américains sans aller trop loin. J’ai aussi repéré la ville de Saragosse à mi-chemin entre Hendaye et le désert, qui semble vraiment belle. En règle générale c’est une région qui vaut bien une grosse semaine et dans laquelle on ne peut pas s’ennuyer.

georgie

  1. Georgie

Puisqu’on est parti dans les paysages désertiques voici mon obsession de l’année : la Géorgie. Je rêve de ses montagnes vertes, de ses monastères perdus au milieu de rien, de la vivante Tbilissi, des grottes rappelant Petra. Plus généralement on ne m’a fait que de très bons retours de ce pays. Encore une fois sa relative proximité et sa superficie « humaine » (ce n’est pas la Chine ou le Kazakhstan) en font une destination idéale pour un voyage montagnard.

italy-1215212_960_720

  1. Les Pouilles

De l’eau turquoise, des villes historiques et l’une des meilleures gastronomies du monde. Ajoutez à cela que l’Italie est devenue presque mon second pays : je ne peux que rêver d’aller dans les Pouilles, d’ailleurs j’ai déjà le guide chez moi. Une seule chose me freine : j’ai peur qu’il y fasse beaucoup beaucoup trop chaud en été. Mais après les 45 degrés à Athènes, tout devrait paraître supportable.

york-minster-1588186_960_720

  1. York

Encore une très vieille envie, de toutes les villes anglaises York est sûrement celle qui m’attire le plus. Petite, calme mais néanmoins vivante, elle semble réunir tout ce que j’aime de l’Angleterre. Entourée de collines verdoyantes, de vieilles propriétés qui rappellent Downtown abbey ou les œuvres de Jane Austen, York est une constante de ma wishlist voyage.

11. (Parce que pourquoi pas) Toulouse et sa région

Je n’avais pas particulièrement apprécié Toulouse lors de ma première visite il y a quelques années. Maintenant que j’ai un membre de la famille de mon copain qui y vit j’aimerais laisser une deuxième chance à la ville. ET alors que le temps reste grisâtre à Paris j’avoue que l’idée d’un weekend au soleil pour pas cher me tente beaucoup!

sources de photos: Ethiopie / Bassin minier / Madrid / Colombie – les autres photos sont libres de droit.

Inktober – retour d’expérience

Je n’ai jamais été très douée en dessin. Quand j’étais petite et qu’on faisait de la peinture avec ma cousine, ma grand-mère me félicitait toujours sur mon choix des couleurs. J’en étais très fière mais j’ai vite compris que cette qualité de coloriste montrait surtout que ça péchait pas mal ailleurs – j’ai toujours dépassé dans mes coloriages par exemple. Même si je me suis dès lors tournée vers une autre activité artistique – l’écriture – j’ai toujours eu envie de dessiner et surtout de faire jouer les couleurs !

J’avais regardé de loin l’Inktober 2016, j’avais aimé le concept mais ça ne me concernait pas encore. Cette année ma copine Jéromine – toujours la même – ne m’a pas trop laissé le choix : on le faisait ensemble et on allait jusqu’au bout. 

Spoiler alert: on n’est pas allées jusqu’au bout…

Même si finalement nous n’avons PAS réussi à faire tous les thèmes, cette expérience créative était vraiment enrichissante et ça valait bien un article!

P1080423
Liste des thèmes de l’Inktober 2017 – certains sont bien plus inspirants que d’autres.
  •  Inktober qu’est ce que c’est ?

C’est un challenge de dessin crée en 2009 par Jack Parker. Le principe est simple : faire un dessin à l’encre « Ink » par jour au mois d’octobre. A chaque jour correspond un thème, la liste des thèmes c’est Jake Parker qui la dévoile quelque jours avant le lancement du challenge.

Chacun fait son Inktober comme il le veut : le but est uniquement de se forcer à faire marcher sa créativité et s’entraîner chaque jour au dessin. Certains suivent leurs propres thèmes, d’autres n’utilisent pas que de l’encre mais de la peinture, du pastel, de l’aquarelle, …

P1080428
1er dessin de cette session d’Inktober. Je n’étais pas trop mécontente.

 

Pour ma part, même si j’ai essayé de  tenir le rythme j’ai vite été en retard : il suffit d’avoir un resto avec des copines après le travail pour ne pas avoir le temps de dessiner chez soi. Malgré ma volonté de finir il me reste trois thèmes auxquels je n’ai pas touché : United, Mask et Found. A la fin je les ai faits

dans le désordre – foutu pour foutu autant dessiner ce qui m’inspirait. Enfin je n’ai pas utilisé que de l’encre mais aussi beaucoup d’aquarelle.

