Ma jolie Normandie – Les boucles de la Seine

« Ca te dirait de faire la route des Vikings en Normandie ? ». L’écran s’est éteint à la fin du dernier épisode de Viking quand je lance cette phrase pour convaincre mon cher et tendre de partir en weekend en Normandie. La ruse fonctionne, ses yeux s’illuminent et il a déjà hâte de marcher sur les pas de Rollon, 1er duc de Normandie.

Je l’avoue, j’avais préparé cette petite manipulation depuis quelques temps car je mourais d’envie d’aller dans la Vallée de la Seine : Rouen et les abbayes du bord de Seine, voilà ce que j’avais prévu après avoir bavé d’envie devant les photos de Miles&love et leur nouvelle demeure normande. Nous voilà donc partis un week-end pluvieux (évidemment) de mars pour découvrir un peu de cette France tellement proche qu’on ne pense même pas à la visiter.

P1060642

  1. Rouen – 1ère étape, 1ère surprise

Le AirBnb était en plein cœur de la ville, à quelques pas de la cathédrale et d’un salon de thé – point stratégique quand il pleut. Et rien qu’en pénétrant dans l’arrière cours des vieux bâtiments en bois je suis tombée amoureuse de la ville. On n’entend rien d’autre que le clocher de la cathédrale, l’appart est adorable avec des poutres  partout, les escaliers sentent le vieux bois comme je l’aime.  Mais on n’est pas là pour rester paresser dans l’appart : c’est parti pour la visite !

P1060633P1060638 copie

Je n’avais pas très envie de visiter des musées donc peu de recommandations pratiques ici, je sais seulement qu’il existe plusieurs musées qui ont l’air vraiment chouette : celui des beaux-arts –je vous rappelle qu’on est en Normandie donc niveau peintres et paysages il y a ce qu’il faut -, le musée d’histoire naturelle et d’autres plus spécialisés. J’avais surtout l’intention d’errer dans les ruelles de Rouen, à raison : je pensais qu’il y aurait seulement quelques maisons à colombages autour de la cathédrale qui donnaient un charme à la ville. Finalement la vieille ville est bien plus étendue que je ne le pensais : de la tour de l’Horloge à la l’église St-Maclou on se croirait revenu à la Renaissance. Même sous la pluie normande ça a un charme fou.

P1060626 copie

P1060594P1060588

Point visites

  • la cathédrale de Rouen : très dentelée, plus sobre à l’intérieur mais avec un superbe escalier !
  • l’abbatiale St-Ouen : l’intérieur est plus impressionnant, plus grand et plus dénudé, j’ai aimé la sérénité qui s’en dégageait.
  • L’aître St-Maclou : attention il n’ouvre qu’à 14h, on est resté planté devant bêtement en cherchant comment ouvrir pendant quelques minutes. C’était juste fermé.  Il s’agit d’un ancien cimetière/charnier construit lors de la grande peste de 1348 pour accueillir les os des défunts de la peste dont les corps avaient été brûlés au centre de la cour. Des détails mortuaires figurent partout sur les poutres. C’est un endroit calme et assez prenant malgré son caractère morbide

P1060688P1060665P1060683 copieJ’ai trouvé que Rouen était très vivante et très jeune : des restos sympas et des boutiques  adorables – le genre qu’on trouve dans le 11e à Paris mais avec en prime une belle maison a colombages au-dessus -, de nombreuses rues pavées, certaines très étroites et inquiétantes, d’autres longées par un petit ruisseau (Eau de Robec), des passages au milieu des vieilles bâtisses. Une ville comme on en voudrait davantage.

P1060607

En passant en voiture j’ai aussi noté que les quais de la Seine étaient aménagés : les anciens docks font place à des cafés et établissements culturels/scientifiques. Rouen promet de bouger encore dans les années à venir et  de devenir de plus en plus agréable à vivre.

P1060577

Bonnes adresses:

. Air BnB: nous avons logé chez Annick rue St-Romain, le long de la cathédrale. Le logement était adorable, à la fois calme et cosy avec une vue directe sur la cathédrale. IDEAL!

. Restaurant Lamian – restaurant chinois: un des meilleurs dans lesquels j’ai mangé avec les restaus en Chine! Pas donné mais très copieux et super bon. Un genre de chinois amélioré auquel je dis oui oui oui!

