Strasbourg comme une New-Yorkaise

Pendant qu’il pleut des cordes à Paris et dans une grande partie de la France, une petite région à l’est résiste encore, et je peux donc vous écrire cet article depuis mon balcon où je contemple pour le dernier jour les montagnes de la Forêt-Noire au loin. J’en profite pour vous écrire mon avant-dernier article de « bonnes adresses à Strasbourg » sous un angle un peu particulier : après 8 mois de travail l’envie de voyager se faisant de plus en plus forte  j’ai pensé que, à défaut de partir, il pourrait être bon de visiter la ville à la recherche d’ activités « à l’Américaine » – à force de regarder Enjoy phoenix et Coline, ça donne des idées. Je vous propose donc aujourd’hui de découvrir Strasbourg à la New-Yorkaise. Allons-y let’s go, c’est parti les amis !

WP_20160504_002

  • Footing au parc de l’Orangerie

Un bon week-end new-yorkais commence obligatoirement par un footing. En tout cas c’est ce que nous vendent les séries et films américains: on n’est pas un vrai New-Yorkais si on ne fait pas son footing du matin à Central Park, et par conséquent: est-on un vrai Strasbourgeois si on ne va pas faire son footing au parc de l’Orangerie?

WP_20160504_007

WP_20160504_011

Je ne suis pas la seule à avoir fait le rapprochement entre les deux parcs : la marque strasbourgeoise « erasmooth » a produit pour sa collection de l’an dernier des sweats intitulés « Central Park – Orangerie ». Et comment ne pas faire ce rapprochement? L’Orangerie est le plus grand parc de Strasbourg, d’une forme presque ronde,et   suffisamment vaste pour abriter un lac avec une cascade, un pavillon où sont organisés des événements divers et variés ET SURTOUT un petit zoo où vous pouvez rencontrer des tortues, des lynx, et des flamands roses. Le zoo s’occupe également de cigognes dont les nids sont répartis dans tout le parc et le quartier de l’Orangerie. Levez la tête, vous devriez en apercevoir sur les cheminées des belles demeures du début du siècle.

L’Orangerie est un coin parfait pour un rendez-vous galant mais c’est aussi le paradis des runners, on en trouve tous les 10 mètres, autrement dit” the place to be” !

WP_20160314_021

WP_20160504_013WP_20160504_016

  • Brunch au Wawa bar

Courir c’est bien, mais manger c’est encore mieux, et Strasbourg dispose d’un super bar/resto américain qui fait aussi brunch le dimanche matin. Un conseil : pensez à réserver, il n’est pas rare que des groupes viennent occuper toute la place. Ce brunch américain est un peu plus cher que d’autres – 22€ – mais consiste en un buffet à volonté, on en a donc pour son argent! Outre les œufs brouillés, pochés, à la coque, et leur traditionnel bacon, vous pourrez vous remplir l’estomac avec moult pancakes, gaufres, carotcake, etc. En fait vous pouvez trouver ici absolument tout ce que vous voulez, en plus du café et du thé à volonté bien sûr. Typiquement américain.

Le lieu rappelle un peu le central perk de Friends avec ses canapés et ses fauteuils mous dans lesquels il fait bon s’affaler. Pour  peu qu’il pleuve dehors, il devient alors très très difficile d’en ressortir !

Wawa bar, place Saint-Nicholas aux Ondes, Strasbourg

P1020671

P1020693P1020676

 

  • MoMA ou MAMCs

Après la pause brunch, il est impensable de ne pas faire une activité culturelle et là vous avez le choix : soit le MoMA strasbourgeois, appelé ici MAMCS, Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, soit une galerie d’Art Contemporain. Je n’en ai jamais visité, et pourtant l’une des plus connues se situe sous mon appartement : le CEAAC.

Le MAMCS possède une belle collection, malheureusement pour vous je n’y entends rien en art contemporain, j’ai donc surtout aimé les collections d’Art Moderne et en particulier la partie « Art nouveau » où des pièces entières sont aménagées pour montrer en grandeur nature à quoi pouvait ressembler ces intérieurs du début du siècle.