Bref chacun fait comme il veut : tenter l’Inktober c’est s’astreindre à sa propre rigueur et l’adapter en fonction de ses envies et de ses capacités.

P1080437
J’avais envie d’un grand voilier avec moult détails, mais pour une fois je suis restée réaliste et je me suis contentée d’un bateau viking.

 

  • Soyons créatifs !

Comme vous le voyez certains thèmes sont très larges, d’autres très abstraits, et d’autres encore pas du tout inspirants, c’est ce qui fait l’une des difficultés de l’Inktober. En essayant de suivre les thèmes on peut parfois éprouver un grand vide, on n’a aucune idée de quoi dessiner.  Et ça fait partie de l’exercice !

On sait très bien aujourd’hui que la contrainte peut libérer la créativité: ne pas avoir d’idée immédiate force à faire travailler son cerveau, son intuition, son observation du monde et permet de trouver des ressources totalement inconnues. Quand je n’avais aucune idée pour le thème du jour je me mettais à regarder partout autour de moi : les gens dans le métro, les livres sur la devanture des librairies, les affiches des abri-bus, …

Surprise ! Les meilleurs idées arrivent souvent quand on n’en a pas.

P1080431
Inspiré de “La leçon” de Mickaêl Escoffier avec des illustrations de Kris Di Giacomo

J’ai souvent beaucoup mieux réussi les dessins qui me venaient d’une idée subite que ceux que j’avais déjà prévus des jours à l’avance. Cette contrainte, et le fait que je trouvais souvent mes idées tard le soir m’ont forcée à réaliser des dessins moins ambitieux et finalement plus rigoureux et concentrés sur des détails.

P1080436
Assez fière de mon grimpeur je l’avoue.

Enfin j’ai développé une astuce, que j’ai vue chez d’autres : j’ai choisi un personnage – dans mon cas il s’agit d’une petite fille avec un ciré jaune – que j’adaptais à chaque thème dès que je manquais cruellement d’idée. Je lui ajoutais des objets, je la plaçais dans différents décors. La réunion de ces deux contraintes – un thème, un personnage – permet à l’esprit de ne pas partir dans toutes les directions et de trouver plus vite l’inspiration.

 

 

  • Découvrir son style : constater ses points faibles et progresser.

Dessiner chaque jour c’est aussi l’occasion de faire le point, d’observer des similitudes entre ses dessins et de voir ses points faibles et ses points forts.

En comparant mes Inktober avec ceux de Jéromine on s’est aperçues que je voyais toujours les choses en très grand, et elle en bien plus petit. J’occupais l’intégralité de la page pour représenter des scènes, elle en occupait une partie pour présenter un détail. Résultat : mes dessins étaient peut-être plus ambitieux mais moins bien réalisés car je passais peu de temps sur les détails ; les siens étaient parfaits sur le plan de la réalisation mais auraient peut être mérité d’être compris dans une scène plus grande. Ce constat nous permet aujourd’hui de travailler sur ces défauts et d’apprendre de l’autre.

P1080440
2e jour d’inktober – Faisons simple, faisons Moïse qui divise les eaux.
P1080434
Je pensais à ce dessin depuis longtemps (squeak = le bruit des glaces qui se fendent), et je suis finalement assez déçue de mon brise-glace.

J’ai trouvé que c’était aussi le moment de se forcer à dessiner des trucs qu’on n’aime pas ou qu’on n’a jamais fait. J’ai profité de certains thèmes pour apprendre à dessiner l’anatomie humaine et animale – le fait de n’avoir jamais eu de cours de dessins m’embête beaucoup, je ne sais pas du tout par où commencer, comment trouver les proportions, etc. Avec le recul ce sont peut-être mes dessins préférés. J’ai pris des modèles et je me suis appliquée, non pas pour faire un beau dessin, mais pour apprendre.

 

P1080432
Inspiration: une photo d’éléphant trouvée sur google, j’ai décoré à ma façon.

 

Je précise que j’ai presque toujours utilisé des modèles, des inspirations, sauf pour quelques dessins – notamment ceux de ma petite fille en cirée – je m’excuse d’avance si certains modèles ne sont pas cités, c’est que je ne m’en souviens plus.

P1080433
Nature morte. Ce n’est pas ce que je préfère mais c’est un bon moyen d’apprendre l’aquarelle.