P1060510

  1. Les abbayes du bord de Seine : Jumièges

Jumièges s’est avérée tellement impressionnante qu’on y a passé tout l’apres midi et on n’a pas eu le temps de visiter les autres (Saint-Martin de Boscherville et St-Wandrille qui abrite encore une communauté). Mais Jumièges c’est L’ABBAYE romantique par excellence. En bord de Seine, pillée par les vikings, puis à nouveau à la Révolution, il n’en reste aujourd’hui que des ruines, mais de si belles ruines. Sans vous faire toute l’histoire de l’abbaye il faut noter que c’est une très très vieille abbaye, construite en 654 (de la très vieille pierre on a dit) pour la reine Bathilde, son rôle demeure central dans  l’histoire de la Normandie jusqu’à la révolution.

P1060479

P1060540

L’architecture est typique des abbayes normandes, que vous retrouverez un peu partout en Normandie, et le fait qu’elle soit en ruine lui apporte un cachet que les autres abbayes n’ont plus.

Petit plus : pour y aller on longe la Seine et les falaises de craie qui ont été creusées en partie pour des habitations humaines.

P1060719

  1. Détours de la Seine : le château de Gaillard

Autre temps, autres ruines : en retournant vers Paris quoi de mieux que de faire un petit détour en suivant les boucles de la Seine pour se rendre sur la fameuse forteresse de Château Gaillard ?

Surplombant la ville des Andelys à un endroit stratégique, Château Gaillard a été construit à la demande de Richard Cœur de Lion, duc de Normandie, pour surveiller la frontière entre Vexin normand et Vexin français à l’époque où il s’agissait bien de deux pays différents. On comprend immédiatement pourquoi cette forteresse est ici – malgré les petites difficultés que Richard a eu pour l’édifier (il a dû donner au pape un certain nombre de trucs pour avoir le droit de construire).

P1060712P1060710P1060691 copie

Toute l’histoire du site est très bien décrite sur les panneaux explicatifs juste à côté du château. Et même sans entrer dans le château ça nous donne une idée assez précise du lieu et des diverses fonctions du château au fil des siècles.

Malgré la pluie et le vent il est difficile de ne pas apprécier ce genre de week-end en Normandie que je recommande à tout le monde. C’est juste à côté, plein de culture et de quoi s’évader en pleine nature en quelques kilomètres.

Qu’elle est jolie ma Normandie!

P1050039911 – Traité de Saint-Claire sur Epte : la Normandie est vendue aux normands.

La Normandie n’évoque pas forcément la même chose à tout le monde. L’impressionnisme, Flaubert, Maupassant, Maurice Leblanc, ils sont nombreux les artistes inspirés par cette région. Pour moi c’est cette date qui me vient en tête, mais avant de devoir apprendre des dates et des dates sur l’histoire des vikings et des abbayes normandes, la Normandie était pour moi cette gaie contrée verdoyante et vallonnée avec des vaches et des pommiers.  Enfin c’était la Comté quoi.

Depuis deux ans je suis allée plusieurs fois en Normandie avec des amies et j’ai pu redécouvrir mon chez moi de façon touristique, en m’apercevant que pour le week-end c’est bien pratique un petit coin de nature à quelques heures de Paris. Cette présentation des choses à voir en Normandie n’est bien sûr pas exhaustive mais j’espère bien la compléter vite.

P1040949 P1040952P1050006

  • Giverny

Très proche de Paris, accessible en voiture (plus compliqué en train), la commune de Giverny se trouve dans le Vexin normand – à ne pas confondre avec le Vexin français qui est encore en île de France – une région longtemps disputée avec les anglais mais aujourd’hui plus connue pour abriter quelques hauts lieux de l’impressionnisme. En particulier la maison de Claude Monet et le musée des impressionnistes. Je ne sais pas si Giverny est ouvert toute l’année, mais ça vaut évidemment le coup d’y aller au printemps ou en été, quand il y a des fleurs. Le jardin est, comme on le voit sur les photos, TRES fleuri, assez grand, le bonheur pour ceux qui aiment les photos de fleurs ! On y est allée un week-end pluvieux, ce n’était pas très estival mais l’intérêt c’est qu’il n’y avait personne : à nous les photos seules, l’air pensive et inspirée sur le pont des Nymphéas !

P1040996 P1040957 P1040968

Même si la grande attraction est le jardin, la maison de Monet est charmante et agréable à visiter, on y trouve une belle décoration orientaliste. La grande passion de l’époque, on le retrouve chez Van Gogh aussi.

Enfin, la visite n’est pas complète si on ne passe pas par le musée des impressionnistes, muséographie agréable, beau bâtiment, certains tableaux connus, et surtout une présentation de quelques peintres – américains notamment – inspirés par l’impressionnisme. Journée nature et culture réussie !