Le CEAAC, Centre Européen d’Activité et d’Art Contemporain, abrite plusieurs artistes et différentes expositions temporaires, notamment des expos en partenariat international car des artistes étrangers sont logés sur place : 2015 était par exemple l’année de la Corée. N’hésitez pas à aller vous renseigner sur le site de la CEAAC.

CEEAC, 7 rue de l’Abreuvoir, Strasbourg

MAMCS, 1 rue Jan Harp, Strasbourg

WP_20160426_010

  • Pause donuts à l’American Break

Encore un foodporn à l’américaine : une boutique spéciale donuts où les donuts sont colorés et hyper bons ! En tout cas moi qui n’aime pas le gras et en mange rarement je suis devenue une grande fan de ceux-ci : mon préféré ? Celui à la fraise, sucré à souhait !

WP_20160506_003

  • Brooklyn Bridge  ou le Pont des deux rives

Strasbourg n’est pas une île, Strasbourg n’a pas besoin d’un pont pour la relier à un autre quartier de la ville, en revanche Strasbourg est au bord du Rhin et depuis quelques années elle est reliée à sa voisine allemande Kehl par un joli pont qui n’est pas sans rappeler les impressionnantes constructions américaines.

« Il suffit de passer le pont » pour être dans un autre pays, et ça vaut le coup. Le pont des deux-rives qui sert de passerelle entre la rive française et allemande du jardin des deux-rives est utilisable à pied comme à vélo, un autre pont pour les voitures se trouve à quelques mètres. La rive allemande du jardin  est la  plus jolie et la  plus agréable, et c’est une activité estivale géniale que d’aller pique-niquer en Allemagne en regardant le soleil se coucher sur le pont.

WP_20160506_015WP_20160506_007

WP_20160506_016WP_20160506_012

  • Un verre à Brooklyn : la Kulture

Pas de Brooklyn à Stras’ mais un quartier : la Krutenau, et dans ce quartier un bar branché à l’ambiance tout à fait brooklynienne : La Kulture. Ce bar-disquaire a ouvert en septembre, juste au moment où je suis arrivée et il est déjà bondé. En plus d’avoir une déco très épurée et une salle de musique au sous-sol où chacun peut choisir un vinyl pour danser sur la chanson de son choix, la Kulture s’est distinguée par ses partenariats culturels avec les centres d’art, organisant des événements, comme une séance de graffiti pour sensibiliser les élèves de diverses écoles à cet art urbain contemporain.

Enfin n’hésitez pas à vous promener dans la Krutenau, c’est le quartier où vous trouverez le plus d’adresses « à la New-yorkaise », entre bars, coffee shops, restos asiatiques branchés. Un quartier où il fait bon vivre. Vous l’aurez deviné : c’est mon quartier !

Un seul regret pour cette visite de Strasbourg à la New-Yorkaise : il n’existe pas encore de rooftop ! Mais l’idée est lancée, et j’ose croire qu’elle ne tardera pas à faire des adeptes : un rooftop avec vue sur la cathédrale et les montagnes, voilà de quoi ramener les foules !

La Kulture, 9 rue des Bateliers, Strasbourg

Promenades à New-York

Les beaux jours reviennent sur Paris et moi je vous emmène dans le grand froid new-yorkais pour un article que je procrastine depuis quelques mois déjà. Quand je parle de mon road-trip de février aux USA on peut penser que je n’ai été qu’à la Nouvelle-Orléans, parce que c’était SIIIII bien, que je n’ai parlé que de ça. Mais même si je n’ai pas été super charmée par New-York il y a quand même pleins de trucs que j’ai adoré dans cette ville et dont il faut que je vous parle. Des trucs qu’il faut faire, surtout maintenant que le beau temps est de retour.

WP_20150215_013

Alors c’est vrai que l’un des trucs sympa à faire dans une ville c’est de se promener, et par -20 c’est pas évident : j’ai bien essayé de prendre en photo la plus belle skyline de New-York mais mes doigts ont pratiquement gelé sur place et je tremblais tellement qu’on n’y voit rien. Pourtant je vous assure que c’était très beau (preuve à l’appui). Mais il y a des jours, ou des heures de la journée où l’éternel soleil de New-York – parce qu’il y fait pratiquement toujours beau- nous réchauffait assez pour qu’on se motive à aller se balader. Donc voici mon petit top des promenades cool à NYC même quand il fait froid.