 

  • Faire le plein de comptes instagram de dessinateurs

Chaque jour il suffisait de taper le thème et de trouver des milliers de dessins, certains magnifiques : et j’ai profité de ce mois pour découvrir des artistes, ou juste des gens qui aiment dessiner, et renouveler un peu mes abonnements instagram, je vous en présente quelques uns ici.

 

Inktober Day 21: FURIOUS – Grigor Bagrat, an influential land owner from the 2nd Kingdom, discovered that 3 days ago one of his southern sheep ranches was wiped out by hungry trolls. He's required by his insurance to personally travel there to assess the damage in order to make a claim. Which means he's missing the annual tri-kingdom poker tournament. To top it off, rain soaked his favorite pipe and he just can't even right now. #inktober2017 – Inktober shirts are back! Last round to get one then they won't be for sale until next year. Link in the profile⬆️⬆️ #inktober #furious #characterdesign #drawing #sketches #marker #brushpen #comicart #comicartist #inking #drawing #ink #drawingchallenge #pendrawing #sketch #illustration #jakeparker #copic #copicgasenfude #artistsoninstagram #artists #artnews #ink #brushpen #penandink – Pens and paper I'm using + more of my tools: @jakeparkertools

A post shared by Jake Parker (@jakeparker) on

jakeparker

L’instigateur de l’Inktober. Incontournable.

Malashonok_a

Anastasia Malashonok est une artiste biélorusse (je crois) et je suis tombée amoureuse de certaines de ces illustrations. C’est une ambiance particulière, pas vraiment funky, avec des couleurs un peu sombres et des traits simples, presque naïfs. J’adore.

 

Yampiri

Photographe et artiste turc. Ces inktober sont très variés, en noir et blanc et assez inspirants. Le petit plus que je viens de découvrir : Yampiri fait des stories d’aquarelle. Parfait pour la novice que je suis, ce sont de bons entrainements.

 

Natashkina_art

Même si l’Inktober n’est pas fini. Cet (cette) artiste a également utilisé un seul personnage pour chaque thème : un petit escargot adorable et j’avais très hâte de découvrir chaque jour à quoi il allait ressembler.

Raphaelletaschet

tout n’est pas égal dans ce que fait cette illustratrice française, mais certains de ces dessins m’ont beaucoup parlé : notamment cette sorcière courbée tout droit sortie du conte de la sorcière de la rue Mouffetard !

 

Yangsl

Ici encore les thèmes de l’Inktober se sont combinés avec le thème de l’artiste : les animaux. A chaque jour un nouvel animal souvent mignon et toujours très très bien réalisé. Un Inktober à conserver pour apprendre à dessiner les animaux !

Markpoulierart

il s’agit ici de dessins d’architecture, de dessins de voyages, bref tout ce que j’adore. Détaillés comme pas possible, on s’y croirait. Je rêve de pouvoir dessiner comme ça un jour.

sarah_jlt

C’est un monde bizarre mais des idées toujours très originales qui sortent de ces inktober. Mon favoris c’est ce parterre de parapluies qui traverse un passage piétons pour le thème « teeming ».

Day 31: mask #inktober #inktober2017

A post shared by @ lowrinah on

lowrinah

Un monde de manga un peu torturé. Un mélange d’encre et d’aquarelle. Une ambiance à la fois dure et poétique se dégage de ses dessins, on sent une inspiration de Miyazaki.

 

#keepTheGrandWild ✊🏽♥️

A post shared by Jeremy Collins (@jer.collins) on

Jeremy Collins

Pour finir, je ne peux pas m’empêcher de vous partager aussi mon dessinateur préféré: Jérémy Collins, un grimpeur qui croque les paysages des USA avec de l’encre et de l’aquarelle. C’est sans doute lui ma première source d’inspiration. (Le poing par exemple je l’ai pris comme modèle chez lui).

Depuis que l’Inktober est officiellement fini je n’ai pas cessé de dessiner. Je me suis remise surtout à l’aquarelle: le but est d’être capable de dessiner en voyage, donc de dessiner vite et de dessiner beaucoup de choses différentes.

Je ne sais pas encore si je retenterai l’expérience l’année prochaine ou si je m’attaquerai à un autre défi: le NaNoWriMo. Les deux défis se suivent alors ça risque d’être un peu compliqué de faire les deux. J’encourage tous ceux qui auraient envie de tenter ce genre d’expérience, j’ai trouvé ça vraiment réjouissant même si c’était très contraignant, ça fait toujours plaisir de voir qu’on est capable de créer et de produire des choses artistiques!