A noter : je crois qu’Auvers sur Oise, le village où se situe l’église du même nom, se trouve pas loin.

P1030973P1030965

  • Etretat

En poussant un peu plus au nord, on arrive en quelques heures à Etretat. De manière générale avoir lu quelques Arsène Lupin permet de donner un autre cachet à une visite de la Normandie, en particulier lorsqu’on se rend à Etretat. L’aiguille creuse qui se dresse dans la mer n’en fini pas de m’ébahir et je ne suis surement pas la seule, ces falaises de craie blanches qui tombent à pic dans la mer, on a beau l’avoir vu mille fois en photos ça ne donne vraiment pas le même effet quand on les surplombe.

Le planning parfait d’une journée à Etretat est assez simple : pique-nique sur la plage – faire attention aux saletés de mouettes , montée sur les falaises, sieste sur les falaises – avec le coup de soleil qui va avec, redescente et gaufre à déguster sur les planches le long de la mer. C’est mieux s’il fait beau évidemment. Mais j’aimerais voir quel effet donne ce paysage sous la brume.

P1030960 P1030967

  • Honfleur

Après Etretat il est toujours possible d’aller jusqu’à Honfleur pour y dîner, le coucher de soleil sur le port y est très photogénique. Encore une fois je comprends pourquoi la Normandie est le berceau de l’impressionnisme, les couleurs y sont si belles et changeantes, je comprends même enfin pourquoi ce nom d’impressionnisme – c’est dire l’effet bénéfique qu’à la Normandie sur moi ! Honfleur est très touristique, elle se visite vite mais est vraiment charmante, je n’en avais qu’un micro souvenir mais ravivé avec bonheur.

P1030987 P1040003 P1030989

  • Le Pays d’Auge et Deauville

Du pays d’Auge je pourrais vous parler des heures, c’est cette région où coule la rivière Touque (la Comté je vous disais) depuis Lisieux jusqu’à Deauville où elle se jette dans la Manche. Une région très verte, avec des collines, des pommes, des belles maisons normandes en bois, des petits villages avec clochers, des manoirs de temps en temps et de plus en plus d’Anglais. C’est ici mon pays. Pas grand-chose à y faire, seulement à apprécier ce petit monde calme.

Au nord du pays d’Auge se trouvent Deauville et Trouville, 2h de Paris en train, lieu de villégiature des bourgeois parisiens, bondé dès que les beaux jours arrivent. C’est une journée facile à organiser pour sortir un peu de Paris. Si Deauville est très chic et très cher – mais aussi très belle -, Trouville est nettement plus abordable, en plus on y mange de bonnes gaufres, seul soucis, on a davantage vue sur le port industriel du Havre, Deauville donne à l’ouest sur la presqu’île du Cotentin.

11143693_10153444080059430_680348967146643472_o11312888_10153444080559430_5341660208774621668_o11102875_10153444078859430_7689870642774243388_o

  • Caen

Pas de photos ici, j’y suis allée tellement souvent que je n’ai jamais pensé à prendre un appareil. Erreur, j’ai découvert en une journée que je ne connaissais pas du tout cette ville. Jusqu’à présent je me contentais de remonter la rue froide, de me balader dans le centre et d’aller à la Fnac. Jeanne, super amie archiviste qui déménage tous les 6 mois et qui nous permet de découvrir de nouvelles villes – la Nouvelle-Orléans c’est elle aussi – faisait donc un stage à Caen et nous a montré ce qu’il fallait pour me donner envie de revenir et de faire la guide à mon tour. Le château de Guillaume le Conquérant dont il reste encore de belles remparts, et surtout une superbe vue sur la ville au moment où enfin le soleil se montrait ; le musée des beaux-arts qui valait plutôt le coup ; l’abbaye aux hommes et l’abbaye aux femmes ; de nombreuses autres églises en ruines, détruites par les bombardement de la seconde guerre mondiale, la ville a en effet été ravagée et des traces de balles demeurent un peu partout sur les maisons ; et enfin un goûter thé + scones dans un salon de thé anglais, parce que les Anglais ont véritablement décidé que la Normandie était leur, mais cette fois-ci j’étais contente de les y trouver.

En espérant que cette petite présentation vous donne l’envie de visiter la région. J’ai une grande hâte de découvrir quelques incontournables qui me manquent : Mont Saint-Michel, Rouen, Le Havre, Bayeux et sa tapisserie.