P1010164

  • Highline

La High Line c’est un peu comme notre coulée verte de Paris – où je n’ai d’ailleurs toujours pas mis les pieds – sauf qu’à NYC ils la vendent carrément mieux. De bout en bout la promenade dur à peu près un quart d’heure et traverse une partie de Chelsea, notamment le quartier des anciens abattoirs qui, on le sent, va devenir un quartier huppé/bobo. Tout en bois avec des arbres plantés de chaque côté, on surplombe les avenues et les rues de New-York ce qui donne des panoramas vraiment sympa avec au loin l’Empire State, un peu le point de repère à NYC comme notre Tour Effeil, on la chercher partout. Elle permet aussi une vue sur le New-Jersey et sur l’Hudson, toujours gelé en cette période, qui pourrait rappeler la lagune de Venise (si si, je m’y suis trompée sur certaines cartes postales). Pour y accéder il y a plusieurs entrées, on y est montées par un escalier se trouvant sur la 34e et on est redescendues au niveau de la 10e.

P1010153

P1010148

  • The Cloisters

Plus qu’une balade il s’agit en fait d’une visite, une visite un peu WTF en marge du quartier d’Harlem : un monastère pyrénéen démonté puis reconstruit ici, en plein New-York. Evidemment quand on vient de France et qu’on a déjà visité de vrais monastères pyrénéens type Saint-Martin-du-Canigou on ne trouve pas ça fantastique. Ils ont un peu mélangé toutes les époques et tous les pays d’Europe : on y trouve des livres d’heures de France, des statues et de fresques d’Espagne, des objets liturgiques d’un peu partout, le tout réuni sans grande logique le seul trait commun étant l’aspect « médiéval » des objets. Le lieu est très calme, paisible, un peu loin de tout puisque le monastère surplombe l’Hudson et pour un peu on se croirait vraiment dans les Pyrénées, si ce n’est la promenade dans un parc pour rejoindre le métro avec vue sur les immeubles d’Harlem.

WP_20150216_006

  • Brooklyn Heights Promenade

On a choisi le bon jour et la bonne heure pour se rendre sur la promenade du sud de Brooklyn qui fait face à Lower Manhattan et sa superbe skyline. Le balade commence dès la sortie du métro en traversant des quartiers de Brooklyn assez résidentiels et très mignons. Le genre où j’observe les maisons pour savoir laquelle je choisirais quand je viendrais m’y installer. Les portes sont toutes encore ornées de couronnes de Noël, les gens déneigent devant leur porte, c’est cool, c’est calme, c’est le Brooklyn hype. Quand tout à coup, tadaaaam, on arrive sur la promenade sous un soleil de fin d’après-midi qui nous réchauffe encore (heureusement) et qui donne une belle lumière à New-York.

P1000631 P1000650 P1000652

Si je n’avais pas follement apprécié NYC jusqu’à là, difficile de ne pas en tomber amoureuse alors : d’un côté on distingue la statue de la liberté, de l’autre les célèbres buildings – le Chrystler (mon préféré), l’Empire, etc. – avec en fond le pont de Brooklyn. J’ai pris un milliard de photo non seulement de la skyline mais aussi des maisons qui sont face à la promenade, des maisons huppés avec balcons en fer forgés, ce que par la suite je verrais sans cesse à la Nouvelle-Orléans. Le contraste entre Lower Manhattan et ce quartier c’est tout le contraste de New-York, malgré son côté ville-monde, grand centre d’affaires il y a des lieux à taille humaine, des quartiers où il semble faire bon vivre. On a poursuivi la balade en traversant, évidemment, le pont de Brooklyn pour revenir vers Manhattan et il y a pas à dire : même si on l’a vu des centaines et des centaines de fois, c’est impressionnant. Toute cette promenade m’aura surtout donné envie de visiter plus en profondeur Brooklyn qui est un quartier si étendu qu’on ne peut pas en avoir fait le tour en une fois.

P1000665 P1000690 P1000712

 

Et comme – presque – toujours, une vidéo:https://youtu.be/UE8n4FiAqvE